Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Europe : le décrochage démographique de la France

Natalité, immigration, économie : des défis indissociables

La France continue à se classer au-delà de la 10ème place pour la croissance démographique en Europe. Cette situation, néfaste à ses intérêts, nécessite la sanctuarisation de la politique familiale et la mise en place d’une politique adéquate en matière d’immigration. D’autant plus que la France souffre d’un terrible retard démographique…

 

Selon l’Office statistique de l’Union européenne (Eurostat), la France a terminé l’année 2015 à la 14ème place des pays du continent, hors Turquie. Elle rétrograde ainsi d’une place par rapport aux deux années précédentes [1], du fait de la crise des migrants. Nous sommes donc bien au-delà de la seconde position – derrière l’Irlande – fréquemment avancée en début de chaque année, et qui ne concerne, en fait, que le seul critère du taux de fécondité.

 

Une influence française menacée sur le continent

Pourtant, il s’agit là d’un élément bien insuffisant afin de mesurer l’évolution du poids d’une nation et des rapports de force entre pays appartenant à un espace géopolitique donné. Dans cette optique, seule la croissance démographique totale n’a de sens, incluant donc croissance due au solde naturel et celle due au solde migratoire. Ainsi, force est de constater que la France métropolitaine, avec ses 64,5 millions d’habitants, n’est plus le deuxième territoire le plus peuplé d’Europe (hors Russie). Elle a été dépassée par le Royaume-Uni (65,3 millions) en 2011, dont la croissance démographique (0,88 %) a été plus que deux fois supérieure à la nôtre l’année dernière. La seconde place souvent attribuée à notre pays ne s’explique, en fait, que par l’intégration, toute légitime certes, de la population de nos cinq départements d’outre-mer (2,1 millions). Si la tendance devait se poursuivre, et selon les dernières projections [2], le Royaume-Uni deviendrait le pays le plus peuplé de cet espace d’ici 2060, et la France serait troisième, toujours derrière l’Allemagne. Dans l’ensemble, ce sont les pays anglo-saxons, scandinaves et la majorité des pays germaniques qui tireraient leur épingle du jeu, au détriment de notre pays et, plus globalement, des parties latine et slave du continent. Or, les premiers ne partagent pas totalement les mêmes orientations politiques et économiques que les nôtres.

Afin de mettre un terme à ce déclassement, la France doit donc agir sur les deux leviers de la croissance démographique : la natalité et l’immigration. Mais tout en veillant à ce que cette croissance demeure essentiellement due à l’augmentation naturelle de sa population, condition sine qua non à la réussite de toute politique d’assimilation républicaine des nouveaux arrivants et de leurs descendants immédiats.

 

Natalité insuffisante et signaux négatifs envoyés à nos compatriotes

Dans ce cadre, notre pays doit tout mettre en œuvre afin d’atteindre au minimum le seuil de renouvellement des générations, situé à près de 2,1 enfants par femme et qu’elle n’a plus atteint depuis 1974. Les différents coups de canif portés à notre politique familiale ces dernières années vont donc dans le mauvais sens, et expliquent peut-être en bonne partie la baisse du taux de fécondité observée en 2015, à 1,96 au niveau national et 1,93 pour la France métropolitaine. Pour cette dernière, le déficit en termes de naissances a donc été de près de 8 %, soit environ 60 000. Au passage, rappelons que le nombre idéal d’enfants souhaités dans notre pays est estimé en moyenne à 2,4 par famille, les femmes en désirant même légèrement davantage que les hommes.

Par ailleurs, les déclarations de certaines personnalités politiques établissant une corrélation entre notre « vitalité » démographique et la hausse continue du chômage, constituent un signal extrêmement négatif envoyé à nos compatriotes, en plus de relever de la plus grande irresponsabilité et inexactitude.

