Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Finlande : deux projets de loi sur une sortie de l’Union européenne

Ils émanent d’un ancien ministre et d’un parti nationaliste

Les députés finlandais ont enregistré deux nouveaux projets de loi sur une sortie éventuelle du pays de l’Union européenne (UE) suite à un référendum d’initiative populaire.

Il s’agit de deux projets de loi présentés presque simultanément par l’ancien ministre du Commerce extérieur et du Développement, Paavo Väyrynen (Parti du centre), et le chef de l’organisation de jeunesse du parti d’extreme droite Vrais Finlandais, Sebastian Tynkkynen.

D’après certains médias locaux, les deux documents pourrait être unis en un seul projet en vue d’un éventuel référendum d’initiative populaire sur la sortie du pays de la zone euro, d’autant plus qu’une bonne occasion à cet égard se présentera sous peu, la Finlande célébrant le centenaire de son indépendance l’année prochaine.

Rappelons que le 26 juin, le parti Vrais Finlandais, connu pour ses tendances eurosceptiques, a appelé les citoyens à organiser un référendum sur un Finxit. Ainsi, une pétition élaborée en ce sens a recueilli assez de signatures pour être présentée au parlement du pays.

La Finlande s’était déjà penchée sur la question de la sortie du pays de la zone euro lorsqu’elle s’est retrouvée en pleine crise, en 2012.

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l’UE. Les premiers résultats ont été annoncés quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote et donnaient les partisans du « In » gagnants. Toutefois, le résultat définitif a changé la donne. À 51,9% le pays a choisi de quitter l’UE. Un cas sans précédent.

 

À lire également : « La Finlande préfère l’amitié avec la Russie à l’adhésion à l’Otan » (fr.sputniknews.com)

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ils feraient bien d’y réfléchir à deux fois : dans une économie de libre échange, seules des nations taillées pour la mondialisation peuvent tirer leur épingle du jeu. Des pays comme la Suisse, Israël, les Pays-Bas, l’Angleterre, la Norvège aussi...mais des pays comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne...et la France se feraient détruire.
    Quand on y songe, le néo nationalisme auquel nous assistons est cent fois plus efficace pour détruire les nations- en tout cas, bien plus vite que ne le ferait l’union européenne. Et là est sans doute le secret du Brexit : inciter les pays européens à imiter l’Angleterre et par là même venir se fracasser contre les récifs de la mondialisation pour des pays tels que la Tchéquie, le Portugal, la Hongrie ou la Slovaquie. Dés demain, ces pays se feraient acheter morceau par morceau par le Qatar, l’Arabie saoudite, la Chine et meme la Russie !!!

     

    • Quand vous etes souverain dans votre pays rien ne vous oblige à accepter la libre circulation des capitaux et de ce fait tout votre raisonnement s’effondre.


    • #1502914

      Entièrement d’accord.

      Mais entre l’UE et l’isolement national, Charybde et Scylla, il faut choisir Scylla : l’UE dehors ça fait un tortionnaire de moins à gérer.


    • A ré-visioniste...
      " rien ne vous oblige à accepter la libre circulation des capitaux " ah bon ?! Il existe donc un pays où l’on vit d’amour et d’eau fraîche ? Un pays sans argent ? Un pays refermé sur lui-même et qui ne vivrait quoi ? Que de troc ?


    • Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre comme ânnerie.
      Cela fait quelques temps que ce genre de commentaires anxyogènes se font plus nombreux.

      Alors que reprenons les faits :
      La normalité depuis plus de 500 ans, ce sont les Nations indépendantes. Cela leur a toujours très bien réussi, comparativement au constat que l’on peut faire suite à 50 ans d’Europe : chomage de masse, desinsdustrialisation presque complète, perte de souveraineté dans tous les domaines, perte d’influence politique, économique, militaire......

      On peut être une Nation qui compte sans forcément être allié ou de la Russie, ou des USA, ou de la Chine...
      Sans compter qu’il serait assez simple, et particulièrement pour les pays d’Europe de l’Ouest cités par "La pythie", de mettre en concurrence ces 3 grandes puissances pour mieux en profiter, plutôt que n’être que l’esclave de l’une d’entre elles (ici les USA).

      Le seul véritable problème, ce sont nos politiciens corrompus par Usraël. C’est tout.
      Solution : mieux voter et surtout boycotte au maximum des produits non intégralement fabriqués en France (pour ramener les industries chez nous), et surtout venant du pays des esquimaux (pour leur taper au portefeuille et donc limiter leur pouvoir de nuisance).

      Pour la France ; avec son potentiel, ses ressources naturelles propres, ses Dom Toms, ses ressources maritimes et ces liens encore privilégiés avec de nombreux pays ; il suffirait que les français adopte la moitié du comportement patriotique économique des japonais.
      Rien qu’avec ça toute la mauvaise volonté de nos politiciens ne suffirait pas à ébranler la France.

      C’est imparable, et inataquable politiquement.
      BOYCOT de tout ce qui n’est pas intégralement produit en France.
      Bonus : boycotte des marques aux esquimaux ou venant d’outre atlantique, même fabriquées en France.


    • A Bulbo arr...
      le capitalisme patriotique que vous préconisez n’est pas possible car le marché national se fera , tôt ou tard, trop petit pour les industries françaises qui chercheront à se développer à l’étranger : refusez les produits chinois, allemands ou américains et vous serez victimes de mesures de rétorsion...le développent actuel du capitalisme contemporain nécessite l’effacement progressif des frontières et donc la dislocation des nations ; cela est inéluctable et irréversible, le reste n’est que littérature...


    • Non La Pythie vous ne comprenez pas le problème : la libre circulation des capitaux sacralisée par l’article 63 du TUE fait que quand les américains de General Electric lancent une OPA avec des billets de monopoly sur Alstom en proposant 15 milliards d’euros pour racheter une société qui n’en vaut que 10 milliards mais qui est leader mondial de la turbine à gaz, pièce vitale pour construire une centrale thermique ou nucléaire, l’état Français ne peut pas intervenir pour stopper la transaction en ordonnant à son fond souverain, la caisse de dépôt et de consignation, pourtant pourvu d’un capital de 200 milliards d’euros (x20 la valeur de la boite), de racheter la société. La France y a perdu encore un peu d’indépendance et les USA ont gagné un renouvellement de leur centrales en fin de vie à faible cout.
      La libre-circulation des capitaux est la cause des pillages spéculatifs, et elle n’a pas été accepté par tout le monde, loin de la : les USA, la Russie, la Chine, et même des petits pays comme Singapour ou le Vietnam, voir certains Africains comme l’Algérie, n’acceptent pas ça et ne l’accepteront jamais, car c’est contraire à l’intérêt supérieur de la nation et du peuple qu’elle est censé représenter.
      L’interdiction de la libre-circulation des capitaux n’empêche donc pas le commerce, et ne met pas au ban de la mondialisation. Elle permet juste de décider ce qui est achetable ou pas et à quelles conditions, d’intervenir sur le tissus économique pour le bien commun.
      L’Europe se fait littéralement mettre par tout le monde à cause de ce dispositif ! Il serait temps de le comprendre !

      Le terme libre-échange désigne les échanges de biens et éventuellement de services. Là aussi une discussion et un examen minutieux sur les modalités de la chose serait souhaitable. Quand c’est géré par des technocrates non-élus et juridiquement irresponsables qui n’ont donc pas de compte à rendre aux peuples européens pour les décisions qu’ils ont pris et imposé, ce qui en fait littéralement des dictateurs, ça provoque clairement plus de problèmes que ça n’apporte de solution.


    • A Jojo l’affreux ...
      la libre circulation des personnes entraîne de fait la libre circulation des capitaux. A l’heure de l’avion, de l’Internet et de l’argent électronique, il est impossible de stopper la transhumance des peuples. Ceci pour le meilleur et pour le pire...


    • @La pythie...

      qui continue avec sa propagande pro-Macron. Vous avez bien appris votre leçon de troll rémunéré, mais ici vous êtes sur ER.

      "nécessite la dislocation des Nations" ? Et puis quoi encore !

      La plupart des fleurons des industries françaises sont issues d’entreprises d’Etat ! Où comment ce sont précisemment les Nations qui ont été la condition de leurs existences.
      Puis récupérer plus ou moins totalement par le privé (corruption des pouvoirs publiques qui autorisent cela)... et qui donc périclitent quand elles n’ont pas fermées depuis.

      "Mesure de rétorsion"
      Comme déjà dit : nous avons largement les moyens de négocier, ce que nous avons d’ailleurs toujours fait.

      De plus, je vous ai donné l’exemple du Japon : où sont les mesures de rétorsions pour punir le patriotisme économique de leur consommateur ? Et il y aurait d’autres exemple de pays moins peuplé et moins puissants économiquement... et à 10000 lieu de la puissance potentielle de la France.

      Les Nations sont le seul cadre idéal pour développer une industrialisation performante. Non seulement elles peuvent procurer tout ce qu’il faut pour stimuler les inventions et autres initiatives individuelles, alors qu’au contraire l’absence de frontière paupérise l’ensemble de la population et n’avantage que les plus gros. Et donc pauvre innovation, moins de concurrence contrairement aux idées reçues.
      De plus, la tendance du marché à rechercher des profits à court termes n’aide pas non plus à la création d’industries ou d’entreprises stratégiques.

      Tu auras beau répéter ta chienlit encore et encore, le tout sans exemple aucun, cela n’en fera pas une vérité.


  • l’Italie pourrait faire vaciller l’Europe si les réformes actuellement entreprises n’aboutissent pas rapidement.
    Grèce, Portugal, Irlande et Espagne sont eux aussi menacés de faillite -

    La Grèce sauvée par un quatrième plan d’aide internationale ?


  • Quand on est géré par des bureaucrates qui se moquent éperdument du devenir des peuples, qu’ils ne s’étonnent pas que certains veuillent s’évader de la prison bruxelloise. Sur les 27 restants, certains pays devraient amorcer le référendum (Autriche, Finlande, Islande, Hongrie, Suède, Italie... et peut-être la France (?)) sinon fers au pied, nous connaîtrons le dédale bruxellois sans connaître la sortie de cet enfer.


  • Si l’Angleterre réussit sa sortie de l’UE, tous les Etats vont l’imiter .


  • Les Français s’imaginent qu’en cas de Frexit, le Franc va s’effondrer : ils font un complexe d’infériorité vis à vis des Anglais et croient que la Livre est une devise beaucoup plus forte que ne le serait le Franc .