Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Edward Snowden : "Après le 11 septembre, la plupart des grands médias américains ont renoncé à leur rôle de contre-pouvoir"

Dans le cadre d’un reportage sur Laura Poitras (ndt : Laura Poitras est productrice et réalisatrice de films documentaires aux États-Unis. Elle est membre fondatrice de la Fondation pour la Liberté de la Presse), Peter Maass a réalisé une interview cryptée de Edward Snowden pour laquelle Poitras a servi d’intermédiaire. Cette conversation est intégralement retranscrite ci-dessous.

Peter Maass : Pourquoi êtes-vous allé voir Laura et Glenn (ndt : Glenn Greenwald est chroniqueur au Guardian sur les questions de libertés civiles et de sécurité nationale. Il est également juriste et écrivain. C’est lui qui, avec Laura Poitras, a rendu public les documents d’Edward Snowden sur le programme PRISM) plutôt que des journalistes de grands médias (New York Times, Washington Post, Wall Street Journal, etc…) ? Et pourquoi précisément Laura, une réalisatrice de films documentaires ?

Edward Snowden : Après le 11 septembre, la plupart des grands médias américains ont renoncé à leur rôle de contre-pouvoir – le journaliste a la responsabilité de dénoncer les excès du gouvernement – de peur d’être considérés comme non-patriote et sanctionnés par le marché à une période où le nationalisme américain était exacerbé. D’un point de vue commercial, c’était évidemment la stratégie qui s’imposait mais ce qui a bénéficié aux institutions a fini par coûter très cher aux citoyens. Les principaux médias commencent tout juste à sortir de cette période d’engourdissement.

Laura et Glenn font partie des rares personnes à avoir osé aborder courageusement des sujets controversés durant cette période, malgré de multiples attaques personnelles et méprisantes, ce qui a d’ailleurs conduit Laura a devenir la cible de ces mêmes programmes qui font l’objet des récentes révélations. Elle a fait preuve du courage et de l’habileté nécessaires pour traiter ce qui est probablement le sujet le plus dangereux que l’on puisse confier à un journaliste : enquêter sur les méfaits du gouvernement le plus puissant du monde. Et c’est cela qui faisait d’elle un choix évident.

Peter Maass : Est-ce qu’il y a eu un moment précis lors de votre contact avec Laura où vous avez réalisé que vous pouviez lui faire confiance ? Et comment cela est-il arrivé ?

Edward Snowden : Lors des opérations de contrôle préalables, nous en sommes arrivés à un point où j’ai découvert que Laura était plus suspicieuse à mon égard que je ne l’étais vis à vis d’elle, et je suis pourtant un grand paranoïaque. La combinaison de son expérience, de sa rigueur et de son souci du détail lui conférait une aptitude naturelle pour la sécurité et c’est plutôt réconfortant de découvrir ce trait de caractère chez quelqu’un qui va vraisemblablement faire l’objet d’une surveillance intensive dans l’avenir car habituellement, ces risques sont rarement pris au sérieux par la plupart des gens. Comme j’ai été mis en confiance, il m’est devenu plus facile de m’ouvrir sans craindre que cette confiance ne soit trahie, et je pense que c’est uniquement comme ça qu’elle a réussi à m’amener devant une caméra. Personnellement je déteste les caméras et les micros mais, après avoir travaillé un certain temps avec elle, j’ai réalisé qu’inconsciemment je lui faisais confiance pour ne pas m’étrangler à chaque fois que je ferais une remarque irréfléchie. Elle est vraiment bien.

Peter Maass : Avez-vous été surpris que Glenn ne réponde pas à vos demandes et à vos instructions concernant les communications cryptées ?

Edward Snowden : Oui et Non. Je sais que les journalistes sont très occupés et je me doutais qu’il serait difficile d’être pris au sérieux compte-tenu notamment du peu de détails que j’étais en mesure d’offrir au début. En même temps, on était en 2013 et c’était un journaliste qui rendait compte régulièrement de la concentration et de l’excès de pouvoir de l’état. J’ai été surpris de constater qu’il y avait des gens dans les rédactions qui n’arrivaient pas à admettre que n’importe quel message non crypté circulant sur Internet est susceptible d’être transmis à tous les services de renseignement de la planète. Après les révélations faites cette année, il paraît évident que les communications non cryptées entre les journalistes et leurs sources sont particulièrement imprudentes.

Peter Maass : La première fois que vous avez rencontré Laura et Glenn à Hong Kong, quelle a été votre première réaction ? Est-ce que quelque chose vous a surpris dans la façon dont ils travaillaient et communiquaient avec vous ?

Edward Snowden : Je crois que ça les ennuyait que je sois plus jeune qu’ils ne le pensaient et j’étais moi-même embêté qu’ils soient arrivés trop tôt, ce qui a un peu perturbé le processus de vérification initiale. Néanmoins, dès que nous nous sommes retrouvés à huis clos, je pense que chacun de nous a été rassuré par l’attention obsessionnelle portée aux mesures de sécurité et à la franchise. J’ai été particulièrement impressionné par la capacité qu’avait Glenn de travailler plusieurs jours d’affilée sans dormir.

