Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Enquête sur la loi du 3 janvier 1973

En 1973, chaque Français (homme, femme, enfant) était endetté à hauteur de 808 euros par personne. En 2012, cette dette était déjà d’environ 26 108 euros par personne, soit 32 fois plus.

Que s’est-il passé ? Avons-nous été, comme le disent certains, un pays-cigale qui jette son argent par les fenêtres ?

Pendant la campagne présidentielle de 2012, quatre candidats (Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon) totalisant 30 % des suffrages exprimés ont avancé une explication : l’État français pouvait pour réaliser ses grands travaux, utiliser sa monnaie à travers sa Banque centrale, mais il aurait perdu cette possibilité par une loi votée le 3 janvier 1973.

À partir de là, l’État se serait endetté auprès de banques privées, payant des intérêts pharaoniques qui laisseraient aujourd’hui nos finances exsangues, et cela menacerait le patrimoine des Français et son indépendance. La courbe de l’évolution de la dette publique de la France et de ses intérêts cumulés qu’André-Jacques Holbecq a rendue publique, a eu un immense retentissement.

Nous avons pris l’initiative de retrouver les témoins et participants encore vivants de l’élaboration de cette loi pour comprendre leurs motivations. Nous avons aussi voulu vérifier si cette loi a bien eu les effets qu’on lui prête. À travers cette enquête nous avons constaté que les élites règlent toujours les grandes questions dans la pénombre des cabinets ministériels mais jamais au grand jour devant les citoyens. À partir de textes et de documents, dont certains sont livrés au public pour la première fois, nous avons retracé la naissance, les sources et les développements d’une loi messagère d’un nouvel ordre international qui signera le retour de l’hégémonie des banques, de la finance, et des marchés sur nos vies (comme avant la crise de 1929).

C’est l’histoire d’une extraordinaire prise de contrôle des États et des Nations à partir de la confiscation de la monnaie. Dans un contexte de crise financière et européenne aggravée, écrire sur cette loi a été pour nous comme si nous avions dû écrire sur les accords de Munich au milieu de la Seconde Guerre mondiale. La réalité nous rattrape à grands pas par une souffrance sociale et une violence à venir. Si nous interrogeons nos parents, ils ont connu l’emploi, le progrès puis la crise, mais personne ne leur a jamais parlé de la dette. Comment en sommes-nous arrivés à devoir entendre tous les matins « tu paieras la dette » ?

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture