Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Frappes israéliennes en Syrie : la Russie convoque l’ambassadeur d’Israël

Le ministère des Affaires étrangères russe s’est entretenu avec le représentant d’Israël à Moscou, le 17 mars, afin d’obtenir des explications au sujet de frappes aériennes israéliennes menées en Syrie ce jour-là.

 

Dans la matinée du 20 mars, le vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhaïl Bogdanov a confirmé à la presse la convocation par son ministère de l’ambassadeur d’Israël en Russie, Gary Koren, trois jours plus tôt. Les autorités russes souhaitaient demander au diplomate des explications sur un raid israélien survenu le 17 mars, près de la ville syrienne de Palmyre.

Selon le ministère des Affaires étrangères russes, les discussions lors de cette visite ont en effet essentiellement concerné « les événements récents en Syrie ». L’ambassade d’Israël en Russie, quant à elle, n’a pas souhaité commenter cette rencontre diplomatique.

 

L’accrochage le plus sérieux entre Israël et la Syrie depuis le début de la guerre civile syrienne

Le raid israélien en question, mené le 17 mars, avait provoqué une riposte anti-aérienne de l’armée syrienne et l’interception d’un tir de missile en direction du territoire israélien. L’armée syrienne avait affirmé avoir abattu un avion israélien et en avoir touché un deuxième, ce qu’Israël avait réfuté. Dans des déclarations retransmises par les principales chaînes de télévision du pays, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou avait affirmé que le raid visait des armes « sophistiquées » destinées au Hezbollah libanais, ennemi juré de l’État hébreu.

Deux jours plus tard, le 19 mars, le ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, avait menacé d’anéantir les systèmes de défense aérienne syriens si les avions de guerre israéliens étaient de nouveau pris pour cibles.

Il s’agit de l’accrochage le plus sérieux entre Israël et la Syrie depuis le début de la guerre civile syrienne, en mars 2011. Tel Aviv n’a toutefois pas attendu le déclenchement du conflit chez son voisin pour violer son espace aérien : en 2007, notamment, un raid aérien avait détruit un réacteur nucléaire syrien quelques semaines avant qu’il ne devienne opérationnel, d’après une note diplomatique américaine qui avait été publiée par la presse israélienne.

Pour comprendre les enjeux géopolitiques du Proche-Orient,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les syriensn ne veulent plus se laisser bombarder par l’entité et la Russie leur donne raison. L’antisémitisme est un vrai fléau
    Blague à part, à la place de Bibi je commencerais à m’inquièter.

     

  • Israël s’attaque à l’Etat Islamique maintenant ?
    C’est comme s’attaquer à un chien qu’on viendrait de lâcher face à un agresseur.


  • Israel attaque toujours lâchement l’armée syrienne dans le dos quand celle ci est occupée sur d’autres fronts à récupérer des morceaux de son territoire pris par les terroristes de Daesh et de l’EI avec la complicité de la coalition UE et Américano sionistes !!


  • Cet état collectionne une série impressionnante de forfaitures, la1 ère étant sa création récente pour servir de refuge à un peuple persécuté... ça c’est mort définitivement, il n’y a plus qu’un hystero/sioniste comme botulenri levi pour espérer encore tromper le monde avec cette imposture.


  • Ah quand même ! Je commençais à désespérer de voir que la Russie ne réagissait pas. Poutine fait ici preuve de diplomatie envers Israël mais ceci pourrait rapidement tourner au vinaigre. Un embrasement soudain est-il possible, la Syrie deviendra-t-elle le champs de bataille de ce qui est peut-être une entente Russo-israélienne au final ? La guerre ça fait des morts, c’est aussi à cela que ça sert. Le Grand Israël n’est-il pas un projet mondialiste ?


  • L’état israélien n’a pas besoin ni de la Syrie, ni de l’Iran pour lui nuire, il court lui-même à sa propre perte.
    Richard Nixon affirmait déjà en 1973 que nombreux juifs israéliens avaient une sorte de fantasme d’autodestruction... Les événements des 30 dernières années (particulièrement depuis fin 90) confirment ses propos.


  • pourtant y a des armées de gens en ligne qui m’expliquent depuis 2011 que Israel n’a rien a voir la-dedans, bizarre :D


  • Ça veut dire que les lignes ont pas mal bougé en faveur de la Russie, depuis deux ans.

    Poutine doit depuis toujours compter avec une très importante diaspora d’origine russe en Israël et une communauté juive russe résiduelle mais importante - il en a sagement circonscrit les oligarques, mais il se doit d’être prudent.

    Les Russes pourront-ils faire valoir sur le long terme leurs intérêts au Proche Orient (maintien d’une Syrie multiconfessionnelle, stable et unie en premier lieu) face à Israël qui souhaite une Syrie-bantoustan divisée en une fédération de conglomérats ethniques ou religieux (peu importe, tant que c’est divisé et faible), qu’il doit pour l’instant ménager ?

    Félicitons-nous de cette petite et très amicale calotte de rappel sur la joue de l’ambassadeur, mais attendons, comme toujours. Et surtout ne soyons pas surpris de l’inventivité auto-destructrice des sionistes.


  • Qu’attend Poutine pour déclassifier les archives de la "libération" du camp d’Auschwitz... ou alors est-ce un joker tellement énorme qu’il convient de le faire murir encore un peu... ?


  • En France, c’est l’ambassadeur qui aurait convoqué notre président... Triste réalité.