Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Général Antoine Martinez : "Le devoir de réserve des forces armées doit être rompu"

D’anciens hauts gradés de l’armée française interviennent de plus en plus en politique. Pourquoi ? Quels dangers veulent-ils contrer ? Sputnik a interviewé le général Martinez. Un entretien choc.

L’expérience militaire précède-t-elle la sagesse politique ? Certains ont pu le penser mais la période récente pourrait les contredire. Nous avons en effet observé un phénomène ces derniers mois, phénomène associé à trois noms, ceux des généraux Tauzin, Picquemal et Soubelet. Ceux-ci semblent cependant avoir échoué à faire entendre leur voix.

Le premier en essayant de se présenter à l’élection présidentielle, le deuxième en participant à des manifestations contre l’accueil de migrants et le troisième en rejoignant Emmanuel Macron avant de le lâcher, déçu devant les ralliements de personnalités du gouvernement sortant.

Mais un quatrième haut gradé de l’armée française prend maintenant la parole : le Général Martinez vient tout juste de publier l’essai Quand la grande muette prendra la parole (publié aux éditions Apopsix). Son argument est clair : face à la crise que nous traversons, l’armée a un rôle à jouer.

Ceci pourra faire peur à certains, alors affrontons les choses... Écoutez l’entretien dans son intégralité :

 

 

Briser le devoir de réserve

« Les forces armées exercent un sacerdoce. Bien sûr, elles sont à la disposition d’un gouvernement, mais le sacerdoce s’exerce avant tout au service du peuple. Nous avons dû subir des drames inacceptables sur notre sol. (...) Je considère que le devoir de réserve à un certain moment doit être rompu, c’est le devoir d’expression qui doit avoir droit, compte tenu de la situation que nous connaissons (...) Quel est le rôle du politique, au sens noble du terme ? D’assurer l’unité de la Nation et la protection de la collectivité dont il a la charge. Aujourd’hui, ça ne semble plus être la priorité de nos responsables politique. (...) je les rassure : les militaires sont légalistes et légitimistes, il ne faut pas voir en arrière-plan de ce titre des velléités de coup d’État ! [Mais] le moment est venu de briser le silence pour provoquer le sursaut qui est nécessaire. »

 

Le défi migratoire

« Qui remettrait en cause l’apport de l’immigration depuis un siècle ou deux ? Personne. Le problème qui se pose aujourd’hui, c’est l’immigration massive, incontrôlée, injustifiée et qui plus est, une immigration hostile à notre civilisation, à notre culture. Certains nous parlent d’une immigration de portugais, d’espagnols, d’italiens, de polonais. Certes, mais cette immigration était européenne et donc de culture commune. L’assimilation a bien joué son rôle : dès la deuxième génération, les individus se sentaient Français. Là, le problème est différent, face à une immigration de culture totalement différente. Je parle de l’islam. Il y a un certain nombre de problèmes que l’on ne peut pas occulter (...) l’islamisme c’est l’intégralité de l’islam : la lecture du texte sacré à la lettre.  »

 

La rébellion de l’état-major français

« Les forces armées ont été réduites de 54 000 hommes entre 2008 et 2015. Le gouvernement du Président actuel prévoyait de réduire encore de 34 000 hommes. Soit près de 90 000 hommes. Or les missions n’ont pas été modifiées et depuis la fin de la guerre froide, nos forces armées n’ont jamais autant été engagées à l’extérieur. Et nous sommes aujourd’hui, compte tenu de la menace islamiste, contraints de faire intervenir celles-ci sur notre territoire. Ça pose énormément de problèmes au niveau des relèves. Arrive cette opération Serval [au Mali] (...). Le chef d’état-major des armées et les chefs d’état-major des trois armées, devant cet obstacle majeur, ont rendu compte au ministre de la Défense, en disant qu’ils étaient prêts à démissionner. Peu de citoyens le savent : s’ils avaient déposé leur démission, il y avait une bonne vingtaine de généraux prêts à suivre leurs chefs. Un précédent a été créé. (...) Il faut briser le silence pour permettre un sursaut. Le politique hésite beaucoup : s’il n’est pas mis devant des situations dramatiques, les décisions ne se prennent pas. »

 

Des djihadistes parmi les migrants ?