Irresponsabilité d’abord, car la France se doit de maintenir son poids et donc son influence en Europe, d’une part, et d’autre part car c’est bien notre niveau de fécondité actuel, quoique insuffisant, qui explique que notre pays soit l’un des rares du continent à pouvoir se passer d’une immigration de masse. Ce qui fait la différence avec l’Allemagne, qui perd chaque année près de 200 000 « autochtones » (soit plus que le nombre total des victimes du bombardement atomique d’Hiroshima). Inexactitude ensuite, car de nombreuses études démontrent bien que croissance démographique et croissance économique vont de pair, sous réserve que le climat des affaires soit favorable à l’investissement, et renforcé par l’existence d’un État stratège. D’ailleurs, force est de constater que 12 des 13 pays européens affichant une croissance démographique supérieure à la nôtre, affichent également un taux de chômage – largement – inférieur au nôtre. La Finlande étant la seule exception.

 

Une immigration à rééquilibrer en fonction de la provenance

Il convient donc de stimuler davantage notre croissance démographique en essayant d’atteindre au minimum le seuil de renouvellement des générations, tout en menant une politique migratoire visant à servir de complément de croissance démographique en vue de maintenir les équilibres géopolitiques intra-européens, et au-delà. Mais ces flux migratoires doivent présenter une répartition géographique des provenances au moins équilibrée en faveur des ressortissants originaires du vieux continent. La France est, en effet, le seul et unique pays de cet ensemble à connaître en permanence un solde migratoire européen minoritaire, situé autour de 40 % du solde total (immigrants venant de la Russie européenne inclus). Chaque année, cette part représente presque partout ailleurs au moins la moitié de l’immigration totale nette, de plus ou moins 50 % au Royaume-Uni à près de 80 % en Allemagne jusqu’au début de la crise des migrants (sur un solde annuel déjà élevé de 300 000 à 400 000 individus), et a même atteint 83 % pour la Suisse en 2014 [3]. Précisons, au passage, que ce dernier pays affiche désormais le taux d’immigration nette le plus élevé du monde occidental, derrière le Luxembourg et devant l’Australie [4].

Certes, il est tout à fait normal que la France continue à accueillir des ressortissants extérieurs au continent, et en priorité ceux faisant partie de la vaste famille francophone à laquelle nous lient de puissants liens historiques et culturels, et qui regroupe 460 millions de personnes réparties sur quatre continents. Toutefois, la différence encore palpable de niveau et de mode de vie entre notre société et celle de la majorité des pays du Sud fait que cette singularité française, résultant du fait d’avoir longtemps empêché la libre installation des personnes venant des nouveaux pays membres de l’UE, constitue une grave erreur : une immigration majoritairement d’origine européenne est en effet de nature à faciliter considérablement l’adaptation des immigrants non européens en évitant les phénomènes de concentration monoethnique extra-européenne, qui ne peuvent qu’entraver sérieusement tout processus d’assimilation.

 

Un retard démographique considérable à ne pas perdre de vue

Enfin, il conviendrait de ne point oublier le terrible retard démographique accumulé par notre pays deux siècles durant, du milieu du 18ème siècle à 1945. La France, qui vers 1760, était plus de trois fois plus peuplée que le Royaume-Uni dans ses frontières actuelles, 2,8 fois plus peuplée que l’Espagne (1,4 fois aujourd’hui), un tiers plus peuplée que l’Allemagne, et autant peuplée que le Japon (127 millions d’hab. de nos jours) et la Russie (144 millions). Alors que, et comparées à l’ensemble de celles subies par ces mêmes pays depuis cette date, nos pertes humaines dues aux guerres furent comparables, sinon moindres, et nos pertes migratoires plus que négligeables. Seul pays au monde à avoir connu une transition démographique aussi prématurée, notre pays hérite ainsi d’une faible densité démographique par rapport à ses grands voisins, de 117 hab/km2 (France métrop.), contre 269 pour le Royaume-Uni, 230 pour l’Allemagne, 202 pour l’Italie, ou encore 336 pour la Japon.

Ce déclin démographique ne fut naturellement pas sans conséquences sur l’influence de la France en Europe, en plus d’avoir favorisé dans une large mesure le déclenchement des deux grandes guerres mondiales qui secouèrent la première moitié du XXème siècle, et qui nous coûtèrent si cher. Mais de la même manière que nul n’aurait imaginé il y a deux siècles que notre pays perdait un jour sa supériorité démographique – et économique – continentale, il est tout à fait possible que la France retrouve progressivement cette prépondérance, sous réserve de mettre en place tous les outils nécessaires en ce sens. Ce qui ne pourrait que renforcer davantage encore le poids de l’Europe dans le monde, dont la multipolarité serait alors réaffirmée.

