Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

De la guerre civile à la réconciliation nationale

Extrait du rapprochement télévisuel entre le leader du Hezbollah et le gagnant des élections libanaises, le président Michel Aoun.

 

Habilement, Nasrallah utilise la légitime résistance à l’occupation israélienne (au sud) pour continuer le combat à l’intérieur du Liban, ce que le président Aoun ne peut contester, son armée n’étant pas à la hauteur de cette tâche.

Au-delà de la différence religieuse entre les deux hommes, la différence entre Aoun et Nasrallah se situe au niveau de l’autorité : légitime pour le premier, naturelle pour l’autre.

Aoun, l’homme de la France et des occidentaux parce que chrétien lors du conflit libanais des années 1988-1989 (la résistance du général Aoun face à l’invasion syrienne), se retrouve face à celui qui a résisté à l’agression israélienne, tout en tendant la main à Bachar al-Assad. Un schéma extrêmement compliqué pour le nouveau président. La guerre semble plus simple que la politique...

Quelqu’un a dit un jour que le Liban, cet État multiconfessionnel en équilibre fragile depuis des décennies, était le laboratoire du monde pour ce qui concerne la réconciliation, politique, religieuse, et militaire. Du sort du Liban dépendrait celui du monde...

Voilà pourquoi le Liban est précieux.

 

 

Pour comprendre les enjeux géopolitiques du Proche-Orient,
lire chez Kontre Kulture :

Le Liban vers la réconciliation ? Voir sur E&R :

 






Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1599808
    Le 12 novembre à 14:58 par ProtégeonslaPalestine
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    En termes de sagesse politique, le Liban a 40 ans d’avance sur la France dont certains tentent de déconstruire la grandeur, l’histoire monarchique, l’unité patriotique, le génie linguistique. Mais une ère post fabiusienne et post kouchnérienne et post bhl-hyène est déjà en train de voir le jour à travers notre prise de conscience et les appels patriotiques au ralliement initiés par Jean-Marie, infatigablement poursuivis par Marine et largement transcendés par Soral.

    Nous y viendrons à cette réconciliation nationale, sans qu’il soit besoin d’acculturer la France authentique des terroirs. Patience... Plus que 401 ans !

     

    Répondre à ce message

  • #1599827
    Le 12 novembre à 15:40 par sioniste un jour...
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Rencontre cruciale.
    Et qui n’est possible que lorsque l’ennemi est bien identifié.

     

    Répondre à ce message

  • #1599870
    Le 12 novembre à 16:50 par Lavrov
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Amis de E&R
    Voici une rencontre qui dessine assez bien l’architecture de notre devise.
    Egalité et réconciliation.
    Ne varietur
    Lavrov

     

    Répondre à ce message

    • #1600023
      Le 12 novembre à 20:03 par La rochejaquelein
      Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

      Il y a une petite nuance avec le Liban c’est la légitimité de la présence ancienne en ses terres, de l’Islam et de la chrétienté. La réconciliation prend là-bas en effet tout sons sens.

      Pour la France cette légitimité de la présence de l’Islam n’existe pas. La présence de l’Islam en France et plus largement en Europe est une conséquence de la politique mondialiste de libre échange, du multi culturalisme et du sans frontièrisme dont nous connaissons ici les rouages et les tireurs de ficelles. En d’autres termes la résistance légitime des européens à préserver leur terres ancestrales et leurs cultures millénaires devrait faire comprendre à l’Islam qu’il n’est pas chez lui en Europe, que son avenir ne peut en aucune manière être ici.

       
  • #1599980
    Le 12 novembre à 19:04 par NoLandsMan
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Un exemple universel, source d’inspiration à tous les dirigeants de ce monde !
    Vive la Réconciliation Nationale !
    Vive E&R !
    Vive M. Alain Soral

     

    Répondre à ce message

  • #1600009
    Le 12 novembre à 19:40 par Themistocles
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    La grande erreur à éviter à propos du Liban, c’est de croire que les partis chrétiens libanais sont pro-français, alors qu’ils sont globalement pro-états-uniens (voire pro-israéliens).

     

    Répondre à ce message

    • #1600155
      Le 12 novembre à 22:41 par cftc
      Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

      D’abord pour répondre à Themistocles. Plus personne n’est ’’pro-français’’ alors pensez donc de ce qu’il en est des Chrétiens d’Orient...s’il vous plaît un peu de décence

      Ensuite et pour revenir à des choses sérieuses ; toute réconciliation exige des parties qu’elles soient représentées par des Hommes VERTUEUX à l’image de ces deux Hommes hors du commun, héroïques sur tous les plans.

      Pour l’instant, en France je connais qu’une seule personne capable de mener ce travail...

       
  • #1600170
    Le 12 novembre à 22:54 par becalme
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    "En d’autres termes la résistance légitime des européens à préserver leur terres ancestrales et leurs cultures millénaires devrait faire comprendre à l’Islam qu’il n’est pas chez lui en Europe, que son avenir ne peut en aucune manière être ici."

    Et la place des "Chrétiens" elle ou ? Faut-il faire des frontières à l’Islam ou aux faux Musulmans ? Car sache une chose, l’Islam est une religion universelle donc pas de frontière et, le problème est ailleurs, surtout dans l’ignorance des gens. Amicalement.

     

    Répondre à ce message

  • #1600309
    Le 13 novembre à 07:58 par awrassi
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Pour faire court, Ayou a enfin compris que le Liban ne devait plus se soumettre. Ni à la France, ni à l’Empire. Mais rester souverain et s’assumer dans sa liberté. C’est uniquement lui qui a changé de positionnement. J’espère que la diaspora (majoritairement maronite) se rangera derrière lui, car elle est riche, puissante, aime l’argent et se laisse facilement tenter !!!

     

    Répondre à ce message

  • #1600469
    Le 13 novembre à 12:55 par Nabil
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Face à l’ennemi mondialiste, deux choix soit la guerre civile ou soit la réconciliation nationale. Au Liban, Nasrallah et Aoun ont fait leur choix. Ailleurs dans la région, les abrutis wahhabites (pilotés par l’Arabie des sadiques, le Qatar et le "Monde libre") en ont fait un autre...

     

    Répondre à ce message

  • #1600918
    Le 13 novembre à 21:28 par danouche
    Hassan Nasrallah – Michel Aoun : interview croisée

    Il n’est pas exact de dire que le général Aoun était l’homme de l’occident en 1988-1990. Un accord américano-syrien pour imposer un président fantoche au Liban a été avorté par le général en 88. Les américains avaient comme priorité d’encercler l’Irak de Saddam, et s’étaient allié à la Syrie pour cela. C’est d’ailleurs la participation syrienne à la guerre du Golfe en 1990 qui lui a permis d’obtenir un feu vert américain pour déloger Aoun.

    Les seuls soutiens internationaux de Aoun à l’époque étaient Saddam Hussein et Yasser Arafat. La France du bout des lèvres, mais ne lui a jamais envoyé d’armes ni n’a fait d’éfforts diplomatiques pour le soutenir, à part pour acueillir son exil

     

    Répondre à ce message