Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"Faire passer les classes populaires pour fascisées est très pratique"

L’antifascisme est une arme de classe qui commence à s’enrayer...

De l’Amérique de Trump à la France périphérique, il n’y a qu’un pas. Le géographe Christophe Guilluy nous explique pourquoi. Interview.

 

[...]

Pour expliquer l’élection de Trump, les médias américains évoquent « la vengeance du petit blanc ». Un même désir de vengeance pourrait-il peser dans la prochaine élection française ?

Faire passer les classes moyennes et populaires pour « réactionnaires », « fascisées », « pétinisées » est très pratique. Cela permet d’éviter de se poser des questions cruciales. Lorsque l’on diagnostique quelqu’un comme fasciste, la priorité devient de le rééduquer, pas de s’interroger sur l’organisation économique du territoire où il vit. L’antifascisme est une arme de classe. Pasolini expliquait déjà dans ses Écrits corsaires que depuis que la gauche a adopté l’économie de marché, il ne lui reste qu’une chose à faire pour garder sa posture de gauche : lutter contre un fascisme qui n’existe pas. C’est exactement ce qui est en train de se passer.

 

C’est-à-dire ?

Il y a un mépris de classe presque inconscient véhiculé par les médias, le cinéma, les politiques, c’est énorme. On l’a vu pour l’élection de Trump comme pour le Brexit, seule une opinion est présentée comme bonne ou souhaitable. On disait que gagner une élection sans relais politique ou médiatique était impossible, Trump nous a prouvé qu’au contraire, c’était faux. Ce qui compte, c’est la réalité des gens depuis leur point de vue à eux. Nous sommes à un moment très particulier de désaffiliation politique et culturel des classes populaires, c’est vrai dans la France périphérique, mais aussi dans les banlieues où les milieux populaires cherchent à préserver ce qui leur reste : un capital social et culturel protecteur qui permet l’entraide et le lien social. Cette volonté explique les logiques séparatistes au sein même des milieux modestes. Une dynamique, qui n’interdit pas la cohabitation, et qui répond à la volonté de ne pas devenir minoritaire.

Lire l’intégralité de l’article sur lepoint.fr

L’antifascisme, concept utile pour cacher l’exploitation,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #1603288

    Ils peuvent toujours raconter tout ce qu’ils veulent tous les tenants du système et leurs médias... Le Réel refait toujours surface.
    Demeurons fidèle à notre certitude intérieure... c’est là dans l’intime de notre ETRE que souffle l’Esprit du Bon Dieu.
    Dans le concret, suivons le chemin de la vérité et du bon sens.
    Ce monde est celui de l’imposture ; chacun de nous peut le constater avec un peu de distance, en observant "ce qui est." Tout simplement.
    "Seule la vérité rend libre." St-Jean.

     

    Répondre à ce message

  • #1603332
    Le 17 novembre à 12:53 par yéti déporté au Benêtland
    "Faire passer les classes populaires pour fascisées est très pratique"

    C’est ce que disait déjà Clouscard :

    Sous les pavés de 68 Le Pen ...

    « L’informatisation de la société au service de la convivialité, sera l’idéologie humaniste de la nouvelle société [...] la convivialité est la morale de la société de consommation [...]
    Un discours théorique justifie dans une perspective universelle des intérêts de classe [...]
    L’humanisme écologisant sera le véhicule de la bonne volonté (celle qui pave l’enfer), de l’idéologie [...]
    L’idéologie humaniste et libertaire va se trahir et révéler son opportunisme [c’est fait !] »

    ’Le capitalisme de la séduction’ 1981 Clouscard

    Mais la "contre-révolution" du petit blanc a son pathos (le grand remplacement), son ethos (la caste est pourrie et traître) mais pas encore son logos, sa métaphysique/politique.
    Le transhumanisme lui donnera.

