Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Efficacité japonaise

Certaines images en disent plus qu’une longue analyse

L’image avait fait le tour des réseaux sociaux : le 8 novembre 2016, un effondrement de la chaussée avait fait apparaître un trou béant sur toute la largeur d’une avenue de Fukuoka, une grande ville située au sud-ouest du Japon, déchirant les canalisations souterraines et interdisant toute circulation. Une semaine plus tard, le 15 novembre, le trou était rebouché, les canalisations réparées, les feux réinstallés, les lignes tracées et la circulation rétablie...

 

 

La vidéo de l’effondrement :

 

 

La vidéo des réparations (en accéléré) :

 

Des effondrements « macro », et des solutions,
chez Kontre Kulture :

 

Le Japon, une économie qui fonctionne, mais à quel prix ?

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

104 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1603954
    Le 18 novembre à 07:16 par Dam Ned
    Efficacité japonaise

    Très bel exemple du génie humain. Quand l’homme accueille la difficulté comme un défi, il devient plus fort.

    Ne soyons pas jaloux ou injustes. EDF reste efficace quand il s’agit de rétablir l’électricité après une catastrophe naturelle et nous n’avons pas à rougir de nos infrastructures de transport. Même s’il reste des aspects politiques à réformer, cela ne remet pas en cause la qualité du travail de nos véritables élites.

     

    Répondre à ce message

  • #1603982
    Le 18 novembre à 08:48 par Richard
    Efficacité japonaise

    En tout cas ce qui est le plus impressionnant dans cet événement, c’est ce fameux trou dans cette chaussée et cette quantité de matériaux qui ont disparus. Cela fait penser au trou béant survenu au Guatemala en 2007, un trou d’une profondeur de 100M engloutissant maison, route etc.... Ces phénomènes appelés Dolines "en France ou sinkhole en anglais" peuvent se produire un peu partout dans le monde avec des proportions plus ou moins important.

     

    Répondre à ce message

  • #1604023
    Le 18 novembre à 10:02 par azim
    Efficacité japonaise

    Pourvu que mon jardin de 5.000m² ne subisse jamais ce traitement ! Et dire qu’avant, à cet endroit même où ils travaillent, il devait y avoir un ruisseau, un arbre millénaire, un village avec des gens plein de compétences artisanales et de connaissances, des animaux, de la vie... Merci Béton :)

     

    Répondre à ce message

  • #1604027
    Le 18 novembre à 10:10 par goydrake
    Efficacité japonaise

    Est-que cela les rend plus heureux pour autant ? Respectable dans la performance, soit, mais il n’y a pas à s’émerveiller.
    Y a-t-il autant d’efficacité à régler le problème de la misère galopante ? Pour tenter la comparaison, leur économie s’effondre et toute l’énergie vitale est utilisée pour masquer les ruines. De plus, rien ne dis si l’ouvrage tiendra sur le long terme.
    Mais, ça occupe, c’est tout ce à quoi cela sert.

     

    Répondre à ce message

    • #1604186
      Le 18 novembre à 15:00 par daibutsuden
      Efficacité japonaise

      ils n’ont pas repare le trou pour etre heureux a mon avis, du moins un bonheur semblable au plombier qui repare une fuite d’eau. Quand au Japon, crois moi ca va BEAUCOUP moins mal qu’en France...