 

Ilyes Zouari

Notes

[1] La forte croissance attribuée à l’Italie pour l’année 2013 résulte d’un ajustement.

[2] WPP 2015 (ONU), et World population data sheet 2015 (PRB).

[3] Office fédéral de la statistique (OFS) helvétique.

[4] Selon le World population data sheet 2015 du PRB (pour mille habitants) : 19 pour le Luxembourg, 11 pour la Suisse et 8 pour l’Australie. Le taux réalisé par la Nouvelle-Zélande (11) est exceptionnel et ne peut être pris en compte.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Retrouvez Ilyes Zouari sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1566330

    Ah on m’avait dit que non, que la France avait un taux de natalité normale etc...
    Je me souviens , ici, avoir expliquer le problème sur fond de flux migratoire.
    Notre modèle repose sur la solidarité entre générations (pension), un calcul rapide permet de comprendre que ce modèle ne dure pas avec un tel niveau de natalité.
    Alors comme ça c’est à cause l’immigration ?
    Hypocrisie encore et toujours.
    Faites des enfants amis français, je n’arrête pas de le dire autour de moi,De plus les enfants d’immigrés font autant enfants et divorcent autant que les Français dits de souche.
    L’unesco avait prédit cela dès les années 80. Il parlait de faire venir 20 millions de personnes en Europe pour palier à la dénatalité qui met en péril le modèle de solidarité entre générations (paiement des retraites).
    Nous sommes seuls responsables de la venue des immigrés. Au lieu de se plaindre qu’il y a trop d’immigrés, faites des enfants b....l ! (de façon naturel si possible, svp)
    Arrêtez de pleurnicher sur le mondialisme blablabla, prenez vos responsabilités et surtout ne comptez pas sur cet Etat fantoche, ne lui demandez plus rien, vous n’avez pas besoin de son approbation pour vous reproduire.
    Ne varietur
    Lavrov


  • Vous êtes conscients que nous allons vers un monde de décroissance. On ne peut plus utiliser les même outils d’analyse qu’il y a 30 ans. Le chômage va exploser dans les prochaines années et les emplois restant demandent de plus en plus de qualification, donc je pense qu’il faut laisser vieillir la population au contraire. Nous sommes dans une démondialisation (les échanges internationaux diminuent chaque année) nous allons vers un monde plus résilient, plus enraciné, le toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus nombreux c’est terminé...
    Et on ne sera jamais 10 milliards comme le dit l’ONU, ces modèles sont complèteent hors-sol.


  • #1566332

    Retard démographique pourquoi ?
    Chômage ,pauvreté, absence de projection dans le temps ,destruction de la famille, mariage pour tous , absence de repaires .Et bien d’autres ingrédients font que nous en somme arrivé la .Et la seule politique contre ce retard démographique pour ce gouvernement ,c’est d’aller chercher ,et d’inonder le pays ,en déracinant des peuples qui n’ont rien à voir avec le notre .C’est tellement plus facile ,et c’est plus joli ,çà fait un peuple de toutes les couleurs et en plus des électeurs acquis à leurs causes .La boucle est bouclée .Ça c’est gouverner au jour le jour ,parce qu’il n’y a aucune ambition pour ce pays et ces habitants, ils s’en foutent ,pourvu qu’ils pètent dans la soie .


  • #1566334

    Si ce monsieur tient tant que cela à une natalité galopante, il n’a qu’à s’y mettre lui-même ! Quant à demander aux autres, non merci : avec un chômage à 2 chiffres, un environnement urbain semi- carcéral et des liens sociaux désagrégés, fonder une famille avec 3 enfants reléve du parcours du combattant...

     

    • #1566681
      le 27/09/2016 par Rahan Abitbol
      Europe : le décrochage démographique de la France

      D’autant plus que lorsque les Français faisaient des gosses en veux-tu en voilà, il y avait une mortalité infantile très importante.
      De mémoire, Pasteur a eu 5 enfants et seuls 2 sont arrivés à l’âge adulte !
      Aujourd’hui, les gens font beaucoup moins de gosses mais ils arrivent tous à l’âge adulte.
      Finalement, le renouvellement de générations est assuré quasiment dans la même proportion, non ?


