Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

Par la rédaction d’IDPolitiques

« Complotiste », le mot n’existe pas encore dans le Larousse français. Pourtant, il est devenu aujourd’hui un qualificatif on ne peut plus commun pour désigner ceux qui le plus souvent remettent en cause les versions officielles. De la genèse de l’utilisation de ce terme aux enjeux de compréhension des événements politiques, économiques et sociétaux actuels, penchons-nous sur une nouvelle façon de voir le monde, à la lumière des nouveaux moyens d’information.

 

Le complotiste, ce citoyen presque comme les autres

Vous le croisez surement tous les jours, mais vous le reconnaissez rarement. En effet, le premier attribut du complotiste est qu’il est discret. Vous ne le verrez jamais attablé à une terrasse de café, braillant à ses amis circonspects que le 11 septembre 2001 c’est la CIA ou encore que Chavez a été assassiné. Non. Le complotiste est un être discret, calme le plus souvent, observant avec attention le monde qui l’entoure et se questionnant sans cesse sur l’étrange maladie qui touche ses concitoyens, à savoir leur aversion profonde pour la réflexion.

Le complotiste n’est pas matérialiste, parce qu’il a compris la stratégie de la société de consommation et ses conséquences sur les peuples, sur les nations. Si vous discutez avec lui, le complotiste vous écoutera, mais vous coupera régulièrement la parole, exaspéré par ce qu’il considère être des incohérences majeures dans votre discours et une absence évidente de logique dans votre argumentation. Oui, c’est un défaut du complotiste, il pense avoir toujours raison. Il pense avoir toujours raison parce que lui, contrairement à d’autres, il lit, il s’informe partout où il le peut, la presse française, la presse étrangère, il lit les médias dominants, il lit la presse dissidente. Il lit absolument tout, il regarde tout et ensuite… eh bien il réfléchit.

Dernière chose, le complotiste se fout de la doxa, de l’opinion dominante, il pense en son âme et conscience, observant pour chaque sujet qu’il étudie une démonstration quasi mathématique : le postulat de départ, la démonstration, et la conclusion. Dans sa bibliothèque vous trouverez du Sartre, du Camus, du Bourdieu, du Chomsky, des livres des éditions La Découverte, Xénia, Kontre Kulture et bien d’autres encore car le complotiste ne discrimine pas les auteurs… sauf BHL, quand même !

La fourchette d’âge du complotiste n’a jamais été renseignée, et nous ne savons pas le pourcentage d’hommes et de femmes français qui sont à l’heure actuelle des complotistes. Il n’en demeure pas moins que pour reconnaitre un complotiste il vous suffira de lui demander ce qu’il pense de BFMTV. À ceci, s’il en est un, il vous répondra pour sûr : « BFMTV c’est de la merde, prend toujours l’inverse de leur information et tu auras la vérité. »

 

Complotiste, un terme devenu aujourd’hui nom commun

C’est après le 11 septembre 2001 et les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone que ce terme est véritablement apparu dans les discours des commentateurs d’actualités et des politiciens. Était alors complotiste celui qui remettait en cause la version officielle de ces attentats et qui par définition y voyait un… complot. Majoritairement la thèse en présence chez les complotistes du 11/09/2001 était qu’ils voyaient la main du gouvernement américain derrière les attaques et notamment celle de la CIA, dans le but de permettre au gouvernement Bush de l’époque d’orienter l’opinion publique américaine afin de légitimer une intervention militaire en Irak, et là on se souvient de son célèbre discours avec « l’Axe du Mal »…

Cela dit, il fut un temps ou être complotiste n’était pas si mal vu et je me souviens que lors de la sortie au cinéma du film W., on trouvait devant les salles obscures de certaines villes de provinces, des citoyens qui distribuaient des tracts sur lesquels était résumée assez grossièrement la thèse des complotistes. À cette époque, nous pouvions encore échanger cordialement entre complotistes, pro-américains et simples badauds qui passaient par là. Le côté exotique de l’opinion divergente ajoutait du piment aux discussions entre amis, collègues ou voisins. Chacun donnait son opinion, librement…

Mais petit à petit, les enjeux géostratégiques et géopolitiques évoluant, les politiques occidentales d’ingérence dans les pays du Moyen-Orient se sont durcies et les actes condamnables au regard du droit international aussi. Des voix ont commencé à s’élever, il a fallu les bâillonner. Trop dangereux pour la pérennité du projet impérialiste.

