Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Hongrie : le Parti communiste soutient la politique migratoire d’Orbán

Gauche du travail et droite des valeurs

Découvrez en vidéo l’entretien – en anglais, sous-titré français – réalisé par Nicolas de Lamberterie avec Gyula Thürmer, président du Parti des travailleurs (Parti communiste) hongrois.

 

 

 

Droite des valeurs et gauche du travail,
chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Bravo Mr Thürmer, tout ce que vous dites est frappé au coin du bon sens.
    La Hongrie défend les hongrois et l’intérêt suprême du pays, rien que de très logique.
    Comme les autrichiens, vous êtes sur la bonne voie, en espérant la même chose à terme pour la France.


  • les charlots du parti communiste en France devraient s’inspiraient de ces gens , au lieu d’avoir un train de retard comme d’hab.

     

  • Tout cela me rappelle un lointain discours, peut-être à la fin des années soixante dix, à Montigny-les-cormeilles, ou un certain M.Marchais nous mentaient, déjà, en garde contre les ravages de l’immigration pour les classes populaires...

     

  • Interview édifiante, calme, posée, analytique. Impossible evidemment de ne pas penser à Pierre Laurent et à la ligne du Parti en écoutant les propos , sensés , raisonnables de Mr Thyrmer.Superbe entretien.


  • C’est avec une excitation et une appréhension non dissimulée que je vous apprend mon départ pour Budapest ! 2050km en voiture depuis Bordeaux, 2 gros sacs et c’est tout...
    En plein dans les recherches d’appart et les entretiens pour trouver un boulot dans la région de Budapest...Un nouveau chapitre de ma vie. Gros avantage tout de meme, j’ai vécu déja 2 ans dans la campagne la bas et j’ai appris la langue aux prix d’un certain effort...

    Merci pour avoir partagé cette pertinente interview ! mais je me demande encore bien pourquoi cet homme tient à garder ses distances avec le JOBBIK alors que les deux partis semblent quasiment identiques sur leurs idées....


  • A ce sujet, quelqu’un pourrait me conseiller de bons bouquins sur l’Histoire des pays socialistes ? J’en lis depuis un certain temps, mais ils sont trop mainstream à mon goût (en gros, c’était triste, gris, sale, corrompu,..., avant qu’ils ne voient la Lumière démocratique).

     

    • ...te fais quand même pas trop d’illusion.
      Oui, ça l’était : nivellement par le bas, incultes démagogues au pouvir, décadance des masses, décrépitude des vertus, alcoolisme, nihilisme, autodestruction... en face, pédentisme de la pensée unique, obéissance servile et soumission à une idéologie qui n’existait que sur le papier et qui faisait le "bonheur" de ses adeptes aveuglés ou hypocrites.
      Je te conseille, oui, des films, par exemple (existent peut être en vost anglais) : "A Tanu" (the witness) qui date des années 70 je crois et qui parle des années 50, Ou encore "Szabadság, szerelem" (2006).
      Bref. Si ça va pas aujourd’hui, je ne crois pas qu’il faille chercher des alternatives du passé qui n’on simplement pas fait leur preuves... et c’est le mois qu’on puisse dire.


  • Par contre, tout ce qu’il raconte au sujet du système "socialiste" (d’avant les chutes des murs) est sortie tout droit de ses souvenirs nostalgiques pathologiquement édulcorées ou carrément de mauvaise fois.
    C’est un souvenir passé par des filtres oniriques. L’être humain a été très loin du centre des préoccupations du système qui le bridait, non seulement économiquement, mais surtout moralement et spirituellement, et pourrait-on rajouter, sur le plan de l’identité.
    Ce tableau passé, pour le moins, à l’eau de rose, est totalement démagogique et intellectuellement malhonnête. (Il occulte notamment toute la corruption et l’hypocrisie du système, son caractère foncièrement anti national anti identitaire, anti religieux...)

    Qu’après tout ça, il soit d’accord avec une politique particulière de ces adversaires... franchement, ne veut pas dire grand’ chose. Aucun intérêt.