Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Immigration : des élèves de troisième soumis à un véritable harcèlement idéologique

Il est un peu moche, son classeur, Rémi. C’est un de ces classeurs qu’on traîne d’une année sur l’autre, pour éviter d’en racheter un à chaque rentrée. Il manque la moitié de la couverture, un drapeau britannique. Ne reste que la tranche en carton, et elle-même est mal en point : il l’émiette nerveusement depuis que sa prof lui demande pourquoi il ne veut pas aider les migrants : « Je les connais pas, moi, mon argent je l’ai durement gagné, je vois pas pourquoi je devrais le partager », répète l’adolescent en classe de 3e.

Cela fait deux ans que le musicien Cyril Amblard propose à des collèges d’Auvergne un projet pédagogique qui, au travers de chansons contestataires folk, fait le lien entre l’Histoire et le présent. Le thème s’impose en fonction de l’actualité : cette année, c’est la crise des migrants. En étudiant Les Raisins de la colère de Steinbeck, récit d’une famille américaine sur la route de l’exil, et les chansons qui s’en inspirent de Woody Guthrie et Bruce Springsteen, les adolescents doivent écrire leur propre chanson.

À l’automne, le musicien a déjà réalisé l’atelier d’écriture avec un établissement de Clermont-Ferrand : en est sortie une chanson assez convenue, aux paroles « lissées ». Mais cette fois-ci, dans le tout petit collège de Saint-Amant-Roche-Savine, cinquante-cinq élèves dans une commune de 520 habitants, nichée dans le parc naturel Livradois-Forez, l’exercice a donné des résultats inattendus. « C’est la première fois qu’il y a autant de débats, de positions tranchées », note-t-il.

 

« Madame, c’est raciste ce que j’ai écrit ? »

Lors de sa précédente visite en mars, il a demandé aux 3e de dire spontanément ce que leur évoquait le mot « migrants ». Parmi les « espoir », « bateau » et « solitude », ont surgi « AK47 » et « terroristes ». En ce début du mois d’avril, alors que commence la troisième et dernière séance de l’atelier, Cyril Amblard s’attend à de nouvelles surprises.

Les élèves font grincer le vieux parquet élimé de la salle de musique en déplaçant les tables et les chaises. La classe est divisée en trois groupes pour les trois couplets de la chanson : le départ des migrants, le voyage, l’arrivée. L’atelier commence par quinze minutes d’écriture individuelle. Quelques-uns se contentent de fixer leur page, aussi blanche que le ciel aujourd’hui : il pleut.

Dans le groupe « arrivée », Chloé se met dans la peau d’un migrant : « Des gens me regardent comme une bête en cage. Il me manque la mélodie de ce pays. Des parfums inconnus migrent dans ma vie. » Son texte, construit en rimes et en couplet, plaît beaucoup à Cyril Amblard.

À droite de la jeune fille, Rémi, très inspiré, remplit sa feuille volante d’une traite. Son texte commence ainsi : « Les Noirs… », puis il raye ce mot. « Je me suis trompé, je voulais écrire “migrants” », s’excuse-t-il. Il poursuit : les migrants, donc, il ne veut pas les aider, il ne « partage pas avec de parfaits inconnus ». Sa prof d’histoire-géo, Émilie Tardes, s’accroupit à côté de lui. Elle lui rappelle les Français qui ont caché des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. Rémi baisse la tête.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

Quinze minutes d’analyse à montrer à tous les élèves, sur E&R :

 

La négation du réel et son inéluctable retour, à lire sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je ne comprends pas, c’est une fable moralisatrice publiée sur le site de Bergé ou bien quelque chose qui s’est vraiment passé ? Faut-il reformer les élèves qui pensent mal ?


  • Pourquoi, l’Occident détruit leurs pays (Syrie, Libye, Irak...) et donc leurs maisons et tue leurs proches ?
    et ces même personnes, qui deviennent des migrants pour les besoins du marketing médiatico-politique, en Europe , subitement on les aime.

    Moi, ces personnes, je les aime chez eux avec un pays en bon état et des proches vivants. Et jeunes comme ils sont , ils seront utile pour l’économie de leurs pays.

    Suis je raciste ?

     

    • Non mais ton raisonnement est une entrave à la bonne marche des affaires des plus puissants.

      Ce qui est bien plus grave. Et puni de mort dès que l’occasion se présentera.

      Le "Tout le monde bien chez soi" et entretenant de bons rapports équitables dans un monde en paix... Cela finirait par généraliser le comportement de partage équitable au sein des différents pays....

      Le mode de fonctionnement que tu proposes s’oppose dans les faits à l’esprit de quête éternelle d’émancipation illusoire de l’espèce à travers l’univers... Avec l’accord tacite d’un Dieu dont on adapte les volontés à nos besoins et envies...

      En suivant ton idée nous aurions un monde changeant sous une apparence immuable, alors que nos ennemis prônent précisément le contraire.


  • On leur apprend à se sentir coupables de racisme, on les culpabilise afin qu’ils PAYENT sans rechigner .