« C’était une promesse de l’État islamique : il avait promis 500 000 migrants. Il faut savoir que dans le flux de ces migrants, il y a eu un certain nombre de djihadistes infiltrés : pour ceux qui ne voudraient pas le croire encore, je les renvoie aux différents attentats, notamment ceux du 13 novembre. Parmi les huit djihadistes, deux (...) avaient posé le pied sur le territoire grec le 6 octobre 2015. (...) Sur l’ensemble du territoire européen, ils ont réussi à installer un maillage. La menace non seulement est extérieure, mais aussi intérieure (...) quand on voit le nombre de djihadistes, des “enfants de la République Française” qui sont actuellement en Irak ou en Syrie sous le drapeau de l’État islamique (...) Je rappelle quelques faits qui se sont produits au cours des dernières années : une mutinerie sur le porte-avion Foch ou le cas de quatre militaires qui ont refusé d’être déployés en Afghanistan pour des raisons religieuses, ou notre ministre de la Défense, obligé de reconnaître en début d’année que nous avions d’anciens militaires français sous la bannière de l’EI. (...) Comment éviter la partition ? Les fameux “territoires perdus de la République”, c’est là que ça se passe. »

 

Une convergence des luttes

« Pour que nos chefs militaires, collectivement, brisent le silence pour provoquer ce sursaut, il faut qu’ils sachent qu’une bonne partie des citoyens français considèrent que l’institution militaire est l’un des rares à pouvoir un rétablissement de la situation. Comme briser ce devoir de réserve n’est pas dans la tradition, c’est aussi la responsabilité des citoyens (...) pour démontrer qu’ils sont prêts à manifester pour défendre leur identité. »

 

L’armée française à l’honneur,
chez Kontre Kulture et Prenons le maquis :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Beaucoup de commentateurs ici lui "tombent dessus" à ce général, probablement parce qu’il se positionne sur l’islam d’une façon qui ne plaît évidemment pas à certains.
    Pourtant il a raison sur bien des points et si sa vision de la situation est tronquée de la possibilité de distinguer ceux qui sont à la racine d’un état de fait, l’état de fait existe bel et bien et il faudra en tenir compte. La guerre civile menace en effet et QUI en bénéficierait ? Voilà une question dont on connaît ici la réponse.

     

    Répondre à ce message

    • Les islamistes sont un vrai danger pour les musulmans d’abord. Mais aussi dans tout les pays où ils arrivent à s’implanter. Je dit ça comme algérienne. Mais chez nous les politiques ont fait le travail. L’armée ne perd pas de temps en discussions stérile. Elle agit tout les jours. Jusqu’à présent ils les chassent dans les montagnes. Et avec autant d’acharnement qu’ils mettent à vouloir assassiné les pauvres gens

       
  • je doute fort que la grande muette soit habilitée à prendre la parole : briser le devoir de réserve, c’est s’exposer à être suspendu voire rayé des cadres, sur décision administrative émanant du gouvernement en place... les statuts de la fonction publique sont clairs, et particulièrement pour les militaires...

    être militaire, c’est servir, se sacrifier et aussi la fermer... on en pense ce qu’on veut mais c’est ainsi..

    ou alors, si on veut agir conformément aux règles en place, il faut démissionner et entrer en politique...

     

    Répondre à ce message

  • On sent le poids de l’enfermement et de l’embrigadement sur son esprit. Pauvre homme.

     

    Répondre à ce message

  • Quand on sait que les têtes de l’armée sont toutes frères la truelle, ça donne vraiment envie de donner un blanc seing à sa théorie du choc des civilisations. Pourquoi peut-il parler ? Parce qu’on l’autorise peut-être, non ?
    Si l’armée devait se révolter j’espère bien que ça viendrait par le bas avec un putsch civilo-militaire, et - pourquoi ne pas être rêveur - avec Soral à leur tête et l’aide de la Russie.
    Sinon, j’imagine bien le bain de sang que pourrait donner les plans du cher vieux général.
    On se croirait aux échecs, les pions avancent,et il ne reste que quelques coups avant que nous soyons Mat. Il faut avouer qu’ils sont aussi malins que nous sommes idiots. Un adversaire redoutable qui ne fera qu’une bouchée de nos faiblesses si nous ne nous réveillons pas à temps.
    Pourquoi ne nous sommes-nous pas organisés aussi efficacement qu’eux au lieu de se poser en victime depuis tout ce temps.. ? mystère
    Merci A. Soral d’avoir fait le taf dans ce sens, espérons juste qu’il n’est pas trop tard. L’avenir proche le dira.

     

    Répondre à ce message

  • Peu importe qui récupère quoi.

    Martinez roule pour la France et la désislamisation.
    Stop à l’invasion. Notre peuple, Français de coeur, ne peut désormais plus cohabiter avec un islam aussi ostentatoire.
    C’est à la fois une question de nombre et de coutumes incompatibles avec les nôtres.
    Il est temps que l’immigration cesse et que les surnuméraires réfugiés économiques soient renvoyés dans leurs pays.
    Aussi paisiblement que possible.

     

    Répondre à ce message

  • Les militaires ne l’ouvriront jamais pour l’excellente raison que dès le berceau ils sont éduqués à la fermer.

    D’ailleurs, en écoutant Martinez on a écouté un général en colère ! Pour la pression du moteur, y a mieux...
    Picquemal c’était pareil : il s’est fâché, il a fait ouah ! ouah ! sur la plage à Calais et deux jours après il s’excusait ! Général de la légion, attention !
    Soupaulait ? Il a joué les intelligents indignés en commission et depuis il gère sa carrière.

    faut les muter à la voirie ou les anciens combattants : je vois que ça.

    Par contre, ils ont un point commun : ils sont très très très bien informés.
    Exacts en tout.
    Précis, tout.

    Et ils disent tous la même chose : ça va péter.
    Grave.

    Donc, pour faire pratique, je propose autre chose que leur droit de jeter leur devoir de réserve.

    C’est compliqué, tout ça : le droit nouveau de jeter un devoir séculaire inhérent à la fonction non abandonnée (à cause de la pension)

    Je propose d’abroger la loi de 1939 nous ayant interdit le port d’armes.

    Le droit de porter une arme et de s’en servir en cas de danger pour notre personne notre famille, nos nombreux amis, et nos biens est un droit fondamental.

    Parce que le général a peut être la vocation de la fermer
    Mais nous pas de nous faire enculer.

    Sur ce, amis poètes ; bonsoir.

     

    Répondre à ce message

  • Pour qu’un colonel soit élevé a la dignité de général, il faut d’abord que sa loge l’est ainsi voulu !

     

    Répondre à ce message

  • Moi , les généraux qui l’ouvrent une fois en retraite mais qui se gardent bien d’émettre un avis quand ils sont en activité, ça m’exaspère. Par ailleurs la présentation sous l’aspect d’une lame de fond par la révolte de 4 généraux me fait bien rire : 1ère et 2nd sections confondues, ils sont peu ou prou 5000 en France. Autant dire que ce quarteron ne représente pas grand chose ....

     

    Répondre à ce message

  • Que les services de sécurité français commencent déjà à bien surveiller leur fameux fichés S, certains avec bracelet électronique avant qu’ils ne passent à l’action en se tirant des balles dans jambe en allant poser une bombe dans une église ou alors en garant avec les warning une voiture piégeé, bombonne de gaz bien visible sur le siège passager, pendant qu’on vont remplir en djelaba un bidon d’essence pour mettre le feu à tout ça...Foutage de gueule et pure masturbation intellectuel votre "combat" contre "l’Islam radical"...

     

    Répondre à ce message

  • L’important est que des généraux ont menacé de démissionner et que cette info n’est pas été relayé au même moment.

    Le système à donc déjà terriblement tremblé sans que le peuple ne le sache.

    Comme quoi, plus aucun lien de confiance ne peut plus exister entre les élites anti-françaises et le peuple.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents