Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Éloge de la féminité

Par un prêtre catholique

Note de la rédaction

E&R remet en avant ce texte de 2014 dans le cadre de la « Journée internationale des femmes »

Tout homme – tout être masculin – éprouve un double sentiment quelque peu contradictoire lorsqu’il se met à réfléchir sur la féminité. Il ressent tout d’abord une profonde admiration, face à un être qu’il sait semblable à lui, tout en la découvrant si différent de lui-même ; face encore à un être qu’il devine susceptible de tant lui apporter, à commencer par l’enfant qui le perpétuera à travers le temps.

D’où le cri d’Adam, lorsqu’au sortir de son profond sommeil il découvre pour la première fois la compagne donnée par Dieu : ce n’est qu’une exclamation d’émerveillement (Ge 2.23). Mais presque aussitôt, cette première réaction masculine se double d’un doute, voire d’une défiance interrogative. Cette femme, capable de tant lui apporter, il la devine aussi fragile et peut-être même imprévisible voire versatile, apte au meilleur comme au pire ; il sait qu’en la plaçant à ses côtés, il peut lui-même être entraîné vers les sommets, mais aussi vers les abîmes. En un mot, il pressent que la femme peut être pour lui Ève ou Marie, pour sa propre perte ou son salut. Naît alors une crainte, celle-là même éprouvée devant l’inconnu et le mystère.

C’est ce mystère de la féminité qu’il importe d’approcher. Non point pour rassurer l’homme inquiet, mais pour permettre à la femme de toujours mieux correspondre à sa vocation, de lui découvrir le secret de Marie tout en la gardant de la tentation d’Ève. De cela dépendra le regard que l’homme portera sur elle. Sublime ou basse, l’image que l’homme se fait de la femme n’est en effet que l’image que la femme lui a d’abord proposée. Et si aujourd’hui l’image de la femme est menacée, ce n’est donc pas à l’homme, mais à la femme qu’il appartient premièrement de la redresser.

 

La femme et le mystère de la vie

S’il fut révélé au seul Joseph et non à la Vierge quelle serait la mission du Messie – racheter son peuple de ses péchés – le message de l’ange à Marie est d’une toute autre portée. À elle, et à elle seule dans un premier temps, est manifestée la richesse incommensurable de vie qui habite le Dieu incarné : « Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin » (Lc 1.32). Au premières heures de la résurrection, ce message fait à Marie trouvera son écho dans celui fait à la pécheresse repentie : c’est encore à une femme, Madeleine, qu’est manifestée en tout premier lieu le mystère de vie présent dans le Ressuscité.

C’est qu’en effet, le mystère de la femme est indissociablement lié à celui de la vie. L’émerveillement d’Adam le dit suffisamment : il contemple en sa femme la mère de tous les vivants (Ge 3.20). C’est d’ailleurs très probablement son amour de la vie profondément inscrit dans sa nature qui rend la femme si hostile à la guerre. Tandis que tout homme digne de ce nom a en lui quelque chose du guerrier, les Sabines enlevées par les Romains s’interposèrent pour éviter la guerre, et Véturie détourna son fils Coriolan de se venger de Rome. La femme est communion à la vie, non à la mort.

La femme et la mère incarnent en elles le mystère et la beauté de la vie humaine, mais aussi depuis le péché originel sa fragilité ; la vierge consacrée pour sa part magnifie la vie divine dont l’être humain est appelé à devenir participant. Toutes deux chantent le mystère de la vie, toutes deux peuvent se réclamer de Marie, la femme par excellence (Ge 3.15 et Ap. 12.1), à la fois Vierge et Mère.

 

La femme et la séduction

Parce que la vie est souverainement aimable, Dieu a donné à la femme une puissance séductrice. Il l’a voulue douée, au regard de l’homme, d’un charme indéfinissable. Sans doute est-ce historiquement lié au fait que la femme fut le seul être créé par Dieu au sein même du paradis terrestre, le seul fruit qu’Adam pu garder avec lui après en avoir été chassé. Plus philosophiquement, ce charme trouve sa raison profonde dans le caractère aimable et attirant de la vie, que la femme incarne.

Séduire : dès son plus jeune âge, la petite fille peut exercer un tel pouvoir. Pour le meilleur ou pour le pire, et c’est là une première différence entre Ève et Marie. Se-ducere, c’est-à-dire attirer à soi ; mais à quelle fin ? Le démon aussi fut un séducteur afin d’attirer l’homme à lui, c’est-à-dire lui faire partager sa perte ! Jamais la femme, sauf à se faire l’instrument de Satan, ne peut faire aboutir son charme à elle-même. Sa séduction ne se termine pas à sa personne, mais à ce qu’elle incarne, à la vie dans toute sa beauté et son mystère. Aussi sa capacité à plaire, sainement utilisée, est-elle doublée de pudeur et de discrétion : elle s’efface tout autant qu’elle attire, précisément pour amener l’autre à ce qu’elle incarne. Plus encore : elle veut par sa pudeur inspirer le respect, parce que la vie est éminemment respectable ! Voici tracés les grands traits de la saine coquetterie féminine : attraction qui rend la vie aimable, mais sans jamais lui ôter sa dimension de mystère…

Puissance d’attraction, de séduction, même les vierges consacrées n’en furent pas dépourvues, loin s’en faut ! La véritable cour qui suivait sainte Catherine de Sienne en ses déplacements, tout comme l’incroyable attraction d’une sainte Thérèse d’Avila ou de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, en témoignent suffisamment. Ces femmes attirent, non pour mener à elles, mais à plus grand qu’elles : la magnifique réalité de l’âme chrétienne épouse de Dieu, réalité qu’en leur virginité consacrée elles incarnent…

 

La femme et l’extase

Aller plus loin dans la réflexion réclame de souligner un autre point caractéristique de la féminité, inscrit dès la première page de la Genèse. Si Dieu a voulu la masculinité dans un rapport étroit avec une mission à accomplir – mener le créé à sa destinée – il n’en est pas de même pour la femme. Fondamentalement, son être psychologique la place en relation non avec quelque chose à accomplir mais, ce qui est beaucoup plus, en relation avec quelqu’un. Elle est « pour l’homme », tournée vers l’homme, « adjutor similem sibi » (Ge 2.18,20) et donnée comme telle à Adam (Ge 2.22). En un mot, la féminité est essentiellement relative.

Le rapport mère/enfant le montre jusqu’à l’évidence. Ce qui apparaît en tout premier lieu dans la mère est le remarquable dévouement dont elle sait faire preuve à l’endroit de son enfant. En elle, tout en tourné vers lui. Ses journées, et souvent ses nuits, sont rythmées par l’enfant. Il n’est pas jusqu’à son propre corps qui, en un cycle incessant de préparation à la vie puis de reconstruction, ne soit programmé pour lui. Elle est là, tout en éveil, disponible aux besoins de l’enfant. La loi propre de la mère, c’est l’enfant. Car la loi propre de la femme, c’est l’altérité. Le centre de gravité de la femme, si je puis dire, est hors d’elle-même : elle ne trouve sa définition que dans et par l’autre. En un mot, elle est extatique.

Il importe de saisir la portée d’une telle expression. Moins encore que l’homme, la femme ne trouve en elle-même son propre accomplissement. Le caractère extatique de sa vocation est expressément voulu de Dieu. La femme n’agit en tant que femme que dans la mesure où elle est donnée. Donnée à son mari elle est épouse, donnée à son enfant elle est mère, donnée à Dieu elle est vierge. La femme ne s’épanouit que dans le don à autrui. Si l’homme se donne à une œuvre et par là même accomplit sa mission qui consiste à servir, la femme pour sa part se donne à un être, et seul ce don lui permet de correspondre à sa vocation. Ou encore, s’il revient à l’activité masculine de perpétuer la puissance et la sagesse avec laquelle Dieu créa le monde, il est du propre de la femme d’exprimer le suprême vestige divin présent en toute œuvre créée : l’amour.

À la lumière de cette caractéristique féminine s’éclaire tout le drame du premier péché. Précisément parce qu’il revenait à la femme de refléter l’amour, c’est la femme et non point l’homme qui fut tentée par l’antique serpent. C’est Ève, et non point Adam, qui cueillit le fruit maléfique. Quelle fut sa première faiblesse ? D’aucuns affirment, certes avec raison, que jamais elle n’aurait dû converser avec le démon. Le père Dehau, dominicain, ajoute une nouvelle perspective. Le tentateur ne put séduire Ève qu’au moment où elle était seule, à l’instant précis où elle ne vivait pas cette relativité à Adam, pourtant constitutive de sa mission. De cette première prise d’indépendance de la femme, il résulta la perte de l’humanité ! Les siècles ont beau passer, le drame de la femme demeure en tout point identique. La recherche de soi est à la racine du péché de la femme. Quand la femme se recherche elle-même, elle s’éteint et s’autodétruit, pour son propre malheur comme pour celui d’autrui, et donc de la Cité.

 

La femme et l’effacement

Ce trait permet de dégager l’aspect qui authentifie chez une femme l’acceptation de sa vocation spécifique. Tout ce qui a hors de soi son centre de gravité est toujours plus ou moins impersonnel. Ainsi en est-il de la femme authentique. Sa vocation est une vocation cachée, faite de dépouillement et d’oubli de soi. En elle le « moi » est voilé, et il n’est pas jusqu’à son nom dont elle ne se dépouille pour laisser place à celui de l’être aimé, en l’occurrence son mari. C’est qu’il revient à l’épouse de disparaître pour faire corps avec l’époux, à la mère de disparaître au profit de l’enfant, à la vierge de disparaître au monde passager pour chanter celui de l’Au-delà, dès ici-bas partagé. La femme authentique est donc dépouillée d’elle-même, elle passe inaperçue au regard extérieur et superficiel.

En ce sens, Gertrude Von Le Fort aimait à dire que le signe spécifique de la femme est le voile. C’est là sa plus belle parure, car il manifeste son acceptation consciente et amoureuse d’une mission qui relève du domaine de l’invisible. Les artistes chrétiens ne s’y sont pas trompés lorsque ils sculptaient la mère bénie entre toutes sous les traits d’une Vierge noire : nigra sum sed formosa, je suis comme invisible au regard extérieur, mais toute belle au-dedans, car toute donnée. D’ailleurs, la seule chose que cette Vierge montre au passant, ce n’est point elle, mais son Fils qu’elle présente à l’humanité déchue. Son itinéraire dans l’histoire de la théologie n’obéit pas à d’autres lois : Marie ne s’élève pas dans ses dogmes pour plaider sa propre cause, mais pour défendre celle de son Fils. Au Concile d’Éphèse par exemple, elle n’est reconnue Mère de Dieu que pour réfuter l’hérésie christologique de Nestorius. La Vierge s’efface devant son Fils. N’en est-il pas plus ou moins ainsi de toute mère ? Elle ne se soucie guère d’agir et de briller que dans son fils. Elle est comme le piédestal de son enfant, elle ne veut de gloire que pour lui. C’est là sa vocation, sa noblesse et sa beauté : disparaître, pour transmettre.

Certes, il existe une dimension virile à tout développement humain : Deviens ce que tu es. C’est le pôle masculin de l’humanité. Mais il existe aussi une ligne féminine de ce même développement, et sa formule pourrait être celle donnée par le Seigneur à sainte Catherine de Sienne : Tu es celle qui n’est pas. Entre ces deux pôles se bâtit l’humanité. Et le moindre n’est pas celui de la féminité : le Fiat de réceptivité dont témoigne un être tout d’accueil qui disparaît à ses propres yeux – ancilla – n’est-il pas l’écho indispensable du Fiat prononcé par le Créateur ?

Le monde moderne n’a point compris cette dimension de la vocation féminine. L’effacement de la femme lui est tout simplement insupportable. Il la montre et la dévoile, il en fait l’objet d’une ostentation constante. Plutôt que de s’effacer, il l’invite à s’affirmer. Il veut pour elle une égalité parfaite avec l’homme. Il prône la parité homme femme dans le domaine politique, il permet à l’épouse de garder son propre nom malgré le lien du mariage, et même de le transmettre comme tel à son enfant si le cœur lui en dit. L’idée est toujours la même : extérioriser la femme, combattre la retenue toute d’intériorité caractéristique de sa vocation première. Mais se faisant, il dépouille la femme de sa richesse spécifique. Et par là même, il dépouille le monde de toutes les forces cachées dont le cœur de la femme est porteur, au risque d’en faire un monde inhumain, un monde sans Dieu.

 

La femme et le Oui

Fiat : c’est par ce mot que Marie est devenue ce qu’elle est. Oui : c’est encore par ce mot que la femme devient épouse, puis mère. C’est que, dans la pensée de Dieu, ce mot est le propre de la féminité. L’amour en effet n’a pas de mesure, et le cœur féminin est ainsi fait qu’il ne trouve son assouvissement que dans le don total de lui-même.

Sauf à être habité de désillusion, on réalise alors que la femme ne trouve son propre accomplissement que dans le don d’elle-même à celui qui seul est infini, à celui dont l’amour jamais ne déçoit parce qu’en tout il est toujours fidèle. Son « oui » ne peut être donné totalement qu’à Dieu, à raison même de la puissance d’engagement qu’il contient. Il ne revient que secondairement, le cas échéant, à son mari, instrument pour elle et pour les siens de la divine Providence.

Forte de cette remise totale de soi entre les mains de Dieu, la femme sait alors que la générosité, le dévouement, le service, l’amour, la patience, la compassion, le renoncement à soi, le silence sur soi, et même la répétition fastidieuse des tâches, loin d’être des pièges où la liberté s’englue, sont autant d’expressions d’un oui qui rend chacun de ces actes aussi magnifiques que fécond.

De l’aveu même de l’agnostique Malraux, « seul le christianisme a inventé l’Éternel Féminin (…). Lorsque l’Église pense que son destin dépend de Clovis, qui est arien, elle lui cherche une femme catholique… Il y aurait beaucoup à dire ! Il reste qu’il n’y a d’Éternel Féminin que dans le monde chrétien. » Seul le catholicisme a su incarner le portrait éternel de la femme, au plus grand profit de la société entière. C’est de là encore que doit resurgir le vrai visage de la femme, sauf à ce que notre monde ne périsse définitivement.

Un prêtre catholique

 

Prière à Notre-Dame du Oui

Notre-Dame, qui par votre oui avez changé la face du monde, prenez en pitié ceux qui veulent dire oui pour toujours. Vous qui savez à quel prix ce mot s’achète et se tient, obtenez-vous de ne pas reculer devant ce qu’il exige de nous. Apprenez-nous à le dire comme vous dans l’humilité, la pureté, la simplicité et l’abandon à la volonté du Père pour notre salut et celui du monde entier, Ainsi soit-il !

 

Courte bibliographie pour aller plus loin

- Gertrude von Le Fort, La femme éternelle : un grand classique en la matière ;
- Janine Hourcade, L’Éternel féminin, femmes mystiques : de beaux portraits de femmes dignes de ce nom ;
- Marcel Clément, Ce que les hommes ne savent jamais : conférence audio dressant dans sa beauté le portrait psychologique de la femme.

 

Illustration : détail de La Vierge à la chaise de Raphaël (env. 1514)

À ne pas manquer chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

147 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #939820
    le 20/08/2014 par PaterPan
    Éloge de la féminité

    Merci pour ce texte qui remet les choses en ordres pour ceux qui, comme-moi, ont été elevés dans l’imposture du féminisme ...

    Je vais diffuser largement.


  • #939826
    le 20/08/2014 par SR.F
    Éloge de la féminité

    Les Prohibitionnistees au Etat Unis et les suffragettes en France ne sont que le prémisse de Kinsey

    Ces 2 groupe était pousser par la banque
    En effet pour avoir 2 fois plus de contribuable ,il suffit de faire travailler les femmes
    La propagande maçonnique et bancaire étaient d’attribuer a tord à la femme des qualités ,étaient d’attribuer à tord à l’homme des défauts

    Une des finalités de l’égalité entre les sexes est l’égalité devant l’impôt


  • #939960
    le 20/08/2014 par Musulmane
    Éloge de la féminité

    "Sauf à être habité de désillusion, on réalise alors que la femme ne trouve son propre accomplissement que dans le don d’elle-même à celui qui seul est infini, à celui dont l’amour jamais ne déçoit parce qu’en tout il est toujours fidèle. Son « oui » ne peut être donné totalement qu’à Dieu, à raison même de la puissance d’engagement qu’il contient. Il ne revient que secondairement, le cas échéant, à son mari, instrument pour elle et pour les siens de la divine Providence. "

    De profondes paroles veridiques.

    Merci pour ce tres beau texte plein de verités et de sincerité.


  • #939983
    le 20/08/2014 par anonyme
    Éloge de la féminité

    Mdr ça me fait toujours rire ce concept de féminité,ce truc que les hommes ont inventés pour fantasmer sur une supposée nature de la femme,ce fantasme qu’ont crées les hommes pour cacher leur ignorance de la femme:un être qui ne pense qu’au pouvoir(fric,statut social),débile qui ne pense que par ses sentiments et qui changent d’avis selon sont ascenseur émotionnelle,fourbe,qui est adepte du billard à 3 bande pour son intérêt,un être sans vergogne

    Douceur,féminité,gentillesse...tout ce blabla idéaliste que ne mérite pas la femme de nos jours

     

    • #939998
      le 20/08/2014 par Asphodèle
      Éloge de la féminité

      Ici on parle de la femme telle que le créateur l’a voulue et non pas de la femme dénaturée
      d’aujourd’hui, arrachée à sa fonction par des oligarques dont un des buts est de détruire la famille.
      La femme, hélas, n’a que trop facilement répondu à l’appel des ténèbres...
      C’est Jules Ferry qui disait : "Prenez la femme, vous aurez l’homme et l’enfant !"


    • #940002
      le 20/08/2014 par chanceux
      Éloge de la féminité

      Votre vie semble bien triste et je vous plains sincèrement d’être tombé sur les mauvaises personnes. Comme pour les hommes il y a des femmes admirables, sincères, et d’un altruisme à toute épreuve. J’ai le privilège de partager ma vie depuis 15 ans avec l’une d’elles.

      Cordialement.


    • #940010
      le 20/08/2014 par Une femme
      Éloge de la féminité

      Bonjour Anonyme,
      j’ai lu votre message, et croyez-moi je comprends votre exasperation, etant moi-meme une femme, je peux vous dire que je souffre enormement depuis mon enfance a cause de femmes et de filles comme vous les decrivez tres bien, obsedees par la reussite pour elles-memes, souvent stupides, egocentriques, manipulatrices, narcissiques, regies uniquement par l’emotion et jamais par la raison... Il existe pourtant, dans l’ombre, des femmes qui subissent ce feminisme atroce actuel, et qui pourtant revent de fonder une famille, revent de se donner a quelqu’Un, voudraient incarner cette belle Feminite si bien decrite dans l’article ci-dessus. Seulement les seules femmes qui se font remarquer, a fortiori, par les hommes, sont les filles qui l’ouvrent le plus, ou qui seduisent le plus, qui se vetissent le moins... J’ai observe cela toute mon enfance et adolescence. Il ne faut pas perdre tout espoir en la Femme, meme si la TV et la societe de profit les ont emancipees, les ont detournees de leur propre nature... Car les silencieuses perles rares existent encore, et souvent elles sont, par definition, bien, bien cachees.