Donc, toute remise en cause d’un événement servant les politiques occidentales au détriment de vies humaines civiles ou plus largement du processus de paix dans certains pays devint, pour les journalistes – bras droit du pouvoir politique – du complotisme pur et dur, un truc grave genre virus H1N1, il fallait trouver le vaccin en urgence. Alors, perfusion de désinformation au 20h et sur les chaînes d’infos en continue, injection de « complotisme, ce truc d’illuminés » – une dose de cheval comme dirait l’autre, et procès permanents pour bien faire comprendre aux citoyens le côté illicite de la réflexion libre, ou quand réfléchir par soi-même devient un délit, on comprend que la lutte pour la liberté et la vérité vient véritablement de commencer.

 

Faire son choix entre presse d’État et presse indépendante

Entre presse d’État, financée et orientée, et presse indépendante, le complotiste a fait son choix. Consommateur de médias dits de « réinformation », on le trouve souvent sur Égalité & Réconciliation, Réseau Voltaire, MetaTV et certains autres médias étrangers (russes notamment), souvent bien plus objectifs que la soupe indigeste de la presse française.

En France il y a d’abord l’AFP comme presse d’État. C’est l’Agence France Presse, existant depuis 1944 et qui fournit aux médias français toutes les actualités. Et même si l’Agence France Presse se revendique comme étant indépendante vis-à-vis du pouvoir politique, elle a souvent été épinglée dans des manipulations d’informations servant ce même pouvoir politique, comme par exemple la traduction mensongère du discours de l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad aux côtés d’Hugo Chavez, l’ancien président du Venezuela, en 2012. Le tollé sur la toile avait d’ailleurs été énorme une fois la manipulation découverte.

Ainsi, la principale agence d’info qui fournit toutes les rédactions d’information avec des actualités tronquées et mensongères, des fausses informations qui servent la politique menée en France, pose véritablement la question de l’indépendance de cette agence AFP (qui assure diffuser aux rédactions des informations « neutres et fiables ») et plus largement cela questionne sur le crédit à accorder aux médias d’information français.

Il y a ensuite le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), organisme lui aussi soi-disant indépendant, qui surveille et sanctionne les chaînes de télévision qui n’appliqueraient pas la loi, et qui, et on va le voir avec une affaire édifiante, sert encore une fois le pouvoir politique en tenant le rôle plus que jamais de police de la pensée. Ainsi, en 2002, l’analyste politique Thierry Meyssan était reçu sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle sur France 2, une émission animée par Thierry Ardisson, et dans laquelle il venait présenter son livre 11 Septembre 2001 – L’effroyable imposture, dans lequel il remettait en question la thèse officielle des attentats du 11 septembre 2001. C’est un courrier que le CSA envoya au président de France Télévisions pour rappeler à l’ordre la chaîne de TV (pas de thèses non officielles à la télévision), et Thierry Meyssan ne fut plus invité sur un plateau de télévision en France.
Le CSA a donc clairement le pouvoir de censurer ceux qui ont une parole un peu trop libre sur certains sujets…

Le CSA, un organe de censure qui souhaiterait d’ailleurs élargir son champ de compétence puisqu’en 2014, certaines propositions ont été faites notamment par Olivier Schrameck, l’actuel président du CSA, pour qu’ils obtiennent le pouvoir de « réguler » (donc censurer un peu plus) des sites Internet proposant un contenu audiovisuel, comme YouTube par exemple.

Nous sommes donc indéniablement ici face à des organismes indépendants fantoches qui cachent un pouvoir politique voulant à tout prix verrouiller les moyens d’informations pour que seule la presse d’État, ou la presse validée par l’État, puisse être accessible et ainsi désinformer sans cesse pour modeler, à la convenance de ceux qui nous gouvernent, l’esprit des citoyens de ce pays.

 

Internet à l’épreuve de la pensée unique

Et s’il était aisé jusque dans les années 1990 d’orienter une opinion publique de telle ou telle façon en affirmant des contre-vérités sur les pays étrangers, ou sur tout autre sujet propre à initier un débat public défavorable à la politique du pouvoir en place, un outil a mis en difficulté les politiciens et journalistes habitués au mensonge systématique : Internet.

L’info, la bonne, est à bout de clic et en quelques secondes sur tablette, PC et Smartphone.

Ca, c’est le Graal pour le complotiste.

Démonter les théories officielles devient donc un jeu online, partisans de la vérité face aux debunkers autoproclamés. Mais la partie est rarement gagnée par le complotiste. En effet, la législation, de plus en plus sévère en la matière, sanctionne le complotisme, rebaptisé tantôt révisionnisme, tantôt diffamation, tantôt négationnisme… Pourtant, les combattants de la vérité persévèrent pour une raison simple. Ils se sentent investis d’une mission, celle de lever le voile sombre de la pourriture oligarchique qui dirige le monde, de faire tomber le masque du mensonge et pourquoi pas de participer à la prise de conscience des peuples, opprimés qu’ils sont, et initier leur révolte contre leurs oppresseurs… Telle est la finalité du complotiste actif sur le Net. Le trollage pseudo-subversif du geek warkrafteur aux neurones complètement carbonisés, sur des sujets sérieux, ça n’est pas du complotisme.

Le complotisme c’est un travail de fond et de faits, d’analyse et d’argumentation.

 

En conclusion : complotiste, vice ou vertu ?

À l’heure de la bêtise instituée, des programmes télévisés du service public totalement abrutissants, des journaux détenus par des hommes d’affaires milliardaires aux intérêts connus et critiquables, certains font le choix de s’extraire de ce processus de vidage des cerveaux, de broyage de l’intellect, d’asservissement par la promotion de la stupidité. Certains font le choix de raisonner, ceux-ci sont les complotistes.

Vous l’avez compris, le complotiste n’est en réalité rien d’autre qu’un citoyen lambda qui a décidé de réfléchir. Pas de haine, pas de frustration, de névrose, de paranoïa, de folie furieuse ou d’idées dangereuses chez le complotiste, simplement la volonté de savoir, de comprendre et de… dire, écrire, réinformer.

Difficile à admettre pour les professionnels de la désinformation, mais ils – les complotistes – sont des gens normaux. Tellement normaux que les diaboliser à outrance devient indispensable pour ne pas éveiller la curiosité de la masse amorphe des Français qui se complaisent encore dans leur effrayant vide intellectuel.

Qu’ils aient raison sur tout ou tort parfois, saluons le courage des complotistes connus et anonymes, ceux qui agissent dans l’ombre et la lumière, offrons leurs les fleurs du mal, c’est-à-dire de l’attention, de la considération, un peu d’intelligence et surtout de la réflexion dans notre monde empli de mensonge et de bêtise.

Bref, passons du solipsisme cartésien à un solipsisme un peu plus moderne : Je pense donc je suis… complotiste !

La rédaction d’IDPolitiques

 

Voir aussi, sur E&R :

 

Retrouvez IDPolitiques sur E&R :

Lectures « complotistes » ou lectures intelligentes ?
Faites-vous votre propre idée avec Kontre Kulture :

Pour soutenir l’information indépendante sur Internet :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

45 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1503610

    "Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?"
    Non, juste Catholique
    Iisez la CONJURATION ANTI CHRETIENNE de mgr de Lassus
    LE COMPLOT CONTRE DIEU de Johanne Livernette

     

  • #1503620

    je pense donc je suis complotiste



    remarquable formule qui résume tout
    Pas mieux.


  • #1503628

    Il faut surtout avoir de la culture et de la liberté d’esprit.

    Je vois beaucoup de gens pourvu de cette seconde qualité mais plus rarement de la première, or si on ne veut pas raconter non plus n’importe quoi la culture est essentielle.

     

    • #1503666

      Bonjour Louis
      Mais au fond en vertu de quoi devrait je croire que mes croyances culturelles sont fondées ?Comment être absolument certain que je ne raconte pas moi même n’importe quoi ?
      Sur quoi repose nos certitudes permettant de penser que l’autre se trompe ?
      .Quand postule t’on que l’on détient la source culturelle fiable ?Quand cela nous sert ?
      C’est cela qui est glissant avec le doute.Cela ne s’arrête jamais !Faut il le cultiver jusqu’a la parano,ou bien choisir sa version officielle sur mesure ?A moins qu’il soit préférable d’apprendre le détachement.
      je ne sais pas !


    • C’est vrai, cependant beaucoup se targuent d’être libre d’esprit mais dans les faits ils ne font que rentrer dans la doxa bien-pensante actuelle. Ils ne sont donc pas plus libre que cultivé.
      Nul n’est plus esclave que celui qui se croit libre.


    • Waihen, c’est important d’avoir sa propre culture’han , !


    • #1504655

      @Spiridon

      Ce que vous dites est juste, c’est pourquoi il est nécessaire de lire plusieurs ouvrages sur un même sujet pour le maitriser un peu. Et effectivement ça prend du temps.

      Mais rien n’est gratuit en ce monde non ?


  • #1503638

    Sapristi !
    A la lecture de l’article, je me rends compte que j’en suis...
    Fichtre alors...


  • #1503644

    Rien de plus déconcertant de se rendre compte, en discutant avec quelqu’un, qu’il récite le journal télévisé... On découvre qu’il possèdent un encéphalogramme (politique) plat .


  • #1503653

    « Pourquoi Internet a cru que Manuel Valls démissionnait »
    http://www.slate.fr/story/120689/in...
    Là ce serait un vrai complot apparemment.


  • #1503678

    Très bon article et profiling tout à fait juste : modifions dès lors nos comportements pour se rendre plus furtif et donc plus efficace.


  • #1503683

    C’est bien beau mais tous les complotistes ne sont pas des prix Nobels en puissance. Il y a ceux qui réfléchissent... et ceux qui les écoutent. Ceux-là n’ont rien à envier au moutons de BFMTV et ont particulièrement nuit à ce... courant de pensée ou tournure de l’esprit, je ne sais pas comment nommer ça. Parce qu’au moment où vous avancez une thèse complotistes, on vous ressort les histoires d’Illuminatis et de reptiliens. Donc non, complotiste ne signifie pas intelligent. Malheureusement.

     

    • Certes, les jeunes ont tendance à voir des Illuminati partout, galvaudant ainsi ce terme devenu fourre-tout. Mais Gershom Scholem, l’un des auteurs de références en ce qui concerne la mystique juive, emploie ce terme pour désigner les mouvements sectaires gnostiques issus du judaïsme, dont ceux initiés par Sabbataï Zevi et Jacob Frank par exemple. Il l’utilise par exemple dans l’essai Le messianisme juif. Or, certains membres illustres de la famille Rothschild ont adhéré au frankisme selon certaines sources juives citées par Charles Novak dans le livre qu’il a consacré à Jacob Frank. Meyer Amschel Rothschild aurait d’ailleurs été le trésorier du frankisme... donc d’un mouvement "Illuminati"...


    • #1503941

      QUI "vous ressort" les histoires d’illuminatis et de reptiliens ? REPONSE : la colonne de droite de Youtube, Mélangées avec certaines réponses bien plus sérieuses sur les complots historiques. L’objectif de cette manipulation mentale plutôt habile ? Faire ce que vous êtes en train de faire,à savoir : l’association que le propriétaire de Youtube veut que vous fassiez.. Hé oui, c’est un des outils les plus redoutables pour brouiller les pistes, Et ca s’appelle dans le jargon "empoisonner l’eau du puits". Mélanger le vrai avec du délirant. Ca permet d’éviter la censure (quoique, on s’oriente vers celle-ci avec le projet PHEME subventionné par l’UE, car le système a atteint ses limites). Et vous laissez entendre que certains ne sont pas des flèches ? Je confirme. Mais attention, cet argument pourrait bien se retourner contre vous, On est toujours l’idiot de quelqu’un ...


    • #1504058

      Je ne doute pas que cet eminente personne utilise ce terme à bon escient, mais je doute que tous ceux qui parlent d’illuminatis citent autre chose que des grossières vidéos YouTube.
      A la deuxième personne qui m’a répondu : ce n’est pas vraiment ce à quoi je pensais. Je disais simplement que quand vous parlez de ça, en vrai ou sur YouTube, on vous répond (ou on pense) : "Et on sait, les Illuminatis, les reptiliens nous contrôlent hein ?". Tout cela à cause de bras cassés complotistes qui ont décridibilisé des thèses qu’ils croyaient défendre.
      PS : Il n’y a pas de rapport avec les propositions de vidéos sur YouTube. En effet, on est toujours l’idiot d’un autre...


  • #1503689

    La théorie cartésienne n’est pas du tout solipsiste malgré le doute hyperbolique du cogito puisque même avec la certitude subjective du sujet pensant cela ne peut démontrer la réalité absolue de la théorie de la substance (res cogitans)

    Mais Descartes avec sa réflexion sur la théorie de la création continuée démontre brillement que Dieu maintient le monde dans l’être.

    « Dieu, écrit Descartes, est la cause de toutes les choses créées, non seulement en ce qui dépend de leur production, mais même en ce qui concerne leur conservation ou leur durée dans l’être. C’est pourquoi il doit toujours agir sur son effet d’une même façon pour le conserver dans le premier être qu’il lui a donné. »
    Cinquièmes réponses aux objections de Gassendi

    Cette pensée fonde l’éprit scolastique, la création continuée fait partie de la foi chrétienne.