  • Du coup, commissaire du peuple, volk polizei,stazi ou kampetai sonne mieux que "professeur"...

    Ca n’est pas forcément mauvais signe, après tout quand ces régimes en sont arrivés là, ils se sont écroulés peu après.



  • Sa prof d’histoire-géo, Émilie Tardes, s’accroupit à côté de lui. Elle lui rappelle les Français qui ont caché des juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. Rémi baisse la tête



    C’est bien joué de sa part. Avec un coup comme ça, le conseil de surveillance d’Arte (présidé par BHL) va surement la remarquer et l’embaucher comme présentatrice vedette des soirées théma hebdomadaire sur la Shoah.
    Fini les mioches qui osent poser des questions sur ce qu’on veut leur apprendre ! Fini les parents d’élèves pas assez Charlie qui osent s’indigner des minutes de silence obligatoires et des films d’horreurs germano-polonais en noir et blanc qu’on veut imposer à leurs gamins à la place des cours sur Saint-Louis, Louis XIV et Napoléon !
    Maintenant elle n’aura plus qu’à servir la soupe à quelques téléspectateurs abrutis et dociles qui ne protesteront pas...

    Rémi, si tu me lis, relève la tête, oublie toute cette merde droit-de-l’hommiste qu’on veut t’inculquer de force en classe, et instruis-toi plutôt sur cette autre histoire que certains/certaines veulent te cacher et qui commence par un homonyme à toi baptisant un certain Clovis.

     

  • Les récents spots télévisés "anti-racistes" qui présentent les seuls blancs comme des brutes racistes sont des appels au racisme anti-blanc : c’est la même chose dans l’Education "Nationale" .


  • et pourquoi pas une excursion scolaire à Calais pour montrer à ces bambins comment ces gentils "migrants" ont transformé en quelques mois une zone naturelle avec dunes et végétation spontanée qui faisait le bonheur des Calaisiens en véritable dépotoir...

     

  • Question : les employés de la déséducation nationale sont-ils tous des putes pour relayer de manière aussi scandaleuse la propagande étatique et laver le cerveau de notre jeunesse ??


  • Dialectique , rhétorique et idéologie antiraciste, (...) mais que pour les autres, les non-blancs ....



    Sarah Frugère travaille également dans un établissement de 640 élèves, dans la banlieue clermontoise : « Saint-Amant, c’étaient mes mignons, maintenant je suis obligée d’ouvrir les yeux. Je suis triste parce qu’ils ont 15 ans. A cet âge-là, on veut qu’ils aient envie de changer le monde, qu’ils aient des rêves. » Sa collègue Emilie Tardes relativise : « On sait que des parents votent FN ou qu’ils sont xénophobes. Sur vingt-deux élèves, qu’il y en ait deux qui pensent comme ça, ça reflète la population française. Ça ne sert à rien de ne pas voir le problème. J’espère au moins qu’ils se poseront des questions, même s’ils ne les posent pas tout de suite. »




    C’est beau l’humanisme des profs de gauche avec deux jeunes qui donnent leur ressenti !
    Ah oui mais c’est des fils de fachos alors ......
    Il racialisent, ethnicisent tout et reprochent aux autres d’être racistes !
    On croit rêver....
    Pauvres gamins, je vous plains vraiment !!
    Vincent Peillon

    « On a laissé le moral et le spirituel à l’Eglise Catholique. Donc il faut remplacer ça (...) on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. Il faut inventer une religion républicaine »
    « Ce qui manque au socialisme pour s’accomplir comme la pensée des temps nouveaux, c’est une religion nouvelle : donc un nouveau dogme, un nouveau régime un nouveau culte doivent surgir, afin qu’une nouvelle société prenne la place de l’ancienne. »
    « toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Église. Non pas seulement l’Église catholique, mais toute orthodoxie. »
    « le débat sur l’identité national est antimusulman, donc raciste et antirépublicain »

    Merci le PS


  • Bien sûr , les réactions et remarques des professeurs étaient prévisibles, et quelque peu navrantes.... Mais ce qui fait de cet article un délice , sans ironie aucune de ma part, c’est la dernière partie : Les commentaires.

    Lisez les, ça réchauffe le coeur.
    ( 5 commentaires au moment où j’écris ces lignes)

     

  • La fin m’a donné envie de rire.
    Trois décérébrés qui restent pour compléter la chanson, que d’émotions !



  • Alors que Rémi ramasse ses miettes de classeur et file en cours de sport avec Nicolas et Rahim [...]



    Ces deux élèves incriminés sont tellement racistes et xénophobes que ce sont les seuls a être amis avec Rahim le petit indien... Trop conceptuel pour un journaliste du Monde.