Peter Maass : Laura a commencé de vous filmer pratiquement dès le début. Est-ce que cela vous a surpris et pourquoi ?

Edward Snowden : J’ai vraiment été surpris. Comme on peut l’imaginer, les espions ont, a priori, une certaine allergie pour les reporters et les médias, d’autant que j’étais une nouvelle source – tout fut vraiment surprenant. Si j’avais tenté de m’éclipser discrètement, je pense qu’il aurait été beaucoup plus difficile de travailler avec Laura, mais nous savions tous ce qui était en jeu. La gravité de la situation a vraiment permis de se concentrer sur ce qui était dans l’intérêt du public plutôt que dans le nôtre. Je pense que nous savions tous qu’il n’y aurait pas de retour possible une fois que la caméra serait allumée et que le résultat final était entre les mains du monde.

Sur les services secrets états-uniens, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • ce Snowden parle pour ne rien dire ! les médias américains n’ont quasiment jamais joué leur rôle- en partie fictif- de contre-pouvoir, sauf dans le cas de scandales alimentaires...le système est verrouillé de A à Z, car détenu à 99% par les grands groupes de communication, lesquels financent, en partie, les carrières des politiques...qui votent les lois qui arrangent leurs mécènes ! CQFD

     

    • Je crois que vous faite erreur au sujet de Snowden :

      Eric Dénécé : « Prism, une scandaleuse source d’espionnage contre nos intérêts »

      "Snowden fait vraiment un acte de civisme au sens propre, puisque les Américains ont créé une véritable machine à espionner leurs citoyens."

      Dans le meme article sur rfi.fr du 10 juin 2013 :

      Dénécé parle des USA :

      "c’est quand même une transgression absolument ahurissante des règles démocratiques de base. Nous autres spécialistes travaillant sur et avec les Etats-Unis, nous ne cessons de répéter que, depuis 2002, la première démocratie du monde n’est plus une démocratie de référence."

      Dans le bloc note de E&R il est proposé une conference de eric Dénécé le 17 septembre 2013 a Paris

      Vous pourriez peut etre y aller pour ecouter et poser des question sur Snowden a Monsieur Dénécé.

      Bien vous


    • Dans ce meme article une autre affirmation de Monsieur Dénécé :

      "La surveillance de l’opinion intérieure, les opérations de provocation pour faire tomber les groupes soi-disant terroristes - et qui n’en sont en fait pas - sont conduites par le FBI (la police fédérale, NDLR)."

      Interessant,non ?


    • En bas de la page wikipedia de eric Dénécé vous pouvez trouver cet article en lien :

      Le titre : "printemps arabe" CIA et collabo.

      Elle a été publié par le très sérieux Centre Français de Recherches sur le Renseignement (CF2R). L’ouvrage récent « Arabesque américaine », d’Ahmed Bensâada, chercheur algérien établi à Montréal, détaille le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe, c’est un travail extrêmement sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Nous avons appris qu’un livre consacré au rôle des cyber-collabos tunisiens, égyptiens, libyens, yéménites et syriens dans le "printemps arabe", c’est-à-dire dans l’implosion du monde arabe, dans son aliénation par l’islamisme et dans sa remise sous les bottes des impérialistes et des sionistes, était en préparation par deux journalistes français. Nos héros cyber-collabos devraient s’en inquiéter.

      Rappelons qu’un collabo, apocope de collaborateur, désigne une personne ayant collaboré avec l’occupant nazi durant la seconde guerre mondiale. Dans le contexte actuel,la un collalbo est une personne qui collabore avec l’Axe du Mal (USA, Israël, Arabie Saoudite, Qatar) contre les intérêts de son propre pays.


  • "Après le 11 septembre, la plupart des grands médias américains ont renoncé à leur rôle de contre-pouvoir"

    Ah bon ?! Avant le 11/9 les médias américains disaient le vérité ?


  • Merci Edward mais dis moi quelquechose que je ne sais pas. Aujourdh’ui plus personne ne croit à la version officielle sur le 11 septembre et nous sommes nombreux à etre convaincu que c’ets un complot de traitre americain et d’agents israelien qui detruit les Tours pour justifier les interventions militaires americaines pour piller les pays arabes et assurer la securité d’Israel. Et on sait que les medias mainstream couvrent ce complot car ces medias sont tenus par des sionistes.
    J’ai de grands doutes sur la credibilité des gens comme Julian Assange et Edward Snowden car jamais rien n’a fuité sur le 11 septembre et Israel, absoolument rien, c’est tres louche.

     

    • exact ! Assange n’a jamais rien révélé de croustillant sur l’assassinat de JFK, le montage-bidon de la mission appolo 11, et encore moins sur le 11 septembre...après réflexion, il apparaît très clair que ces deux guignols sont des trolls !!! une dernière remarque : vous avez vu comme ces deux gus s’expriment sans la moindre émotion, quasiment comme des automates ? dans les mois qui viennent , ce assange va nous sortir des infos inoffensifs sur le gouvernement américain et, juste après, balancer des infos fracassantes sur les dirigeants chinois, russes ou arabes- mais rien d’intéressant sur l’Empire et son fonctionnement...camarades, éloignez-vous, Assange et son pote Snowden sont des trolls- d’autant plus efficaces qu’ils n’ont peut-être pas conscience d’être des trolls...


