Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

La partie de l’armée à l’origine du coup d’État défaite

Animal politique par excellence, le président règne sur la Turquie depuis treize ans. A 62 ans, Recep Tayyip Erdogan a apparemment une nouvelle fois su, ce samedi, conserver son poste

 

Aussi adulé que détesté, il règne depuis treize ans sans partage sur la Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a apparemment confirmé samedi qu’il restait le seul maître du pays en échappant à une spectaculaire tentative de putsch menée par des miltaires rebelles.

 

Pas de super-présidence

Son rêve d’instaurer une « super-présidence » s’était brisé le 7 juin 2015 au soir des législatives, lorsque son parti a perdu la majorité absolue qu’il détenait au parlement. Certains avaient alors prédit le début de sa fin.

Qu’importe. Malgré cette claque électorale, celui que ses rivaux brocardent parfois comme un nouveau « sultan » est reparti au combat.

Animal politique par excellence, il a réussi par une série de manoeuvres à rappeler les Turcs aux urnes pour un nouveau scrutin, le quatrième en deux ans.

Et le 1er novembre, il prenait une éclatante revanche avec la victoire haut la main de son Parti de la justice et du développement (AKP) qui a retrouvé sa majorité absolue.

 

Le plus charismatique depuis Atatürk

À 62 ans, M. Erdogan a apparemment une nouvelle fois su samedi conserver son poste et rester le chef politique le plus charismatique de son pays depuis Mustafa Kemal Atatürk, l’emblématique père de la République laïque.

C’est par un simple appel lors d’un entretien à une chaîne de télévision tard vendredi qu’il a réussi à faire descendre des milliers de ses partisants dans les rues d’Ankara et d’Istanbul, centres névralgique du putsch raté, leur demandant de « résister ».

 

L’homme du miracle économique

Arrivé à la tête du gouvernement en 2003 sur les ruines d’une grave crise financière, Recep Tayyip Erdogan est loué par ses partisans comme l’homme du miracle économique et des réformes qui ont libéré la majorité religieuse et conservatrice du pays du joug de l’élite laïque et des interventions politiques de l’armée.

 

Dérive autocratique

Mais depuis trois ans, il est aussi devenu la figure la plus critiquée de Turquie, dénoncé pour sa dérive autocratique et islamiste.

Sa hantise des réseaux sociaux et de la presse indépendante renforce l’inquiétude de ceux qui, comme le chef de l’opposition Kemal Kiliçdaroglu, l’accusent de vouloir « rétablir le sultanat ».

Luxueux, gigantesque et extravagant, le palais de 500 millions d’euros dans lequel il a emménagé il y a deux ans est devenu le symbole de sa « folie des grandeurs ».

Lire la suite de l’article sur letemps.ch

Erdogan et les conséquences intérieure et extérieure de sa politique, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1511796

    Excellente nouvelle pour les Turcs, la Turquie et pour la stabilité de ce pays. Il est certes trouble géopolitiquement mais c’est un très bon chef d’Etat.

     

    • #1511869

      En effet, la Turquie est un pays stable. C’est pourquoi on pourrait renvoyer les turcs qui viennent pourrir l’ambiance dans nos contrées : Ça nous ferait des vacances.


    • #1512080

      #le goy

      Tu plaisante ! Les turcs sont une valeur ajoutée à la France depuis au moins le pacte entre Francois 1er et Soliman le Magnifique ! Ils vous ont même donné l’ Egypte, l’ Algérie et la Tunisie sans combattre ! Cadeau, bon apres c’était à vous de vous débrouiller pour les garder mais c’est une autre histoire... Plus serieusement, en tant que maghrébin je comprend tout à fait le ras le bol des français de base par rapport à nous (les maghrébins) mais les turcs c’est autre chose. Ces gens sont des bosseurs nées, ma main à couper qu’ils rapportent beaucoup plus qu’ils ne coûtent à ce pays. Faut voir les palaces qu’ils se font construire (honnêtement) du côté de Metz, je vous conseillerez même d’en faire venir d’autres si vous voulez retrouver le chemin de la croissance ! Je dis ça et pourtant je suis loin d’être turcophile, au contraire même, je méprise royalement tout ce qui se rapporte à la dictature ottomane. Mais de nos jours, force est de constater qu’ils sont généralement bosseurs et bien éduqués. Je me demande si ce n’est pas le fait de trainer un peu trop avec les allemands qui les a rendu comme ça !


