Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Hongrie : Orbán prépare le référendum sur l’immigration

La théorie des dominos du Brexit en marche

Le 2 octobre prochain, le gouvernement hongrois proposera par référendum le rejet de la politique de quotas imposée par Bruxelles (« Approuvez-vous que l’Union européenne puisse imposer l’établissement en Hongrie de ressortissants non Hongrois sans l’accord de l’Assemblée nationale ? »). Référendum dont l’issue en faveur du rejet ne fait pas de doute, mais dont il n’est pas certain qu’il puisse être validé, nécessitant pour ce faire 50 % + 1 voix de participation, ce qui n’est pas acquis. À 18 mois des prochaines législatives.

 

Quelle que soit l’opinion que l’on aura sur le sujet, il est évident que le thème de l’immigration, cheval de bataille de Viktor Orbán, vient à point pour faire oublier les affaires de corruption qui entachent des proches du gouvernement. À un moment aussi où les grands syndicats et certaines professions se mobilisent (enseignement, santé). C’est de bonne guerre, dira-t-on. Sauf que le combat se déroule à armes inégales. En effet, le gouvernement vient de lancer une impressionnante campagne d’affichage sur la voie publique, d’encarts et de spots dans les médias. Campagne qui coûte une fortune, et ce aux frais du contribuable. Ce que ne peut s’offrir l’opposition.

Une campagne dont les slogans hostiles au migrants grossissent quelque peu la réalité, sur le leitmotiv du « Le saviez-vous ?  » Ce qui est habile, mais sournois, est qu’ils reposent sur un fond plus ou moins réel, mais habilement déformé. Quelques exemples : « Le saviez-vous ? L’attentat de Paris a été perpétré par des migrants », « Le saviez-vous ? Depuis le début de la crise migratoire, le nombre des agressions contre les femmes augmente en flèche » ou encore « Le saviez-vous ? Bruxelles entend implanter chez nous des immigrants illégaux équivalant à la population d’une ville. »

Dans ce dernier cas, l’assertion ne traduit pas la réalité, le nombre avancé par Bruxelles étant de 1 900 (sur une population de 10 millions d’habitants), qui plus est non pas des « illégaux », mais des demandeurs d’asile. Quant aux attentats de Paris, les auteurs du slogan jouent habilement sur les mots car, si deux des terroristes du 13 novembre étaient effectivement irakiens, tous les autres assaillants étaient des ressortissants français ou des Belgo-Marocains nés en Belgique…

Mais bon, on peut donner à parier que la campagne va faire mouche. Dans une population hongroise où 72 % des personnes interrogées déclarent avoir une mauvaise opinion des musulmans, dont le nombre ne dépasse pas en Hongrie les 50 000. Par comparaison, en France, qui dénombre une population d’au moins 5 millions de musulmans, 29 % des personnes interrogées déclarent avoir une mauvaise opinion d’eux, le reste établissant un distinguo entre musulmans et islamistes.

Lire la suite de l’article sur causeur.fr

La résistance hongroise à la pulvérisation nationale, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • « Le saviez-vous ? Depuis le début de la crise migratoire, le nombre des agressions contre les femmes augmente en flèche »

    Question à Attila et ses Huns... MDR

     

    • petite précision tout de même :

      1.500.000 "refs" en Allemagne.
      A savoir que depuis :

      79.8% de hausse des crimes et délits dans ce pays (+208.000 actes en 2015)

      Cela a tjs existé certe, mais......Merkel en tête en a importé bcp bcp plus.

      source, le monde


  • La question est trés tordue et peut être traduite de la sorte : voulez-vous sortir de l’union européenne ?
    Mais Orban fait une lourde erreur : une fois dehors’ il se retrouvera face à des barriéres douanières de quel côté que portera son regard : celles de l’UE, celle de l’union pacifique et celle de l’ALENA...en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, la Hongrie deviendra une province chinoise ou allemande...à moins que monsieur Orban ne se serve du résultat de ce référendum pour négocier à la hausse avec Bruxelles et retirer de substantiels avantages- financiers ou autres...( exactement comme le fait la Suisse aprés chaque référendum gagnant de l’UDC )

     

    • Avant l union européenne , la Hongrie faisait comment ?


    • C’est une bonne question. Pour parler de l’histoire récente, les hongrois se souviennent de leur héroïque et glorieuse insurrection en 1956 et la manière dont elle a été écrasée par les chars soviétiques. Les "européens" et les américains alors sont restés l’arme au pied comme à Berlin auparavant et comme à Prague ensuite.. L’Europe de l’Est n’a pas été libérée par l’Europe de l’Ouest ! Rappelons -le ! Cela remet les choses en place.

      Une chose me fait gerber : que l’on compare les barrières frontalières que certains pays submergés par des flux migratoires veulent construire, et l’ignoble "rideau de fer" qui, lui, était un mur de prison pour empêcher les gens de sortir ! Et non d’entrer ! Si on voulait entrer, on pouvait ! Aucun problème ! C’est sortir qui était difficile.

      Sur France-Culbute, on mélange systématiquement les deux : "Oh ! il ne faut pas "reconstruire" des murs en Europe alors qu’elle vient de les détruire" etc !!

