Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Hooligans russes : la presse anglaise accuse Poutine d’envoyer ses "guerriers hybrides" sur l’Europe

The Guardian a depuis longtemps cessé d’être un des meilleurs journaux britanniques couvrant les affaires étrangères. Sa manière de décrire les événements en Russie n’en est pas l’exception, estime Bryan MacDonald, journaliste irlandais.

 

Vladimir Poutine, utilise-t-il les hooligans pour mener des « guerres hybrides » contre l’UE ? Même si rien ne le prouve, cela n’a pas empêché The Guardian de présenter cette sensationnelle supposition comme étant sérieuse.

C’est difficile d’y croire maintenant, mais The Guardian et son jumeau du dimanche The Observer étaient à une certaine époque considérés comme les meilleurs journaux britanniques couvrant les affaires étrangères. Plus tard, deux choses se sont passées. Le projet « New Labour » de Tony Blair a affaibli la gauche britannique et Internet a changé le journalisme. La toile mondiale, généralement perçue comme une bonne chose, a eu un impact horrible sur The Guardian. Cette autoroute de l’information a contribué à transformer le journal progressiste en porte-parole de l’establishment.

Le vieux Guardian aurait plutôt utilisé ses suppléments pour lacérer ses concurrents publiant les diktats du gouvernement sans mettre les lecteurs en garde. Toutefois, grâce au douteux héritage de l’ancien éditeur Alan Rusbridger, The Guardian a remplacé The Times en tant que journal interne de l’État britannique, avec tous les compromis journalistiques que cela implique. Cela se manifeste de la façon la plus évidente dans sa couverture de la Russie.

Cette semaine The Observer est tombé encore plus bas. Daniel Boffey, « éditeur politique » du journal, a publié une histoire reposant sur une seule source, intitulée Le gouvernement craint que les hooligans russes puissent avoir des liens avec le Kremlin.

L’auteur évoquait les récents évènements du championnat d’Europe de football en France, quand une bagarre violente a eu lieu entre les fans anglais et russes. Le site internet du Guardian a mis bien en évidence ce papier.

Selon Daniel Boffey, « un grand nombre des personnes impliquées dans les attaques sauvages et très bien coordonnées contre les fans anglais et d’autres fans à Marseille et à Lille ont été identifiées comme membres des services » (russes). Il ajoute également : « l’idée, c’est qu’en donnant le feu vert au hooliganisme, Poutine continue ce qui a été qualifié de campagne russe de "guerre hybride" ».

 

Militariser tout

Oui, c’est bien la nouvelle catégorisation fourre-tout, la « guerre hybride ». Autrement dit, The Guardian/Observer veut nous faire croire que Vladimir Poutine est en train de mûrir un sinistre projet, faisant en sorte que 150 voyous fans de football déstabilisent l’UE. Si c’était vrai, le micro-management présidentiel attendrait un niveau sans précédent. D’autant plus qu’il est difficile de croire que le Kremlin pourrait faire quelque chose susceptible de mettre en danger la tenue en Russie de la Coupe du monde de football 2018. S’il y avait eu un ou deux morts à Marseille, cela serait certainement devenu un grave problème.

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

En lien, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.