    • #940046
      le 20/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      Oui mais en même temps si tu réfères à Porcelaine Black, Rihanna ou autres Beyoncé et leurs avatars consommatrices jusqu’à leurs ongles manucurées, tu ne trouvera pas cela réaliste, assurément.

      En revanche, regarde plutôt les femmes dans l’Histoire.
      Pour la féminité, c’est pas vraiment un truc qu’a inventé l’homme, car une femme qui a une personnalité qui vire au masculin a tendance moi personnellement à me révulser complètement


    • #940113
      le 21/08/2014 par anonyme
      Éloge de la féminité

      @chanceux
      Que veux tu ,hélas oui la vie ne m’a pas fait de cadeau ....tu as bien de la chance le chanceux ;)

      @une femme

      C’est la triste vérité,le triste constat des femmes.Pour tout vous dire je n’en connais pas des femmes que vous appelez "perles silencieuses"(j’ai beau observez,discutez,rien de ceux que vous décrivez)je sais pas quelle age vous avez (il n’est pas courtois de demandez l’age à une femme ;) ) mais les filles/femmes de la jeune génération dont je fais parti sont d’une catastrophe affligeante,ça en devient presque caricaturale tellement c’est gros.Tout dans l’apparence,le" swag " comme on dit,la statut social,tes relations sociales(c’est t’es "in" sous entendus si t’as assimilé tout les codes vestimentaires et le langage )

      Aujourd’hui, la plupart des filles sortent avec des types pour satisfaire leur EGO DEFAILLANT ; ces femmes n’apportent rien , c’est plutôt afin de soulager leur blessures narcissiques... elles veulent tout contrôler, elles argumentent, ne vous écoutent pas ; croient tout savoir sur tout.
      Elles lisent le 20 minutes ou le Metro et ensuite, elles se prennent pour des spécialiste de la situation Ukrainienne,de la Syrie

      Bref je vais m’arrêter là,on va penser que je suis un gros frustré mais je sais passer au dessus de ça ,mieux vaut en rire ;


    • #940203
      le 21/08/2014 par Une femme
      Éloge de la féminité

      Reponse @ anonyme :
      Vous avez malheureusement raison au sujet des filles en general, de nos jeunes generations (je m’inclus dedans, j’ai disons entre 20 et 30). Mais comme je vous le disais, les filles et femmes (libres ou pas) qui ressemblent a ce dont l’article parle sont veritablement bien cachees, parce qu’elles ne supportent pas elles-memes ce que la societe veut faire d’elles. On ne les trouvera plus beaucoup de nos jours dans les "hautes" ecoles, ni dans les bars ou restau branches, ni dans les soirees etudiantes et autres bals, car elles fuient justement les mondanites ridicules, elles fuient les soirees alcoolisees ou l’on ne fait que ricaner et seduire, en tout cas je parle pour celles que je connais. Beaucoup sont memes traumatisees par leurs passages a l’ecole meme ! Les vraies filles et femmes ne se confondent malheureusement plus dans les foules ou vont la majorite des gens, de par leurs convictions... C’est atroce parce qu’elles restent finalement recluses, comme des rebuts de societe... Mais il existe des rassemblements par exemple de jeunes chretiens qui vallent la peine de s’y rendre, ou les "perles rares" se trouvent davantage, meme si parmi les chretiens il y a aussi parfois de gros imbeciles... Bref il devient difficile de les croiser, et meme de simplement les VOIR, tellement ecrasees par les autres idiotes qui ne se comptent plus. Mais elles existent... :) Courage a vous, il y en a surement certaines sur ce site meme ! ;)


    • #940259
      le 21/08/2014 par Ssss
      Éloge de la féminité

      A anonyme, il faut peut être changer de milieu ! C est sur que si vous fréquentez les boîtes de nuits, centres commerciaux et autres.... Vous n irez pas bien loin. Votre remarque est aussi bête que de dire que tous les hommes d aujourd’hui ne pensent qu aux voitures, motos et jeux vidéo ( et au sexe... j allais oublier !).

      Des femmes admirables, douces, des mères dévouées il y en a. Peu être pas 90% mais il y en a. Alors sûrement que vous n avez pas eu la chance d en fréquenter ou d en connaître au vu de votre commentaire si sur et aigri mais allez voir ailleurs et vous allez en rencontrer des femmes intéressantes, des mères au foyer qui élèvent leurs enfants, des femmes aimantes douces et sincères. Allez un peu d effort !


    • #940281
      le 21/08/2014 par lordy
      Éloge de la féminité

      @Une femme

      Mine de rien votre post remonte un peu le moral,
      figurez vous que c’est un peu la même chose pour les hommes, beaucoup ici (ainsi que moi même) ne se
      reconnaissent plus dans les lieux que vous avez cités.
      La différence toutefois, c’est que nous les hommes on n’hésite pas "a forcer la porte" de ces lieux,
      et à se retrouver dans des soirées merdiques.
      Quel homme ici n’a jamais connu les fameux "plan galère" de fin de soirée ou on se fait chier au bout d’une demi heure
      car on s’aperçoit que les filles présentes à la soirée ne valent pas grand chose. (les mecs non plus d’ailleurs)

      Du coup, à force on se lasse et on finit par lacher prise et vivre sa vie pour soi en attendant que le vent tourne : on lit, on se ballade en moto/scooter, on se fait des week end à la mer, des voyages à Londres sur les compagnies de merde low cost, tout ça en solo.
      Mais on ne rêve que d’une chose, c’est faire tout ça en couple. :D


    • #940288
      le 21/08/2014 par Starkamanda
      Éloge de la féminité

      @ anonyme
      T’es sûrement un type superficiel, la femme parfaite n’existe pas. Il y a deux curseurs pour juger un partenaire potentiel : la beauté intérieure et la beauté extérieure, ces aspects de la personnes se valent. Si tu veux une mère de famille dévouée à son époux tu as intérêt à regarder un peu plus la beauté intérieure de ta femme car sinon une garce te pompera ton argent après le divorce.
      PS : chose que j’ignorais, si vous divorcez d’une femme sans activité, et avec laquelle vous n’avez pas d’enfant, vous payerez quand même une pension alimentaire ...


    • #940300
      le 21/08/2014 par adile111
      Éloge de la féminité

      ( suite )
      Clara différait en tout point des femmes que je viens d’évoquer. C’est dans ce contraste qu’il fallait chercher le secret de son rayonnement, du tribut spontané d’amour et d’admiration qui s’attachait à ses pas.
      Peu nombreux sont les hommes qui n’éprouvent pas secrètement des moments d’émotion profonde, des moments où, au milieu des banalités et de l’hypocrisie misérables de la société moderne, ils rêvent d’une femme.... fraîche, innocente, douce et sincère : d’une femme encore susceptible de ressentir avec chaleur des impressions nouvelles : d’une femme dont les affections et le sympathies s’expriment à travers ses actes, et donnent leur couleur à ses pensées : d’une femme à laquelle ils puissent accorder une confiance aussi entière que celle que vouent les enfants, qu’ils désespèrent de rencontrer au milieu de l’endurcissement du monde, qu’ils oseraient à peine chercher ailleurs qu’en des lieux retirés, au fond de la campagne, dans un ermitage rural, à l’écart de la société, parmi des bois et des champs entourés de collines silencieuses Lorsqu’une femme ressemble à celle que je viens de décrire, elle rayonne d’un attrait universel auquel aucune autre ne peut prétendre, même de loin. Seul une telle femme mérite et conserve le respect et l’admiration sincère des hommes sur lesquels se fonde le pouvoir de toutes les femmes, pouvoir qu’un grand nombre croit posséder, mais que si peu détiennent en vérité.

      Wilkie Collins 1824-1889


    • #940636
      le 21/08/2014 par Marc
      Éloge de la féminité

      Bonjour Anonyme,

      J’ai été dans le même situation que vous, mais avec l’age on relativise. Je crois qu’une Femme a bien résumé la situation que je confirme également : en 2014, ce n’est pas en boîte de nuit ou bar, ou autre soirée étudiante que vous trouverez la mère de vos enfants. Une femme bien ne sort pas de ce genre d’endroit. Le mieux est de fréquenter des groupes religieux, faire des pèlerinages, ou des groupes intellectuelles (musée, concert de musique classiques...)... ou partir en orient mais les choses changes mal la bas aussi.

      Dite vous qu’on est tous victime de ce système : on est forcé à être superficiels. Et les femmes sont victimes du féminisme sans s’en rendre compte, influencées, par les médias, journaux et autres immondices...
      Les franc maçon dans leur but de détruire le christianisme ont visés juste : corrompre la femme qui est la fondation même de la famille.

      Enfin sachez qu’on est face à un léviathan auquel on est impuissant et que seule la nature chassera en force.(Le féminisme est contre nature... chassez le naturel, il revient en force).

      En attendant, vivons notre vie d’hommes, faisons du sport, baladons nous dans la nature, lisons du Soral et rigolons sur du Dieudonné !


    • #941640
      le 22/08/2014 par anonyme
      Éloge de la féminité

      Je me dis parfois que ceux qui arrivent à se plaire dans ce système féministo-capitaliste comme dans un poisson dans l’eau et qui ont du succès avec ces filles nourries et bercées dès leur plus jeune âge au féminisme et au paraitre -je parle bien évidemment de ses hommes qui arrivent à enchainer les conquêtes et succès auprès de la gente féminine-sont peut être les plus intelligent et les plus fort....L’homme ne doit t il pas vivre avec son temps et s’adapter aux situations tel un caméléon,la sélection naturelle comme l’appelle si bien ce cher Darwin (qui n’a pas tort sur ce point)


    • #941758
      le 22/08/2014 par D.
      Éloge de la féminité

      @anonyme Non, c’est totalement faux. Rappelons que le féminisme est un renversement idéologique financé par une minorité (CIA, Rockefeller...) dans l’optique de détruire un rempart de poids au nouvel ordre mondial : le catholicisme. Je ne pense pas que le "mâle dominant" ou "mâle alpha", appelle cela comme tu l’entends, soit un mâle assez bête pour tomber dans une manipulation politico-religieuse aussi grotesque.

      Au contraire, le mâle dominant serait plutôt celui qui comprendrait les ressorts de tels mécanismes, et qui réussirait à les déjouer. Et dans une civilisation, rappelons que l’on ne vit pas dans la jungle, nous possédons tous ce potentiel.

      Comme dirait Soral dans une de ses conférences (je ne sais plus laquelle), produire une étude sociologique du comportement humain à l’aide du comportement animal, c’est penser comme un abruti. Loin de moi de te traiter d’abruti, mais tu es en train de penser comme tel.


    • #941812
      le 22/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      @anonyme



      Je me dis parfois que ceux qui arrivent à se plaire dans ce système féministo-capitaliste comme dans un poisson dans l’eau et qui ont du succès avec ces filles nourries et bercées dès leur plus jeune âge au féminisme et au paraitre -je parle bien évidemment de ses hommes qui arrivent à enchainer les conquêtes et succès auprès de la gente féminine-sont peut être les plus intelligent et les plus fort....




      Autant mettre un puceron mâle et une mante religieuse femelle dans un bocal


    • #1680400
      le 08/03/2017 par RD
      Éloge de la féminité

      Les diverses descriptions me semblent correspondre surtout aux moins de 30 ans disons.
      Après il y a toujours des exceptions et des différences voire des idéaux dans la "jeunesse".
      Après de toute manière avec enfants et travail en prime dans le cas général, tout le monde rentre dans le rang et les différences dans un sens ou l’autre ont tendance à s’estomper.


    • #1681192
      le 09/03/2017 par alex1737
      Éloge de la féminité

      @chanceux : merci d’étaler votre belle vie, mais ayez un peu de respect pour ceux qui ne sont pas comme vous.
      Votre commentaire peut en énerver plus d’un je pense.


    • #1681205
      le 09/03/2017 par alex1737
      Éloge de la féminité

      @D. : vous avez raison globalement, même si ce phénomène est surtout concentré dans les grandes villes, Paris en étant bien sûr une "synthèse".
      Néanmoins, bien que je parle à partir d’observations personnelles, donc statistiquement pas forcément pertinentes, les mentalités de ces femmes (plusieurs millions minimum quand même à mon avis) ont réellement changé.
      Elles profitent de la vie urbaine moderne, qui leur offre des opportunités sociales sans cesse renouvelées, même passé la trentaine. Les hommes ont également leur responsabilité dans ce schéma, en se forçant à entrer dans une compétition masculine sans aucun sens, dans le but de passer quelques instants avec une compagnie féminine, pour ne pas dire plus.

      L’adage " oui mais de toutes façons, si elle ne se rend pas compte qu’elle a un "âge limite" pour se caser, elle finira seule malheureuse dans un F2 avec 10 chats" n’existe plus aujourd’hui.
      Fonder une famille n’est clairement plus la priorité de la majorité des femmes actuelles. Ce serait plutôt les hommes, chose amusante, qui sont plus portés sur ce sujet ainsi que sur l’engagement. Elle veulent faire carrière, s’amuser et profiter de la vie tout en restant "libres" et indépendantes". La maternité est le plus souvent vue comme une contrainte, un enfermement et un assujettissement à son conjoint.
      Les femmes ne "balisent" absolument plus à l’approche de la trentaine, c’est désormais 35 ans voire même assez souvent l’aube de la quarantaine. Et même après, beaucoup assument leur style de vie de "célibataire épanouie".
      Le période où l’on se "case" (le fameux triptyque famille-boulot-maison) est d’ailleurs de plus en plus longue à obtenir, et n’a plus vraiment de sens aujourd’hui avec 20 % de chômage, les divorces multiples, les familles recomposées dans tous les sens où il faut repartir de presque zéro à chaque fois.

      Si vous voulez creuser ce sujet passionnant, je vous invite à consulter les excellents articles et vidéos de Stéphane Edouard.
      bonne soirée.


  • #939988
    le 20/08/2014 par Clara Imbert
    Éloge de la féminité

    J’en suis toute émue, je ne trouve pas les mots tant c’est beau... je retiens cette phrase merveilleuse qui traduit ce que je ressens au fond de moi étant femme : "La femme authentique est donc dépouillée d’elle-même, elle passe inaperçue au regard extérieur et superficiel."


  • #939997
    le 20/08/2014 par Une femme
    Éloge de la féminité

    Magnifique article ! Et je suis une femme, jeune qui plus est. Voila le visage veritable de la feminite ! Voici un tres bel eloge. Merci au pretre qui l’a si bien ecrit et saisi. Comme quoi, les pretres valent veritablement les meilleurs psy ou conseillers conjugaux du monde. J’adhere totalement a cette vision de la Femme. J’ajouterais que que le don de soi feminin n’est pas, comme on le croit aujourd’hui, un acte qui trahit un manque de caractere, ou un signe d’inferiorite. C’est ainsi que la Femme se magnifie, et c’est ainsi qu’elle deploit toute sa grandeur, en se donnant a l’Autre. Quand donc les magazines feminins publieront ce genre d’article, pour le bonheur des femmes ( et des hommes !!!).
    Merci E&R pour ce tres bel article que je n’ai pas manque de lire a mon mari.

     

    • #940054
      le 20/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      Bonsoir Madame,

      Les psys et les conseillers conjugaux (surtout ces derniers) sont de gros escrocs qui ont joué et jouent toujours un rôle dans le délitement de la femme actuelle, enfin des plus faibles parmi les femmes devrais-je dire, des briseurs de couple tout comme les assistantes sociales ces grognasses payées à foutre la m...e et dont je me demande toujours entre autre l’intérêt de leur existence.

      Cordialement


    • #940090
      le 21/08/2014 par Rondoudou
      Éloge de la féminité

      Je suis psy...Kasiar ! Viys êtes abjecte ! Les consultations psys servent à agréger et non à créer une déliquescence. Cessez donc vos fantasmes sur mon métier.


    • #940206
      le 21/08/2014 par Une femme
      Éloge de la féminité

      @Kasiar : je vous approuve ! Navree pour les rares bons psy ici, qui surement existent, ou autres conseillers ou assistantes sociales, mais la plupart sont effectivement des GROS escrocs, et je sais de quoi je parle...


    • #940316
      le 21/08/2014 par Rachid
      Éloge de la féminité

      Ma chere vous avez raison car le riche est celui qui donne et non pas celui qui recoit...


  • #940008
    le 20/08/2014 par isaki
    Éloge de la féminité

    Beau texte en effet. Très riche et il mérite d’être réfléchi, interiorisé, contemplé. Une pensée d’exegèse me vient dès le départ en m’appuyant sur le savoir de spécialistes chrétien de la genèse. La Eva biblique, c’est la part féminine de l’Homme. Ce que j’apprécie, c’est la mention de l’inaccomplie comme esquisser ici, Eve est la partie inaccomplie - à savoir inconsciente- de l’être qui fait echo à Adam partie accomplie, consciente de l’Homme. En effet Dieu ne tire pas Eve de la côte d’adam, mais lui même à côté de lui cet inconscient qu’il ne "voit" pas. ce qui est une approche un peu moins puéril d’une lecture premier degré. Cela dit comme le conceptualise le très contreversé Hermès Trismegide, "tout ce qui es en haut est comme tout ce qui est en bas". Ainsi nous sommes probablement des objectivations matérielles des grands principes qui résident en chacun de nous. Ce n’est que dans cette perspective onthologique que je me conçois en tant que femme. Une bonne partie du féminisme est a revoir et probablement bon pour la poubelle. Je ne m’y reconnais pas du tout. Je me sens femme et je veux être femme pas homme. Je ressens en moi la dimension de Don qui est le lieu d’une profonde plénitude car en accord avec ma nature. J’ai juste peur que certains ne se jette sur ses formidables pensées qui nous sont présentées ici pour re faire de la femme un objet - voir un jouet- pour ces messieurs.