      Ainsi on dit de Merkel qu’elle a connu les "murs" et qu’elle n’en veut plus ! Quel mensonge ! Ce n’était pas le même mur ! D’abord, le père de Merkel est un pasteur luthérien assez louche ayant choisi de venir s’installer à l’Est, et ensuite Angela Merkel a fait parti d’un peuple prisonnier capturé par le système atroce du pacte de Varsovie (et la connivence des forces obscures d’Outre Atlantique) ! Il ne faut pas confondre une politique très saine dans la tradition du "limes" romain et qui a apporté une certaine stabilité aux peuples d’Europe, et une certaine paix, et une autre, ignoble, de prise d’otage de peuples écrasés par le bolchevisme.

      Nous, de l’Ouest, n’avons pas du tout à célébrer la chute du mur de Berlin et 1989 comme une de nos "victoires". Nous devrions avoir honte de cette date. Nous avons attendu que ces malheureux de libèrent seuls et ceux qui dénonçaient le système étaient traités de "salauds" et de fascistes. Soixante années de pénurie communiste et de régime policier pour rien..

      Quand Schengen empêchera les gens de sortir d’Europe, on en reparlera (quoique cela commence pour les musulmans !) La Hongrie est donc au centre du jeu et nous n’avons pas à lui faire la moindre leçon mais à la prendre en exemple.


  • Encore bravo à ce gouvernement, qui consulte son peuple sur de vrais sujets ..... Il semblerait que dans toute l’Europe, les choses commencent à bouger dans le bon sens ..... A quand en France ???

     

  • La Hongrie n’a pas besoin de Juncker et de sa clique. La- bas on sait ce que vaut l’Islam vu que les Turques y sont restes presque 500 ans. Pareil dans tous les Balkans. Donc aucune chance de ce cote la.


  • #1523271

    Il est bien Viktor Orbán.
    Il fait parti quelques hommes politiques qui donnent de l’espoir : Trump, Poutine, Marine Le Pen,...
    Et d’autres encore...


  • Ce référendum en Hongrie est un événement juridiquement important pour toute l’Europe pour la raison suivante.

    En France, et peut-être dans d’autres pays de l’Europe de Bruxelles, l’immigration a été abolie par Giscard ce qui a été une erreur puisqu’elle a explosé et proliféré dans la clandestinité au lieu d’être régulée et contrôlée par l’administration comme auparavant.

    Or depuis cette date, les migrations ne sont plus un objet de "lois", ni même de "règlements", ni même "d’arrêtés". Dépassé tout cela. Encore moins de référendum ! Peuples, assemblées nationales et administrations générales (soumise au principe de légalité) n’ont plus d’influence et plus voix au chapitre.

    L’immigration est gérée directement par le ministère de l’intérieur par voie de ... circulaires ministérielles ! (voire affaire Léonarda où le président est ridiculement intervenu à cause du scandale). Elle est donc sur le plan de la hiérarchie des normes, en dessous des règlements des squares et jardins publics.

    C’est à dire que le phénomène le plus important qui conditionne l’avenir (en bien ou en mal, peu importe, on verra) de la France et de l’Europe, le "plérôme" gnostique des futurologues américanisés, est totalement hors de contrôle et d’atteinte des intéressés directs, des "gens" (évitons de dire "peuple", c’est un mot obscène),

    Elle est seulement "administrée" par des bureaucrates obscurs et sous influence de la place Beauvau qui émettent des masses incroyables de normes absolument secrètes, non publiées (une circulaire n’est pas publiée au JO) et qui sont contraires aux lois "de la république et de la démocratie" et cela dans l’indifférence la plus totale.

    Le référendum d’Orban est donc très gênant pour l’Europe car elle consiste à demander aux principaux intéressés (les humbles habitants d’un pays) ce qu’ils en pensent. Un scandale ? La question est pourtant claire : « Approuvez-vous que l’Union européenne puisse imposer l’établissement en Hongrie de ressortissants non Hongrois sans l’accord de l’Assemblée nationale ? » N’est-ce pas démocratique et respectueux de la représentation nationale ? Mais ... Orban = Hitler évidemment.

    Pourtant, il est probable que le "Brexit" dissimule un référendum contre l’immigration. Oui, Mme Royal, les gens ne répondent pas toujours à la question posée et comme des enfants, parfois répondent à une bonne question mais qu’on a refusé de leur poser. Faut-il les punir pédagogiquement et comment ?


  • #1523305

    Le gouvernement hongrois pourrait proposer une question plus simple :

    "Souhaitez-vous vous faire exploser politiquement, économiquement, socialement, culturellement, etc. ... non au nom d’Allah mais au nom de Mammon et du Nouveau Ordre Mondial ?"


  • La Hongrie va sortir de l’UE à moins que ses dirigeants ne se laissent finalement acheter .


  • Le peuple hongrois, homogène, qui a perdu les 2/3 de son territoire suite aux accords de Trianon, redoute plus fortement une ingérence ou une invasion étrangère. 45 ans de communisme et une absence de culture de l’accueil, particulièrement de population extra-européenne, finissent par compléter le tableau. Merkel échouera sans doute à répartir le fardeau des réfugiés qu’elle a attiré en Europe. Vive le modèle d’insoumission hongrois !