    « Avec la création, Dieu n’abandonne pas sa créature à elle-même. Il ne lui donne pas seulement d’être et d’exister, Il la maintient à chaque instant dans l’être, lui donne d’agir et la porte à son terme. Reconnaître cette dépendance complète par rapport au créateur est une source de sagesse et de liberté, de joie et de confiance. »
    Catéchisme de l’Eglise catholique

    Ainsi Dieu, si j’ose dire, pulvérise le solipsisme puisque si la créature n’est pas l’Être alors elle est non-être. En résumé, Dieu est l’Être, je ne suis pas Dieu, donc je suis non-être. Etant non-être mais étant malgré tout, il faut donc que j’aie une source autre que moi qui me maintienne dans l’être. On voit donc l’essence de la créature - le non-être - et la réalité ontologique du - je suis, qu’’il faut impérativement réconcilier.

    Par conséquent Dieu oeuvre de telle sorte que chaque créature réçoive directement, et à chaque instant, un soutien ontologique, car la créature est néant.

    "Dieu conserve en chaque instant une pensée dont l’être ne peut franchir l’instant présent sans que la création continuée ne le renouvelle. »
    Gilson

    Concernant le néant de l’être : "Si tu trouves néant, l’unique raison en est que tu cherches un néant. Toutes les créatures sont un pur néant. Je ne dis pas qu’elles sont peu de chose ou quelque chose : elles sont un pur néant."

    Il faut concevoir dit Ekhart dans le Sermon 4 que la créature est néant dans le cadre d’une relation, d’une grande relation avec Dieu. En somme, aucune créature n’a d’être ; car leur être à toutes est suspendu à la présence de Dieu.


  • #1503696
    le 06/07/2016 par révi-sioniste
    Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

    J’ai passé une bonne moitié des années 80 et la totalité des années 90 à voyager à travers le monde. La période de paix presque universelle s’y prètait bien et ceci m’a permis de visiter des endroits tel le Yémen,Sultanat d’Oman,Erythrée,Soudan et tout un tas d’endroit aujourd’hui inaccessibles pour cause de guerre. A l’époque, et je crois que c’est cela qui m’a donné un esprit critique face aux merdias j’ai été sidéré de voir comme l’on était bien accueilli dans des pays comme la Lybie et l’Iran,deux pays diabolisés dans les médias de l’époque,mais aussi au Pakistan et Afghanistan.
    Rien de tel que les voyages pour constater la dichotomie entre les histoires merdiatiques et la réalité. C’est bien vrai,les voyages forment la jeunesse.


  • #1503733
    le 06/07/2016 par Pépé le Moko
    Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

    Meuh non !!!

    Il y avait un peu de grabuge au temps des Romains , mais depuis belle lurette , la race humaine c’est calmée , devenue plus civilisée ( la preuve , ils ont tous des " smartphones " et autres gadjets sophistiqués ) , et il y a vraiment plus de soucis à ce faire , et la parano à tout bout de champs ... ça suffit !!!

    Sachez que ça / tout baigne !!!

    P.S. Ceci dit , il serait quand même recommandable d’avoir ... une grosse ...réserve de vaseline à la cave !!!


  • Le complotiste ne lit plus les médias dominants. Ni Bourdieu, ni Sartre, ni Chomski ne figurent plus dans sa bibliothèque. Sa télé est à la poubelle depuis 15 ans. Il ne supporte tout simplement plus tout ça.
    Je connais un complotiste qui est mort à l’hôpital en trois semaines. Il était obligé de regarder la télé en continu alité qu’il était dans une chambre à trois lits. Un autre a sauté d’un train en marche. Il ne supportait pas sa voisine qui écoutait la matinale d’Europe 1 avec El K.Bach. Le complotisme est une hygiène. Le complotisme est le plus efficace des produits de beauté.


  • Y a quelque temps j’avais écris cela : "Merci d’avoir sauvé ma capacité critique et finalement mon intelligence. Rien de moins.
    Quand je constate les ravages que font sur mes proches les publications du système, mes sentiments oscillent douloureusement entre résignation, colère et dégout.
    "


  • #1503786

    " l’étrange maladie qui touche ses concitoyens, à savoir leur aversion profonde pour la réflexion. "
    Oui, c’est ça.
    Les multiples dissociations (dans le travail, la famille, les générations, les hommes, les femmes etc...), ont laissé la place à tout un tas d’experts, de spécialistes, d’objets, de médoc, de chaines de télé... que l’on peut consommer facilement. Plus facilement que de réfléchir, de créer, d’associer, de discerner...
    D’ailleurs on te le dit tous les jours : tu n’es pas spécialiste, tu ne sais pas voter, éduquer tes enfants, limiter ta vitesse, discerner le bien du mal, choisir... Heureusement qu’il y a la petite étiquette, le GPS, le toubib...
    L’homme nouveau est bien là autour de nous et pourtant, il est déjà obsolescent, vidé, cassé et remplacé par quoi, par qui ?
    Ben, le complotiste !
    Celui qui cherche la vérité, l’harmonie. Celui qui remplace le laid, le mensonge par le juste, le vrai, le beau.
    Il laisse les puceaux du réel derrière lui, mais c’est pas facile tous les jours !


  • #1503816
    le 06/07/2016 par la pince mon seigneur
    Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

    Pas besoin puisque par souci de neutralité, la capitale du nouvel ordre mondial se situera en Antarctique


  • Je suis complotiste.


  • #1503890

    Le complotisme, c’est mort... vive le confusionnisme !
    Question à 2 balles...
    Savez-vous (moi pas) qui est à l’origine de ce mot-concept à l’usage de ceux qui refusent de dialoguer avec ceux avec qui on ne dialogue pas ?

     

    • #1504112

      Très bonne question, cette expression valise fut créée de toutes pièces par la CIA en 1967 devant les contestations grandissantes du peuple au sujet de la guerre au Vietnam et de l assassinat de JFK...Ne surtout pas hésiter à ceux qui jettent l anathème en se pensant malin...


    • #1504176

      @Fredmax

      Merci ! Excellente information (de quoi biffer sec l’inquisition) et pas simple à trouver, même avec Google.


  • #1503938

    A propos du complotisme /anticomplotiste, j’aimerais faire la différence entre recherche de la vérité et parole/discours d’intérêt.
    Souvent le complotiste pense que quand le roi ( le pouvoir , le dominant etc ) dit que c’est blanc , la vérité est que c’est noir. Il a assez d’expérience pour mettre la parole du " roi " en doute mais comme simple individu il raisonne avec le logiciel " recherche de la vérité ". Le Roi lui ne fonctionne qu’avec le logiciel de " l’intérêt ", il dit blanc parce que ça l’arrange, il se tape bien de la vrai couleur.
    Autrement dit, c’est peut-être bien rouge , noir , gris et peut-être même blanc
    Ca s’appelle la communication, la manipulation
    d’ailleurs dans la vie quotidienne , quand le vendeur d’aspirateur vous dit que celui la est le meilleur , vous ne le croyez pas à 100 % vous flottez, vous savez bien qu’il à " intérêt " a dire ça. et il arrive que vous choisissiez d’y croire , alors en toute conscience.
    C’est valable pour le 11/ 11, pour le réchauffement climatique etc etc
    il s’agit alors comme citoyen de réclamer des commissions d’enquêtes " citoyennes et contrôlées " et surtout de décrypter l’idéologie dominante c’est à dire de se poser la question : Pourquoi veulent-ils tous que je pense cela ?
    et ne pas perdre son temps à chercher ou inventer une vérité dont vous n’avez pas les pouvoirs de l’établir ( enquête , compétences )


  • #1503946

    Article génial, bien écrit et croustillant à souhait ! Entre tendresse et critique.

    80% des français doutent de la véracité des infos "mainstream", ce qui prouve que le complotiste est vraiment quelqu’un de "normal". ^^


  • #1504016

    Après lecture de ce remarquable portrait, j’en conclu que je suis complotiste, mais en Christ avant tout.


  • #1504038

    Le complot est un projet mené à bien par plusieurs acteurs, dans le secret.

    Voici donc les trois éléments clés du concept :
    - un objectif précis.
    - un groupe de personnes.
    - la confidencialité.

    L’accord entre ces personnes pour atteindre un certain but -ainsi que les moyens qui y seront employés- se fera dans la confidencialité parce que ce but n’est pas avouable au grand nombre. Le grand nombre s’y opposerait.

    Selon cette définition, les attentats du 11 Septembre constituent évidemment un complot. Tous les actes terroristes sont par nature des complots. Tous les cas de corruptions relèvent du complot. Toutes les activités criminelles qui comptent plus d’un participant sont également des complots.

    Le problème pour le quidam bien-pensant, c’est le qui, le quoi et le comment.

    Qui : une poignée de fous extrémistes, d’accord. Les personnes les plus influentes de la société, jamais.

    Quoi : des actions motivés par la haine ou le profit -c’est-à-dire des objectifs isolés- d’accord. Une modélisation spécifique de la communauté humaine et de sa gestion, jamais.

    Comment : dans une petite clandestinité pourchassée et punie par la loi, d’accord. Par la puissance même, contrôlant la perception de la réalité des gens, jamais.

    Comme nous sommes des êtres sociaux et que nous devons partager des règles (langues, coûtumes,etc...), c’est un réflexe pour beaucoup de tomber dans l’inertie d’une compréhension commune du monde, évitant ainsi l’exclusion.

    Mais c’est vraiment ignorer la nature du pouvoir que de s’imaginer qu’on ne complote que pour arriver à ce pouvoir, mais jamais pour le maintenir et pour décider de l’avenir de ceux assujettis à ce pouvoir.

    En gros, bien que nous vivions dans l’ère de la pub et du marketing, de la manipulation cognitive faite au grand jour, il est toujours difficile pour la majorité d’admettre qu’un complot continu puisse s’exercer sur le peuple par son propre pouvoir.

    C’est extrèmement contraignant de remettre en cause "sa réalité", d’estimer que nos pensées ne sont pas le fruits de nos propres déductions, pour douter finalement des informations qui nous parviennent.

    C’est peut-être pour ça que Tocqueville disait : "Je ne crains pas le suffrage universel les gens voteront comme on leur dira".

    Mais attention, là nous risquons de glisser dans le complotisme !


  • #1504060
    le 07/07/2016 par NouvelleFrance
    Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

    Une réunion de cabinet de ministre, c’est plutôt ça le complotisme........


  • #1504113

    Le complotisme c’est comme le bio, on devrait tous raisonner avant d’avaler pour que ça ne devienne pas une marginalisation de la société. Je préfère savoir ce qui n’est pas pour comprendre ce qui est...ainsi je ne sais pas grand chose sur beaucoup de chose, mais c’est ce petit rien qui m’apprend tout ! bref, j’en suis !!


  • #1504132

    L’article est tres bien, je voudrais juste réagir sur un tout petit détail qui, quand comme moi il nous concerne, donne envie de rectifier les choses.
    Contrairement à ce que l’opinion pense, parcequ’elle qualifie ainsi une chose qu’elle ne connais pas, le geek n’est pas une personne aux neurones cramés par les jeux vidéos.

    Bien au contraire, le geek, le vrai, est une personne basée sur la reflexion, la philosophie, les sciences (et donc les mathématiques et leurs raisonnements), la culture de l’imaginaire sur tout media (jeux vidéos, certes oui, mais aussi cinema et litterature) ce qui lui ouvre l’esprit sur bien des choses.
    En effet, le geek, le vrai, est habitué à penser "hors de la boite", il connais la Matrice aussi bien que 1984 ou les dangers de l’IA et la robotique. Il sait où peuvent mener certains idées à priori utoiques.
    Le vrai geek est doté de reflexion, et il est donc souvent......complotiste.

    C’est la popularisation du terme, quand "jouer aux jeux vidéos" a été la partie visible de l’iceberg et que cette partie visible a commencé a etre considérée comme "cool" que le mot a été utilisé pour n’importe quel crétin jouant à n’importe quel jeu vidéo.

     

    • #1504756

      Salut camarade , je ne suis pas geek et n’en ai pas la pretention même si j’aime réfléchir et comprendre le monde . Que serait pour toi un jeux de geek ? J’aime tout particulièrement des jeux d’infiltration tels que hitman,, splinter cell ...


    • #1506323

      Confusion fréquente effectivement. Un geek est une personne qui s’intéresse globalement à tout ce qui touche de près ou de loin aux nouvelles technologies et à l’informatique, au monde du futur aussi. Ça peut passer par les jeux vidéos mais ça touche aussi le cinéma d’effet spéciaux, le bricolage d’ordinateur, le montage vidéo, les revues de vulgarisation scientifique et pas nécessairement de vulgarisation des fois, les dystopies.

      De plus il faut souligner le côté "marginal" du geek. Aujourd’hui il n’y a plus vraiment de geek, car la culture geek qui était marginale s’est complètement popularisé avec entre autre l’accès massif à internet. Tout le monde est un peu geek donc en fait plus personne ne l’est.

      Entre le "geek" et le "punk" on peut trouver des similitudes.

      C’était la minute culturelle !


  • #1504957

    Plutôt que parler de complotistes, je préfère parler de Chercheurs de Vérités ...
    Car c’est ce que Nous sommes ...
    Et c’est pour cette raison que le pouvoir cherche à nous faire taire ...
    Mo’Truckin’.


  • Bref, vous l’aurez compris le complotiste est un agité du bocal pris au piège dans sa prison dorée qu’il s’est crée bien malgré lui... et qui aime se mentir à lui-même. Son confort intellectuel empêchant toute tentative d’une réelle remise en question, cela va s’en dire.

    Ce complotiste, rassasié par le tas d’informations qu’il ingurgite à longueur de journée, pense, pense trop, donc s’illusionne à merveille sur sa capacité à avoir du discernement sur son propre état. Mais bon, quand on a pas de direction à la base, un gros melon allumé vaut mieux qu’une rate sclérosée en guise de dynamisateur, évitant ainsi de se remettre réellement en question : grâce à cela, il ne se passe rien... mais vraiment rien.

    Total des courses : parano, acidité, névroses, soiffard de vie sont au programme de celui qui pense trop, qui panse ses maux, donc qui est tortuiste !

     

    • #1506930

      Sans vouloir vous offenser n’est-ce pas là ce que l’on appelle de la psychologie de comptoir ?


    • Cher anonyme,

      L’attention dont vous faites preuve me donne envie à mon tour de vous répondre. Il y aurait plusieurs niveaux de réponses à apporter à mon texte au sujet du complotisme, euh pardon du tortuisme... Le premier niveau de réponse serait celui de l’expérience. Quand soi-même on s’est totalement impliqué, ayant retrouvé le chemin de sa cohérence, c’est-à-dire celui de l’Enracinement, sachant tout ce que cela comporte comme efforts, comme risques vis à vis d’une société qui ne veut rien entendre dès qu’il s’agit du Vivant, on peut se permettre de l’ouvrir et d’avoir la légitimité pour se faire. Ce n’est pas celui qui me publie qui dira le contraire... Alors oui, mes connaissances sur l’humain et sur les dimensions de l’Esprit me permettent d’affirmer, sans entrer dans les détails, ce que j’ai écrit un peu plus haut et qui est justement ciblé... Aussi, pour finir je dirai donc que je fais tout simplement preuve de réalisme et que je n’ai, après tout ce chemin parcouru, absolument pas envie de me voiler la face, ni d’offenser ce qui m’a été permis de découvrir et de révéler : ma nature.


  • #1507977

    9 fois sur 10 quand je discute avec quelqu’un j’ai l’impression qu’il me récite le JT, c’est sans espoir .


  • #1513691

    Le complotisme, c’est de penser que les les hommes de pouvoir trompent le peuple SCIEMMENT ! ...et non pas par incompétence, par bêtise ou parce qu’ils sont mal conseillés..
    Leur cynisme, leur arrogance et leur mépris pour le peuple sont effrayants.

     

    • #1513795
      le 18/07/2016 par Esponge d’une nuit d’été
      Faut-il être complotiste pour comprendre le monde ?

      "Leur cynisme, leur arrogance et leur mépris pour le peuple sont effrayants".

      Un puits sans fond qu’aucune chaleur ne saurait assécher. Des êtres monstrueux, qu’aucun préfixe (in -.dé. - des... ) précédent humain ne décrirait.


    • #1518081

      On peut aussi penser le contraire.......du complotisme.....penser que nos maitres sont bienveillants ...qu’ils sont animés par la necessité de la défense du bien public......que ce ne sont ni des crétins ni des salauds....
      Rappel historique important...le terme COMPLOTISME fut créé par la CIA après l’assassinat de JFK pour qualifier les individus qui pensaient que Kennedy avait été victime justement d’un complot de La CIA....dans le but de crééer une barriere cérébrale entre le " mougeon " (croisement du mouton et du pigeon) qui ne croit pas a ce complot et le tenant de la "théorie du complot"....L’invention d’ailleurs du terme permet d’ailleurs de clore immédiatement tout début de conversation. Une fois qu’on vous a dit " ah oui.....mais c’est la théorie du complot..."tout est dit.....on ne va plus ni au texte ni à l"argument....
      PS : On sait maintenant que Kennedy fut victime d’un complot de la CIA.......mais rassurez vous tout mougeon vous le dira.....les services ont mondialement tous décidé de se mettre au service du bien public...et de devenir gentils....ils en ont eu assez d’etre des vilains méchants...alors ils ont promis au père Noel d’etre sages.....


Commentaires suivants