     

    • #940060
      le 21/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      Et si la femme se comportait elle-même en objet ? personne n’oblige certaines à s’habiller en pouf et être maquillée en voiture volée. La femme malgré le fait qu’ elle se serait "émancipé de l’homme" continue à être un objet : du marketing, de la société marchande, des patrons ... Tant que la femme ne fera pas preuve d’autonomie sans suivre aveuglément comme un mouton une mode, un militantisme débile, ou une religion de façon dogmatique (sans méditer sur la théologie entre autre), ben cela voudrait dire que la femme est majoritairement un objet.
      J’aimerais moi aussi que les femmes dans l’ensemble (je suis convaincu que certaines sortent du lot fort heureusement) deviennent moins aliénables face à n’importe quoi et prouvent justement que les femmes ne sont pas des suiveuses comme on pourrait péremptoirement le croire


    • #940355
      le 21/08/2014 par isak
      Éloge de la féminité

      « personne n’oblige certaines à s’habiller en pouf… » Effectivement, vu comme cela je ne peux que être d’accord avec vous ! C’est vrai nous sommes des objets consentants mais je préciserai par un jeu subtil de manipulation. Si personne ne force qui que ce soit, il y a un poids social est très lourd : il faut être la plus belle, la plus sexy sinon on est rien socialement (je caricature). Voilà le message que les filles reçoivent. Et les toutes jeunes filles qui se questionnent sur la sexualité que constatent-elles ? Des pratiques sexuelles immondes foisonnant sur le net et largement visionnées par ces messieurs qui parfois donnent l’impression de ne vouloir qu’une recherche de la pratique la plus gore. Si les hommes valorisaient un peu plus les femmes discrètes, peut-être que les femmes se comporteraient différemment. Ca me fait penser à l’histoire de la poule ou de l’œuf. J’ai la trentaine et j’estime que c’est mon rôle maintenant de guider les jeunes filles, de leur offrir une autre lecture de leur féminité. Mais ce travail nous ne pouvons pas l’accomplir sans des hommes qui nous respectent dans notre dimension de femme. C’est un travail d’équipe. Je rêve d’une époque où le corps n’est pas tout ! Où un regard et une cheville dévoilée feraient naître un univers de magie et de symbiose entre un homme et une femme. Ainsi la femme ne serait plus un simple objet physique mais une personne, une âme à découvrir et vis versa par ailleurs. Dieu merci ça existe mais ce n’est pas évident, il faut déjà se construire un respect de soi, surtout pour les plus jolies filles.
      Mon inquiétude c’est que les femmes ont tout de même bien souffert de la violence masculine, d’où le besoin d’émancipation qui a tourné au vinaigre avec le Féminisme, on est d’accord. Femme je suis, mais humain, à l’image de Dieu aussi !! Or le problème dans ce texte c’est de rameer la femme qu’à sa dimension féminine et pas à sa dimension d’Homme créature de Dieu. Voir Genèse 1.27, bien avant cette histoire de côte il est dit de Dieu : Il créa l’homme a son image. Il le fît homme ET femme…


    • #940866
      le 21/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      "Si les hommes valorisaient un peu plus les femmes discrètes, peut-être que les femmes se comporteraient différemment."

      Oui mais de quel genre d’hommes parlez-vous de DSK ou autres pervers de ces milieux-là ou de Soral dont je n’ai jamais entendu de ses vidéos vulgariser la femme ? Ceux qui détiennent le pouvoir sont justement ceux qui valorisent ce type de femme.
      "Mon inquiétude c’est que les femmes ont tout de même bien souffert de la violence masculine"

      De quelle violence parlez-vous ? qui a violenté qui ? selon quelles anecdotes ? Parce que cette "violence masculine" dont on entend parler dans les médias au moins tous les 8 mars, j’attends toujours des études sérieuses là-dessus et non des ressentis gonflées par des manipulations des lobbys féministes. Il y a peut être eu des hommes violents mais je ne crois pas que ce soit la majorité. Ce qu’il faut comprendre c’est que d’un point de vue violence l’ homme n’en a pas plus le monopole que la femme. D’ailleurs il existe nombre de cas de figures où la femme pousse elle-même l’homme à devenir violent ce qui ne justifie certes pas l’acte, mais n’en demeure pas moins qu’il y a des cas de figure où la femme est fautive. Ensuite c’est peut-être la récession qui explique la frustration ou encore le fait que les femmes lisent ces stupides magazines féminins qui les endoctrinent et les pousse à se rebeller contre leur mari, car oui c’est toujours l’homme le coupable quoique fasse la femme. Et tant que la femme ne comprendra pas que l’homme subit tout autant dans la société et que la femme est loin d’être une oie blanche dans l’ensemble, rien ne changera, ni la réconciliation hommes-femmes et encore moins l’estime envers elles. J’ai également remarqué que les mecs parmi la génération montante respectent de moins en moins les femmes, car il y a aussi une majorité d’idiots chez nous qui n’ont pas compris que c’est justement le but des pervers manipulateurs de détruire l’estime de la femme.

      - Je ne connais pas bien la Bible, mais je pense qu’il s’agit d’une parabole, voulant dire que l’humain et homme et femme, mais un homme masculin et une femme féminine bien entendu. D’ailleurs aucune religion ne pousse la femme à imiter l’homme originel , bien au contraire.
      Je pense que là où nous ne serions pas d’accord c’est sur la soumission et l’effacement de la femme, mais là encore c’est une parabole. Pour nous musulmans une femme peut travailler mais c’est mieux pour elles d’être en son foyer.


    • #941061
      le 22/08/2014 par isak
      Éloge de la féminité

      - J’ai posé la responsabilité masculine qui était la conclusion d’un argument que vous devriez relire. Si vous ne voyez pas la part de responsabilité du comportement masculin et des phénomènes sociétaux dans cette histoire, je pense que je ne peux rien faire pour vous.
      - La violence masculine serait une anecdote d’après vous… Vous exigez des chiffres…Comme disait l’autre « sous la torture on fait dire aux chiffres tout ce qu’on veut ». Vous venez proposer tout à coup un argument d’essence scientifique dans un espace de Doxa : c’est malhonnête. Où sont vos chiffres à vous ? Car si il y a des études sur la violence conjugales, mais où sont celles qui concluent que la violence masculine est « d’anecdotique ». ? Pour en revenir à la sphère d’échanges, la différence entre hier et aujourd’hui, c’est que les femmes possèdent un « droit d’Exit » donné – en partie - par le féminisme avant qu’il ne dérape. Nous devrions nous atteler à poser des bases solides où femmes ET hommes intègrent une posture « juste » de leur nature d’Humain d’abord, puis d’êtres sexués qui répondent à des impératifs biologiques et ontologiques. Car derrière une Femme, il y a un humain (que Dieu met au même niveau que le masculin, voir genèse 1,27).
      - Vous dites que les femmes sont aussi violentes que ces messieurs :Ah bon… vous avez des chiffres pour avancer cela j’imagine…


    • #941064
      le 22/08/2014 par isak
      Éloge de la féminité

      Je continue

      - " (…)il existe nombre de cas de figures où la femme pousse elle-même l’homme à devenir violent ce qui ne justifie certes pas l’acte, mais n’en demeure pas moins qu’il y a des cas de figure où la femme est fautive."
      Votre défense « ce qui ne justifie pas… », c’est de l’enfumage pur et simple puisque vous affirmez exactement le contraire. Quid des viols sur mineurs ? c’est leur faute aussi ?
      - "c’est peut-être la récession qui explique la frustration (…)’est toujours l’homme le coupable quoique fasse la femme. "
      Je vous épargne la psychologie de bisrtot sur ce point. Par contre, on peut aussi parler de la magnifique pornographie dégradante et violente qui foisonne sur internet car le marché se porte à merveille. Ca me semble légèrement plus sérieux que les conneries des magasines féminins.
      - "J’ai également remarqué …"
      Là, vous remarque. Mais quand c’est moi qui remarque vous demandez des chiffres..
      - "Je ne connais pas bien la Bible, mais je pense qu’il s’agit d’une parabole, (…) »(…) soumission et l’effacement de la femme, mais là encore c’est une parabole."
      Nous sommes tout à fait d’accord, les récits bibliques sont des paraboles, des mythes. Il nous ramène à quelque chose qui n’a pas de langage propre. Ainsi, il ne faut pas les prendre à la lettre comme des enfants qui ne comprennent que le premier degré, mais chercher la dimension mystérieuse. Bon courage, car pour l’ancien testament il existe 72 degré de lecture possible.


    • #941828
      le 22/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      - Non c’est vous qui avez un problème de compréhension n’inversez pas les rôles. Accuser de façon péremptoire les hommes de tous vos problèmes, sans se poser les bonnes questions ce n’est pas du raisonnement, mais j’appelle cela un dogmatisme, le même que celui du féminisme. Vous êtes prisonnière d’une vision qui plus est étriquée, remettez-vous immédiatement en question.
      Parce que c’est votre conclusion en plus ? Ma foi vous êtes encore plus caricaturale que je ne l’imaginais.
      - Vous voulez des chiffres des sources eh bien en voilà ?
      http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...
      http://blogs.mediapart.fr/blog/homm...
      Lisez Badinter "fausse route" et Polony "la femme est l’avenir de l’homme" vous aurez des chiffres. Ces femmes sont d’ailleurs elles-mêmes féministes au cas où vous me rétorqueriez un parti pris suspect.
      Et vous quelles sont les votres, car c’est bien à vous de me fournir les sources ?
      QUand je dis anecdotique, je dis que ce n’est pas la majorité des hommes ne sont pas des avinés qui tabassent leur compagne façon punching ball, pourtant c’est ce que vous semblez croire naïvement. Les médias n’ont pas eu beaucoup de difficultés à vous inculquer toutes ces conneries.
      - Je suis d’accord la femme est une moitié de l’humain l’homme l’autre.
      - Des chiffres attention vous risqueriez de tomber du haut de votre nuage de bisounours : http://soshommesbattus.over-blog.co...
      cette vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xh...
      - Quel rapport avec le viol sur mineur ? Je parle de violence conjugale, vous êtes vraiment indécrottablement à côté de la plaque
      - Psychologie de bistrot ? C’est toujours mieux que de dire "l’homme violente la femme" sans chercher les raisons, donc peut être que j’improvise mais de nous deux le plus borné ce n’est pas moi dans l’histoire.
      Puis encore une fois vous extrapolez je n’ai jamais cautionné la pornographie autrement que dans vos propres fantasmes et fantaisies.
      - Disons qu’en fait je n’arrive pas à cerner votre point de vue sur la dite parabole Madame "je-vaux-mieux-que-tout-le-monde"
      - Pour conclure votre cas est assez exceptionnel et est loin d’être une réalité sociale. Personne n’est dupe à ce jeu-là, n’essayez pas de convaincre qui que ce soit, ça marchera plus


  • #940013
    le 20/08/2014 par David
    Éloge de la féminité

    Beau texte, sinon :

    Gertrude Von Le Fort aimait à dire que "le signe spécifique de la femme est le voile. C’est là sa plus belle parure".
    Ça va faire plaise à certains ici, tu va voir que ça va être relevé :)

    "seul le christianisme a inventé l’Éternel Féminin"
    A l’oeil, je trouve que l’Ancienne Alliance balance pas mal sur la femme, Lilith, Jézabel, Salomé.
    A comparer de ce qu’avance la Nouvelle, Marie, Madeleine ...

    Pour en revenir à Lilith, il semblerait que ce personnage ne soit pas très canonique ? d’importation Babylonienne et étayé par la Kabale.
    Dès l’intro, on sent que c’est signé :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Lilith
    "Il s’agit peut-être du plus ancien mythe de révolte féminine."


  • #940066
    le 21/08/2014 par kasiar
    Éloge de la féminité

    Joli texte en effet. Pourquoi ne pas créer un atelier ER où les femmes pourraient s’interroger sur leur féminité et sur ce qui caractérise cette dernière ? Tout comme il y a des stages de survivalisme pour les hommes (physique tout ça sauf si on y inclut du self défense), atelier permettant selon moi une revirilisation de l’homme, c’est à dire développer la testostérone en nous et l’oestrogènes en elles, avec des camarades spécialisés en psychiatrie, ou en tout cas sachant comment développer la personnalité des uns et des autres. Pour ceux et celles que ça intéresserait, ça permetterait de recréer la complémentarité perdue par les satanistes, et l’endoctrinement ambiant.

    "C’est d’ailleurs très probablement son amour de la vie profondément inscrit dans sa nature qui rend la femme si hostile à la guerre."

    On m’explique alors pourquoi il y a des femmes qui s’engagent à l’armée ?

     

    • #940824
      le 21/08/2014 par Le goy
      Éloge de la féminité

      "On m’explique alors pourquoi il y a des femmes qui s’engagent à l’armée ?"
      Eh bien, merci le féminisme ! Femme = homme, donc pourquoi pas des femmes soldats ou policières ?
      Voilà l’une des nombreuses dérives apportées par cette doctrine du Mal.


  • #940076
    le 21/08/2014 par Marie59
    Éloge de la féminité

    Quel beau texte qui nous fait redécouvrir toute la grâce d’être femme... !

    La revendication du féminisme à vouloir la femme semblable et égale à l’homme, a détruit la vocation première de la femme. Et cette vocation est merveilleusement décrite dans ce texte. On constate ensuite comme cette idéologie est trompeuse quand, lors d’un reportage en Norvège, dans une école où l’on expérimente le gender, on se rend compte de la différence innée de chaque sexe : les petites filles ont plus d’empathie, sont plus sociables, plus maléables et plus dociles. Le féminisme dénature la femme, lui ôte tout son pouvoir et toute sa force ..."se faisant, il dépouille la femme de sa richesse spécifique. Et par là même, il dépouille le monde de toutes les forces cachées dont le cœur de la femme est porteur, au risque d’en faire un monde inhumain, un monde sans Dieu."

    On le voit bien quand, dans un foyer il y a une femme telle que décrite dans ce texte, c’est réellement un cadeau, c’est un foyer béni et prospère, les enfants sont épanouis et le mariage est solide. La femme est le véritable socle de ce foyer qui, de ce fait, devient indestructible. La preuve en est quand cette femme vient à disparaître, l’homme se sent complètement perdu et inconsolable... C’est pour cette raison que, nous les femmes, devons cultiver ces caractéristiques typiquement féminines que sont la douceur, l’empathie, le service, le don de soi etc. Nous avons trop à perdre en suivant l’idéologie féministe, pour nous et pour la société...

     

    • #940869
      le 21/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      Il y a eu aussi un cas expérimental en Israël où dans les années 50 dans les kibboutz on éduquait façon théorie du genre des gamins. Résultat ben arrivés à l’âge adulte les filles se sont mises au maquillage, coquetterie... et les garçons aux activités traditionnellement masculines. Je sais plus où est l’info, mais je suis certain, c’était dans un article sur un site.


  • #940098
    le 21/08/2014 par How
    Éloge de la féminité

    On ne pouvait faire un plus bel éloge de la beauté de la Femme. Bravo !


  • #940104
    le 21/08/2014 par seber
    Éloge de la féminité

    C’est beau de fantasmer.


  • #940108
    le 21/08/2014 par As nature intended
    Éloge de la féminité

    Qu’y a-t-il donc de si contradictoire entre "la recherche de soi" et "le don de soi" ? Il me semble que les préceptes énoncés dans ce texte sont théoriques et ne reflètent pas la complexité de la nature humaine. Nous pourrions tout autant dire que l’homme fait don de lui-même lorsqu’il engage sa vie pour une cause ou une mission. D’une certaine manière, il s’efface devant l’importance de sa tache.

    Je suis moi aussi tout à fait consciente des dégâts du féminisme dans notre société et c’est peut-être même LE drame le plus à déplorer dans l’histoire récente. Cependant, je pense que l’auteur fait un raccourci qui ne lui permet pas de penser son sujet en profondeur, en toute honnêteté et liberté d’esprit.

    Je pense pour ma part que pour pouvoir se donner pleinement à autrui, tout être a besoin de faire une certaine recherche intérieure ou introspection qui lui permettra, se connaissant et se comprenant lui-même, d’apporter à l’autre la véritable richesse qui est en lui et ce faisant contribuera à une meilleure humanité.

    Nous le voyons bien dans notre vie de tous les jours, que peut donc donner à son enfant une mère "dépouillée d’elle-meme" qui ignore son propre fonctionnement et celui du monde ? L’amour est primordial biensur mais pas toujours suffisant pour permettre le developement physique et spirituel de nos enfants. Que d’émotions non comprises, de traumatismes, de croyances erronées seront à l’origine d’êtres souffrants et dysfonctionnels.

    Ce concept d’effacement, de disparition de la femme derrière l’homme, l’enfant ou Dieu est romantique et utile au dogme. Il comporte une part de vérité bien sur mais si partielle qu’il en devient faux et coupé de toute réalité humaine et sociale.

    Non à une femme masculinisée, faussement libérée, superficielle et vaine. Oui à une femme consciente de l’importance de son rôle de mère et d’épouse (et par ce biais, au moins, de sa contribution à la société), profonde, généreuse, intelligente et éduquée.

     

    • #940205
      le 21/08/2014 par Leïla.Mila36jecontacte.
      Éloge de la féminité

      @Anonyme et Kasiar, JE SUIS UNE FEMME ET JE SUIS 100/100 d’accord avec vous, dans ce monde maçonnisé, les femmes y sont d’une fourberie et d’une cruauté intellectuelle épouvantable, elle ont tout détruit, avide de pouvoir, oui surtout de POUVOIR. Elles sont d’une jalousie maladive, elles sont liées par un pacte malfaisant, par les loges des fems, et des fraternelles, repaire de démones, toutes plus inhumaines et stupides les unes que les autres. Je ne suis pas franc-maçonne, j’ai découvert leur monde souterrain depuis une dizaine d’années, elles n’ont eu de cesse de détruire ma vie et ma chance de rencontrer l’homme de ma vie. Je suis une combattante. Sans cette volonté de me battre, à l’heure qu’il est, je ne serais pas en vie, où alors au fin fond d’une clinique psychiatrique à servir de cobaye à la secte alpina. Les psys, je les connais, quelle arnaque ! Normal, apprendre les rudiments de la psychiatrie et de la psychologie VIA FREUD ! TOUT EST DIT ! ; Et puis une chose est usuelle chez les franc-macs c’est "d’acheter" des diplômes, un exemple ? : une ex- belle soeur qui n’a JAMAIS FAIT LA MOINDRE ETUDE, A ACHETE EN LOGE UN DIPLÔME ET SE PERMET DE PRATIQUER LA FONCTION DE PSY ! ! j’ai voulu apporter mon aide à une association de personnes en difficultés, il y avait 2 pseudos conseillères conjugales, elles se sont servis de ce que j’avais vécu et ont vampirisés ce que j’avais appris au cour de ma vie (une femme seule qui a bien élevé ses 4 enfants et surtout a su se défendre sans "bobos" contre la franc-maçonnerie, peut faire l’objet d’une surveillance extrême). J’ai découvert que ces femmes ont éloigné de moi, comme l’avaient fait les précédentes loges de fems qui ont été autour de moi au cours de ma vie, l’homme qui été avec moi. Cette association étaient en fait une escroquerie pour spolier les gens en détresse. J’ai essayé de dénoncé cela. Pour moi les fems, je m’en méfie, elle n’ont de féminin que leur dénominateur :femme.
      Je cherche l’homme de ma vie, existe t il un homme qui se comporterait normalement et qui n’OBEÏRAIT PAS aux loges maçonniques ? Je sais que je ne suis pas un isolée, nous sommes TOUS concernés par les pratiques barbares et illégales de la franc-maçonnerie, le tragique, c’est que leur fourberie nous empêche de voir ce qui se déroule en COULISSE ? IL FAUT CONTINUER LE COMBAT ET OUVRIR LES YEUX. Pour moi, une "initiée", pour moi n’est pas une femme.


    • #940209
      le 21/08/2014 par bibelot
      Éloge de la féminité

      Sans vouloir aller trop loin dans l’indiscrétion et devenir ainsi discourtois, on sent que vous avez une solide expérience de "terrain" (pardon pour cette formule un peu lourdaute). Merci Madame de formuler si clairement ce que vous dites : en effet si le Rôle de la Femme reste immuable et éternel, les époques changent à toute vitesse, et les femmes ne sont pas forcement préparées à y élever des êtres qui sauront relever les défis de leur temps. Il faudrait peut-être mettre à disposition de celles qui veulent devenir mères, une formation spécifique poussée, ainsi qu’un véritable statut social (qui passe aussi par un salaire). Il ne peut y avoir d’obligation de résultat, mais il devrait y avoir une obligation de moyens dans la manière dont sont élevés ceux qui seront les forces vives de la Cité de demain.


  • #940171
    le 21/08/2014 par amar rabah
    Éloge de la féminité

    D’une délicieuse spiritualité cet article d’un prêtre catholique ... Ses accents , qui nous rappellent certaines lectures de Sainte Thérèse d’Avila , nous réconcilient surtout avec la langue française classique avant qu’elle ne soit détériorée par la débauche "sartrienne" et le talmudisme littéraire "Lévinassien" d’après-guerre ... Faut-il que les héritiers de Barrés et de Chateaubriand supportent encore les mimes de Finkelkraut et les pages de Biegbeder

     

    • #940625
      le 21/08/2014 par Leïla
      Éloge de la féminité

      @Bibelot, Vous ne m’apparaissez absolument pas discourtois, au contraire ! oui en effet je suis une femme de terrain, bien malgré moi. Bien à vous.


    • #940990
      le 22/08/2014 par bibelot
      Éloge de la féminité

      @Leila
      Comme je vous disais je crois (et vous semblez tout a fait d’accord), nul besoin de détailler nos souffrances et dégringoler dans le pathos pour se comprendre... Sachez simplement que je vous admire, pour ce que je devine de votre parcours de vie. Et que vous représentez pour moi, à travers ces quelques lignes, ce que la Femme de notre temps a de plus abouti.
      Peut-être mon enthousiasme vous semble-t-il un peu hâté, puéril, et vous fera sourire ?
      Tout bien réfléchi, j’en serais ravi.
      Bien à vous,


  • #940243
    le 21/08/2014 par Océania
    Éloge de la féminité

    Pour ce que j’en vois la féminité dans nos sociétés modernes relève d’une construction personnelle. S’agissant de ses fringues de ses activités de son attitude ou de son comportement, chaque femme « se pense » féminine à sa manière au moins autant que sa nature profonde le lui impose.
    De la même manière qu’une fumeuse étudie sa gestuelle pour la rendre séduisante et féminine, les femelles de l’espèce en société (boulot, soirées...) calquent leur manières et leur maintien sur des modèles qui ont fait leurs preuves. Plus cela “parait” naturel et plus c’est séduisant (je suppose) mais toutes ne sont pas suffisamment actrices pour conserver longtemps la pause.
    Cette normalisation est bien sûr la conséquence de l’uniformisation de l’humain, décidée en haut lieu. Ma petite expérience en la matière me pousse à croire que cela fonctionne plutôt bien, mais qu’il reste des poches de résistance. Ici ou là.

     

    • #940287
      le 21/08/2014 par Papy
      Éloge de la féminité

      Retour aux fondamentaux... l’économie de la sexualité , attirance,plaisir d’organe ou de représentation pour ceux qui
      ont moins de santé ( je vous fais gràce de la liste de toutes les manip. que les hommes et femmes, individus ou groupes
      ont inventé au cours des àges ... ) ne sont que stratagèmes de la nature avec un sel but, la reproduction ! ( je sais le
      réel c’est quand ça fait mal ) .

      CELINE de mémoire : elle avait vingt ans, à cet àge la nature faisait des frais....


    • #941115
      le 22/08/2014 par Océania
      Éloge de la féminité

      @ Papy,

      Où il y a de la gène y a pas de plaisir c’est sûr. On est tous à nos heures soumis à nos sens, qu’y faire, sinon en tirer parti dans « un cadre maitrisé » avant disons de... sombrer ?
      Après, cela relève de l’intime et je ne saurai m’étendre ici sur ces questions, sauf à dire que nier la réalité des corps est totalement saugrenu. Mais que cela s’apprend et qu’il faut pour cela du temps...
      Cordialement.


  • #940250
    le 21/08/2014 par Paul
    Éloge de la féminité

    LF Céline : " Elles sont rares les femmes qui ne sont pas essentiellement vaches ou bonniches ; alors elles sont sorcières et fées : tout autour d’elles tourne au Sabbat " .


  • #940253
    le 21/08/2014 par Joss
    Éloge de la féminité

    J’ai de plus en plus d’admiration pour La Féminité. Les femmes portent en elles l’équilibre cosmique alors que nous, hommes, sommes des êtres agités, des destructeurs.
    _Par la même, je ne suis pas du tout nostalgique du patriarcat et ne suis pas inquiet par sa dissolution. Il faut avouer que les derniers millénaires de patriarcaux n’ont pas apportés grand chose au niveau de l’élévation de consciences et des valeurs.
    Savez-vous qu’on dit "il" pour parler de Dieu mais qu’on ferait mieux de dire "il-elle". Il-Elle est Le masculin et Le féminin.


  • #940257
    le 21/08/2014 par Océania
    Éloge de la féminité

    « C’est Ève, et non point Adam, qui cueillit le fruit maléfique. Quelle fut sa première faiblesse ? »

    L ’islam fait une lecture différente de cet épisode (ce qui ne veut pas dire opposé). Il est dit que tous deux ont fauté (gouté au fruit de la connaissance et perdu, de ce fait, l’innocence) mais que Dieu leur a pardonné aussi bien à l’un qu’à l’autre.

     

    • #1680311
      le 08/03/2017 par Untel
      Éloge de la féminité

      En fait le texte de la genèse est très clair : ils y ont tout deux goûté, mais Eve la première.

      Ce que l’on peut observer du rapport homme/femme chez les pratiquants traditionnels des 3 religions du Livre me semble traduire une lecture assez proche de cet événement de la genèse

      1) c’est la femme (où l’instinct naturel) qui fait tomber l’homme : le serpent est non seulement ce qui rampe au sol, mais c’est aussi un reptile, c’est à dire la catégorie animale la plus ancienne et semble-t-il la plus "collée" à la nature, jouant la proximité avec elle (camouflage, peau de terre et d’écorce, etc). La femme est-elle même réputée collée à cet état de nature, intérieurement (je ne vais pas re-décrire les aspect changeant, humoraux maintes fois répétés...). On pourra ensuite disserter de quel instinct naturel il s’agit (avidité, connaître pour détruire, etc) et c’est là que des différences culturelles/historiques vont émerger et impliquer des coutumes diverses.

      2) Les conséquences funestes de la faute (constat + châtiment) n’arrivent qu’après que l’homme ait fauté lui-même : d’où une responsabilité plus grande qui va de pair avec l’autorité légitime du mari/père. Cela ne dédouane pas les femmes et n’en fait pas des innocentes, mais cela décrit plusieurs niveaux symboliques : le péché de la femme reste interne au couple/foyer, le péché de l’homme a une portée publique (chef de famille, etc).


  • #940278
    le 21/08/2014 par sofy01
    Éloge de la féminité

    Très bel article , cependant en tant que vieille femme qui a mûri longuement ce sujet je voudrai exprimer deux points
    - la recherche de Soi est une quête INTERIEURE toute féminine et constructive.Elle concerne chacun d’entre nous. Homme ou femme , chemin de toute une vie...Je pense que ce prêtre fait référence à des psychothérapie abusive et dénuée de spiritualité qui ont plongé tant de femmes dépressives dans les eaux trop troubles de l’inconscient collectif.
    - Je distingue le concept de Féminité de l’individu Femme. Chaque homme ou femme contient en lui deux aspects qu’il peut découvrir et composent le SOI pour se sentir un et uni avec le tout.
    Une part viril et une part féminine. Certes chez une femme la part féminine est plus importante et chez l’homme c’est le contraire. Nous avons besoin les uns des autres comme de miroirs bienfaisants pour reconstituer notre puzzle intérieur.
    Le don de Soi image très Féminine peut être vécu par des hommes courageux et complets qui donnent leur vie pour les autres. Ces hommes par ailleurs peuvent être très virils
    La combativité image très masculine peut être vécue par des femmes fortes portées à la défense telles des lionnes de ceux qu’elles aiment. Et ces femmes pour autant "musclées" conservent par ailleurs leur magnifique féminité. Comment une femme pourrait elle mener le combat de la vie sans cette par active qu’elle doit apprendre à découvrir en elle ? Ne croyez pas qu’une femme peut passer sa vie dans un château de princesse ! d’abord elle s’y ennuie lol et la vie pour elle aussi est un combat quotidien, voyez la vie des femmes dans tous les pays du monde !. Une femme doit apprendre à dire NON, à s’extérioriser sans donner son corps son image à tord et à travers et un homme apprendre à se dire OUI, à oser l’intériorité, à faire confiance en l’autre, à ouvrir ses poings....
    Ce genre de très beau discours sur l’éternel féminin nous à mener aussi là où nous en sommes. Ne retournons pas en arrière....mais sortons de l’ornière ...
    Voilà ....

    Cessons de couper séparer opposer messieurs les curés. Laissez cela à S......c’est son boulot

     

    • #940360
      le 21/08/2014 par isak
      Éloge de la féminité

      Ca sens le Annick de Souzennelle ! Je suis tellement d’accord avec vous..


  • #940280
    le 21/08/2014 par Alfredo
    Éloge de la féminité

    Elevé dans la religion catholique, c’est avec cette image de la femme que je me suis lancé dans la vie. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir la réalité de la femme soi-disant émancipée d’aujourd’hui !
    Le féminisme ce n’est jamais rien d’autre que l’égoïsme conjugué au féminin.
    On est passé en quelques années d’une civilisation patriarcale à une civilisation matriarcale et c’est ce qui pourrait bien emporter la fin de la civilisation européenne.
    Car en temps de guerre, quand il s’agit de monter au front en première ligne sous un déluge d’artillerie, ce sont quand même les hommes qui doivent s’y coller.
    C’étaient les femmes qui transmettaient à leurs enfants la foi catholique (je vois encore ma mère m’apprendre à réciter par cœur le "Je vous salue Marie"). Du jour où les femmes converties au féminisme ont cessé de transmettre cette foi, les églises ont commencé à se vider et les vocations ont commencé à se tarir.

     

    • #1680318
      le 08/03/2017 par Untel
      Éloge de la féminité

      effectivement, le couple cliché d’autrefois était une femme pieuse épousant un homme peu porté sur la religion, et priant pour la conversion de celui-ci.
      Depuis quelques générations la tendance semble s’inverser. Et il est certainement plus difficile de ramener sa femme vers le foi que son mari, car il y a plus de liens à faire céder dans l’une que dans l’autre...De plus, la douceur d’une femme pieuse provoque plus facilement l’estime et l’admiration du mari. La dureté d’un homme pieux agit plus comme un repoussoir chez sa femme volage.


  • #940282
    le 21/08/2014 par hawa
    Éloge de la féminité

    Portrait idéalisé de la femme dans sa primordialité. Aujourd’hui, on en est très très loin. Quelques contradictions tout de même : on la veut séductrice mais" pas pour elle-même". Effacement total. Sauf que s’effacer, se dépouiller de soi c’est avoir atteint la sainteté. Or la dualité originelle homme-femme, (principe actif et principe passif) pose les bases d’un rapport dynamique, en perpétuel recherche d’équilibre.

    Je crois qu’il y a malentendu chez les Chrétiens dès le commencement. Attribuer la "faute" à Eve est la première injustice faite à la femme. Eve est le miroir des désirs d’Adam. C’est lui qui a éprouvé le désir de posséder la connaissance. C’est lui qui le projète sur Eve, sa compagne, son âme-soeur, son seul vis à vis, le seul réceptacle de ses désirs. Eve, comme principe passif voué à la dualité, n’a fait qu’y répondre.

    D’ailleurs tous les deux sont punis. Dieu n’est pas injuste. Il EST la Justice, Gloire à Lui, le Très Haut.

    C’est là un point de vue personnel (après une lecture un peu rapide, il est vrai, de ce texte).


  • #940285
    le 21/08/2014 par Starkamanda
    Éloge de la féminité

    Nous les hommes jeunes sommes très superficiels, je veux pas en faire une généralité mais je me base sur moi et mes expériences. Les femmes isolées ont le malheur de ne pas répondre au canon de beauté du monde porno. Dès lors elles éprouveront de folles difficulté à trouver un partenaire qui n’est pas là par défaut ou faute de mieux ... J’ai zappé plein de femmes de mon âge parce qu’elles n’avaient pas assez de fesse ou de poitrine ... Je sais je suis une merde ^^ Tout ça car notre environnement nous pousse à la frustration du partenaire ...
    Quand elles sont fragiles, elles peuvent être la proie de pervers narcissique, et je leur conseille donc à ces femmes de mieux rester seules que mal accompagnées ... D’éviter de ce donner à n’importe qui par désespoir et d’éviter bien sûr les sites de rencontre qui vous donneront l’impression d’être une denrée rare alors qu’en réalité 99% des mecs cherchent juste un plan cul.
    J’ai un ami qui est sorti avec un canon qui l’a trompé plusieurs et ça ne la pas rendu moins superficiel ... Il l’en redemande sûrement ^^

     

    • #940359
      le 21/08/2014 par isak
      Éloge de la féminité

      Ne te juge pas... Tu n’es pas une merde comme tu dis.. Comme nous tous, tu fais de ton mieux dans un monde où le respect et les valeurs nous font tellement défaut. On nous a appris à vénérer la sexualité pour elle-même, à la desacralisée.. A nous maintenant de retourner la situation ;)


    • #940381
      le 21/08/2014 par Mansur
      Éloge de la féminité

      Tout ça à cause du harcèlement sexuel libéral-libertaire, qui exerce sur nous une pression libidinale constante, nous rabaissant sans cesse au stade animal. Pas un coin de rue sans une publicité avec une femme dénudée, des hordes de filles habillées en prostituées, des femmes qui exhibent leurs seins à la plage, etc. Sans parler des ravages du porno accessible en deux clics sur internet dès le plus jeune âge. Dans ces conditions, dur de se contenter d’une fille manquant de fesses.


    • #940520
      le 21/08/2014 par guest23
      Éloge de la féminité

      Il faut peut-être arrêter la branlette et surtout le porno si tu veux retrouver une image plus saine de la femme.

      On n’entend partout constamment que c’était ce qu’il y a de plus naturel pour les mecs (mais on commence à étendre ce discours à la femme aussi) de s’onaner. Que les singes le faisaient, etc, etc... Mon avis c’est qu’on est pas des singes, et étant redevenu croyant je ne crois pas non plus à la théorie de l’évolution. L’humain est différent de l’animal dans ce sens qu’il peut séparer la sexualité de la reproduction, certes, mais aussi et surtout qu’il a une capacité de réflexion et de conscience de soi beaucoup plus évolués.

      Les gens ne réalisent pas l’influence qu’ont les images sur nous. Ca nous désensibilise complètement. Par exemple, on voit tellement la guerre partout avec des milliers d’Hommes qui meurrent chaque jour que ça nous touche même plus. Je veux dire qu’on a même plus la mesure de la gravité de la chose. On voit, l’homme crever de faim dans la rue, mais on le regarde à peine, c’est devenu commun... Le porno, c’est un des plus grand fléau de notre temps, mais on en trouve en profusion avec la plus grande simplicité... Et après, on fait mine que l’on va lutter contre le sexisme en parlant de sexualité aux gamins de maternelle.

      Une collègue de travail me racontait qu’une camarade de sa fille de 10 ans avait déjà tout vu dans le porno, gang bang, SM, etc... Ce sont des choses qui vous marquent à vie ça... Comment avoir un rapport au sexe opposé sain dans cette société hypersexualisée !?

      D’ailleurs avant que j’arrête ces deux horribles choses que sont le porno & l’onanement, j’avais constaté qu’il y avait de plus en plus de contenu sadique où l’image de l’homme était rabaissé. (J’en parlais avec un ami qui était justement arrivé à la même conclusion que moi, et il avait fait ce même constat : "ouais, y’a masse de vidéo de cocufication ou de sadisme violent (tant de l’homme sur la femme, que de la femme sur l’homme)".

      Après, rien ne t’oblige à te rendre sur des endroits pareils, et tous les mecs frustrés devraient peut-être commencer par là ?! De manière plus globale, je pense qu’on cherche constamment à combler un vide. Y’a d’autres manière que se l’astiquer, sortir une cigarette, s’inonder de films ou séries américaines...

      L’écran de manière plus générale est une drogue que peu de personnes remettent en cause. Et je dis bien, l’écran pas juste la télé... Mais ça, c’est une autre histoire ;)


    • #940635
      le 21/08/2014 par Starkamanda
      Éloge de la féminité

      @ guest
      Non justement l’homme est un animal qui souhaite tirer vers le haut l’espèce humaine. Je vais te montrer ce que donnent les études menées en occident.
      Cette étude scientifique a montré qu’un homme grand réussit mieux sa carrière professionnel et sa vie de couple, a un plus grand nombre de partenaire sexuel au cours de sa vie qu’un homme de petite taille. Les hommes de petite taille doivent compenser leur faible stature par un plus haut statut social. La taille moyenne d’un SDF est inférieur à la moyenne nationale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on trouve beaucoup d’hommes politiques de petite taille qui compense par le pouvoir leur faiblesse physique.
      De même pour un même visage, une femme avec une grosse poitrine réussissait mieux qu’une femme à faible poitrine. Elles trouvent plus facilement un partenaire, du travail, etc.
      La réalité de la sélection naturelle humaine a souvent été dissimulée par la religion qui tente de s’y opposer en vain ... Si le nazisme a eu autant de réussite ce n’est pas grâce au charisme d’Hitler mais parce qu’au fond de nous on fantasme sur l’homme et la femme parfaite.


    • #940639
      le 21/08/2014 par Starkamanda
      Éloge de la féminité

      @ guest
      Et par porno je parle des médias, des films, etc ... Qui n’a pas fantasmé sur une scarlett johansson ou une salma hayek.


    • #940858
      le 21/08/2014 par guest23
      Éloge de la féminité

      Alors, déjà défini étude "scientifique", puis tu précises menées en occident, donc soumis à la propagande occidentale ! Ce sont justes des statistiques et extrapolations à partir des résultats. En prenant une population, au sens statistique, différente, nous aurons sûrement des résultats différents !