    • C’est vous deux les trolls.
      Pas ces héros qui mettent en lumière ce que devient vraiment notre monde, et réveillent les consciences hypnotisées et enchainées par notre société d’égoïsme et de consumérisme.

      Pour ce qui est du 911, JFK, etc, gardez un esprit suffisamment critique pour ne pas gober n’importe quoi.
      C’est comme ça que fonctionne la propagande, on se sert de la conviction des gens, et on l’alimente.
      Restez objectifs, posez vous toujours des questions sur ces événements, et exposez des faits vérifiés, et vérifiables, par d’autre dissidents ou non-initiés (3 tours, le crash sur le pentagone, l’incendie à la maison blanche, etc..).
      Diversifiez vos sources d’infos aussi, E&R c’est très bien, mais les sources d’infos officielles doivent être consultées également.

      Vous n’en serez que plus convaincant, là on dirait juste deux fanatiques qui ont bouffé trop d’informations "alternatives".


    • Jamais les médias auraient suivi si les Assanges et Snowden avait eu quelque chose d’important à dire, à révéler...

      Quand il ne veulent pas parler de quelque chose, ils savent s’entendre pour ne pas en parler...et il sont d’une efficacité redoutable à ce jeux...

      Je croirait à ces deux gugusses si aucun médias n’avaient voulus les entendre, si leurs "révélations" n’étaient apparu que sur internet, si le traitement médiatique était pareil que celui de Dieudonné ou Alain Soral, par exemple, traité comme les médias ont l’habitude de le faire pour tout ennemi réel du système, (conspirationniste, théoricien du complot, fasciste, nazi, ainsi que l’inévitable antisémite, qui n’est jamais bien loin !)...Là, nos médias mainstream sont tous shuss avec nos "rebelles"fringuant... ce qui est un révélateur.

      Et puis, franchement, qu’est-ce que nous ont appris ces deux (agent ?) personnages, que nous ne savions déjà ? Pas un mot sur une des plus grosse entourloupe de tous les temps, le 11 septembre, et rien de bien dérangeant sur le tout petit pays-colonie qui est en train d’entrainer le monde entier dans la guerre... ! Étonnant ? Non ?

      Je pense à une belle mascarade, une énième, organisée par l’Empire...pour faire diversion des vrais saloperies que nous inflige ce même empire...


    • Mais oui... !!!
      Quand le soir,le directeur de la CIA passait à son bureau,il lui disait :" Eddy,vous fermerez la porte en partant,merci !!"

      Et le Snowden qui pouvait tranquillement fouiller la baraque à la recherche de tout les secrets.. !!!

      De qui se moque t-on ?...Edward Snowden n’est pas un espion mais juste un type qui a été horrifié par ce qu’il avait sous les yeux à un moment donné... !!!!

      L’honneur et l’honnêteté lui commandait de ne pas garder cela pour lui....et c’est tout !


  • En France ,c’est le contraire,pour être un journaliste dans les Crasses médias ,il ne faut pas être patriote


  • Encore un mensonge. Les principaux médias américaines ont trempé jusqu’au cou dans le complot du 11 septembre. Plusieurs images en direct à la tv sont fabriquées.


  • Premier a interviewer Edward Snowden, le journaliste du "Guardian" Glenn Greenwald va publier un livre en 2014, dans lequel le Britannique fera de nouvelles révélations.

    Glenn Greenwald va faire de nouvelles révélations dans un livre à paraître début 2014, a indiqué son éditeur jeudi.

    Le journaliste du "Guardian" a été le premier à interviewer Edward Snowden et à révéler grâce à lui de vastes programmes américains de surveillance des communications.

    Ce livre écrit par le journaliste d’investigation du quotidien britannique sera publié en mars prochain, selon Metropolitan Books. Il contiendra "de nouvelles révélations démontrant l’extraordinaire coopération du secteur privé et les conséquences tentaculaires du programme gouvernemental (de surveillance), tant aux Etats-Unis qu’à l’étranger".

    Les articles de Glenn Greenwald dans le "Guardian" et des enquêtes publiées dans le même temps par le "Washington Post" ont mis au jour des programmes américains d’espionnage des communications, en se basant sur des documents secrets diffusés par l’ancien consultant de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Edward Snowden.

    Selon ces documents, la NSA disposait d’un accès direct aux serveurs des grandes sociétés d’Internet, ce que nient ces dernières. L’agence a également collecté d’importantes quantités de données concernant les conversations téléphoniques.

    à moins qu’il ne se suicide d’ici là ?
    ou un petit accident de voiture ? une crise cardiaque ?
    Il a vraiment tort de l’annoncer avant ; à moins que ce soit une manoeuvre de protection en s’exposant à l’opinion publique ?