Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

France/Europe entre guerre économique et chaos social

Conférence de Lucien Cerise et Michel Drac à Nice – 9 avril 2016

Conférence organisée à Nice le 9 avril 2016 par l’association Culture populaire, avec Lucien Cerise et Michel Drac, qui démontrent ici que l’organisation et la gestion du chaos social s’articulent pleinement avec la guerre économique, véritable visage et essence de la « mondialisation ».

 

Première partie – Intervention de Lucien Cerise :

 

Seconde partie – Intervention de Michel Drac :

 

Troisième partie – La présentation complétée de Michel Drac

Estimant que le sujet ne pouvait être abordé de façon complète et didactique dans le temps imparti à la conférence, Michel Drac a eu la gentillesse de réenregistrer son intervention, que nous mettons à la disposition de tous ceux qui veulent approfondir le sujet.

 

Retrouvez Lucien Cerise et Michel Drac, sur E&R :

Retrouvez Lucien Cerise et Michel Drac chez Kontre Kulture :

Lire également, chez Kontre Kulture :

Pour soutenir Égalité & Réconciliation :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

25 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1499555

    Lucien Cerise et Michel Drac. C’est du solide. Merci, continuez s’il vous plait.
    Michel Drac, cette intervention est spécialement une inspiration.


  • Je remarque de conférence en conférence d’ ER du moins je constate ya plus questions à la fin ?

     

  • #1499612

    Travail de Michel Drac absolument remarquable.
    Félicitation à l’auteur
    Et merci à E&R pour partager ce travail.

    Ps -
    ( Je n’ai pas encore écouté Lucien Cerise )


  • #1499672

    Cher Lucien et cher tous, le mot "hacker" est noble et s’est retrouvé sali par un travail d’ingénierie sociale que j’ai déjà mentionné en détail (*). J’observe que Lucien persiste à l’utiliser dans son acception dévoyée et j’en suis peiné. J’insiste pour l’usage du terme "cracker" pour identifier une personne qui casse la sécurité.

    Je rappelle que la démarche bienveillante du hacker consiste à monter en compétence en bidouillant pour essayer de comprendre et détourner des usages avec profit. Selon la FSF (Free Software Foundation) « un hacker est quelqu’un qui apprécie l’astuce joueuse – pas nécessairement avec les ordinateurs. (...) ».

    (*) Cf. Ces deux commentaires contigus. Notez qu’une fois sur la page cible, pour obtenir un positionnement correct conforme à l’adresse (qui comprend une "ancre HTML") : descendre en bas de page, cliquer le bouton "Afficher les commentaires suivant" (ce qui va révéler les commentaires cachés par défaut), puis cliquer dans la barre d’adresse du navigateur et taper la touche Entrée.

     

  • #1499821

    Lorsqu on lutte contre un état de fait , le therme de piratage peut nous ressembler .

    melanger l informatique et le cerveau est pour moi tres anxiogène . Je n suis pas sûr que le rapprochement soit judicieux..


  • #1499837

    Trés belle conférence de Michel Drac & Lucien Cerise (présentation et explications) je vais la partager !

    Merci E&R.


  • #1499896

    Bravo à vous deux sur le fond . Quant à la forme, Michel Drac a pris de l’assurance depuis la première vidéo sur le banc public où je l’avais découvert . Son utilisation du rétroprojecteur le rend plus clair et il ne peut cacher sa joie de parler en public . Lucien Cerise franchira t-il le pas ?

    Vos deux approches - psychologique et économique - se complètent très bien . Il me reste maintenant à faire savoir à mon entourage que vous existez et que la compréhension du réel passe -entre autres- par vous . Sachez messieurs que vos analyses circulent, que vos noms sont cités dans mes mails privés et que vous ne travaillez pas en vain . Cependant , je dois tout même faire un travail de mise en forme pour diffuser les analyses d’ER en général à des gens qui n’ont ni le temps ni l’ouverture d’esprit pour saisir votre pensée .

     

    • #1500052

      Merci pour votre intérêt et vos encouragements.
      J’ai l’impression que mon élocution est assez laborieuse au début et je n’ai pas eu le temps de faire insérer en post-production les sources citées.
      En dehors de ces imperfections sur la forme, j’espère que le fond est intéressant.
      Cela dit, pour ma part, rien ne vaut le média écrit.


  • Selon Drac et contrairement aux théoriciens de la guerre économique (39:43) :



    la coalition des entreprises, des médias, des banques, en pratique, a pris le pas sur les états, c’est-à-dire que chaque état individuellement est beaucoup plus fort que chaque entreprise individuellement, mais que l’organisation collective des marchés est largement plus efficace, performante, et capable de faire percevoir son pouvoir que l’organisation collective des états à travers des institutions internationales




    Ce que dit Drac est central, et va dans le sens de certains économistes qui affirment que les états ne peuvent rien contre les attaques des marchés en l’absence de régulation sur les paris spéculatifs et notamment les produits dérivés (régulation qui ne se fera pas ou très difficilement). C’est ainsi que sans chars ni tambours la Grèce a simplement été réduite à feu et à sang par quelques hedge funds vénaux qui mesuraient parfaitement les conséquences de leurs actes. Monsieur Drac partage t-il donc l’idée d’impuissance des états ou de leurs pauvres petits partis politiques - les plus sincères soient-il - face aux desiratas des marchés, ou est-ce une vision très réductrice ?

     

    • #1500544

      Les états sont impuissants n’ont pas en raison d’une impossibilité structurelle de faire face aux forces du marché et desiderata des multinationales mais parce que dorénavant il y a d’une part la disparition de l’éthique du pouvoir au service du collectif et d’autre part une soumission complète au marché de l’ensemble des hommes politiques et des hauts fonctionnaires de l’appareil d’état. Dans un monde où il n’y a plus de transcendance, de sens du devoir, de l’honneur, de l’amour de la patrie...où les hommes sont réduits qu’à de simples tube digestifs et organes sexuels ambulants uniquement mus par des pulsions instinctives à assouvir (baiser, manger et accumuler de l’argent pour manger et baiser toujours plus...)...la caste des marchands n’a plus personne en face d’elle en mesure de limiter ses ambitions. Et quand par hasard un homme se détache du lot et essaie de remettre de l’ordre étant isolé dans un océan d’ordures il finit bien souvent trahi, assassiné.(Sankara, Chavez...)
      L’Etat est celui qui possède les clés de l’armurerie, avec des hommes dotés d’un minimum de patriotisme, de sens de l’intérêt général...il est possible de remettre à leur place la caste des mercanti qui en toute époque et dans toutes les grandes civilisations antiques était considérée à raison comme la caste plus vile et méprisable...


    • @Goy Pride : si la volonté suffit, alors que pour défendre son change le pays subissant des attaques spéculatives doit retrouver la faculté à rehausser ses taux d’intérêts au moment opportun.
      Quand on voit l’abomination des raids qui ont ciblé la Grèce, on se demande pourquoi ces combines financières ne se discutent pas en place publique.
      Il est dommage que notre économiste Michel Drac n’aborde pas ce thème dans ses conférences.


    • #1500710

      @SC31,

      Courage, abnégation, sens du sacrifice, mépris de la mort et compétence sont des qualités qui ont toujours été rares mais tout particulièrement à notre époque, et c’est pour cette raison qu’il est difficile de faire changer les choses ! Un homme providentiel capable de s’entourer d’une équipe de gens fiables il en apparaît un par siècle tout au plus !


  • Michel Drac explique que le moteur principal de l’Histoire n’est pas l’opposition de classe au sein des sociétés sédentaires entre exploités et les élites exploiteuses mais l’opposition entre les (élites) sédentaires et les (élites) nomades. L’idée n’est pas neuve, Alain Soral en parle régulièrement dans ses vidéos depuis des années, elle reste néanmoins très intéressante. L’opposition entre nomades et sédentaires tend prendre plus d’importance à partir de la Renaissance (Michel Drac cite Venise à juste titre) et plus particulièrement à partir de la Révolution Française. La prise de conscience des rapports de classe au XIXe siècle (par Marx) était légitime à cette époque du capitalisme triomphant. Mais Marx allait finalement être recyclée par ses Apôtres (des nomades pour l’essentiel) dans leurs luttes contre les (élites) sédentaires au XIXe mais surtout au XXe siècle via la sur-exploitation symbolique du concept alors même que ces rapports de classes devenaient secondaires sur le plan matériel (pour disparaître complètement au cours des trente glorieuses). Le Marxisme (Marx disait qu’il n’était pas Marxiste) est une stratégie de prise de contrôle furtif des Etats-Nations (sédentaires) par les nomades. Magnifique exemple de conflit triangulaire pour rebondir sur les analyses de Lucien Cerise. Beau travail, merci aux intervenants et à E&R.

     

    • Le premier à avoir parlé de la lutte des classes est un français ( François guizot ).
      Je vous conseil de lire les deux tomes de la révolution française de François Furet.
      Bien à vous.


  • #1500436

    Ces deux là se complètent à merveille, je trouve...les Terrence Hill et Bud Spencer du concept qui claque :) keep up the good work !


  • #1500495

    C’est un ravissement à chaque fois, La locution est très bien, ne vous inquiétez pas pour ça Mr Cerise.


  • Armes silencieuses pour guerres tranquilles

    Il est manifestement impossible de parler d’engineering social, ou d’automatisation d’une société (engineering des systèmes d’automatisation sociale ou "armes silencieuses") sur une échelle nationale ou internationale sans impliquer de vastes objectifs de contrôle social et de destruction de la vie humaine (c’est à dire d’esclavage et de génocide).


  • #1501652

    Conférence remarquable une nouvelle fois, cependant, dans la partie de Drac, je trouve l’opposition entre lutte des classes et lutte sédentaires/nomades assez invalide.

    Si nous reprenons le livre 2 du Capital, première section, nous trouvons les trois cycles du capital, à savoir le capital marchandise, le capital productif et le capital argent.
    Cette opposition entre sédentaires et nomades résulte, à mon humble avis, de ces trois cycles. Le capital productif est par essence sédentaire (les champs et les usines ne se promènent pas), tandis que le capital marchandise et le capital argent sont par essence nomades, quant à eux, parce qu’ils doivent circuler en permanence.
    Les confrontations entre hommes nomades et sédentaires peuvent donc être comprises comme de simples matérialisations humaines de ces formes de capital : les mecs se foutent sur la gueule parce qu’ils sont en concurrence, et parce qu’ils tentent de survivre en faisant survivre le cycle de capital qui correspond au milieu productif, social et humain auquel ils appartiennent. Le sédentaire défend son immobilité, et le nomade tente de faire perdurer sa mobilité.

    Pour reprendre l’image très intéressante des multiples échiquiers qui se superposent, je pense que les affrontements entre nomades et sédentaires existent, que nous pouvons les observer sur un échiquier spécifique, mais que la lutte des classes n’en est pas absente pour autant sur un des échiquiers du dessus.
    Ainsi, je pense que c’est commettre une erreur que d’opposer l’échiquier "lutte des classes" à celui de la "lutte des nomades contre sédentaires" : ces deux échiquiers existent en même temps, ils s’influencent l’un et l’autre, et c’est d’ailleurs si vrai que plus le capitalisme se développe en financiarisation hors-sol, plus les deux classes tendent à leur forme pure, et plus les prédateurs nomades sont puissants en capital et faibles en nombre d’individus.

    Sincères salutations


  • #1501689

    Si je comprends bien, on peut considérer que le neuro-piratage -l’attaque cognitive- est en soi-même une "nomadisation" des préceptes moraux.

    Si le concept du territoire est pour la prédation nomade l’ennemi à abattre, le territoire cognitif serait également une structure à annihiler. Donc, nomadiser dans le sens où même les repères moraux se fluidifient pour pouvoir finalement les abroger : plus de frontières éthiques pour l’être, juste une dégénerescence constante et continue qui se propagerait jusqu’à la destruction de ce corps mental qui est constitué par les principes du "bien".

    Une nouvelle civilisation qui serait comme un grand espace libre, à exploiter presque jusqu’à l’infini.

    À ce moment-là, le neuro-piratage ne serait pas seulement un outil mais une fin en soi : ce ne serait plus seulement une question de faire accepter telle où telle chose à des individus à leur détriment, mais aussi une remodélisation complète et sans retour de la psyché humaine.

    Toujours un grand plaisir d’écouter Drac et Cerise, surtout ensemble, j’apprécie leurs capacités en tant que conférenciers et pédagogues, en plus du degré de concentration que leurs analyses éveillent (en tout cas en moi).

    Un vrai bol d’air frais !


Commentaires suivants