      Prenons le gender par exemple, si tu le laisses s’implanter dans les écoles, la génération à venir aura une vision complètement différente de la sexualité et de la famille. Forcément, c’est du conditionnement et de la propagrande ! Il en est de même pour le rapport entre les genres et particulièrement la sexualité, parce que ça n’a pas toujours été ainsi et les francs-maçs y ont joué pour beaucoup : même mode opératoire que pour la diffusion du gender d’ailleurs. Des intervenants dans les écoles, des tractes diffusés gratuitement, et des cours uniquement avec l’autorisation des parents bien sûr !

      « Le Figaro signalait en janvier 1892, que des collégiens, des jeunes filles, recevaient, aux abords d’un bureau de tramways, de petites brochures intitulées : Pour Dieu ! — Pour la Patrie ! qu’on acceptait sans défiance et qui contenaient un tissu d’inexprimables saletés. Il n’y a dans une pareille propagande aucune spéculation mercantile, aucun profit matériel. C’est l’empoisonnement calculé comme l’ont voulu les Quarante. Les cabarets et les mauvais lieux sont multipliés à plaisir ; et l’on déploie en ce moment une activité et une ingéniosité incroyables pour amener les femmes, et les plus comme il faut, à se faire dorénavant habiller de la façon la plus indiscrète. »

      Et oui, quand je disais les images ont une influence sur nous, je ne parlais pas que du pr0n en soit, les films, les séries, les pubs, etc, etc... J’ai taffé à St-Germain-en-Laye, je peux te témoigner qu’au collège elles se fringuent maintenant comme des poufiasses ! Le maquillage, les chaussures, les jeans hyper moulant, avec le bras en "V" avec du sac-à-main leurs livres de cours qui dépassent, et le portable à la main !

      Donc, tes études "scientifiques" si elles ne prennent pas le facteurs environnemental en compte, ça vaut simplement zéro. C’est pas une étude, c’est un constat ! Oui, dans notre civilisation occidentale où l’image est devenue plus importante que le fond, la taille d’un mec jouera, comme les seins d’une nana. Franchement, merci l’étude ;)


    • #940862
      le 21/08/2014 par lafrousse
      Éloge de la féminité

      "les canons de beauté du monde porno" oui ,ça promet. C’est difficile d’entendre ça pour une fille, mais c’est courageux de l’avouer de votre part. Du coup, je me demandais que doivent faire ces filles qui ne correspondent pas à ces canons ? S’exiler ? Devenir lesbienne ? Renoncer à trouver un partenaire, à faire des enfants ? Se suicider ? Ne riez pas, ça peut aller loin, je connais des filles qui sont arrivées à une détestation de soi, ce qui est terrible, parce qu’elles estiment ne pas avoir assez de fesses, ou de seins, ou que sais-je encore et donc dans leur esprit, incapables de plaire ou de trouver un partenaire. Confiance en soi, amour propre, estime de soi dans un état lamentable.Triste. Ne vous étonnez pas si elles ont recours à la chirurgie esthétique, ce que beaucoup semblent fustiger, mais si l’homme peut compenser son physique ingrat ou sa petite taille par une statut social, la femme elle, compense par quoi ???


    • #941002
      le 22/08/2014 par Starkamanda
      Éloge de la féminité

      Guest je te trouve très parano, les études menées en Occident sont objectives surtout que le choix du partenaire masculin et féminin, le dévoilement de ses atouts y sont plus libéralisées.
      Je te conseille de lire un rapport d’étude de 20 pages avec chiffres donnés à l’appui mené par l’Insee et dont l’auteur se nomme Nicolas Herpin qui a pour titre :
      La taille des hommes :
      son incidence sur la vie en couple
      et la carrière professionnelle


    • #942000
      le 23/08/2014 par Leïla.Mila36jecontacte
      Éloge de la féminité

      Je suis d’accord @skaramanda, au fin fond de ma campagne, je ne vais ni en boîte, ni dans les soirées, les hommes, ici, sont soit mariés, soit franc-macs, et obeïssent à leur frangins-frangines et doivent rendre des comptes, où demander la permission ! Je n’ai de ce fait aucune chance de rencontrer l’homme de ma vie ! Je sais parfaitement que les sites de rencontre c’est nul, je suis, de toute façon une grande fifille, je ne me donne pas facilement, mais bon, ma question est : la solution pour les célibataires qui veulent être en couple, on fait quoi ?


  • #940292
    le 21/08/2014 par Anto
    Éloge de la féminité

    Heureusement qu’on a des prêtres pour parler des femmes...c’est pathétique !


  • #940307
    le 21/08/2014 par saint innocent
    Éloge de la féminité

    4ème de couv de "Sexe et caractère" :
    il n’est pas possible d’avoir vraiment réfléchi sur les femmes et de continuer de s’en faire une haute idée  ; il n’y a que deux catégories d’hommes : ceux qui méprisent la femme et ceux qui ne se sont jamais posé de questions à son sujet.
    (Le mépris est une émotion intensément négative à l’égard d’un individu ou groupe d’individus perçu comme inférieur ou sans intérêt).


  • #940337
    le 21/08/2014 par mike
    Éloge de la féminité

    ♂ le signe mal, fleche vers le ciel ( ideaux, creativité, reverie)
    ♀ le signe femelle, ancré sur terre ( realité materiel,)


  • #940348
    le 21/08/2014 par tobe
    Éloge de la féminité

    Je ne comprends pas en lisant les commentaires, cette haine des femmes qui en dégage ??? Et que tous les commentaires aillent dans ce sens ?! Mais sortez vous de chez vous ? Les femmes ne sont pas celles des médias, Des femmes biens, amantes, équilibrées, il y en a à la pelle !
    Comment pouvez vous catégoriser UN genre comme une unité unique alors qu’il comporte des milliards d’individus non semblables ?

    On en revient toujours à la même rengaine... la maman ou la putain.... incroyable.... de quoi avez vous si peur ?

    Des abruties, il y en a , et des abrutis aussi, mais comment se fait t’il qu’un homme puisse l’être sans qu’on le ramène à son genre ?

    Cet article est beau, effectivement, même si tout n’est pas si simple et qu’il y aurait matière à discuter, mais les commentaires sont d’une misogynie..... grave.

     

    • #940752
      le 21/08/2014 par Melvas
      Éloge de la féminité

      Cette vision de la femme est très belle, mais la bête qui sommeille en chaque homme nous pousse à utiliser ce genre d’idée pour assouvir un fantasme de domination, de la femme objet, car pour la sexualité masculine brute, la personnalité de la femme est un obstacle. Il est quasiment impossible pour un homme de parler des femmes sans transposer des fantasmes sexuels. D’ailleurs, la plupart du temps, quand un homme parle des femmes, il parle en fait des femmes jeunes et attirantes, ce qui est une catégorie assez réduite des femmes en général.
      Critiquer le féminisme c’est bien mais c’est dangereux car la violence due à la frustration est toujours là, très proche. En général, je préfère quand c’est une femme qui parle des femmes..


    • #942633
      le 24/08/2014 par Pseudo
      Éloge de la féminité

      On en revient toujours à la même rengaine... la maman ou la putain.... incroyable.... de quoi avez vous si peur ?



      cette phrase n’est pas fausse,et je valide totalement et c’est pas toi Don Juan qui va la contredire


  • #940374
    le 21/08/2014 par Mansur
    Éloge de la féminité

    Texte nauséabond, rappelant les Zeures les plus Sombres, bourré de stéréotypes à déconstruire au plus vite.


  • #940487
    le 21/08/2014 par walislam9394
    Éloge de la féminité

    c’est une très belle lecture.

    en tant que musulman, je fais part de mon plus profond respect pour le catholicisme. c’est une religion qui fait beaucoup de bien quand elle est ben comprise tout comme ma religion.

    vive la FRANCE


  • #940491
    le 21/08/2014 par guest23
    Éloge de la féminité

    Cette "éloge" de la féminité est loin d’en être une. L’écriture et le vocabulaire utilisés sont pernicieux !

    L’abandon de soi est loin d’être la raison de la femme ! Il est incontestable que sa sensibilité est de loin supérieure et que de ce fait son empathie doit l’être tout autant. Son centre de gravité est à l’extérieur d’elle-même ? Donc, en soi elle n’est rien, c’est ce que le texte nous dit mais en l’édulcorant de mélioratifs malhonnête.

    C’est dommage de combattre le féminisme avec du machisme déguisé !



    Le monde moderne n’a point compris cette dimension de la vocation féminine. L’effacement de la femme lui est tout simplement insupportable. Il la montre et la dévoile, il en fait l’objet d’une ostentation constante.



    N’existe-t-il pas un milieu entre l’effacement et l’exhibition ? Donc, soit je mets la niqab, soit un short déchiré ras-du-cul ?



    C’est qu’il revient à l’épouse de disparaître pour faire corps avec l’époux, à la mère de disparaître au profit de l’enfant, [...]



    Tu es soumise à ton époux, tu es soumise à l’éducation de ton enfant, d’ailleurs, tu ne te seras pas accomplie tant que tu ne te seras pas soumise d’une manière ou d’une autre.



    Elle est « pour l’homme », tournée vers l’homme,[...] En un mot, la féminité est essentiellement relative.



    Essentiellement, par essence, c’est sa raison d’être. Si j’étais une femme, peut-être voudrais-je être écrivain, institutrice, infirmière, agricultrice ? (en plus, d’être épouse & mère)



    Si Dieu a voulu la masculinité dans un rapport étroit avec une mission à accomplir – mener le créé à sa destinée – il n’en est pas de même pour la femme



    L’homme à une mission à accomplir, et la femme doit s’accomplir dans l’homme.



    C’est là sa vocation, sa noblesse et sa beauté : disparaître, pour transmettre.



    Association d’idées très malsaine ! Complimenter pour mieux faire avaler la pillule, c’est pas glorieux !



    l’image que l’homme se fait de la femme n’est en effet que l’image que la femme lui a d’abord proposée. Et si aujourd’hui l’image de la femme est menacée, ce n’est donc pas à l’homme, mais à la femme qu’il appartient premièrement de la redresser.



    Oui, et non ! Satan nous tente constemment, c’est bien à chacun d’y résister. Pour éteindre un feu, il suffit parfois d’arrêter de le nourrir, non ? C’est se dédouaner un peu vite ! Les mentalités doivent évoluer des deux côtés !

     

    • #940569
      le 21/08/2014 par sofy01
      Éloge de la féminité

      merci pour ce commentaire , vraiment merci. "disparaître pour transmettre" choque énormément....L’Ego oui doit s’affiner pour retrouver sa vrai fonction de transmetteur objectif , lucide entre nous et ...le divin . Cette effacement n’est pas une annihilation mais une transparence. Cela est vrai pour les hommes et les femmes...certains commentaires montrent que le chemin est encore long et qu’un grand nombre de personnes abîmées par ce monde matérialiste ont besoin de régresser pour reprendre le bon chemin...mais qu’ils n’imposent pas leurs choix à ceux et celles qui ont réalisés leur synthèse, c’est tout ce que je souhaite.


    • #940650
      le 21/08/2014 par isaki
      Éloge de la féminité

      Effectivement une très bonne analyse de discours. C’est compliqué. Je sens bien ce que ER veut faire, mais c’est sûr que là c’est un peu maladroit... Ce prête passe à côté de toute la beauté de la Genèse et persiste dans une compréhension puérile de la Genèse. Et ce texte commence plutôt mal e car il nous dit d’entrée que la femme réveille en l’homme un double sentiment : 1. l’admiration et 2 ? je cherche encore. Puis dans le même paragraphe, d’après l’auteur, l’homme ressens un doute vis à vis de la femme puis 2 lignes plus tard il est pétries de certitudes : "il sait blablabla". Bref, une première lecture à moitié endormie hier me donnait envie d’approfondir ; aujourd’hui, je trouve ce texte pétrie de certitudes rétrogrades, inutile voir dangereuses. C’est le problème du Catholicisme qui n’a jamais évolué dans sa façon de lire les Ecritures et continué à analyser un texte en Latin alors qu’il est écrit en Hébreux. Bref, belle écriture mais, par pitié un peu de cohérence si ce n’est conceptuelle, au moins discursive.


    • #940736
      le 21/08/2014 par Marie59
      Éloge de la féminité

      Il est normal que ce texte (c’est une bombe) suscite de telles réflexions. Je suis même étonnée qu’il n’y ait pas plus de commentaires scandalisés dans ce sens, surtout de la part des femmes ! Mais on ne peut pas appliquer ces considérations toutes imprégnées du matérialisme de notre temps à ce texte d’une grande spiritualité. Il faut le voir à travers les lunettes de la foi. Ce sont les rapports homme-femme tels que voulus par Dieu. Ici il est question d’Ève opposée à Marie, c’est la dualité ange-démon, l’une entraîne dans l’abîme l’autre élève vers Dieu. En cela la femme a un énorme pouvoir. Une femme à l’image de Marie dans un couple est une bénédiction. Cela suppose évidemment que l’homme joue son rôle. L’homme lâche de notre époque ne peut comprendre ce texte, il a la femme d’aujourd’hui qu’il mérite. Ici, soumission ne veut pas dire esclavage.

      N’oubliez pas que c’est les authentiques chrétiens qui feront la révolution de demain, ceux qui vont contre-courant.. !


    • #940879
      le 21/08/2014 par Paskl
      Éloge de la féminité

      Evidemment que tout texte est sujet à interprétation mais peut-être encore plus ce genre de texte relié au sacré et à la divinité. Dire qu’il y a là "idées malsaines" est la preuve d’une interprétation négative en amont, là où il n’y a qu’appel à la profondeur et au "oui" à la vie qui concerne autant l’homme que la femme d’ailleurs.
      Par exemple le mot "soumission" est très souvent connoté négativement socialement alors que le mystique connaît la soumission à la volonté de Dieu. Idem pour l’effacement qui concerne l’effacement de l’égo, se perdre en Dieu est une autre façon de le dire. Nos sociétés occidentales en sont à des kilomètres. Idem confondre "abandon de soi" et "n’être rien".
      Mais encore faut-il ouvrir son coeur et approfondir par une expérience personnelle avec des années d’efforts et d’ascèse pour en saisir le sens profond et se sentir appelé à le vivre ? Autrement il y aura mésinterprétation sur une base de refus plus ou moins bien située suivant là où en est la personne qui critique.
      Ce genre de critique est donc inévitable et dit surtout le manque de spiritualité de notre société. Il ne s’agit pas d’interdire à la femme d’être digne et entière mais de retrouver sa nature première, son essence et tel est le chemin du spirituel, relié à l’essence. Il y a là deux regards fort différent sur le vivant et sa beauté. A chacun de se faire son expérience.


    • #940931
      le 22/08/2014 par guest23
      Éloge de la féminité

      @sofy01 De rien, il me semblait important de faire le point sur cet article !

      @Marie59 Je comprends très bien ton ressenti ! Moi, j’ai été élevé par ma mère au foyer, et j’en suis ravi parce que j’ai pu recevoir une très bonne éducation ! Mais, je sais aussi qu’elle aurait sûrement bien aimé travailler si mon père, vieille école pour ne pas dire autre chose, n’avait pas imposé que c’était au patriarche de subvenir aux besoins de la famille (et la mère celui de s’occuper des enfants). D’ailleurs, l’hypocrisie voulait qu’on l’entendait à longueur de temps rabâcher que c’était lui qui apportait l’argent dès qu’on discutait son autorité ! Je pense que d’une certaine manière, cela permet aussi d’asseoir le pouvoir de l’homme. Tu travailles pas, tu gagnes pas ta vie, t’es complètement dépendant de moi, donc tu ne peux pas me quitter. Est-ce qu’on ne peut pas aussi faire émerger cette insécurité masculine sous-jacente de la mentalité d’une France en mutation ? Au final, effectivement, l’homme a joué son rôle comme tu dis, mais le boulanger qui se lève à 1h du mat et qui enchaîne (le terme est bien choisi) 2 boulots pour pouvoir subvenir aux besoins d’une famille de 3 enfants et qui rentrait donc vers les 22h, bah on le voyait pas souvent le daron :/ Puis surtout la société l’a complètement esquinté à force, il a plus la santé mon pauvre père !

      Pour résumer, c’est plus compliqué que ça comme tu peux le constater ! J’essayais simplement d’apporter un peu la nuance et la mesure, qui manquait au texte, c’est tout !

      On peut aussi, d’un autre côté aborder le fait que les deux parents qui travaillent, selon la rétribution de l’emploi, ça peut ne pas être un choix, mais une obligation pour pouvoir faire vivre sa famille, et effectivement, la transmission du rôle de la mère peut en pâtir. Je suis également d’accord ! Lorsque les parents croûlent sous les soucis, ils ont nécessairement moins de temps pour s’occuper des enfants ! Je pourrais encore raconté ma vie parce que je l’ai vécu tout ça aussi ! Donc, je saisi tous les points de vue, mais il faut tenter de trouver un équilibre dans tout ça, et c’est pas évident du tout !

      Encore une fois, un peu de mesure, de grace !


    • #940956
      le 22/08/2014 par guest23
      Éloge de la féminité

      @Paskl

      Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis. Ma spiritualité, je la retrouve à peine, et après l’avoir rejeté violemment pendant des années, le chemin du retour n’est pas si évident ! Même ma soumission au Seigneur de l’univers, j’ai eu du mal à l’accepter, alors de la femme à l’homme... Notons que l’égalité la pierre angulaire de la franc-maçonnerie... Ca nous a tous (presque tous) atteint, il ne faut pas se voiler la face !

      Ceci dit, le mots sont des choses très dangereuses et justement, liberté et égalité en sont les meilleurs exemples ! Faire écho vocation, noblesse et beauté à disparaître pour transmettre (thèse du texte), ça n’en reste pas moins une manipulation de la langue ! Je me suis mal exprimé désolé, c’est malsain comme procédé, je voulais plus précisément dire.

      Alors, arrêtons de tourner autour du pot et énonçons les choses clairement : la femme était-elle dévouée à son époux et sa descendance ?

      "Il ne s’agit pas d’interdire à la femme d’être digne et entière mais de retrouver sa nature première, son essence et tel est le chemin du spirituel, relié à l’essence."

      Je comprends par là que toi, tu réponds oui à ma question.

      Moi, je me tâte, je t’avoue que tu me fais rager parce que mon intuition me dit que tu vois certainement plus juste que moi. J’ai même envie de dévier le sujet autrement pour avoir raison ailleurs :D Mais je n’en ferai rien, disons que je pense que t’as raison, mais que j’ai du mal à l’accepter au fond de moi, encore trop impreigné d’une réalité incompatible avec cette vérité !


