Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

JO : des écarts de revenus abyssaux entre athlètes stars et inconnus

Il n’y aura pas de médaille de sponsor pour tout le monde

Si les vedettes comme le basketteur Tony Parker gagnent des millions grâce notamment aux sponsors, d’autres sportifs présents aux JO de Rio peinent à s’assurer un train de vie décent.

 

Teddy Riner, le porte-drapeau de la délégation française, Tony Parker, Jo-Wilfried Tsonga, Nikola Karabatic… les spectateurs français auront l’occasion de supporter une flopée de stars lors des Jeux Olympiques de Rio, qui doivent démarrer le 5 août. Derrière ces vedettes, on retrouvera aussi des centaines d’autres tricolores (ils seront, au total, 396), dont beaucoup sont inconnus du grand public… et ont parfois toutes les peines du monde à joindre les deux bouts.

Pour illustrer ce phénomène, un chiffre choc revient régulièrement : 40% des sportifs de haut niveau toucheraient moins de 500 euros par mois. Si cette proportion doit être prise avec des pincettes (elle découle à la base de quelques lignes d’un rapport ministériel datant de 2011), la précarité de bon nombre de champions, qui sont obligés de travailler en marge de leur pratique sportive afin de subvenir à leurs besoins, est bien réelle.

En témoigne la situation de Phara Anacharsis, évoqué dans un récent reportage de Complément d’enquête de France 2. Cette spécialiste du 400 mètres haies, plusieurs fois championne de France de la discipline et du voyage à Rio, est… vendeuse d’articles de sport à mi-temps chez Décathlon, un job qui lui rapporte seulement 700 euros par mois.

Le décalage est total par rapport à certains sportifs pros. Le cas du basketteur Tony Parker, également de la partie aux JO, est peut-être le plus emblématique. Icône de la NBA, le Français est actuellement le sportif français le mieux payé avec 19,9 millions annuels bruts (dont 8 millions via les sponsors), selon le classement de L’Équipe.

Lire la suite sur capital.fr

Les JO de Rio sont bien partis, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ben oui ! Le sport est le reflet de notre société ....parfois en pire . Certains footballeurs ont des salaires de PDG , quand certains coureurs cyclistes pro touchent pas beaucoup plus que le SMIC en faisant 4 fois plus d’efforts . Certains athlètes de niveau national perdent de l’argent pour pratiquer leur sport progresser ou se maintenir au niveau : J’ai des exemples à la pelle .
    En URSS , lorsque qu’un sportif atteignait un niveau "départemental" ( il n’y avait pas de département en URSS , mais imaginez le correspondant ) il avait droit à une décharge de travail sans perte de salaire et tous les frais étaient payés .
    S’il passait à un niveau réginal , la décharge augmentait .
    Idem s’il atteignait un niveau national et si il atteignait un niveau international la décharge était telle qu’il ne travaillait plus , il était sportif à plein temps rattaché à une entreprise qui lui payait son salaire et l’URSS payait tous ses frais provenant de la pratique de sa discipline .
    C’était honteux ?? Bien sûr que oui puisque c’était soviétique .
    Ensuite certains s’étonnent que l’URSS et ses pays satellites remportaient les 2/3 des médailles aux JO . Face à un système aussi pernicieux et aussi inégalitaire comment vouliez vous que nos braves petits sportifs tantôt payés comme des PDG de multinationales tantôt sans le sou puissent lutter .

     

  • Monsieur Rinner chargé comme une mule, qui n’a jamais rien prouvé de spectaculaire à son niveau (se souvenir des types tombant avant même qu’il les touche) visiblement son honneur n’en a que faire, et qui viendra plus tard se gaver au ministère des sports de l’argent du contribuable comme son prédécesseur Mr Douillet.

     

    • une demi-preuve qu’il est "chargé comme une mule" ?

      Non biensur, mais vous venez raconter vos salades, c’est bien


    • Avec tout les contrôles qu’il y a en France c’est dur de se dopé, on est pas aux USA ou en Russie, chez eux ils se sont toujours dopé la propagande encouragé même le peuple a le faire par exemple avec les série Tv ou film de gros bras ou le catch par exemple ou ils sont tous sous anabolisant .
      C’est la guerre froide même dans le sport je vous conseille un bon documentaire qu’est "Bigger Faster Stronger " qui est dispo sur ER si je dis pas de bêtises ...


    • @marc schmit

      Déjà c’est bien vous admettez que pour le reste il n’ y a rien de faux, ensuite concernant le fait qu’il se charge (bien heureusement il n’est pas le seul) commencez par étudier les réactions hormonales sur le corps et son évolution et vous verrez des signes qui ne trompent absolument pas.
      Désolé d’avoir écorné votre "idole" du sport français.


  • Aux États-Unis (1 ère nation sportive) on met des moyens financiers et on obtient des résultats. Des oeufs : une omellette. En France, on attend qu’un sportif obtienne des résultats pour lui donner des moyens financiers (et encore pas toujours ! et souvent des moyens bien minces). C’est toute la différence ! Deviens un champion de natation, on te construira une piscine pour que t’apprennes à nager.

     

    • et bien moi cela me convient que le sport passe en second plan car j’en ai rien à foutre de tout ces trop payés ils font du sport c’est bien cela leur plait tant mieux pour eux mais pourquoi imposer aux autres leurs "LOISIRS" et en plus les racketter à coup de milliards non et non avant nos rugbyman étaient amateurs ils n’en jouaient pas moins bien pour autant


    • Les USA sont la première nation sportive depuis la dissolution de l’URSS et la sortie de la sphère soviétique depuis des pays satellites . Les USA et l’URSS faisaient jeu égal (les USA faisaient une rasia en natation et en athlétisme alors que l’URSS avait un bilan plus éclectique avec au moins 2 points forts : La Gymnastique et l’haltérophilie .
      Mais face à ces 2 géants la RDA avec ses 17 millions d’habitants (soit 15 fois moins ) faisait jeu égal en nombre de médailles .
      On pensait que les 2 allemagnes réunies ( la RFA était loin d’être mauvaise ) , la nouvelle Allemagne allait être tonitruante . Eh bien rien du tout ! Le bilan sportif de cette allemagne réunifiée est inférieur à celui de l’ancienne RFA .
      Cela pose tout de même question : Qu’est ce qui fait la réussite sportive (si on retient le bilan des médailles aux JO comme premier critère ) dans un pays ?
      J’entends déjà dire qu’en RDA , c’était dopage et Cie ....Que non ! ou plutôt pas plus que les autres (fin des années 80 , tout le monde se dopait à tout va !) ou alors ils se dopaient plus intelligemment . Perso , je crois que la rigueur et l’esprit sportif allemands liés à la structure sportive très favorisante des ex pays socialistes ont permis cette réussite exceptionnelle


  • Et oui, c’est la dérive due à la société moderne capitaliste.
    Analyse sociologique :
    Quelle est la différence entre le Jeu et le Travail ?
    - Le Travail a pour but un fruit. (L’important c’est la récompense ou la victoire).
    - Le Jeu a pour but le Jeu lui même. (L’important c’est de jouer).
    En fait le Sport qui était à l’origine un Jeu physique c’est transformé en Travail d’abord avec le but de gagner puis pire encore avec le but de faire de l’argent.
    Nous sommes dans la seconde phase de la dégénérescence du sport en travail au service du capital avec pour but l’argent.
    Le Jeu a pratiquement complétement disparu des activités humaines et même chez les enfants, c’est malheureux car cela entrainait la personne à agir en se détachant du fruit de ses actes. Concept très utile pour vivre en société.

     

    • Est-ce que dans le jeu l’objectif c’est de jouer ?
      Je répondrais oui et non .
      Effectivement , le but du jeu ne devrait être que de jouer , mais pour qu’il y ait jeu les adversaires ( ou sorte de partenaires) doivent essayer de gagner (imaginez que les 2 essayent de perdre , le jeu disparaît de lui même . Et tout le problème est que les 2 adversaires partenaires doivent essayer de gagner en acceptant de perdre . Et là les choses se compliquent très sérieusement . C’est là qu’intervient le rôle de l’éducation : Se servir du jeu ou de la compétition pour stimuler les 2 adversaires- partenaires avec au moins l’acceptation momentannée de perdre . Et si possible une envie de progresser pour surpasser son aversaire -partenaire . Et ainsi de suite sans qu’à aucun moment le plaisir du jeu ou la saine émulation de la compétition soit évacuée ;


    • Vanda.
      Le jeu est un concept qui est devenu difficile à saisir de nos jour tant nous sommes habitués a tout faire comme un travail.
      Il est tout à fait possible de jouer au mieux pour gagner tout en restant détaché du résultat, et c’est d’ailleurs la forme la plus performante de l’action car cela permet de rester dans le présent avec la plus grande efficacité possible. Vouloir gagner est un obstacle car cela nous déconcentre en nous projetant dans l’avenir. Donc pour résumer, le vrai jeu c’est l’absorption totale dans l’action et peut importe le résultat qui n’est pas entre nos mains de toute façon. Cette absorption procure à la fois une grande félicité et des performances au top.
      C’est cela le vrai Jeu.
      On appel cet état de trans, le "flow". Peu le connaisse.


  • Quoi d’étonnant ?
    En négatif de la société marchande, le monde du sport, n’est en définitive que sa reproduction et sa copie conforme au modèle de base.
    Avec ses champions, payés à prix d’or, et les petits smicards tout en bas de l’échelle.
    Les petits font la retape pour ceux qui sont au sommet.
    Dans une société à ce point aliéné, tout ce qui s’y passe n’est que l’autoreproduction de l’exploitation et de l’extorsion de la survaleur.


  • Le scandale c’est pas qu’on ne gagne que 500 euros par mois en faisant du sport à haut niveau. Le véritable scandale c’est qu’on ne puisse pas vivre décemment avec 500 euros par mois.


  • Certes c’est vrai, mais bon c’est le principe même que tout le monde sauf peu d’exceptions veut et admet qui est la compétition entre tous qui est aussi la guerre..car après tout l’oiseau mange le vers de terre...et oui c’est de ce niveau :-(

    il n’y a rien à redire à cela, pourquoi chérir les causes dont nous haïssons les effets .... quand "je perds" !!!


  • Tout ça pour des sportifs dont seule une minorité s’enrichit, et généralement usés dès la trentaine (cadences devenues infernales, dopage, entrainements inhumains... voir l’excellent documentaire sur arte "sport, le revers de la médaille" réquisitoire dur et implacable).