Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Entretien avec Arnauld de Tocquesaint – Métiers manuels et parents rois

Partie 4 sur 5

Dans cet entretien en cinq parties, Arnauld de Tocquesaint présente son ouvrage La Face cachée de l’école, édité par Kontre Kulture, ainsi que les principaux enjeux de l’instruction aujourd’hui.

 

Partie 4 – Métiers manuels et parents rois :

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

Sur le même sujet, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je fais un peu de pub mais j’ai gardé longtemps son livre avant de le lire, le sujet étant de prime abord moins attrayant que d’autres sortis Kontre-K. Je l’ai lu et relu une seconde fois lorsque je l’ai terminé. Très concis et bien foutu.

    Hors sujet mais dans le même registre, j’ai fait pareil avec le Gordon Childe. J’adore l’histoire, mais que peut-on écrire de bien intéressant sur la pré-histoire ? Livre Génial.
    Voila, j’arrête de balancer des fleurs, si certains avaient les mêmes stéréotypes que moi mais n’ont plus la chance d’être à l’École (je retombe sur mes pattes), il savent ce qu’ils leur reste a faire.

     

  • Incroyable comme sa voix ressemble a celle de feu Pierre Desproges. Et sa diction et ses tournures de phrases sont presque identiques a celle du susnommé.


  • Bonsoir monsieur de Tocquesaint,
    Je voudrais vous faire part de mon expérience. Mon fils a fait son choix professionnel en 5ème, et a dû attendre la fin du collège pour entrer en apprentissage/CAP. En troisième les problèmes ont commencé : le collège n’a pas voulu de son choix, et après plusieurs conseils de classe puis commission bidule, "le système" l’a inscrit en seconde générale, tout en précisant que c’était conforme au choix de l’élève et de ses parents ! Tout en me demandant bien sûr des adresses de maîtres d’apprentissage pour "caser" les élèves trop en difficulté.
    L’Education Nationale empêche certains jeunes d’apprendre un vrai métier.

     

    • Salut,
      j’ai 43 ans. Il y a donc 29 ans j’étais dans la même situation que ton fils !
      La seule solution qui s’offrait à moi (mes parents suivaient aveuglément les profs...) était de planter ma scolarité volontairement ..ce que j’ai fais ...2 fois, car ces enfoirés de profs m’ont fait redoubler ma 3ème !
      Ca a commencé à la fin du 1er trimestre de ma première année de 3ème :
      comme j’étais toujours le 1er de la classe, ont m’a dit "toi, tu ira direct en seconde, facilement !".
      J’ai dis que je ne supportais plus le système scolaire et que je voulais en sortir au plus vite avec un vrai métier (manuel) au lieu de perdre mon temps au lycée ordinaire puis l’université, etc.
      On m’a répondu "tu fera ce qu’on te dit !"
      J’ai répondu "vous avez déjà perdu... !"
      J’ai donc planté mes 2 années de 3ème au collège en sachant très bien que pouvais faire tout ce que je voulais comme études...
      Je suis têtu ! ...normal pour un Breton !
      Ca m’a réussi pendant des années, puis après mon 3ème licenciement économique (le 3ème à 34 ans !) ça a franchement merdé, lol : chômage, formations obligatoires par paulo l’embrouille (celles qui ne servent qu’à engraisser la mafia des pseudo faciliteurs d’avenir en millieu professionnel) contrats courts sans avenir, passage d’un CAP de mécanicien auto à 39 ans ...avec des stages qui m’ont montré que les autos de maintenant sont de la merde gavées d’électronique, et donc que j’aurais du faire ce métier il y a 20 ans pour travailler sur des vraies voitures ...pas des sources de pannes sur roues), passage du permis SPL ...que je ne peux utiliser faute de pouvoir renouveller ma FIMO (ça coûte cher cette contrainte, inventée pour engraisser plus les Camion-écoles !), etc.
      Mais, je ne regrette rien, car je sais que seuls les métiers manuel (j’en ai plusieurs à mon arc) me permettent de rentrer chez moi détendu, zen !
      Je suis ravi de ne pas être devenu un des prédateurs du système !
      Ton fils doit se poser 1 seule question : "Qui est-il ?" Alors, il saura ce qu’il doit faire...


    • Merci Gwendal.
      Mon fils était évidemment en roue libre depuis la 5ème, il en a profité pour lire Orwell, Huxley, Soral, San Giorgio, Sutton...
      Oui la question primordiale est "Qui suis-je", la réponse peut être affinée par des questions subsidiaires : qu’est-ce que tu veux, où seras-tu dans 20 ans, que feras-tu etc.
      Tous les adultes qui l’entourent sont fiers de lui (à part les profs du collège). Ses amis aussi, sauf certains très lobotomisés.


  • Attention école, ralentir.
    Il voulait quand même pas qu’on court.
    Dixit un certain cancre nommé Coluche.
    L’école fabrique des bouts de papiers....comme les banques.


  • Si les parents peuvent mettre leur gosse en lycée général contre l’avis des profs, ça va pourrir les classes générales avec des élèves qui ne sont pas fait pour et donc enclins à l’indiscipline.


  • "Parents rois" ?

    Je ne comprends pas : les parents pouvaient-ils s’opposer aux "ABC de l’égalité" avant qu’ils ne soient retirés ? Ou peuvent-ils soustraire leurs enfants des cours d’éducation sexuelle s’ils ne souhaitent pas que leurs enfants y assistent ?

    Que les parents décident de l’avenir de leurs enfants c’est certainement mieux que ce soit l’État qu’il le fasse via les enseignants. Mais pour éviter qu’ils se retrouvent tous au lycée général, il faudrait mettre des conditions d’entrée (examens, résultats scolaires, etc..). Et ceux qui n’en ont pas les moyens intellectuels, qu’ils fassent autre chose. Les enfants ne sont pas égaux dans leurs capacités cognitives et d’apprentissage, ça serait le moment d’en tenir compte, plutôt que de tirer tout le monde vers la bas, pour qu’aucun échoue !


  • Je me souviens qu’au collège, ils essayaient à tout prix de nous diriger vers des filières professionnelles, y compris des types qui aujourd’hui sont dans de prestigieuses écoles. On avait visité plusieurs lycées pro, centres de formations, etc. mais aucun lycée général ou université. Et avec l’ambiance populaire qui régnait dans l’établissement (merci le collège unique), j’avais moi même songé à aller en pro ("c stylé wésh é tfaçon lé etude longue sa serre a rien ptdrr"). Heureusement que j’ai échappé à tout ça.

     

    • #988951
      le 04/10/2014 par Masami Takahama / Solidarité à Norbert Jacquet
      Entretien avec Arnauld de Tocquesaint – Métiers manuels et parents (...)

      Je suis dans le même cas,

      Jamais je n’oublierai la tête des élèves et des profs lorsque je clamais haut et fort que j’étais né pour être aviateur, et que je serais tôt ou tard ( les vols que j’ai effectués m’ont largement démontré que je suis tout à fait capable de piloter... voir quelque part que j’étais même fait pour ça ? ) un pilote.

      Mais le meilleur reste quand même le lycée lorsque j’avais annoncé à mon professeur principal que je m’étais rendu dans un centre de recrutement de l’Armée de l’Air pour passer les tests de sélection à Tours, la trotskiste en a eu le souffle coupée et sa seule réponse a été " Moui c’est bien. "

      Et mon professeur de philosophie, un Kabyle homosexuel socialiste ( Si si ! Je n’invente rien ! Monsieur Karim. O____i ) qui pour cracher sur notre pays, demanda un jour en cours si il y avait dans ma classe ( E.S de 30-35 élèves ) des personnes souhaitant devenir des militaires pour la France, ne s’attendait surement pas à ce que je me lève et clame haut et fort que malgré tout ce que l’on pouvait lui reprocher, je serais extrêmement fier de devenir pilote dans l’Armée de l’Air de mon pays !
      ( D’ailleurs, étant donné que à ce moment la je fréquentais tout les jours E&R, dès qu’il commençait à nous sortir sa propagande, je me faisais systématiquement l’avocat des " Infréquentables " : J’ai défendu Kadhafi, la Russie et Poutine, les manifestants de LMPT... et sa seule réponse a toujours été soit le rire à la fin, soit une esquive ou soit une menace pour me faire taire...
      Un professeur - ou agent de propagande aurprès de la jeunesse - formé par les institutions officielles se prend des bâtons dans les roues par un élève de 17 ans... )

      Et bien que je n’ai pas été retenu par l’Armée, aujourd’hui encore - et pour toujours jusqu’à mon dernier souffle - le Ciel sera ma destination et mon lieu de travail et je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour pouvoir l’atteindre.

      Masami Takahama
      Par la tignasse de leur chevelure, de force ils seront obligés de rentrer en guerre !

      (P.S : Je suis à l’Université depuis deux ans maintenant )


    • Dans mon quartier quand j’étais jeune, un voisin se ventait que son instit l’aimait tellement qu’elle lui donnait de quoi dessiner toute la journée pour lui épargner les corvées de lecture et d’écriture.
      Aujourd’hui il est peintre en bâtiment, comme quoi l’éducation nationale savait à l’époque susciter des vocations.


  • Position contradictoire de la part d’E&R. Parents rois ? Je n’ai pas l’impression. Semaine des 4 jours, ABCD de l’égalité... Ajouté à cela une société de plus en plus violente des mauvaises influences qu’on peut trouver avec les nouvelles technologies, l’hypersexualisation des enfants qui amènent aux parents à se tracasser plus que de coutume, j’ai plutôt l’impression qu’être parent devient un parcours de combattant... En fait, tout est fait que ça soit la société qui éduque les enfants, et non plus les parents. C’est un positionnement curieux d’E&R sachant que la relation parent/enfant et la base de la base dans toute relation familiale.

     

    • Je ne vois pas trop d’ambivalence :

      Rois dans l’orientation pour susciter un esprit de liberté et pour aller à l’échec qui alimentera l’arme de réserve du Capital.
      Mais soumis dans l’enseignement (valeurs et tout le bourrage de crane) et l’instruction (expérimentation gauchisante des IUFM).


  • J ai du mal croire que certains parents soient stupides au point de vouloir maintenir leurs enfants dans un systeme qui ne leur convient pas. Au vu des notes et du comportement de l enfant, ils devraient savoir si leur progeniture est faite ou pas pour suivre des études, et surtout connaitre leur volonte a vouloir effectuer le metier qui leur convient. Pour ma part mes deux fils de 23 et 19 ans ont chacun leur cap et n ont eu aucun mal atrouver du travail.