     

  • Et le gratteur de mandoline désintéressé Cyril AMBLARD qui vient polluer les oreilles sensibles des ados, avec son "projet pédagogique", dûment facturé au contribuable.
    Il vient bouffer le temps précieux des enfants, voler l’argent public, enseigner des contre-vérités nocives (pédagogique veut bien dire enseigner).
    A-t-il écrit noir sur blanc (c’est le cas de le dire) ce qu’il prétend enseigner au juste ? Non. Au lieu de ça il demande aux élèves de sortir des élucubrations philosophico-poétiques "contrôlées" sur les "migrants" ?
    Mais de quoi se mêle-t-il ? S’il avait su, à son âge scolaire à lui, à quoi doit servir l’école, il n’en serait pas resté à devoir gratouiller les cordes à son âge, pour survivre au frais de la Princesse, tout en freinant les jeunes.


  • et si à l’école, on formait des têtes pleines de savoir culturel, de connaissances techniques, au lieu de tous ces formatages pour devenir des bons blancs obéissants à la dictature de l’immigration. Il fut un temps, où à l’école, on était fier d’être français, maintenant ça va devenir une tare. La France n’est plus et c’est bien triste...


  • Au delà de la bien-pensance des enseignants, je voudrais insister sur leur "déception".

    Quand le contenu à "apprendre" devient moral, les élèves sont jugés pour ce qu’ils pensent ou ce que leurs parents pensent. Il ne s’agit plus de transmettre des savoirs mais plutôt une morale politique. C’est un contresens dans l’éducation et il ne peut que polariser élèves et professeurs dans une amertume déplacée. Le professeur n’a pas à former des gens de gauche ou à échouer à former des fils de votants FN. C’est absurde. Il doit apprendre à lire, écrire, compter et comprendre l’histoire de France.

    Ma seconde remarque serait sur l’absence de psychologie des professeurs. Travailler sur des idées fausses ne peut passer par la confrontation brutale et moraliste. Toute personne ayant fait un peu de psychologie le sait, surtout à l’adolescence. Que les idées soient justes ou fausses, un peu de psychologie peut aider à comprendre que l’approche par l’empathie est erronée dans ce cas.

    Ma troisième remarque est que l’on voit ce que peut être ce travail pluridisciplinaire avec les adolescents : un prétexte à un enseignement moraliste et politique. Ce n’est pas la vocation de l’école. Ce genre de pratiques a fait que les adolescents ont déserté la télévision. Quand l’éducation se fait l’écho des problèmes moralistes à la mode sans écouter la détresse des adolescents, elle abîme plus encore des enfants qui auraient besoin, au contraire, de bases solides et d’un espace dépolitisé.


  • C’est moche ça, la (ré)éducation des petits élèves qui ne sont pas d’accord avec l’idéologie gauchiste de leurs profs.

    C’est tellement plus important que d’apprendre à écrire correctement par exemple...


  • Le travail d’un prof ou d’un instituteur c’est d’apprendre à mon gamin de lire et d’écrire et surement pas de faire de la politique ou du bourrage de crane partisan .Ce n’est pas son rôle.Pour le reste, c’est à moi à l’éduquer et lui expliquer les choses de la vie courante.Je n’ai pas besoin de portes paroles de( l’éducation national électoral ) et de leurs idées nauséabondes.La politique le c..et les militants n’ont rien à faire dans l’enceinte d’une école .


  • On dirais mes profs de fac quand ils nous parlent du réchauffement climatique : aucune argumentation critique sérieuse à formuler (ils n’ont évidemment jamais lu les rapports du GIEC), alors on nous montre le film d’Al Gore... En Master de sciences de l’environnement... J’en chiale encore.

     

  • pas lu l’article sur lemonde

    je pense qu’à la fin on se rend compte que ce sont les enfants qui éduquent les professeurs


  • La guerre entre l’Eglise et la Synagogue entre à l’école : faut bien soigner tous ces cerveaux malades !


  • C’est de " l’incitation à la haine raciale " mais en l’occurrence incitation à la haine de la race blanche : un délit .


  • Les premières victimes de la propagande enseignée à l’école, ce sont les profs.
    Eux qui la rabâchent d’une année sur l’autre, jusqu’à l’incarner pleinement.


  • Préparer les esprits au grand remplacement : "Sois blanc et écrases-toi".
    C’est un peu mon ressenti.

     

    • Et oui mais ils sont fascistes comme Pierre-Joseph Proudhon ,Georges Sorel, Édouard Berth et raciste ,xenophobe comme C.Maurras, Pujo, Bainville et oui !
      «  Mieux qu’une race, le peuple français est une nation  »
      Jacques Bainville
      Merci on ne savait pas, que nous étions des monstres !
      Merci de l’apprendre à nos enfants qu’ils s’auto-flagellent et qu’ils nous détestent....
      C’est plus l’école c’est un camps de réadaptation par l’idéologie....
      Pauvre France et pauvres jeunes, avec des profs comme ça, je vous plains !


  • Non, ils ne feront pas pire que Francis meme avec une caisse de violons.


  • l’éducation nationale regorge de parasites d’extrême gauche, déconnectée du terrain... mes années collège et surtout lycée ont été un enfer..

    pour moi le mot migrant évoque trois mots : accueil, assimilation, expulsion. Point final.


Commentaires suivants