    • #940962
      le 22/08/2014 par milaitmichoco
      Éloge de la féminité

      Une réponse à guest 23 : Cet article bien qu’écrit vite ( où est le point 2 annoncé au départ ???) est un éloge réfléchi et tendre de la femme pour qui il doit éprouver de la compassion car elle s’est retrouvée être le dindon de la farce du féminisme et il n’est vraiment pas du machisme à mon avis.
      Flirte, fille de la fête, habits entre féminin chic et un peu sexy et tout de même bonne élève j’ai bien vécu ma jeunesse mais j’ai jamais oublié ce qui est important et n’ai pas fait d’excès et je suis docteur ( thèse) et j’ai un bon boulot, je suis sortie, j’ai couru après la carrière, j’ai publié. MAIS, MAIS, il n’y a rien de comparable dans tout l’argent, le succès, le plaisir d’être publié la première fois avoir des enfants : c’est ma plus belle réussite même si je n’ai pas travaillé pour mais ai reçu cela comme un cadeau.
      Mettre un voile n’est pas à prendre au pied de la lettre, je ne pense pas que le prêtre en question soit irréaliste au point de demander que toutes les femmes se voilent ; et quand je vois des fillettes maquillées et des gamines de 6eme avec le string qui dépasse de leur jean je me dis qu’en effet il y a trop de nudité.
      Disparaître n’est pas à prendre au premier degré, moi-même, ma voisine (qui ne se verra jamais femme au foyer) , ma mère et beaucoup de femmes modernes que je connais, mettons les besoins de l’homme et surtout nos enfants avant les nôtres : vous n’avez jamais entendu des femmes plaisanter entre elles que nous les femmes n’avons pas le droit d’être malades plus de 48 heures sinon c’est le bazar ? C’est ça c’est s’effacer pour voir sa famille bien, leur donner le meilleur (le fils de ma voisine dit qu’elle se sent obligée de se sacrifier) et nous l’avons de façon innée, servir le repas à notre famille , toujours vouloir donner les meilleures choses et prendre le moins bien et on ne le fait pas pour être remarquées ou remerciées, c’est juste comme ça, sans doute un truc inné pour préserver la race ( ? ) .


    • #940965
      le 22/08/2014 par milaitmichoco
      Éloge de la féminité

      la suite svp :
      Oui ’disparaître au profit de l’enfant’, personnellement je me sentais vraiment accomplie quand j’ai eu mes enfants, se lever en titubant la nuit pour la 3eme fois lorsque j’allaitais m’a apporté bien plus de bonheur que mes mentions aux études, attention j’en suis fière, mais ça n’a rien à voir avec la fierté de faire grandir un être humain. Quand on nettoie repasse etc ; ce n’est plus ’valorisant’ comparé au boulot payé car c’est un fardeau de plus et non le rôle principal de ’prendre soin de sa famille’ et pourtant on s’écrase, on disparaît , on supporte les méchancetés des collègues, des supérieurs parce qu’il ’le faut’ mais on jette ce qu’on a de plus précieux du matin au soir à la crèche. J’ai entendu des mères languir la fin des vacances et préférer le boulot à s’occuper de leurs enfants qui les vidaient de leur énergie. Je me souviens avoir pensé ’voilà les femmes d’aujourd’hui ne savent plus s’occuper de leurs enfants car elles n’ont pas l’habitude de le faire. ’ ou quelque chose comme ça.
      Oui on peut ’disparaître pour faire corps avec l’époux’ mais pour être un couple fort en donnant de soi, de son énergie comme on le fait pour nos parents , nos enfants, notre fratrie quand ils ont besoin de nous, c’est le mot ’soumis’ qui rend les choses désagréables. Mais on a tous plaisir à faire plaisir aux gens qui nous sont chers, par contre voyez les couples dont les carrières sont tellement prenantes où chacun poursuit sa gloire, ils finissent par s’aliéner et se séparer, car l’amour, une famille ça s’entretient avec ce qu’on partage au quotidien.
      C’est sûr nous travaillons aujourd’hui et ça nous apporte quelque chose car nous sommes habituées, mais nous n’arrivons pas à BIEN mener nos vies d’épouses et de mère en même temps il ne faut pas se leurrer, on y perd : donc à partir du moment où on est institutrice, ou infirmière on est mère à temps partiel, l’état ou une nounou se met à votre place environ 7 heures par jour c’est un temps énorme pour un bébé de quelques mois. Il faut savoir qu’ il est très difficile de mettre un nourrisson de 3 mois en crèche car on doit travailler. Il n’est pas dans notre constitution d’être loin de notre nouveau-né, c’est dramatique et encore plus aux Etats Unis où il n y a même pas ces environ 3 mois de congé maternité.


    • #940966
      le 22/08/2014 par milaitmichoco
      Éloge de la féminité

      suite et fin merci : « disparaître, pour transmettre. + Complimenter pour mieux faire avaler la pillule, c’est pas glorieux ! « 
      = a mon avis ce n’est pas avec des intentions malfaisantes et guerrières qu’il a écrit cela. Je dirais plutôt que la pilule avalée chaque jour fait disparaître l’envie de maternité et de stabilité de la femme pour le pur profit sexuel de l’homme dé-responsabilisé. Encore une fois c’est l’idée d’être le roc sur lequel repose la famille y compris l’homme. Des études ont montré qu’une veuve vit mieux qu’un veuf, l’homme ne s’occupe plus de lui même et tombe en ’morceaux ’ au décès de sa femme même s’il a des enfants, les femmes prennent mieux soin d’elles mêmes car souvent elles se sont occupé de leur famille en plus du travail et donc se comportent mieux face à la solitude. J’ai déjà entendu une femme dire qu’elle était le ’pilier de sa famille’ et que sans elle tout partirait dans le décor, elle disait ressentir cette responsabilité. Je l’ai compris après avoir eu mes 2e et 3e enfants : j’ai l’impression d’être indispensable et je prie Dieu de me garder en vie et en bonne santé pour mes enfants, car si je ne suis pas là le papa s’en occupera comme il pourra et fera l’essentiel, mais quand je suis là il y a l’essentiel et les petits détails en plus.

      si aujourd’hui l’image de la femme est menacée, ce n’est donc pas à l’homme, mais à la femme qu’il appartient premièrement de la redresser.
      Pour l’aspect prenons l’exemple triste de certaines jeunes femmes qui se voilent afin de se marier et qui ensuite l’enlèvent ; elles savent que les hommes sortent avec des filles sexy mais se casent avec des filles sages, et donc projettent cette image là quand elles cherchent à construire un foyer.


    • #941058
      le 22/08/2014 par Marie59
      Éloge de la féminité

      @Paski
      Merci ! Vous avez très bien su ressortir tout ce qui se trouvait entre les lignes de mon commentaire !

      @guest23
      Ah, la femme indépendante financièrement afin d’avoir le respect de son mari ! Un des arguments phare qui ont fait déserter le foyer à tant de femmes ! Puisque vous ne voulez considérer que cet aspect très "terre-à-terre" de ce texte et laisser de côté sa dimension spirituelle, je vais donc vous répondre sur ce terrain. Croyez-vous vraiment que votre mère ait été plus malheureuse qu’une femme d’aujourd’hui ? obligée de laisser son enfant à la crèche où d’autres vont l’éduquer, elle loupera ses premiers mots, ses premiers pas etc.. que de moments de bonheur perdus ! Ensuite rentrer tard le soir, fatiguée, avoir encore la lessive, le ménage et le repas, pas le temps de jouer avec les enfants. Bref, un stress permanent pour même pas avoir plus de considération de la part de son mari. Si ce n’est pas une obligation économique, je me demande pourquoi la femme s’inflige une telle torture... Encore un leurre, une illusion bien ficellée de la part des féministes : la femme ne sera épanouie que si elle travaille à l’extérieur et est indépendante ! Il y a des femmes qui, effectivement, n’ont pas la fibre maternelle, et qui choisissent et préfèrent leur carrière à la place de leurs enfants, mais ce n’est qu’une minorité, qu’elles n’imposent donc pas leur opinion à la majorité ! Les féministes ont tout fait pour dénigrer et rabaisser le travail de la femme au foyer. Il est temps qu’il soit revalorisé et même, pourquoi pas ? rémunéré ! La société aurait bien plus à y gagner !


    • #941178
      le 22/08/2014 par Marie59
      Éloge de la féminité

      @milaitmichoco

      En postant mon commentaire précédent, je n’avais pas encore pu lire le vôtre qui l’illustre magnifiquement ! Merci, merci d’avoir si bien décrit la situation réelle, pas très enviable, de la femme d’aujourd’hui qui travaille, et pourtant vous avez un métier qui vous passionne ! J’ai moi-même la chance de ne pas avoir besoin travailler (je suis néanmoins responsable d’une association de bénévoles qui aide les futures mamans justement, mais c’est une activité peu contraignante) je n’aurais donc pas pu décrire aussi bien la journée exténuante d’une maman tiraillée entre son métier et ses enfants. J’ai arrêté de travailler alors que j’étais enceinte de mon premier enfant et suis restée en dehors du monde du travail depuis. Je me suis donc consacrée à mon association, une cause qui me tenait à cœur depuis longtemps !


    • #941226
      le 22/08/2014 par guest23
      Éloge de la féminité

      @Marie59 "Ah, la femme indépendante financièrement afin d’avoir le respect de son mari ! Un des arguments phare qui ont fait déserter le foyer à tant de femmes".

      T’es à côté de la plaque, relis-moi, et tu verras bien que c’est absolument pas ce que je t’ai répondu. Pas indépendante pour le respect de son mari, parce qu’elle adorait être institutrice et enseigner... En plus, j’ai nuancé à la fin et reprenant les arguments que tu as développé. Effectivement, 2 parents qui travaillent pour que leur enfant soit élevé et dénaturé par l’Etat, c’est ce qu’il y a de plus dangereux certainement. Maintenant, je conviens aussi que je t’ai apporté une réponse très terre-à-terre mais si tu lis ma réponse à Paski, tu verras que je lui donne même raison... Et je suis effectivement même d’accord, sur la rémunération de la femme au foyer pour tout te dire ! Méa culpa, comme on dit, j’ai effectivement ce défaut d’être un peu trop terre à terre, et je suis d’accord sur le fond que la nature voulu par notre Seigneur de la femme est davantage celle du texte. J’ai simplement dû mal à ne considérer que le spirituel coupé de la réalité de notre temps. Et la manipulation de langage dans le texte, qui cependant est inconstestable.

      @milaitmichoco merci pour ton témoignage, encore une fois, si vous lisez les réponses aux arguments qu’on m’a avancé vous verrez bien que je corrige ma vision. C’est ça que j’ai toujours trouvé injuste que la femme se tue au foyer comme en dehors, comme tu dis, pendant que l’homme met les pieds sous la table et attend que le repas soit servi. Ce texte appliqué (je précise bien) à la réalité dans laquelle nous vivons, entraine d’inévitables inégalités dans la complémentarité. Et qu’au final, la femme est lesée ! Si je devais corriger, je dirais que ce texte est beau si on le regarde uniquement du point de vue de la spiritualité, mais qu’il est aussi très dangereux (surtout dans l’écriture et des formules choisies) si on se place dans la matière et la réalité de notre temps.



      elles savent que les hommes sortent avec des filles sexy mais se casent avec des filles sages



      Oui, donc, le regard que prête l’homme sur la femme est tout aussi important que l’image que la femme lui propose ! L’offre et la demande, c’est lié ! Je suis dans le pur imaginaire, mais si l’homme ne prête pas d’intérêt à la femme vulgaire, elle n’aurait plus aucun intérêt à l’être...


    • #941301
      le 22/08/2014 par Paskl
      Éloge de la féminité

      Merci à Guest 23 d’être aussi beau joueur.
      Ton questionnement est normal et il y a là quelque chose d’important relié au respect de la femme, me semble-t-il. Mais on ne le trouvera pas dans la dynamique actuelle faite de fausse féminité (féminisation dont parle Alain Soral) et pas non plus dans un retour en arrière à une époque où la femme était diminuée et relativement peu honorée (par peur, en fait).
      Or elle a besoin d’être regardée avec profondeur et respect par l’homme pour mieux se trouver elle-même. Elle rend alors à celui-ci, au centuple, une énergie très fine qui lui permet de s’ouvrir à son tour. C’est donc là un échange fructueux.
      Il y a juste à approfondir, c’est à dire mieux comprendre ce qu’est l’être humain et sa fonction. Mais bien peu de gens cherchent et encore moins trouvent ce chemin là.
      Ce n’est en rien une critique d’ailleurs. Je préfère quelqu’un dans sa logique et fidèle à lui-même qu’un tiède de quelque nature qu’il soit.


    • #941901
      le 23/08/2014 par kasiar
      Éloge de la féminité

      C’est ça que j’ai toujours trouvé injuste que la femme se tue au foyer comme en dehors, comme tu dis, pendant que l’homme met les pieds sous la table et attend que le repas soit servi




      Honnêtement, vous en connaissez combien des hommes comme cela ? J’ai l’impression que certains ont encore imprimés dans leur subconscient les clichés bien-pensants : "homme dominateur, femme soumise et taiseuse" Il faudrait à l’avenir vous débarasser de ces clichée aussi fallacieux que simpliste ou en tout cas les remettre en question pour avoir un débat plus sains.
      Après c’est peut-être une maladresse de votre part, mais je faisais allusion à certains commentateurs de mauvaise foi et incapable d’être objectif intellectuellement et qui reprennent ce qui les arrangent dans la doxa contemporaine.
      C’est pas ça Egalité et Réconciliation, c’est argumenter en toute honnêteté intellectuelle, et aller au dessus de tout ce que la société moderne nous a inculqué. Autrement ceux qui viennent avec leurs idées toutes faites et fausses devraient aller balancer leurs insanités sur un des sites féministes sur la blogosphère (c’est pas ce qui manque !) ou sur libé, Rut89 ...
      Bref, ceux dont je parle se reconnaîtront.

      Pour revenir à votre commentaires guest, à mon avis c’est la réalité actuelle le problème et comme vous dites il faut trouver un juste milieu. Personnellement je lis le Coran pour la seconde fois et pour moi les versets ont une interprétation vaste, atemporelle et spirituel. Je pense que théoriquement la religion c’est beau, mais l’être humain n’étant pas parfait dans son ensemble, la réalité est effectivement différente, c’est pourquoi il faut faire de notre mieux, et défaire ce que la Franc Maçonnerie a réalisé depuis des siècles avant de repenser au comment et trouver ensemble un consensus.

      Concernant le mari qui apporte un salaire, c’est dans la symbolique : l’homme prend les risques à la chasse, doit survivre et se débrouiller pour que sa femme survive. Il aurait fallu que votre père, soit plus respectueux envers votre mère, car les hommes doivent bien traiter leur épouse, surtout si ces dernières en valent la peine et font des efforts pour s’occuper des enfants et de leur foyer. Maintenant ce que je trouve malhonnête ce sont ceux qui se servent de votre situation pour en faire une généralité. C’est sans doute à partir de là que l’homme aurait du se remettre en question.


    • #943101
      le 24/08/2014 par amélie
      Éloge de la féminité

      Mais non, l’auteur ne dédouane pas les hommes ! il dit juste, et c’est du bon sens d’après moi, que si on veut que les hommes cessent de mépriser les femmes, de les considérer comme des objets, etc., il faudrait d’abord qu’ils aient sous les yeux autre chose que des pétasses décérébrées qui ne pensent qu’à leur petit moi en sucre. Cela n’exonère pas les hommes de leur côté de cesser de fréquenter les sites porno et de faire un effort pour respecter les femmes...
      Ok, on dira que ce n’est pas juste que ce soit aux femmes à faire le premier effort, mais c’est comme ça.
      Je comprends que ce texte - magnifique je trouve - suscite des réactions chez mes congénères, il m’aurait fait bondir à 20 ans, j’ai été élevée dans un féminisme de bon aloi moi aussi. Là j’ai la petite trentaine et je valide totalement, à condition d’éviter simplement les contresens : s’effacer, disparaître, cela ne veut absolument pas dire renier sa personnalité, ne pas chercher à s’accomplir. Au contraire. La femme chrétienne DOIT s’affirmer, penser par elle-même, ne pas être seulement la "femme de...", développer ses talents. Ce faisant, si elle s’écoute et écoute son Créateur, elle ressentira profondément que son plus beau talent, c’est justement de prendre soin des autres, de les aider à grandir et à s’accomplir. Alors elle ne sera plus coquette pour flatter son petit ego, mais pour rendre son homme heureux, et sa beauté invitera à contempler celle du Créateur.
      Aux lecteurs d’E&R qui aimeraient lire un éloge de la masculinité (y a pas de raison !) je conseille le livre de John Eldredge, "Indomptable", écrit par un père de famille protestant.


  • #940513
    le 21/08/2014 par Petrus777
    Éloge de la féminité

    Voici un bon complément au sujet de la femme : https://www.youtube.com/watch?v=Z-j...


  • #940538
    le 21/08/2014 par connoisseur
    Éloge de la féminité

    La femme est divine de ses premières règles à 22 ans . Après, "ça n’est plus ça" .


  • #940566
    le 21/08/2014 par Courtial
    Éloge de la féminité

    LF Céline : " Les femmes sont des chattes qui aiment le luxe et la tiédeur " (Correspondance) .


  • #940593
    le 21/08/2014 par Jean claude Vandale
    Éloge de la féminité

    La Femme est au-dessus de nous, c’est notre Dame, Notre Soleil depuis l’origine de l’Humanité.

    A Céline Renooz.


  • #940616
    le 21/08/2014 par Nico
    Éloge de la féminité

    En fait ,l’ homme et la femme sont simplement complémentaires ....C’ est un équilibre, la nature n’ a pas attendue les religions pour faire bien les choses.

     

    • #941752
      le 22/08/2014 par Onegodonemessage
      Éloge de la féminité

      C’est quoi ce commentaire anti religieux ?
      Vous êtes sur d’avoir compris le projet du nouvel ordre mondial ?
      La religion a été enseigné a Adam dès que Dieu l’a crée et il était le premier des monothéistes donc vos commentaires beliqueux gardez les pour vous et instruisez vous....
      En fait votre religion à vous c’est l’anti religiosité...


  • #940671
    le 21/08/2014 par Heisenberg
    Éloge de la féminité

    Bonjour,

    Par conviction religieuse,je n’ai jamais été en couple.Cependant,dans le cadre de mon travail,mes études....j’ai été amené à rencontrer des femmes "types occidentales ou féministes".Je constate que lorsque je discute avec mes collègues hommes,les sujets de conversations ne manquent pas (sport,politique,actualité,voyage,technique,science...).En revanche lorsqu’il s’agit des femmes,je trouve que les sujets sont trop limités.Avec le temps,je me rends compte qu’on me propose deux modèles de femmes :

    - la femme "type occidentale ou féminisé" qui est attirante physiquement,mais on trouve souvent un manque d’intérêt pour divers sujets.

    - la femme qui est l’opposée de ce que je décris,mais qui n’est pas ou peu attirante physiquement.

    Bien évidemment,ce que je caricature un peu et ce n’est peut-être pas la vérité absolue.Mais sachant que dans ma religion(Islam),on recommande fortement le mariage pour éviter de tomber dans les grands péchés,j’ai du mal à concevoir une vie à deux si celle-ci ne m’attire pas assez.De plus avec tous les problèmes de vie de couple que je vois (amis,collègues,célébrités dans les médias),j’ai du mal à imaginer un investissement personnel en ayant conscience que les chances de divorces sont non négligeables.

    Pour les types de femmes que je décris,je tiens à dire que je ne méprise aucune des deux catégories (favoriser une femme parce qu’elle est belle ou mépriser une femme qui n’a comme atout que sa beauté).Je relève juste que notre vision du monde et de la vie sont trop différentes pour vivre à deux.


  • #940680
    le 21/08/2014 par Heisenberg
    Éloge de la féminité

    Bonjour,

    Par conviction religieuse,je n’ai jamais été en couple.Cependant,dans le cadre de mon travail,mes études....j’ai été amené à rencontrer des femmes "types occidentales ou féministes".Je constate que lorsque je discute avec mes collègues hommes,les sujets de conversations ne manquent pas (sport,politique,actualité,voyage,technique,science...).En revanche lorsqu’il s’agit des femmes,je trouve que les sujets sont trop limités.Avec le temps,je me rends compte qu’on me propose deux modèles de femmes :

    - la femme "type occidentale ou féminisé" qui est attirante physiquement,mais on trouve souvent un manque d’intérêt pour divers sujets.

    - la femme qui est l’opposée de ce que je décris,mais qui n’est pas ou peu attirante physiquement.

    Bien évidemment,ce que je caricature un peu et ce n’est peut-être pas la vérité absolue.Mais sachant que dans ma religion(Islam),on recommande fortement le mariage pour éviter de tomber dans les grands péchés,j’ai du mal à concevoir une vie à deux si celle-ci ne m’attire pas assez.De plus avec tous les problèmes de vie de couple que je vois (amis,collègues,célébrités dans les médias),j’ai du mal à imaginer un investissement personnel en ayant conscience que les chances de divorces sont non négligeables.

    Pour les types de femmes que je décris,je tiens à dire que je ne méprise aucune des deux catégories (favoriser une femme parce qu’elle est belle ou mépriser une femme qui n’a comme atout que sa beauté).Je relève juste que notre vision du monde et de la vie sont trop différentes pour vivre à deux.

     

    • #940710
      le 21/08/2014 par Starkamanda
      Éloge de la féminité

      Oui je pense exactement comme toi. Si t’es opportuniste tu peux profiter de l’une puis te poser avec l’autre mais ce serait une déshonneur pour la seconde et je dis ça sans prise de compte de la religion. Beaucoup le font mais ils restent frustré et ont tendance à mépriser leur femme. Sans la une tu risquerais malheureusement d’être frustré un peu comme nos darons du bled ;) si t’es vraiment musulman contente toi de la seconde.


    • #941007
      le 22/08/2014 par Heisenberg
      Éloge de la féminité

      Bonjour Starkamanda

      Je préfère largement vivre seul et me consacré à me documenter sur divers sujets (religion,actualité...) et à ma famille que de vivre une vie que je n’ai pas choisi.Avoir quelqu’un que je n’ai pas choisi ne me motive pas.Comme je n’ai jamais été en couple,je ne ressent pas la solitude comme quelque chose de négatif.De plus quand je vois des parents dévorés par les responsabilités familiale et qu’ils n’ont plus de temps pour eux,avoir des enfants est quelque chose qui me rebute.


    • #941615
      le 22/08/2014 par Iskandaar
      Éloge de la féminité

      Salut

      Les deux catégories que tu décris n’existent que dans ta tête, du moins dans les limites que tu t’imposes à toi même. à moins que par "belle" tu penses "sophistiquée", ça n’est pas clair dans tes propos, parce que quand je te lis j’ai l’impression que beauté rime avec occidentalisation, dans ce cas ce sont peut être tes critères qui pêchent...

      Enfin je pense que tu es encore jeune, l’épouse est la moitié de la religion, on croit pouvoir vivre seul quand on est jeune, après quoi cette illusion s’estompe...



      De plus avec tous les problèmes de vie de couple que je vois (amis,collègues,célébrités dans les médias)



      Célébrités dans les médias.. ? Je crois que tu as un probléme avec tes références surtout (si tu es musulman encore plus), c’est sûr que si tu identifies ton avenir au médias et à tes collègues... Il faut tracer sa propre voie dans la vie, et être un peu combatif, sinon...


    • #942307
      le 23/08/2014 par Heisenberg
      Éloge de la féminité

      Bonjour,

      Quand je parle de médias ou de célébrité,je veux montrer à travers ces exemples que peu importe qui tu es dans ce monde (catégorie social,apparance physique,qualités morales...),ça se termine très souvent par une séparation et/ou divorce.Etre combattif pour quelque chose où les chances de réussite sont très minces (mais bon je ne connais pas l’avenir).Je considère que dépenser de l’énergie,du temps,de l’argent,sacrifier sa liberté avec des contraintes et autres compromis pour que ça se termine mal,c’est être irréaliste.Après,n’ayant jamais eu de vie intime,je dois être sûr que la femme me plaise et soit suffisamment attirante pour éviter frustrations et déceptions.Pour ce qui est de mon apprance physique,c’est à elle de juger.Je suis prudent parce que je ne prends pas ces choses là à la légère.Force est de constater que la proportion de belles femmes en occident est plus élevée qu’ailleurs.


  • #940716
    le 21/08/2014 par Aiglon Français
    Éloge de la féminité

    À quand un éloge de la masculinité ?

     

  • #940909
    le 21/08/2014 par Nicodémus Bourbon
    Éloge de la féminité

    Merci, magnifique message empreint de sagesse, qui démontre une fois de plus que l’église catholique sait penser avec profondeur, et que ses propos sont pondérés par une réflexion philosophique de haut niveau. Elle n’est pas d’un dogmatisme bête et méchant, comme les caricatures veulent toujours le faire croire, mais d’un dogmatisme éclairé, aussi bien de la lumière de la foi que de celle de l’intelligence et de la raison. Beaucoup seraient surpris en découvrant ce qu’elle enseigne réellement sur Dieu, sur l’homme..., si on se donne la peine de s’y intéresser, et combien cela est loin de ce que l’opinion publique manipulée peut s’imaginer. Beaucoup seraient surpris des merveilles de sagesse et d’intelligence incomparables que l’on peut trouver dans l’enseignement de l’église ! Calomniée, persécutée, elle reste humble, elle ne vocifère pas, c’est là sa grandeur. Mais de plus en plus je me réjouis qu’elle réaffirme aussi sa force et son autorité spirituelle, d’un aplomb tranquille et sûr, qu’elle élève fièrement la voix pour rappeler où se trouve la dignité de l’Homme, son bonheur véritable, et appeler à la paix.

     

    • #942390
      le 23/08/2014 par bibelot
      Éloge de la féminité

      C’est vrai. Ce qui me gêne, c’est qu’à sa base le Christianisme s’est construit pour réformer le Judaïsme, mettre les marchands hors du Temple, et dégommer les Pharisiens. Or, depuis Vatican 2, l’Eglise , infiltrée par le Judaïsme, s’est placée dans une sorte de filiation des religions, la petite soeur du Judaïsme. C’est pas du tout sa vocation première ! Alors peu importe les envolées lyriques de tel ou tel prêtre, le Christianisme a perdu son satut de religion sérieuse, il a trahi sa vocation, ce pourquoi il était né. On voit le résultat aujourd’hui : les Juifs n’ont jamais été aussi forts et les églises aussi désertes.


    • #945519
      le 26/08/2014 par Grindsel Tirédunevi
      Éloge de la féminité

      L’église est "éclipsée", Vatican 2 N’EST PAS l’église, mais la contre église dela fin des temps, indépendament des talents littéraires ou philosphiques qu’elle peut héberger, elle est démoniaque et le siège de l’antéchrist.
      Notes


    • #945959
      le 27/08/2014 par Nicodémus Bourbon
      Éloge de la féminité

      Avez-vous étudié les textes de Vatican2 pour affirmer une telle chose ? Pareille affirmation est très lourde de sens, et devrait être bien pesée et soupesée avant d’être énoncée, au risque d’offenser gravement le Créateur.
      Je ne suis pas spécialiste et je ne pourrais vous répondre en détail, mais il me semble pour ma part que si l’on doit juger l’arbre à ses fruits, ils paraissent plutôt bons. Sans rien renier de son message fondamental ni de ses exigences à la sainteté, il me semble au contraire que ce concile a été un signe d’espérance pour le monde. Dans le sens où il a permit à l’église de sortir d’elle-même, de cesser de fonctionner en cercle clos, et d’ouvrir les bras à l’ensemble de l’humanité, de se rendre accessible. Je pense que par ce concile, elle a voulu se purifier de ses vieux idéaux jansénistes sclérosants, exclusivistes et accusateurs, pour s’ouvrir à la miséricorde divine et l’étendre au monde entier. Elle s’est souvenue de Jésus, qui, de condition divine, s’est fait homme, et s’est abaissé à notre niveau pour nous élever à lui. Après ce concile, on a vu par exemple l’apparition de communautés nouvelles, mixtes, incluant tous les états de vie_abolition des privilèges devant Dieu_, la liturgie, l’Écriture, sont devenues accessibles au commun des mortels, le vent du renouveau charismatique commençât de souffler avec puissance au sein de l’église, ce qui semble accréditer d’en-haut son ouverture plus grande et son accueil à l’Esprit-Saint... Par ailleurs, il est à noter que la mystique stigmatisée Marthe Robin, qui entretenait de longues relations avec Jésus et Marie au cours de ses extases prolongées, voyait ce concile plutôt d’un bon œil, je crois même me souvenir qu’elle l’affirmait voulu par Dieu. Padre Pio, d’un autre côté se méfiait il est vrai de l’édulcoration du rite tridentin auquel il tenait beaucoup. Mais pour revenir à Marthe Robin, elle disait aussi de Jean-Paul 2 (ardent défenseur de Vatican2) qu’il avait été spécialement choisi par la Vierge Marie. Je ne saurais mettre en doute la parole d’une si grande mystique, qui je le répète, dialoguait avec Jésus et Marie face à face comme avec vous et moi. De quoi fermer le clapet à ceux qui affirment que ce pape était un antipape. A moins de dire que Marthe Robin était inspirée du démon, mais là, cela reviendrait à blasphémer contre Celui qui l’inspire effectivement. Je vous laisse à vos responsabilités. A bon entendeur.


  • #940964
    le 22/08/2014 par Nicodémus Bourbon
    Éloge de la féminité

    La femme est toute ordonnée au mystère de l’amour, un seul regard posé sur une belle femme (qui se respecte), suffit pour s’en convaincre, tout en elle appelle l’amour. Son corps en est l’épiphanie, il en manifeste la forme et la substance. En elle, on touche à son mystère. Pour l’amant, elle est accueil et don, elle se donne à lui, en l’accueillant en elle. Elle se dépouille d’elle-même, s’ouvre, se fait béance, pour faire place à l’autre. Ce n’est qu’en elle que l’amant trouve son épanouissement et atteint la jouissance de la vie, la jouissance/révélation de lui-même, dans la connaissance de l’autre. De même que ce n’est qu’en accueillant l’amant en elle que la femme trouve la jouissance d’elle-même en la connaissance de l’autre. Sans elle, l’autre ne pourrait vivre, qui pourrait vivre sans l’amour ? Elle rappelle à l’homme le sens et la finalité de la vie, l’amour, qui, au-delà des préoccupations matérielles et des missions à accomplir, au-delà de sapientiales gestions utilitaires, n’est que pure gratuité. Cette gratuité est don, acte pur, élan passionné de vertu. La vertu est pure beauté, pure contemplation, pure jouissance spirituelle. La vertu est une femme nue, mais que l’on ne peut convoiter, parce qu’elle est voilée de gloire. Or la gloire ne se laisse souiller d’aucun regard impur, et ne se perçoit que de la part incorruptible de celui qui la contemple. D’ailleurs, quel homme consentirait à accomplir un quelconque labeur si ce n’est qu’en vue de la satisfaction de la femme ? Toute bonne action ne peut-être mue que par l’amour de l’amour et celui de la vertu. La femme s’efface, pour porter en elle la croissance de l’autre. Elle offre sa vertu, puis nourrit au sein de l’amour, voilà les deux trésors par lesquels elle se fait connaître en son essence, et porte l’autre à se connaître lui-même en sa vocation. En elle, l’homme reconnaît le reflet de son visage humain, et part à sa recherche. En elle l’homme retrouve un visage d’Homme, et non de bête. Sa discrétion est le terreau dans lequel s’enracinent les œuvres éclatantes. Les grands intellos, artistes, ne seraient rien sans leur muse. Et la muse porte en elle déjà toute la fécondité de l’œuvre. Elle en est le modèle, l’œuvre n’en est que l’exaltation. Ainsi, toute œuvre masculine, ne trouvera sa valeur que dans la vertu qui l’inspire et la meut. La femme est une lumière resplendissante, dont la présence d’amour revêt de beauté celui qui la porte à l’intérieur, dans le secret du cœur. Oh Dieu !

     

    • #941104
      le 22/08/2014 par Marie59
      Éloge de la féminité

      Magnifique ! Voilà la touche sensuelle qui complète bien cet éloge de la féminité !


    • #942181
      le 23/08/2014 par MaxdeCannes
      Éloge de la féminité

      Nicodémus Bourbon alias Dante Alighieri ?

      les paragraphes c’est pas loin d’être sensuel non plus


    • #943640
      le 25/08/2014 par Nicodémus Bourbon
      Éloge de la féminité

      Merci pour les compliments.
      Cela me touche de voir que mon message peut trouver écho dans les cœurs.
      Et c’est d’autant plus encourageant lorsque ce sont des cœurs de femme, et d’amateurs de poésie !


  • #941084
    le 22/08/2014 par Eric
    Éloge de la féminité

    Nicodémus a écrit : "Beaucoup seraient surpris des merveilles de sagesse et d’intelligence incomparables que l’on peut trouver dans l’enseignement de l’église !"

    Ces merveilles de sagesse et d’intelligence on les trouve également dans les résultats du Concile Vatican II, comme nous le rappelle Arnaud Dumouch, professeur de religion catholique :
    http://eschatologie.free.fr/accueil.html

     

  • #941695
    le 22/08/2014 par L’incorruptible
    Éloge de la féminité

    Très beau texte.


  • #942108
    le 23/08/2014 par lotus
    Éloge de la féminité

    C’est effectivement un très beau texte, qui n’a peu ou pas de rapport à la réalité et écrit de plus par une personne qui ne peut revendiquer maitriser son sujet.
    ’Tu es celle qui n’est pas.’ ’ Son « oui » ne peut être donné totalement qu’à Dieu, ... que secondairement, le cas échéant, à son mari, instrument... de la divine Providence. Forte de cette remise totale de soi entre les mains de Dieu, la femme sait alors que ... le service, le renoncement à soi, le silence sur soi, et même la répétition fastidieuse des tâches, loin d’être des pièges où la liberté s’englue, sont autant d’expressions d’un oui qui rend chacun de ces actes aussi magnifiques que fécond.’
    Tout ça a provoqué des siècles de servitude et de maintien dans l’ignorance de la moitié de l’humanité chrétienne. Excès qui a mené aux extrémités suicidaires du féminisme dévoyé dont nous subissons les frais aujourd’hui.
    Je déformerai pour finir les paroles de la chanson de Maurane :" Les femmes en dessous les hommes en pardessus" : ’Car la femme est bête et mauvaise, Ça oui, ça oui on l’sait, mais son homme vaut pas mieux qu’elle...’
    La bêtise, l’inculture , l’oisiveté . etc. sont des valeurs très bien partagées par l’humanité des deux sexes, mais heureusement quelques exceptions subsistent.


  • #942126
    le 23/08/2014 par Anonymes
    Éloge de la féminité

    C’est DIEU qui créa l’apôtre "Jésus" (que la paix soit sur lui) a partir de sa volonté, dire que DIEU a un fils et un non sens a la puissance DIVINE car DIEU n’engendre pas et n’a ni été engendrer et a encore moins besoin des être humains.... Ils est LE créateur des cieux et de la terre et de tous ce qui l’entourent.... Nous descendons tous d’ADAM (que la paix soit sur lui) et sûrement pas du singe.....

     

    • #946729
      le 27/08/2014 par Mika
      Éloge de la féminité

      Laissez les chrétiens tranquille et croire en Jésus Fils de Dieu qui au contraire, et une preuve de la toute puissance Divine.
      Vous n’allez pas, meme sur E&R, embeter les autres avec votre prosélytisme...


    • #1680295
      le 08/03/2017 par Untel
      Éloge de la féminité

      @Mika

      fallait pas les inviter !
      maintenant qu’ils sont là, s’ils ont plus d’ardeur à donner leur points de vue que vous, il va falloir le supporter, pour les siècles des siècles...


    • #1680412
      le 08/03/2017 par Drago
      Éloge de la féminité

      Il faut rappeler que Joseph n’était que le père adoptif de Jésus, son père nourricier.
      Qui est alors, par définition sémantique, le père de Jésus ?


    • #1680419
      le 08/03/2017 par Drago
      Éloge de la féminité

      @ Mika.
      Comme chacun le sait, nous somme tous les héritiers du Péché d’Adam.
      Il était alors impératif que Jésus ne soit pas conçu par un homme pour ne pas en hériter.
      Voilà quel est le point central de l’affaire.
      N’ayant donc pas hérité du Péché Originel, on peut dire que Jésus était théoriquement parfait.


    • #1680688
      le 09/03/2017 par TOUCO
      Éloge de la féminité

      Vouloir imposer sa religion, la placer au dessus de celle des autres, est-ce la un precepte musulman ? Vous n’honorez pas votre religion en agissant de cette manière. Vous ne comprenez donc pas le concept de réconciliation. Que faites-vous ici ? De la propagande ?


  • #942173
    le 23/08/2014 par MaxdeCannes
    Éloge de la féminité

    Eloge de la féminité par un prêtre qui n’a jamais été marié ou divorcé, c’est bien.
    Analyse des femmes par un power-lifter qui réfléchit profond, c’est pas mal non plus ^^
    http://www.youtube.com/watch?v=zKBM...

    sa récente série de vidéos est intéressante même s’il s’aventure dans des domaines peu jalonnés.


  • #942449
    le 23/08/2014 par solaine
    Éloge de la féminité

    Quel beau texte, touchant et profond !
    Merci mon Père.
    On rêverait que la femme, la vraie, puisse revenir et jouer son rôle ô combien indispensable dans l’accomplissement et l’avenir de l’homme...
    A bas le féminisme débridé et sans valeurs !


  • #942554
    le 23/08/2014 par Starkamanda
    Éloge de la féminité

    Si vous avez du mal à trouver un partenaire sachez que dans les lieux de culte il y a toujours moyen de réaliser un mariage arrangé avec une personne qui partage nos idéaux. La recherche du partenaire via la drague, jeu de séduction est réservé à ceux qui souhaitent prendre des risques dans leur vie afin de se faire plaisir.