     

    Répondre à ce message

  • #1603334

    C’est effectivement le discours qui fait la différence que je constate parmi les bobos bourgeois libéraux depuis très longtemps. Je suis souvent horrifiée par leur dénigrement vis à vis de la classe laborieuse appelée " petits blancs " ainsi que leur tendance à épouser un membre de leur tribu dans la classe supérieure, avant-gardiste pour Valls.
    Donc 1000% d’accord avec Guilluy quand il soutient : " Le discours de l’ouverture à l’autre permet de maintenir la bourgeoisie dans une posture de supériorité morale sans remettre en cause sa position de classe (ce qui permet au bobo qui contourne la carte scolaire, et qui a donc la même demande de mise à distance de l’autre que le prolétaire qui vote FN, de condamner le rejet de l’autre).
    Le discours de bienveillance avec les minorités offre ainsi une caution sociale à la nouvelle bourgeoisie qui n’est en réalité ni diverse ni ouverte : les milieux sociaux qui prônent le plus d’ouverture à l’autre font parallèlement preuve d’un grégarisme social et d’un entre-soi inégalé "

    Que de discrépance entre le discours et les faits...l’éternel " faites ce que je dis, pas ce que je fais " propre aux dominants.
    Mon éducation dans une famille aux origines sociales très disparates m’ont obligé très jeune à ne jamais juger les gens. Mon premier jour d’école fut d’ailleurs enrichissant car la maîtresse avait écrit à la craie sur le tableau " il n’y a pas de sots métiers, que de sottes gens "...des sottes gens qui me cataloguaient ouvertement en fonction de mes activités dans la classe ouvrière ( fripounnet organisé par l’église ), des petites bourgeoises ( prof de latin aux collège de filles ), de grande bourgeoise ( copains de fac ) etc....et que dire de fasciste ( inquisiteurs du site Egalité et Réconciliation ) ??
    Depuis longtemps je me fie à la capacité d’intuition et de discernement de mon coeur, seule source absolument factuelle de la réalité.

     

    Répondre à ce message

  • #1603345

    viens d’entendre une intervention d’un candidat aux primaires de droite : "on est dans une economie de guerre (contre le terrorisme) donc faut prendre des mesures en consequences". grosso merdo nos gentils chefs prennent des mesures qui nous saignent c’est parce qu’ils sont obliges par les mechants terroristes et si tu te plains c’est que t’es un mechant facho... Rien a voire avec l’appetit des banques et des 1% les plus riches,rien a voir avec l’ultraliberalisme et la mondialisation a outrance...

     

    Répondre à ce message

  • #1603351

    Un cerveau dans une tête, bienvenue chez E&R..

     

    Répondre à ce message

  • #1603374

    La déclaration de pasolini est très vraisemblable concernant la gauche , à partir de là c’est bien le système qui est à " repenser " , chose plus ardue puisque TOUS , sont impliqués dedans , tous ces élus payés par les peuples ne peuvent démolir un système qui les engraisse ? ( tu ne coupes pas la main de celui qui te nourrit ) ! IL faut donc bien compter sur ( les ) multiples dissidences , mais le temps qu’elles parlent d’une même voix , ( les gaulois étaient de vaillants guerriers mais la discipline n’était pas leur fort , ils ont " mangés " )

     

    Répondre à ce message

  • #1603387

    Du Soral dans le texte !....ça rappelle quelques vidéos du mois.

     

    Répondre à ce message

  • #1603406

    Mots très justes. L’extrémisme caché de la bonne pensée au service du pire dans l’ombre. Les gens ouvrent et ouvriront les yeux encore et encore.

     

    Répondre à ce message

  • #1603771

    Les bourgeois sont des traitres antifrançais alors que le populo lui a des idées saines comme le disait De Gaulle, Christophe Guilluy dit les choses comme elles le sont les catégories populaires n’en peuvent plus du libre échange et du remplacement de population pendant que le bobo cosmopolite défend des délires mondialiste dont il ne voit pas les conséquences.

     

    Répondre à ce message

  • Il a un petit côté Alain Soral physiquement... comme quoi...
    Pas sûr qu’il soit entendu régulièrement par les médias mainstream.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents