Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

En Tunisie, huit morts dans des opérations antiterroristes

La déstabilisation du Maghreb se poursuit

Huit personnes — quatre gendarmes et quatre djihadistes — ont été tuées mercredi 11 mai en Tunisie lors de plusieurs opérations antiterroristes qui confirment la permanence du défi sécuritaire auquel doit faire face la jeune démocratie tunisienne.

 

Les quatre membres des forces de l’ordre ont trouvé la mort dans le gouvernorat de Tataouine, dans le sud du pays, lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser à proximité d’une unité de la garde nationale (gendarmerie) intervenant contre un repaire d’homme armés. Selon le ministère de l’Intérieur, un autre « terroriste » a été tué, portant le bilan de cette opération à Tataouine à six morts.

Un peu plus tôt dans la journée, une autre intervention des forces de l’ordre avait fait deux morts « terroristes  » à Mnilha, dans la banlieue de Tunis, la capitale. Simultanément, quatre personnes étaient arrêtées dans une cité de la Manouba, toujours dans l’agglomération de Tunis.

Selon le ministère de l’Intérieur, l’opération de police dans le Grand Tunis visait à arrêter des « terroristes  » venus de « différentes régions du pays  » dans le but de lancer « des opérations terroristes simultanées  ». Les forces de l’ordre ont mis au jour des caches contenant des kalachnikov, des grenades, des pistolets et des munitions, selon le ministère, qui ne précise pas si les groupes démantelés étaient affiliés à l’organisation État islamique (EI).

 

Dispositif de lutte antiterroriste

La Tunisie avait connu une accalmie depuis les combats du 7 mars à Ben Gardane (Sud-Est), ville frontalière avec la Libye, attaquée par un commando d’une centaine de djihadistes se réclamant de l’EI.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

La Tunisie, les attentats, l’Empire, voir sur E&R :