     

    • #942682
      le 24/08/2014 par Pseudo
      Éloge de la féminité

      La drague comme tu dis,la séduction c’est le jeu des femmes pas des hommes



      La recherche du partenaire via la drague, jeu de séduction est réservé à ceux qui souhaitent prendre des risques dans leur vie afin de se faire plaisir.



      ,tout ce blabla qui veut rien dire :A ce jeu là c’est la femme qui décide point ,si tu plais à la fille physiquement alors elle acceptera de faire connaissance et plus,si tu lui plait pas t’auras beau essayer de la tchatcher comme le font les fiottes métrosexués (ce qui est débile puisque c’est la fille qui parle le plus,c’est leur nature.Le mec lui doit agir.Les femmes parlent et les hommes agissent),y’aura rien


  • #952316
    le 02/09/2014 par Bruno Guichard
    Éloge de la féminité

    Éloge de la féminité est un texte rédigé par un prêtre catholique avec son regard d’homme et de religieux . Comme chacune et chacun avec ses propres spécificités et limites !
    Je recommande très vivement à celles et ceux qui cherchent à comprendre et approfondir sa notion de la féminité de lire le livre de Jacqueline BARTHES :’Le féminin : un drôle de genre. (SAINT-LÉGER EDITIONS. Février 2014). Il est admirable, seule une femme pouvait l’écrire. Beaucoup d’hommes devraient le lire, mais aussi de femmes. Le lecteur ou la lectrice pourront alors, à la lecture des deux textes, comprendre ce qu’est ou devrait être le féminin. Son approche de la féminité par la description du corps féminin devrait émouvoir beaucoup d’hommes et leurs permettre de comprendre leurs sentiments profonds.
    Bonne lecture et découverte.


  • #956045
    le 05/09/2014 par Grindsel Tirédunevi
    Éloge de la féminité

    @ Nicodélus Bourbon :
    Le stigmate ne fait pas le Saint, et le Saint ne fait pas le dogme.
    N’importe qui peut se prétendre prophète et tous les hérétiques le faisait au nom de Dieu.
    Padre Pio = un grand Saint (stigmatisé)= faillible
    Marthe Robin = une grande hérétique (stigmatisée aussi) = plus que faillible
    Anna Liese Michel = une grande possédée (stigmatisée aussi)
    Le dogme catholique = décret de l’Esprit Saint = la parole de Dieu = infaillible
    Comme l’a souligné Fabien, Vatican II contredit plus ou moins tous les dogmes, parfois subtilement. Il n’y a même pas besoin de rentrer dans tous les détails, les intrigues politiques etc. Même une seule petite entorse suffirait à ranger ce "concile" dans les oubliettes de l’hérésie et de la fraude. http://www.la-foi.fr/secte_vaticanI...

     

    • #1680202
      le 08/03/2017 par RD
      Éloge de la féminité

      Une petite question svp : dans le lien que vous mentionnez, il est indiqué qu’avant vatican 2 :

      "L’Ancien Testament n’est plus, il a été remplacé par le Nouveau Testament" : cela signifiait qu’autrefois il n’était pas mentionné à la messe de passage dudit ancien testament ?

      Je vous remercie par avance.


  • #1680185
    le 08/03/2017 par Courtial
    Éloge de la féminité

    " La femme donne la vie et la reprend " (Céline) .

     

    • #1680298
      le 08/03/2017 par Chercheur
      Éloge de la féminité

      C’est faux, Céline dit n’importe quoi, comme d’habitude, car partant d’un point de vue dégradé et matérialiste athée décadent.

      Si on suit une ascèse et purifie notre esprit, la femme donnera la vie, et ne reprendra rien du tout.
      Je n’ai eu que du bonheur, pour ma part. Pas de maman avorteuse, ni de conjointe infidèle, on rencontre ce qui nous correspond.

      Mais si on attache l’esprit et la société à la bassesse matérialisto-athée, alors, là, oui, dans ce cadre, la femme reprend la vie et détruit tout ce que vous voulez, ainsi que l’homme.
      Mais à qui la faute ?

      aux matérialistes décadents.


    • #1680353
      le 08/03/2017 par RD
      Éloge de la féminité

      Merci chercheur pour ce grand moment de charité chrétienne. On n’est content pour vous de savoir que vous n’avez connu que le bonheur.
      Salaud de pauvres matérialistes athées !


    • #1680454
      le 08/03/2017 par Chercheur
      Éloge de la féminité

      RD,

      Peu importe mon cas personnel, mais la charité est totalement hors sujet, là, il faut dire la vérité sur ce qui détruit notre civilisation, à savoir le matérialisme athée, même si ça vous dérange.
      Soral a parlé de nombreuses fois de ce problème, il a conseillé de lire Guénon, et d’autres livres sur la crise du monde moderne en général, mais bien sur, à ce moment là, vous dormiez et refouliez les responsabilités, quel courage !

      ah la la , ya du boulot, hein...


    • #1680541
      le 08/03/2017 par RD
      Éloge de la féminité

      Ce n’est pas moi qui ait fait référence le premier à votre cas personnel à savoir votre grand bonheur et à l’absence d’avorteuse et d’infidèle...
      Et ceux qui se retrouvent entourer de tels êtres immondes, qu’ils crèvent et brûlent en enfer !
      "mais bien sur, à ce moment là, vous dormiez et refouliez les responsabilités, quel courage " : il semble que mon cas personnel ait par contre de l’intérêt lui...


    • #1680615
      le 08/03/2017 par Chercheur
      Éloge de la féminité

      RD,

      vos propos infantiles et en manque total d’arguments ne correspondent à rien.
      Je n’ai jamais écrit des athées matérialistes "qu’ils crèvent en enfer" (quels propos idiots, passons...), j’ai juste dit qu’ils prennent en retour de bâton sur la figure, quand ils supportent des femmes désaxées et dures, les valeurs athées qu’ils ont projeté eux-mêmes sur le monde.
      c’est un constat, pas un souhait.
      On ne peut pas favoriser le matérialisme athée, la libération sexuelle débile, et après venir se plaindre quand les femmes deviennent évidemment mauvaises dans un tel système (tout comme les hommes).
      Donc, plutôt que de pleurnicher comme un gosse et de vouloir dire "pleurer sur nous, c’est la faute des femmes", apprenez un peu de virilité, d’esprit de responsabilité, regardez les défauts de votre dogme matérialiste, et changez vous même et le monde.
      Et grandissez un peu.

      mais c’est vrai que ce ne sont pas les athées matérialistes qui vous apprendront ça, c’est encore et toujours aux religieux et spiritualistes de vous expliquer tout dans le détail, ah la la...


    • #1680717
      le 09/03/2017 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Éloge de la féminité

      @ Chercheur

      Si les ravages de la posture idéologique (religion) athéiste affectent profondément la capacité de nos contemporains à penser leur époque, c’est par la raison qu’il faudra les en convaincre.
      Car c’est bien par la raison que l’on démontre le caractère intellectuellement irrecevable de l’athéisme, à moins de jouer au Loto avec la conviction profonde que l’accident statistique fait invariablement gagner à ce jeu.
      En revanche et concernant, Louis-Ferdinand Céline, veillons à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Cet homme avait un esprit réellement supérieur et ce matérialiste revendiqué était peut-être plus complexe qu’il n’y parait. Il était le fruit de son temps et était décalé en tout (d’où une certaine forme de génie chez lui), probablement, aussi, en matière de spiritualité.
      Un homme qui possède en lui le sens du bien commun ne peut être fondamentalement hermétique à l’élévation spirituelle même s’il n’en a pas forcément conscience.
      Ainsi, il a effectivement pu dire "n’importe quoi" parfois, mais pas forcément "comme d’habitude".


    • #1680819
      le 09/03/2017 par RD
      Éloge de la féminité

      Chercheur,
      Depuis le début de la file vous faîtes une projection sur ma personne et mes intentions et cela continue...
      Le monde est simple selon vous : action, réaction, cours de 1ère S, belle "argumentation", on croirait du Adam Smith !


    • #1680872
      le 09/03/2017 par Chercheur
      Éloge de la féminité

      Heureux qui comme Ulysse,

      Je suis d’accord, c’est par la raison qu’il faut tenter d’expliquer la décadence de notre civilisation, en décrivant les causes exactes et précises de nos déboires et en démontant les mécanismes sournois et les implications cachées du matérialisme, seulement, ici, je n’étais pas compris pas notre lecteur ci-dessus, qui préfère rester dans l’émotionnel et la fuite des évidences, sans réfléchir, afin de ne pas se remettre en question. Ce comportement est très courant en société.
      La dissidence, regarder les choses de face, cela réclame du courage. Pour ça que Soral en appelle à la virilité.

      Sur Céline, j’ai acheté il y a bien longtemps "voyage au bout de la nuit", franchement, je ne peux pas, il est peut être brillant parfois, je ne le nie pas, il est relativement lucide sur la critique de l’homme et du monde, mais ce que je n’apprécie pas, c’est sa position philosophique personnelle matérialiste, dans le sens de la décadence du monde moderne qu’il prétend décrier.
      Je n’aime pas du tout, en tant qu’amoureux de la philosophie, les contradictions profondes et marquées, comme la sienne. Ca fait pharisien, hypocrite. Un artiste est censé éveiller le peuple, apporter de la Lumière, et lui, que fait-il ? Il tire vers le bas, insulte Jésus, ne comprend pas la spiritualité, est obsédé par la race, de façon agressive, ce qui est du matérialisme à l’état pur, etc, je ne vois pas là un souci du bien commun, mais bien une malveillance humaine, bien de son époque. Je n’y vois pas non plus là d’esprit supérieur du tout, plutôt le contraire. Il n’a pas fait le boulot d’approfondir philosophiquement les choses, a suivi le troupeau de moutons de la déshumanisation du monde (tant gauchiste que droitiste), zéro originalité.
      "être le fruit de son temps", de cette façon, excusez-moi, quelle utilité ? Cette génération de nationalistes, avec ses excès, a dévalorisé l’idée nationaliste de façon durable, de sorte qu’on s’est tapé ensuite 60 ans de charlots gauchos-droitos, et c’est pas fini. Merci les gars. Ploncard d’assac le dit très bien, que Hitler et tous ces gens ont fait un tort incroyable au nationalisme. Des génies comme ça, on s’en passe. Je préfère Racine, Hugo, De Vigny, Lamartine et consorts.
      Après, il peut avoir une Lumière spirituelle qui échappe à son conscient, et que nous, lecteurs, voyons dans ses écrits, ok, je comprends ça, mais c’est triste, cela veut dire qu’il a bradé et sali une inspiration Divine. Comme tant d’autres.


    • #1681223
      le 10/03/2017 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Éloge de la féminité

      @ Chercheur

      C’est vraiment ne rien comprendre à Céline que le résumer ainsi en lui déniant son génie. Dire comme vous le faites que vous préférez Hugo, Lamartine ou Vigny à Céline -ce qui est légitime- revient en fait à dire que vous préférez le XIXe siècle et son idéalisme romantique au XXe siècle et à son cortège d’horreurs et de saloperies innommables (la belle affaire !). Sauf que Céline a su les nommer avec un génie qui ne réside pas dans son don d’écriture mais essentiellement dans son don de vision qui le plaçait bien au-dessus du troupeau de moutons. Mais rares sont ceux qui excellent à penser juste et hors du cadre imposé et il est difficile pour le nombre de se hisser à la hauteur d’un Céline.
      Tout sauf idéologue ou doctrinaire, il ne faisait pas de la littérature pour défendre des théories (pas plus le matérialisme ou l’athéisme que le christianisme). Il n’avait pas besoin d’explorer les voies de la spéculation intellectuelle pour exprimer sa pensée et repoussait les artifices de langage de l’esthétisme littéraire. Il voyait tout simplement les réalités de l’humanité avec une immédiateté et une netteté qui présidaient à la forme (qu’il n’a pas plus choisie que le reste d’ailleurs -raison pour laquelle il aurait méprisé au plus haut point ces esthètes céliniens qui sévissent un peu partout aujourd’hui). Or c’est à cela que l’on reconnaît le grand écrivain, romancier ou poète : il donne à voir le réel aux autres sans fard ni complaisance, trop viril sans doute pour celui (tel le nouveau chrétien) qui ne vit qu’au travers de sa vision édulcorée et béate du monde.
      Dire que Céline était le fruit de son temps signifie en fait que son œuvre porte la souffrance de l’humanité déchue. Cette empathie charnelle totale qui tient de la vraie charité en fait presque une figure christique car derrière ce paradoxe il y a cette vérité que les plus grands misanthropes sont souvent ceux qui ont le plus grand amour (frustré) de l’humanité. C’est le contraire de l’idéalisme en effet, mais c’est ce qui fait aussi que l’esprit de Céline, sans passer par le filtre d’une médiation de son temps, se hisse au-dessus de son époque pour voir les réalités cruelles du devenir de l’homme.

      1/2


    • #1681224
      le 10/03/2017 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Éloge de la féminité

      @ Chercheur

      2/2

      Il disait que les « idées généreuses sont celles qui tuent le plus sûrement ». Rien dans sa personne et son œuvre n’en fait un matérialiste mais il constatait avec douleur qu’à la civilisation de l’esprit, celle d’un peuple « qui croit à la terre, à l’amitié, à l’honneur » avait succédé la loi du nombre et de cette masse qui écrase tout et nivelle par le bas.

      Il avait parfaitement compris le sort réservé à l’humanité après la tragédie qui s’est jouée à ce moment-là. Que vous le vouliez ou non, la lutte à mort, en dépit de ses excès, engagée par le peuple allemand pour préserver son existence et notre civilisation européenne a représenté à ce titre notre ultime planche de salut.

      Il n’était pas obsédé par la race. Il voyait simplement avec horreur le Camp des saints se profiler à l’horizon, le mondialisme avec sa loi du métissage et de la consommation universels, jusqu’à « ces avant-gardes chinetoques déboucher aux Galeries Lafayette et se mettre à piller le rayon des frivolités » (prophétie célinienne de 1944 !).

      Dans cette fin de cycle de l’histoire, on ne peut détourner les yeux de ces réalités, y compris celle de la race sans laquelle il n’y aurait pas eu ni n’y aura plus jamais de génie français, génie dont Céline est un parfait dépositaire. On ne peut donc reprocher à Céline d’avoir identifié ces maux, tel un médecin de l’humanité et du peuple français, avec une clairvoyance qui tient de la divination, plutôt que d’avoir préféré se mettre en quête de sublime.


    • #1681955
      le 11/03/2017 par Chercheur
      Éloge de la féminité

      à "Heureux qui comme ulysse",

      Vous n’avez pas saisi ce qu’est la spiritualité authentique, et ce qu’est la noirceur intrinsèque de Céline et de son/notre époque. Si vous lisez "bagatelles pour un massacre" et ses pamphlets, et ses actes concrets (accointance avec les nazis, etc), vous y verrez qu’il n’est absolument pas au-dessus du troupeau des moutons nihilistes, matérialistes, et cyniques, avec tous ses excès, qui ont donné notre monde moderne. C’est à cause de tous ces cyniques, froids, non inspirés, je confirme matérialistes, que le nationalisme a été déconsidéré aux yeux du public et que nous avons dû nous taper 60 ans de gauchos-droitos destructeurs. A ce titre, je ne le différencie, ni de l’extrême droite, ni de l’extrême gauche, ni des anarchistes, je ne défends pas une paroisse, contrairement à vous.

      Le racialisme exacerbé, permanent, comme le sien (faisant même le tri entre français du sud et du nord) fait partie du matérialisme philosophique le plus primaire, en dehors des prémonitions d’immigration. Je vous enjoins donc d’étudier la philosophie, et aussi la spiritualité authentique, qui n’est ni celle de Vatican II, ni celle d’avant Vatican II, car tout ça, c’est de la religion de façade, populaire, mais si vous voulez croitre spirituellement, il faudra bazarder ce qui n’a que des aspects exotériques, donc immatures. Le Christ est bien plus, et autre chose, que ça.
      Céline n’a pas fait que décrire son époque, il y a pris part, et n’a pas apporté de solution DE LUMIERE. Il en a exarcerbé les duretés, par ses erreurs de communication, dues à une fermeture du Coeur inadmissible. (dans le sens spirituel, je ne parle pas de sentimentalisme).

      Quant à voir en Céline, un "presque Christ" et de l’empathie, c’est pitoyable et montre votre niveau d’incompréhension de la spiritualité. Vous êtes enfermé dans le cadre catho tradi exotérique, sans appronfondissement aucun.
      Son amour est frustré ? Oui, frustré par le monde ET frustré par sa personne, qu’il n’a pas épanoui spirituellement.

      Quant au nazisme, je ne suis pas d’accord, ce n’était pas du tout la bonne façon de sauver l’allemagne, ni l’europe, car on juge aux résultats concrets : Allemagne détruite, nationalisme déconsidéré de façon durable, intentions de détruire Paris, la France, etc.
      L’expression de Céline est celle de la rue, mais inhumaine, animale, pas celle d’un homme ayant trouvé une position spirituelle porteuse de civilisation. zéro génie.


  • #1680513
    le 08/03/2017 par Lovyves
    Éloge de la féminité

    Bonsoir,
    Eloge de la féminité !
    Bravo, formidable.
    Puis qu’est ce que je lis ...
    La femme, ceci, la femme cela !
    Horreur et manipulation de langage.
    La féminité, ce n’est pas un sexe, c’est un état d’esprit, une manière d’être ; quel que soit son genre.
    L’humanité a besoin de développer les qualités dites "féminines".
    Pas de porter la femme sur piédestal (pour souvent la jeter aux orties après usage).

     

    • #1680698
      le 09/03/2017 par Morsure Narcissique
      Éloge de la féminité

      Si Tendresse et Gentillesse sont féminins, l’humanité en a besoin. D’ici là, des Roger Holeindre pour éviter aux gosses de s’retrouver la tête dans un sot de merde, c’est bien.

      En ville au contact des orties on se précipite à la pharmacie. A la campagne, on sait bien que ça vivifie. Un truc de grand-mère qui vient de mon père, sur une piqûre d’orties... Crache-dessus.


  • #1681370
    le 10/03/2017 par globul
    Éloge de la féminité

    « Plus philosophiquement, ce charme trouve sa raison profonde dans le caractère aimable et attirant de la vie, que la femme incarne. »

    Magnifique, la religion rejoint le darwinisme !

    « Le centre de gravité de la femme, si je puis dire, est hors d’elle-même : elle ne trouve sa définition que dans et par l’autre. »

    Même remarque...

    La théologie - dans la veine d’un Teilhard mais rejoignant Patrick Tort, donc Darwin - intégrerait-elle bientôt, enfin, la notion d’“effet réversif de l’évolution”... la sélection naturelle des instincts sociaux anti-sélectifs, dont l’instinct maternel est l’un des plus beaux fleurons ?


Commentaires suivants