       
  • #1604067
    Le 18 novembre à 11:54 par VosgienVolant
    Efficacité japonaise

    J’ai du mal à comprendre cette auto-flagellation et cette fascination pour le sacrifice pour "un bien commun" qui n’en n’ait pas un. C’est vrai qu’on évalue communément la grandeur d’une civilisation à la démesure de ses chantiers et constructions, mais si on y réfléchit bien, en quoi est-ce un bien commun. C’est toujours quelques enflures, parasites de l’humanité, qui réduisent les autres en esclavage pour bâtir des choses que eux seuls veulent et qui ne servent que leurs projets.
    Franchement, qui parmi vous souhaite bâtir des cités gigantesques, des tours géantes, faire des guerres, des voies de transport dans tous les sens et des complexes industriels pour créer de la surproduction ?
    Pour moi, c’est de la fascination pour sa condition d’esclave. Le bien commun, l’entraide et la mise en commun, ça n’existe qu’à petite échelle ; la famille en premier, le village ensuite. Si dans ces deux premières cellules, le bien commun et l’entraide n’existe pas, tous les projets de plus grandes ampleur au nom du bien commun ne sont que des mensonges et de la mise en esclavage pur et simple. Je me pose de sérieuse question quand je vois la majorité s’extasier devant une nation qui marche au pas.

    Sinon, pour être plus pied à terre, c’est vrai que le temps perdu en procédure, paprasses et discussions interminables en France pour faire un truc qui devra être fait de toute manière est juste insupportable. Toutefois, ça n’empêche pas de garder à l’esprit la réalité profonde de notre condition.
    Pour en revenir au "japonais travailleurs", je vais un peu en parler parce que j’y ai passé un an en post-doctorat à l’université de Tokyo. En effet, les type restent 70 heures à travailler, mais un français fait le travail de 3 de ces japonais en 35h. Ils restent au travail, juste par convention et parce que c’est mal vu de ne pas travailler longtemps, mais les type piquent du nez sur leur écran toute la journée, simplement parce que c’est aliénant ! Pour les métiers manuels par contre, c’est sûr que des japonais qui travaillent en équipe de jour et de nuit et 50h, en feront plus que des gens qui travaillent 35h et seulement le jour, mais au nom de quoi on peut-on imposer ça à quelqu’un ? Faut-il crever pour un "bien commun" qui est en fait le bien commun d’une minorité et qui est un gouffre sans fond qu’il faut sans arrêt alimenter en sacrifice humain. Il serait temps de revenir à la vraie définition du bien commun, c’est à dire un réseau de villages indépendants et autosuffisants.

     

    Répondre à ce message

    • #1604327
      Le 18 novembre à 18:21 par Alex
      Efficacité japonaise

      Le bien commun, l’entraide et la mise en commun, ça n’existe qu’à petite échelle ; la famille en premier, le village ensuite. Si dans ces deux premières cellules, le bien commun et l’entraide n’existe pas, tous les projets de plus grandes ampleur au nom du bien commun ne sont que des mensonges.



      Excellemment dit.

       
    • #1604449
      Le 18 novembre à 21:29 par amicis
      Efficacité japonaise

      Le bien commun, depuis l’époque des nationalismes, se définit bien plus largement qu’au niveau du village (vosgien ? je vous taquine).
      Malheureusement, le mondialisme n’a pas amélioré les choses.
      Du reste, comme ce mondialisme s’appuie sur une internationale bancaire, dirigeant une alliance internationale militaire, il n’est pas possible d’être tranquille entre Russes, ou entre Japonais, sans préparer l’esclavage de la plupart des citoyens.
      C’est terrible, mais au moins ils peuvent se consoler en se disant qu’eux au moins ont choisi les conditions de cet esclavage.

       
    • #1604525
      Le 18 novembre à 22:55 par Oreiller d’Herbe
      Efficacité japonaise

      "J’ai du mal à comprendre cette auto-flagellation et cette fascination pour le sacrifice pour "un bien commun" qui n’en n’ait pas un."

      D’accord avec vous !
      D’autant plus que la majorité des gens ici seraient outrés de devoir se donner entièrement à leur boîte. Mais quand c’est les Japonais ça fait rêver, étrange.

       
  • #1604070
    Le 18 novembre à 12:00 par Rahan Abitbol
    Efficacité japonaise

    Ces images sont vraiment insoutenables !
    Vous pourriez prévenir !