  • #1511804
    le 16/07/2016 par H. K. Daghlian
    Erdogan, le sultan contesté de Turquie tient bon

    Je suis bien tenté de dire que c’est encore un coup des sionistes, avec leur guerre dans tout le secteur et qui doit impérativement inclure la Turquie (ce qui ferait penser qu’ils ont des chevaux de Troie dans chaque pays et chaque armée), que c’est la conséquence directe de la réconciliation avec la Russie après le flop de l’incident de l’avion de chasse, que c’est la juste rémunération - comme à l’habitude - des services bien rendus à l’empire du coté de daech avec la Syrie, que les kurdes et leur Kurdistan sont le pourquoi de la chose mais j’ai peur de faire des raccourcis.
    Quelle est la masse critique pour une armée afin de pouvoir faire ce genre de coup d’état et à partir de quel moment ça risque de fonctionner ? Le soutien du peuple à ces manœuvres est peut-être l’élément clé qui à fait défaut.


  • #1511809

    Le cirque erdogan ré-ouvre ses portes...


  • #1511839
    le 16/07/2016 par blackeagle988
    Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

    Dans un pays de l’OTAN, rien ne se passe jamais au hasard.
    Il y a toujours la main géante otanienne derrière.


  • #1511851
    le 16/07/2016 par Justice et Verité
    Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

    Erdogan et l’Akp ne ferons rien pour sortir de l’Otan, ses amis lui ont donné un avant-goût de la dernière cigarette du condamné... Pour service rendu...


  • #1511852
    le 16/07/2016 par un déséquilibré
    Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

    Oui réjouissez-vous, avec Obama, l’OTAN et l’état islamique, du maintien au pouvoir du sultan islamiste néo-ottoman.

    Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats Recep Tayyip Erdogan

    Et comme en Turquie, les "turcs de France" manifestent, à l’appel des mosquées, leur soutien au sultan-président au cri de Allahu Akbar ! . Tout va bien en France au lendemain d’un attentat islamiste, la "dissidence" veille au grain...

     

  • Le Sultan n’est "contesté" voir détesté que par les puissances arrogantes et leurs sous-fifres gaucho kemalistes...et hier c’est le peuple Turc qui s’est levé, pas juste ses "partisans", donc ragez dans votre coin et fermez la.

     

    • #1511935

      Parce qu’Erdogan, lui, n’est pas arrogant ? A mourir de rire !!!


    • #1511951

      Et pourtant, ces putschistes s’en prenaient aux locaux du MIT qui arme les islamistes qui vont tuer des syriens en Syrie (puis des français à Nice) ; quel dommage. La Turquie a échappé à un coup d’état qui aurait chassé du pouvoir un fauteur de trouble patenté...elle n’échappera alors pas à la Balkanisation.


    • #1512023

      Assez paradoxal d’aimer Chavez et de détester Erdogan, soyez cohérent, ce sont quasiment les mêmes. Pouvoir fort et hommes charismatiques.


    • #1512076
      le 16/07/2016 par Ramon Mercader
      Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

      Erdogan aurait dû s’en tenir à sa vocation initiale et aurait ainsi fait une grande carrière de footballeur. Tous les Turcs lui auraient été infiniment reconnaissants.


  • #1511889

    Erdogan est un narcissique enivré de pouvoir qui à la folie des grandeurs et ses allégeances impériales l’ont conduit dans le mur d’où sa VoLTE face géostratégique sentant le vent tourner contre lui...

