Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Game of Thrones, Le Parrain, Matrix : des œuvres politiques ?

Émission de radio Fréquence Orages d’acier

Présenté par Monsieur K., ce 35ème numéro de Fréquence Orages d’acier avait pour thème : « Les films d’éveil politique ».

 

Invités : Maurice Gendre et Matthieu

 

Au sommaire :

- Game of Thrones
- Le Parrain
- Matrix
- Le Seigneur des anneaux
- Star Wars
- Les films irlandais
- Les films de justiciers
- Quelques choix

 

Musique : Dragula de Rob Zombie

 

 

Écouter l’émission en format mp3 :

 

 

 

Un autre film d’éveil politique, chez Kontre Kulture :

Lire également, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Très bonne émission. On voit que la culture de M. Gendre est très impressionnante en ce qui concerne le cinéma.

    J’ai revu Le Parrain du coup, et c’est édifiant de voir que même chez les gangsters, les valeurs traditionnelles s’effritent petit à petit pour ne réduire les hommes qu’à l’état d’individus-objets.
    Le monde de l’argent est un monde de mensonge perpétuel.



    See, all of our people are businessmen.
    Their loyalty is based on that.


     

    • #1572779

      @Bananonyme

      Mouais....les valeurs traditionnelles chez les gangsters ? C’est un non sens non ?....Même à l’époque du Parrain, le code d’honneur des bandits, à mon avis, était un mythe.

      "Je te crible de balle et je te crève les yeux, mais dans le respect de la tradition". Grosse blague....

      Les gangsters, depuis toujours, ne respectent qu’une chose : l’argent. En tout cas, il me tarde d’écouter cette émission et de voir si la personne me contredira.


  • Un film divertissant et plutôt politique selon moi :

    Rollerball (1975)

    Film tournant autour d’un sport ultra violent qui est un peu ce que les jeux du cirque était à Rome sauf qu’ici le monde n’est plus géré par des pays mais par des corporations.
    C’est un peu l’ancêtre de Hunger Games, avec des couilles, mélangé avec 1984 d’Orwell.
    Le héro, sportif joué par James Caan (que l’on retrouve dans le Parrain d’ailleurs), manipulé pendant la moitié du film, se rebelle bien sur contre ses maîtres.
    C’est quand même un film où, à un moment, le héro se bat pour empêcher les corporations d’euthanasier son ami dans le coma (mais gênant pour eux.). Chose qui personnellement m’avait vraiment touché étant gamin, mais qui aujourd’hui ne serait plus montré tel quel. (aujourd’hui le héro débrancherait son pote lui même en pleurant et en jurant de le venger, ou un truc dans le genre...)
    Enfin bref, c’est un bon film de SF des années 70 comme on en fait plus. Un film ou l’humain se bat contre le système (et non parce que le système ne veut pas l’y intégrer...comme c’est plus souvent le cas aujourd’hui).
    A ne pas confondre avec son remake de 2002

     

    • De ce que je me souviens c’est un film qui dénonce la décadence, la surconsommation et le pouvoir démesuré des grandes entreprises (capitalisme) 10 ans avant 1985 et la période des yuppies, représentés à merveille dans la scène où au cours d’une fête des jeunes friqués hilares et sous substances se mettent à incinérer des arbres au pistolet laser juste pour le plaisir. Mais il dénonce aussi le collectivisme absorbant l’individu (communisme). A partir du moment où il devient plus populaire que son équipe ou que le jeu lui-même, les corporations cherchent à mettre Jonathan sur la touche, quitte à modifier les règles pour qu’il n’en sorte pas vivant. Enfin, il faudrait que je le revoie, j’avais bien aimé ce film, que j’avais découvert sur MCM fin des années 90 à l’époque ou cette chaîne ne diffusait pas que de la daube musicale et passait aussi parfois des films pertinents (Rollerball, Invasion Los Angeles, Wargames)


  • faut revoir aussi : Once upon a time in america "Il était une fois en Amérique" de Sergio Léone, musique de Ennio Morricone, sur une mafia non-italienne ! Et le plus ambitieux de la bande prétend vouloir dévaliser la FED, ... ça c’est fait... un film supérieur au Parrain, je pense.

     

    • Excellent film c’est vrai mais n’a pas su convaincre faute a un mauvais montage lors de la sortie. C’est du grand Sergio Leone.

      pour les films d’éveil politique je rajouterais "the mission" de Roland Joffre avec De Niro et Jérémy Irons. Fabuleux film ou les espagnols, les portugais et les Jésuites veulent se partager le territoire des Guaranis dans l’Amérique du sud. Intrigue cornélienne entre autorités auprès du Vatican, soumission auprès d’un état, lutte pour une tribu etc etc..... La synthèse de cinema.


  • KontreKulture vend ou vendait le dvd de l’excellentissime "John Carpenter’s The Thing", je n’ai jamais trop compris pourquoi et pourtant j’admire ce choix ; un des meilleurs films d’horreur sinon LE film d’horreur qu’il faut avoir vu dans sa vie, film emblématique de la période 70-80 très riche pour le cinéma horrifique, il mélange astucieusement angoisse et gore et fut le seul à clairement donner "forme" au cauchemar Lovecraftien, à l’indicible.
    Est-ce que c’est un film politique ? Peut-être, comme toujours chez Carpenter : on a un microcosme humain qui reflète la société, après, à chacun de donner son point de vu : certains disent que le thème du film s’axe sur l’individualisme, d’autres disent que la Chose est une allégorie d’Hollywood voir d’une communauté innommable qui prend la forme de ceux qu’elle infiltre tout en conservant sa monstruosité primitive en elle prête à bondir dès que possible.

     

    • John Carpenter c’est un anar’ de droite. Un type tiraillé entre des velléités libertaires tout en gardant une sorte de morale. Le personnage de Snake Plissken incarné par Kurt Russell dans New York 1997 (Escape from NY en VO) est assez symptomatique des opinions politiques du bonhomme.

      Son film le plus ouvertement politique, et qui à mon sens préfigure Matrix dans le thème "fausse réalité que l’on superpose devant nos yeux" est Invasion Los Angeles (They Live en vo). Avec une critique du consumérisme, certes assez grossière mais visuellement très marquante. La fameuse scène où le personnage principal porte les lunettes de soleil qui lui permettent de voir la vérité cachée du monde qui l’entoure nécessite aucun dialogue tant elle parle d’elle-même. Et je pense que pour un jeune public ce type de film est certainement plus susceptible de susciter un déclic, que ceux évoqués par les intervenants de cette émission.

      https://www.youtube.com/watch?v=G-s...


  • Mouais, il aurait peut-être dû aller plus loin que la 1ere saison pour Game of Thrones. Parce que résumé ça à des "mecs qui se foutent sur la gueule" c’est ne rien avoir compris.

     

    • Games of Throne c’est surtout de la grosse propagande politiquement correcte : les seuls qui ont raison sont des handicapés (Jaime & Tyrion Lannister, Bran Stark).
      Des super-women castratrices et/ou incestueuses et/ou infanticides ou dénuées de pitié : Daenerys, Cersei Lannister, Arya Stark...
      Du LGBT & du confusionnisme de genre bien comme il faut : le frère Baratheon, la soeur Greyjoye, Brienne de Tharse...)
      Les seuls hommes valables sont soit diminués dans leur virilité : Varys, Theon Greyjoy.
      Soit ils ont transgressés le tabou de la mort sont devenus des emblème vendeuses des lubies des pontes de google qui pensent obtenir un jour des technologies pour atteindre l’immortalité (Jon Snow, son oncle)
      Des migrants qui n’ont pas hésité à piller, violer et rançonner les indigènes se voient absous de tous leurs crimes et même légitimés (les sauvageons).

      Propagande démocratique : monarchie = tyrannie, forcément.

      Si par contre vous êtes un homme "normal", vous avez 9/10 chances d’être un gros méchant pervers et sot et dans tous les cas de mourir de façon bien cruelle.

      L’archétype du "chrétien" (le grand moineau) passe pour un type ignoble pour qui on doit avoir de l’antipathie alors que c’est un véritable ange par rapport à tous ces aristocrates.

      La série n’est pas mauvaise en soit (quoique, à la longue, la énième trahison à laquelle on ne s’attend pas, peut lasser) mais il ne faut pas se le cacher : ce ne serait pas vendu comme c’est s’il n’y avait pas de propagande. Je pense qu’aujourd’hui, aucun film ne peut être produit en occident s’il n’a pas reçu l’aval de toutes les kommandantur communautariste existantes.


    • C’est exactement là le problème, les séries et les films sont truffées de messages politiquement corrects ce qui devient franchement lourds.


  • Comme je l’ai écrit sur le blog de MZ, il faut écouter les analyses de Paul-Georges Sansonetti en ce qui concerne Matrix, Star Wars, le Seigneur des Anneaux etc... sans oublier celles de Slavoj Zizek...

    Dans la plupart des histoires, il est question du fameux Monomythe de Joseph Campbell, le mythe primordial de réalisation de soi, de voyage initiatique etc...

     

    • Oh je pense qu’ils connaissent déjà. Il fait partie de la sphère de pensée qui tourne autour de MZ, de "la nouvelle droite" comme ils disent. Sinon je suis entièrement d’accord, ce sont d’excellentes analyses même si je trouve parfois que Sansonnetti surinterprète largement certains aspects ( notamment son analyse sur Matrix).Aussi ses vidéos sur Noel, le Graal, la géographie sacrée sont tout aussi recommandables.


  • Pouic-Pouic reste quand même le film le plus visionnaire du 7ème art, toutes époques confondues.

     

  • ben hur 2016 etait par moment interessant du point de vue du message politique.la passion du christ de mel gibson film interrssant aussi surtout que ce type bon acteur au depart s’est mis a realise (apocalypto par ex) et qu’il a disparu de la scene un peu comme dieudo... sinon le cinema social anglais,certain film allemands ou scandinave sont bien aussi. la revolution internet et le streaming permettent maintenant de se detacher de la programmation francais et de se mater des films coreens ou anglais presque comme on veut.Fini le monopole de l’exception culturelle francaise qui nous obligeait a visionner des films montrant les problemes des bourgeois francais,leur etats d’ames,leurs amours et leur interieur.


  • Pour les anglophones, je conseille les analyses de Stefan Molyneux de Free Domain Radio sur Youtube, ses analyses de Star Wars, le seigneur des anneaux et Cie sont très intéressantes et radicales.
    Cet homme peut réconcilier quiconque avec la philosophie.
    Ses analyses sociales sont superbes, extrèmement sourcées comme c’est le cas sur The truth about Gun Control que je vous conseille tout particulièrement, pour le reste il vous faudra choisir par vous même parmi le plus de 2000 émissions de ce sacré bonhomme !


  • Les films holywoodiens sont des démonstrations d’un passé et d’un futur....Le seigneur des anneaux, monde passé qui sera modèle d’un monde futur : un anneau pour les gouverner tous, une Puce pour les dominer tous.....Il nous montre qui gouverne ce monde.... Game of the Thrones, nous montre et nous fait consentir à un monde violent dominé par des entités maléfiques, par delà d’un monde........caché !

     

    • Le seigneur des Anneaux a été écrit par Tolkien qui était monarchiste et catho tradi...

      C’est plus un condensé de mythologie paiennes celto-nordique et de christianisme que de la propagande pour le contrôle de la population, il faut rappeler que Le Seigneur des anneaux a été écrit dans les années 50, ça ne sert à rien de tenter de projeter les délires modernes sur des œuvres d’avant les années 70-80.


    • #1580334

      @Sobieski

      Je ne suis pas expert sur le sujet mais 70-80 me semble très tard pour un minimum. Par exemple Brave New World de Huxley c’était en 31 et 1984 de Orwell date de 49. Et puis Hollywood a commencé à être utilisé pour la propagande bien avant la 2ème guerre.


  • #1573168
    le 06/10/2016 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Game of Thrones, Le Parrain, Matrix : des œuvres politiques ?

    J’ai récemment vu Paradise Lost, écrit et réalisé par Andrea Di Stefano, sorti en 2014.
    "Dans les années 1980 en Colombie, un surfeur canadien tombe amoureux de la nièce du célèbre narco-trafiquant Pablo Escobar.
    Les conséquences de cette rencontre dépasseront le jeune homme
    ."

    Au début, une bluette un brin gnan-gnan, mais petit à petit, on s’enfonce dans la folie, dans l’horreur bien réelle.
    Le film montre l’exploitation de la misère, sans complaisance.
    Au final, c’est vertigineux.

    Benicio del Toro est immense, comme peuvent l’être Al Pacino ou Christopher Walken.


  • #1573372

    On dit comment “bobos de droite” ?