    • #1566836

      A Rahan...
      exact ! Je crois que cette histoire de renouvellement des générations est montée de toutes pièces...vu que tous les gosses arrivent à l’âge adulte et que 200 000 immigrés débarquent chaque année dans notre beau pays, nous devrions vivre en ce moment un printemps démographique, non ?


  • #1566351

    Le recul démographique n’est un problème que pour les parasites. Quand on pense "gestion des ressources", le recul démographique (sauf poussé à l’extrême ou en proie à une compensation migratoire massive) amène mathématiquement une surabondance de ressources.
    J’ai 25 ans et je crois que j’ai dix fois plus de chances de mourir à la guerre que de toucher un jour une retraite.

     

    • #1566447

      Ca serait le cas si le niveau de ressources restait identique, mais il va décroitre a mesure, pourquoi les autres pays vont accepter qu’une nation inférieure en tout (si le recul se poursuit) ait des habitants mieux traités ? (Alors qu’ils produisent moins, sont plus vieux,plus endéttés, pas forcément mieux eduqués/spécialisés, etc)


    • #1566707

      @louis
      Notre problème face au monde, effectivement, c’est que tout le monde croit que l’Europe est le continent où il fait le mieux vivre.
      Je propose une solution en trois points. D’abord se rendre compte que le sol européen est le plus pauvre de la terre et que les peuples européens ont vocation à l’être aussi. Ensuite expliquer ça clairement aux idiots qui croient qu’ils deviendront riches juste en posant les pieds ici. Finalement s’opposer radicalement à une immigration de masse qui précipite notre chute, ne serait-ce que pour pouvoir atterrir en douceur.


  • #1566378

    Les japonais sont sur une île, c’est quoi cette comparaison stupide, bien sur qu’ils sont plus concentrés au m2, c’est probablement un des pire pays pour cela. Vous avez envie de vivre dans des boites de sardines, c’est ça votre rêve ? Personne n’a envie d’une haute densité sur le territoire. Regardez Paris, personne veut vivre là si possible.


  • #1566394
    le 27/09/2016 par bibi Fricotin
    Europe : le décrochage démographique de la France

    Je suis pour un retour aux traditions ancestrales La famille c’est " l’homme qui travaille à l’extérieur et la femme qui travaille à l’intérieur à " ELEVER " ses enfants et à entretenir son foyer . Avec une rémunération pour son travail quotidien reconnu comme tel .
    Cela libérera des millions d’emploi occupés par des femmes, obligées de négliger leurs enfants ,de payer pour leur garde ,ou de les confier dès 2 ans à l’embrigadement Marxiste scolaire ..Et cela remasculinera tous ces pauvres hères dépouillés de leur virilité .
    Les femmes bossent pour des salaires de misère qui vont servir à payer d’autres personnes gardiennes de leur propre progéniture .
    Il ne faut pas 2 salaires pour vivre décemment, c’est faux . Il n’est nul besoin de
    2 voitures ,4 frigos ,6 congélos , et vacances obligatoires tous les ans .
    Cette destruction de la famille voulue par les gardes chiourmes du pouvoir ,s’explique par le fait que les femmes sont payées, comme les immigrés, à coups de lance pierre ,et que ça engraisse les psys de tous poils et les éducs qui en profitent quand les enfants sans repère "tournent mal " .
    La psychologisation de tout et n’importe quoi , c’est comme l’armée ça fait des chomeurs en moins Car si on supprimait psychologues et militaires inutiles il y aurait des milliers de chomeurs en plus (je ne sais pas mettre les circonflexes )

     