    S’agissant de ceux derrière ce coup d’Etat manqué, je reste très dubitative... Mais un flash de lucidité me frappe :
    1. on sait q les américains se cachent de moins en moins de leur soutien très actif aux kurdes (matériel, logistique, personnel militaire sur place vous savez les "no boots on the ground" du secrétariat d’état US ---> cf. Russian Today) faisant fi de foutre Erdogan en boule voir de le faire passer pour un con aux yeux des turcs en le décrédibilisant vu qu’Erdogan qualifient les kurdes de terroristes et que son meilleur allié USA fournit les fameux kurdes terroristes

    2. A. Soral dit toujours : quand vous ne savez pas quoi penser d’un sujet consultez BHL :

    Consultons notre grande Pythie nationale-oligarchique BHL :
    > BHL et la chaîne i24 tweetent le 14.07.16 : « #BHL à #TelAviv la semaine prochaine pour présenter #Peshmerga ►►
    > Peshmerga, la dernière œuvre bhl-lienne, dont parle Soral dans sa dernière vidéo, présentée à l’improviste au festival de Connes 2016, est une véritable ode au courage des combattant kurdes en l’occurrence des kurdes irakiens...

    >BHL  : « Les reproches turcs je m’en fiche » ; « Erdogan est un dictateur[...] » ;
    "Entre Erdogan et les Kurdes, je choisis mon camp, c’est les kurdes démocrates et pas le sultan ou le poutine néo...
    http://www.francetvinfo.fr/monde/re...

    > D’après la conclusion soralienne de Chasles, on peut en déduire q l’Empire veut dégager Erdogan CQFD

     

  • #1511920
    le 16/07/2016 par réveillez-vous
    Erdogan, le sultan contesté de Turquie, tient bon

    C’est probablement une blague...tous les commentaires dithyrambiques sur le maintien au pouvoir du corrompu et perfide Erdogan ?

     

  • Comme je le disais sur le précédent article il se peut très bien qu’il ait volontairement laissé venir ce mini coup d’état à deux balles (avec 5 chars et 2 hélicos) car étant sûr de l’arrêté il passerait pour le grand héro de la démocratie ayant empêché la tyrannie de l’emporter et renforcerait ainsi encore plus son pouvoir. C’est du moins ce que pensent certains turques.


  • #1511933

    Qui dit que Erdogan (1) n’a pas laissé faire les putschistes ou (2) a aidé lui même ce putsch ?? Ceci dans le but de se débarrasser "légalement" et en toute tranquillité de tous ceux qui le gênaient.
    Du temps des sultans turcs à la mort du papa l’un des fils se débarrassait des autres frères pour faire place nette. Cela avait parait-il l’avantage d’éviter une guerre civile.


  • #1511972

    La Turquie detasbilisée deja par plusieurs gros attentats va entrer dans une nouvelle phase de detasbilisation. J’espère que même si ce pays a œuvré à la destruction et le massacre des syriens que son peuple ne sera pas victime d’une guerre civile de grande ampleur. Cet échec d’une attaque de l’intérieur va donner lieu à des attaques de l’extérieur, les Russes et les Ricains ne veulent pas de Turquie puissante intéressant de voir ce que cela va donner.


  • #1511988

    Quelles que soient les responsables et motivations du coup d’état, on a vu des masses descendre dans la rue soutenir leur président.

    En France, Hollande serait renversé par un général français qu’on applaudirait plutôt.


  • #1512072

    Tout cela n’est que théâtre ! Le but est tout simplement de sacraliser la figure d’Erdogan, et de facto d’instaurer un régime "supra-présidentiel ".

    http://www.lemonde.fr/europe/articl...


  • #1512107

    Pas exactement l’armée, il s’agit du réseau Fethullah Gulen, ancien allié d’Erdoğan, infiltré profondément dans les corps constitués de l’état, notamment l’armée et le corps juridique..

    Il ne s’agit pas d’un putsh "Kémaliste"..

    Une procédure avait lieu récemment pour purger les éléments Gülenistes de l’armée, ceux-ci se sachant perdus ils ont tenté le tout pour le tout..

    Pour la Turquie c’est perdant/perdant, puisque c’était Erdoğan contre Gülen, quelque soit le gagnant, c’est les freres musulmans qui gagnent..


  • #1512777

    Penser que les russes vont attaquer la Turquie est vraiment un fantasme européen : dès que les russes mettront les pieds dans ce bourbier, il risque d’y avoir une révolution chez eux, ils le savent et ils ont déjà fait l’expérience...revoyez l’histoire russe


Commentaires suivants