    De gauche, je veux dire...
    Pardon


  • Hollywood c’est de la programmation mentale de masse, de Walt Disney à maintenant. il y a certains réalisateurs initiés qui, malgré leur collaboration, jettent des pistes de vérité comme Kubrick.
    il y a des films intéressants à regarder, passionnants à analyser, mais même en en ayant conscience, vous vous prenez de la programmation mentale plein la gueule.

    Hollywood, le bois sacré...
    quel bois ? sacré pour qui ?

    (petit commentaire complotiste qui j’espère passera ^^)

     

    • Attention vous tombez dans le piège, ce n’est pas holywood, mais holly avec 2 l qui signifie houx.
      Il s’agit donc de mots homophones, la confusion est évidente et on peut même penser qu’elle est voulue.
      Ce n’est donc pas un bois sacré ou saint, mais simplement le bois du houx, sans doute pour montrer à quel point il s’agit dans cette opération de substituer ni vu ni connu le divin par la magie.


    • #1574189

      je crois que la racine c’est :
      druide = dru + vid = force +sagesse => symboliquement => le chêne + le houx

      Donc hollywood prend bien la place de la "sagesse" ;
      c’est à dire qu’il remplace les histoires racontées aux enfants :
      ce qu’on appelle des sagesses populaires.

      Le symbole du houx est donc bien à sa place : "usurpé" ;
      "le réalisateur de films" a remplacé "le conteur d’histoires"


  • Bonne émission !
    Dommage qu’ils n’aient pas pris le temps de s’arrêter sur le personnage de Palpatine/Dark Sidious.
    Ce personnage, étant de chaque côté de l’échiquier, résume à lui seul toute la perversion de la politique d’aujourd’hui.


  • Merde alors, moi qui croyais que la Gattling avait été créée au milieu du 19ème siècle. Louis XVI n’aurait pas été guillotiné ?


  • #1573800

    Bonne émission.

    En espérant que ce ne soit pas une redite totale par rapport aux émissions précédentes :
    Dans les films en version originale anglish, on reconnaît que la langue diplomatique et politique est le français. "coup d’état", "nation", "state", "organisation", etc...etc ce n’est que du français mal prononcé.
    Beaucoup de films de science fiction présentent un monde où se mêlent des bonnes valeurs traditionnelles associées au Moyen-Age comme les chevaliers de star wars, une technologie ou magie qui peut être bonne ou mauvaise et une dictature politique, mauvaise par essence.
    Sur les films futuristes ou fantaisistes : toute la série des films "Alien" (et ses dérivées) met en scène un énorme conglomérat économique, rêve des élites et cauchemar des peuples. Idem avec "Resident Evil".
    Pour les films d’éveil politique mais non futuristes ou fantastiques : JFK (déjà étudié et réétudié). "From Hell" sur Jack l’éventreur, la reine d’Angleterre et les francs poissons. "Inside man" (y a-t-il un banquier nazi à wall street en l’an 2000 ? le foutage de gueule mais il y a la banque). Les films france télévision sur De Gaulle (européisme comme cheval de Troie des us, traité d’union anglo-française et différentes techniques de manipulation des foules et de l’opinion). Et aussi "Fourmiz", le film d’animation (comment faire travailler un peuple à sa propre destruction). Tous ces films proposent un bout de vérité noyé dans un scénario contraire à la réalité de notre monde. Pour les films historiques, cela consiste à ne jamais parler des rotschilds et d’israeil dans les évènements néfastes du monde.
    Dessins animés d’éveil politique et scientifique : "Capitain Flam", "Ulysse 31" et "les cités d’or" (version année 80). Même Albator avec son passé nazi ou Goldorak, série dans lauqelle on apprend que la lune montre toujours la même face (c’est pour ça que les méchants se cachent de l’autre côté). Bien sûr que ces dessins animés véhiculent des mauvaises valeurs (gouvernement mondial dictatorial, transhumanisme) mais aussi de très bonnes : charité, compassion, abnégation, amour de la planète bleue et importance de l’effort pour mettre ces valeurs en application. La qualité est là à plusieurs niveaux : dialogue, scénario, musique et scientifique. La vision du monde décrite était complexe et multiple, loin de celle manichéenne des dessins animés d’aujourd’hui. Ceux d’antan créaient une aspiration à s’élever. Depuis, les animations de série télé, c’est tout nocif.


  • Que dire de Dune, Dark City, Mad Max, Highlander, Pitchblack ... il y a de quoi faire. En tout cas c’est extrêmement divertissant et instructif. Bravo !


Commentaires suivants