     

    Répondre à ce message

  • #1604080
    Le 18 novembre à 12:08 par Pat
    Efficacité japonaise

    Ils étaient en train de creuser deux nouveaux tunnels pour une ligne de métro dans un sous-sol rocheux suivit d’une couche d’argile puis d’une couche de sable (mouillé) puis enfin la chaussée. Apparemment ils n’ont pas étaient assez profond et la la voute rocheuse trop mince s’est écroulée sous le poids des couches supérieures. Donc effectivement la société de génie civil a du se faire souffler dans les bronches. Ils ont bien rattrapé le coup en faisant la promo du Japon.

     

    Répondre à ce message

  • #1604360
    Le 18 novembre à 19:21 par Leïla
    Efficacité japonaise

    Je m’intéresse depuis quelques années au phénomènes de ces impressionnants trous cylindriques où sinkholes, il y en a un peu partout dans le monde. Oui on ne peut que constater et s’interroger à savoir pourquoi les grandes et les petites villes sont toujours envahies par les travaux publics, travaux qui parfois vont durer 6 mois voir une année entière ?.

     

    Répondre à ce message

  • #1605357
    Le 20 novembre à 03:40 par Mehdi
    Efficacité japonaise

    Bon si la performance est effectivement a saluer, il convient de se demander comment un trou de cette taille a pu apparaitre, et la c’est moins joli, ce sont des travaux sous-terrain pour l’allongement d’une ligne de metro qui a cree ce trou, les ingenieurs ont donc malheureusement merde en calculant leurs travaux sous-terrains.

    A Paris des immeubles s’enfoncent et sont meme vides de leurs occupants pour risque d’effondrement, Paris est un gruyere.

     

    Répondre à ce message

  • #1605385
    Le 20 novembre à 05:26 par paulhenry
    Efficacité japonaise

    Le Japon est (même si cela est en train de changer) loin d’être un pays libéral tel que l’imaginent beaucoup d’occidentaux : l’industrie et l’état sont intimement liés sans qu’il n’y ait de lobbying institutionnalisé et l’on peut comparer le système japonais à un certain fascisme mêlant capitalisme d’état et recherche de l’harmonie sociale.

    Pendant longtemps l’écart de salaire entre ouvrier et patron au sein des entreprises était de l’ordre de 20, contre 30 en Europe et 35 aux Etats-unis. Le capitalisme d’état japonais a dans les années 80 réussi l’exploit de faire passer une majorité de la population dans la classe moyenne. Et les japonais partent de loin, quand on connait l’état du pays à la sortie de la guerre.
    Aussi, on parle beaucoup de l’efficacité et du service japonais, mais il faut savoir relativiser. Les travailleurs français sont bien plus efficaces que les travailleurs japonais, et le japon regorge d’emplois inutiles (personnel en surnombre dans les magasins et administrations, nombre improbable de personnes âgées payées à faire la circulation à des endroit où les français se seraient contentés d’une barrière de sécurité...). L’harmonie sociale et un taux de chômage bas sont préférés à une gestion à court terme qui effectuerait des coupes dans toutes les dépenses jugées inutiles mais bénéfiques pour la société.

    Cependant, cette situation est en train de changer fortement, avec la multiplication des petits boulots pour faire tourner une industrie toujours plus portée vers la consommation et le service et l’arrivée d’immigrés qui sont de plus en plus nombreux, même si bien évidemment il n’y a pas de comparaison possible avec la France.
    A titre d’expérience personnelle, je le remarque tous les jours dans les restaurants, les convenience store ou même l’ingénierie (IT) le nombre de chinois et d’indiens ne fait qu’augmenter d’années en années, avec parfois un staff communicant en chinois dans certaines chaines de restaurants pourtant typiquement japonais.
    De plus, le gouvernement ne fait strictement rien pour augmenter les naissances, élever un enfant au Japon coûtant toujours atrocement cher (rien que le fait d’accoucher peut coûter 3500 euros et les allocations dépendant des mairies seules les villes riches peuvent rembourser tous les frais, sans compter les frais d’éducations (universités payantes).
    Pour autant, le Japon reste un pays (très) avancé et qui aura moins de problèmes à gérer que la France.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents