Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Fuite de données sur le sous-marin Scorpène : le "contrat du siècle" menacé ?

La fuite d’informations confidentielles sur les sous-marins Scorpène destinés à l’Inde pose la question de l’avenir du contrat du siècle avec l’Australie. Et de l’origine de cette fuite majeure.

Une fuite géante, et une foule de questions. La fuite de 22.400 pages d’informations confidentielles sur les sous-marins Scorpène du français DCNS destinés à l’Inde, révélée par le quotidien australien The Australian, résonne comme un coup de tonnerre pour le groupe naval, quelques semaines à peine après sa sélection pour un contrat géant de 50 milliards de dollars en Australie. Comment cette fuite a-t-elle pu se produire ? Quelles conséquences pour le champion français du naval de défense ? Le contrat avec l’Australie pour 12 sous-marins pourrait-il s’envoler ? Le point sur l’affaire.

 

En quoi consiste la fuite ?

Pour une fuite, c’est une sacrée fuite. The Australian évoque 22.400 pages de documents confidentiels consacrés au Scorpène. Tout y passe : 4.457 pages sur les capteurs sous-marins de l’engin, 4.209 pages sur ses capteurs aériens, 4.301 pages sur le système de combat, 493 pages sur le système de lancement de torpilles, 6.841 sur le système de communication et 2.138 sur le système de navigation. Le document aurait été écrit pour le client indien par la France en 2011, assure le quotidien australien. Il détaille le niveau de bruit émis par le sous-marins à différentes vitesses, sa portée, les fréquences utilisées, des informations sur les équipements électromagnétiques et infra-rouge, et même sur les endroits du sous-marin où l’équipage peut parler sans être détecté par l’ennemi.

La fuite intervient alors que le premier des six sous-marins Scorpène commandés par l’Inde, en 2005, le INS Kalvari, devait être livré fin 2016 à la marine indienne. Les cinq autres doivent être livrés d’ici à 2020. Les sous-marins sont construits à Bombay par le chantier indien Mazagaon Docks Limited dans le cadre d’un transfert de technologie. Le contrat est estimé à 3,5 milliards de dollars. DCNS a indiqué à l’AFP qu’une enquête avait été ouverte par les « autorités nationales de sécurité » et qu’elle déterminerait « la nature exacte des documents qui ont fait l’objet de ces fuites, les préjudices éventuels pour nos clients ainsi que les responsabilités ».

Lire la suite de l’article sur challenges.fr

 

L’armée française, ses corps d’élite et son histoire,
à découvrir chez Kontre Kulture et Prenons le Maquis

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Commentaires suivants