    • #1566468

      oui d accord pour une vigoureuse politique nataliste qui nous évitera d avoir recours à l immigration tant voulue par le medef. Parler maintenant d embrigadement "marxiste" à l école c est faire une double erreur
      1 ledit marxisme n a jamais existé en tant qu enseignement avant l université foi d enseignant avec 40 ans d expérience dans de nombreux établissements . Il faut être totalement ignorant de la réalité pour sortir une sottise de ce calibre et être un fanatique qui n a besoin de que ses préjugés d un autre âge en guise de vérité
      2 donc embrigadement zero à ce stade. Il est vrai qu apres 68 le marxisme a fait une timide apparition dans quelques universités dont Vincennes fut le fleuron mais resta éloigné des cours dans leur majorité. Normal car presque aucun prof n avait les compétences pour l enseigner !
      Ensuite il faut bien comprendre que les programmes décidés par le pouvoir ignorent presque complètement le marxisme autant en philosophie qu en économie car l oligarchie n a pas envie de former des cadres qui remettraient l ordre ultra libéral en question. Il y a obligation de s en tenir strictement aux programmes sous peine de vidage ! les profs n ont d autonomie que dans la pédagogie et encore !
      De toute façon la tradition dite "socialiste" en France n a de socialiste que le mot en fait . Des mots d égalité et de justice plein la bouche mais rien de réel. Observez la politique des socialistes depuis 81 : politique de rigueur de Beregovoy ; bourse + 17% sous Mitterrand ; privatisation sous Jospin plus importantes que sous la droite , etc etc.
      Prendre au mot le baratin socialiste c est être un gros naïf . Le PS fait en réalité la politique exigée par le medef et il ne saurait en être autrement car c est le medef qui désigne qui sera président et écrit sa feuille de route . La populace qui se réclame de la droite et de l extrême est stupide de critiquer le PS car il fait exactement ce que cette populace croit être bon pour ses intérêts. D ailleurs personne au PS n y connait rien à part des trotskystes historiques et quelques résidus du pcf. Il y a belle lurette que le Marxisme a disparu en France même si tous les économistes qui comptent étudient en douce Marx pour comprendre quelque chose au système économique . Par exemple l article de P. Artus de chez Natixis :" Marx is back" pour démontrer la relation entre chômage et profit capitaliste. C est la propagande de l oligarchie pour faire peur aux paranos et aux niais !


    • #1566557

      Vade retro Satana !!! Tu es possédé mon fils !

      A l’heure du mariage pour tous, de la théorie du genre et de Conchita Wurst, ce que tu dis là relève du blasphème !

      Et pourtant je suis TOTALEMENT d’accord avec toi, c’est le schéma ancestral vertueux qui a perduré durant des millénaires.


    • #1567141
      le 28/09/2016 par Rage against the machines
      Europe : le décrochage démographique de la France

      @boboforester Je persiste et signe L’EN est non seulement d’idéologie Gaucho/Marxiste mais de surcroit Sioniste Quand on demande aux enfants du primaire de choisir le nom d’ un shoadé comme ame sœur ou qu’on leur impose de faire une minute de silence pour les Charlie , qu’on emmène au commissariat un enfant de 8 ans qui a refusé , ou qu’on endoctrine des enfants par leçons d’histoire biaisée et des minutes de solidarité par ci , des Marseillaises par là et des silences en souvenir de Jean Moulin ou de tartempion j’appelle ça du lavage de cerveau idéologique
      j’ai eu des enfants scolarisés dans lune commune du Nord Pas de Calais Socialo/Communiste , avant que le FN ne s’y installe .Je ne vois pas ce le libéralisme économique vient faire là dedans .Quand au Marxisme ,c’est comme le Socialisme effectivement peu de gens savent de quoi ils parlent ,mais ce qui compte cest l’interprétation que les gens en font , qui sert leurs abus de pouvoir sur autrui . Ce qui a été le cas pendant des décennies de terrorisme "intellectuel ’
      Des années oubliées comme par enchantement Il n’y aurait jamais eu de Maoïstes de bidibuliskes , de défenseurs de Polpot , ni de pro URSS , ni de vatenguerre anti Hussein etc... Bizarre ...


