Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Étudiant italien torturé et assassiné au Caire : l’armée égyptienne nie

C’est pourtant le haut lieu de la torture

Alors que l’Italie exige que toute la lumière soit faite sur le meurtre de l’étudiant italien retrouvé torturé au Caire la semaine dernière, l’Égypte rejette toute responsabilité. « Il n’a pas été arrêté par la police », affirme Le Caire.

 

Le meurtre de l’étudiant italien de 28 ans, torturé à mort au Caire, empoisonne les relations entre l’Italie et l’Égypte. Rome a de nouveau exigé, lundi 8 février, que les « vrais responsables » du supplice de Giulio Regeni soient identifiés et punis.

« Nous ne nous contenterons pas de demi-vérités [...]. Nous voulons que les vrais responsables soient identifiés et punis selon la loi », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, dans un entretien au quotidien La Repubblica.

 

« Ce ne sont pas les pratiques de l’appareil d’État »

Mais les autorités égyptiennes ont vivement rejeté « ces accusations ». À un journaliste qui lui demandait au Caire si le jeune Italien avait été « arrêté par la police », le ministre égyptien de l’Intérieur, Magdy Abdel Ghaffar, a répondu que « cela n’[était] pas arrivé ». « Nous n’acceptons pas même qu’on y fasse allusion, ce ne sont pas les pratiques des appareils de sécurité de l’État », a-t-il insisté.

Giulio Regeni, 28 ans, était doctorant à l’université britannique de Cambridge et faisait des recherches pour une thèse sur les mouvements ouvriers en Égypte. Selon les récits d’amis et d’étudiants, il aurait disparu alors qu’il se rendait à un rendez-vous à une station de métro dans le centre du Caire, vers 20 heures, le 25 janvier, jour anniversaire de la révolte populaire de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir. Ce jour-là, les autorités avaient interdit tout rassemblement et la capitale était quadrillée par des policiers et soldats.

 

Les bourreaux avaient arraché tous les ongles de pieds et de mains du jeune homme, ont révélé les médias italiens

Depuis que le corps a été retrouvé le 3 février au Caire, dans un fossé, une enquête a été ouverte par les autorités égyptiennes mais aussi par des enquêteurs italiens qui se sont rendus sur place vendredi. Les autorités égyptiennes semblent collaborer, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères italien.

Lire la suite de l’article sur france24.com

La longue expérience de la torture d’État en Égypte, voir sur E&R :

L’Égypte, un allié de l’Empire aux portes d’Israël, lire sur Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.