    • #1569847
      le 01/10/2016 par jojo l’affreux
      Europe : le décrochage démographique de la France

      @Rage against the machines : puisqu’on vous dit que les anciens pays du pactes de Varsovie et de l’URSS sont les moins touchés par le "marxisme culturel" et que les populations locales qui le voient arriver à travers les politiques de l’UE le rejettent massivement, c’est bien que cette idéologie n’a rien à voir avec Marx non ?
      Voyez les conférences du Cercle Aristote sur le management ou le post-modernisme ou lisez le livre de François Bousquet dont E&R avait fait la pub.


  • #1566419

    La France c’est un peu moins de 1% de la population mondiale, une tête d’épingle démographique . Les Français de souche font de moins en moins d’enfants parce que... ça les embêtent de devoir les élever . Or ce ne sont plus les parents qui élèvent leurs enfants, c’est l’Etat qui s’en charge : à partir du moment où l’enfant est scolarisé il se trouvera beaucoup plus devant ses enseignants que devant ses parents .

     

  • #1566427

    Actuellement plus de 40% des bébés naissants en France sont dépistés pour la drépanocytose, cela signifie que 40% des enfants qui naissent actuellement ont des origines africaines, car la drépanocytose est une maladie génétique qui ne touche que les noirs et les maghrébins . Dans moins de dix ans ce seront 50% des bébés qui auront des origines africaines .

     

  • #1566428

    Un pays comme la Russie n’est pas un grand pays parce qu’il est peuplé, mais parce qu’il a une identité assumée par ses ressortissants, un sentiment national.
    Mais il y a encore des "spécialistes" pour penser que plus un pays est densément peuplé, plus il est riche. L’équivalent de 7 départements bétonnés aux centres commerciaux en 20 ans, ça n’a pas suffi ?

    Et s’il y a plus de migrants en Suède et en Grande-Bretagne, c’est que la France "décroche". Moi j’avais plutôt l’impression que la Suède s’était suicidée.

     

    • #1566479

      cet article relève de la propagande immigrationiste . Les Philippines ont une démographie démentielle et 100 millions d habitants, par la grâce de l Eglise qui pousse à la production et interdit l avortement et la contraception ; la moitié de la population est au chômage et la moitié de l autre moitié crève de faim avec un job payé en moyenne 200€ par mois ! coût d un litre de lait identique au coût français ! Vu le chômage les profits par contre atteignent des sommets , pareil le PNB car les investisseurs affluent attirés par les salaires de famine.Plus les enfants crèvent dans les rues et plus les investisseurs investissent ! J y habite je sais de quoi je parle .
      Faire beaucoup d enfants c est bien pour les couples et la société oui mais
      1 quand c est possible avec une politique nataliste telle que la RDA l avait mise en place : 2 ans de congés payés pour la femme qui élève les enfants ; un logement prioritaire, etc etc .
      2 quand la société leur offre une bonne éducation instruction formation professionnelle et des emplois .
      L immigration n est pas mise en place pour réhausser la natalité mais pour briser les salaires et l identité les nations un point c est tout . Sans activité économique comme c est le cas en ce moment et pour longtemps faire venir des immigrés avec des gosses ou qui en feront ajoutera au problème de concurrence pour les jobs mais ne créera aucune richesse , au contraire ça détruira le niveau de vie des autochtones .


  • #1566443

    De l’immigration extra européenne ? Surtout pas non, on en a eu assez comme ça...

    Dans le reste de l’Europe l’immigration est quasi exclusivement européenne, il n’y a aucune raison pour que cela ne soit pas le cas en Europe, d’ailleurs la francophonie n’est pas une raison suffisante pour justifier l’immigration extra européenne étant donné qu’elle est de nature à changer le caractère européen de la France, c’est une question de stabilité sociale et de préservation du peuple français.


  • #1566551

    schisophrènie générale
    d’un coté on pollue un max et plus on est nombreux plus on polluera
    de l’autre on veut de plus en plus de populations
    avec un niveau de vie de plus en plus polluant !
    si nos dirigeants ne sont pas des malades mentaux ... qui sont ils ?


  • #1567384

    Taux de fécondité à 1.93 sur le sol national pour l’année 2016...cela bien sur est une moyenne...Dommage que ne soit pas comparé le taux de fécondité de la femme Française, ou d’origine européenne, au taux de fécondité de la femme, vivant en France, d’origine africaine...


Commentaires suivants