Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Je défie quiconque de prouver que la Syrie a utilisé des armes chimiques"

Interrogé par le média iranien PressTV, Richard H. Black, sénateur américain de l’État de Virginie, revient sur les accusations d’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien et précise :

« C’est une ultime tentative de donner une raison aux pays de l’OTAN d’intervenir dans la guerre aux côtés des terroristes. »

Une traduction ERTV.

 

 

À ne pas manquer, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • J’ai également écouté les réactions de Bassam Tahhan. Parmi les éléments troublants, on note l’absence de dégât significatif sur le site, le pentagone ayant prévenu la Russie et d’autre pays avant les "frappes". La présence du président Xi Jinping à la résidence privée de Trump.

    A ce jour, Je remarque que les merdias aux ordres ne parle plus de cet événement...qui visiblement pourrait se résumer à un non événement...

    Dès lors, on s’interroge sur les raisons de cette étrange histoire.

     

    Répondre à ce message

  • #1698053

    Le titre n’est pas le bon. Le sénateur parle de quiconque pourrait présenter un mobile ( le motif en anglais ) qu’aurait eu la Syrie à utiliser des gaz toxiques.
    Mais il est plus difficile d’apporter un mobile qu’une preuve qu’on peut fabriquer.
    Sinon, la vidéo est super intéressante évidemment.
    Merci.

     

    Répondre à ce message

    • @ Jean-Live

      Oui, ce titre est vraiment erroné. Je donne tous les détails ci-après.

      Le titre choisi passe pour une citation (c’est entre guillemets) émanant implicitement du sénateur Richard H. Black qui s’exprime dans la vidéo. Il lui est fait dire qu’il "défie quiconque de prouver que la Syrie a utilisé des armes chimiques".

      Or, de 3’19" à 3’39" (la fin de la vidéo), le sénateur Richard H. Black, fait la déclaration suivante : « J’attends et je défie quiconque de me donner un mobile sérieux qu’aurait eu la Syrie à utiliser du gaz toxique sur les rebelles. Il n’y en a pas. Or s’il n’y a pas de mobile pour un crime, il n’y a pas de crime ».

      Le sénateur ne met pas au défit de prouver que la Syrie a utilisé des armes chimiques mais déjà de trouver un mobile sérieux !

       
  • Le bobard de guerre est cette fois tellement énorme que les médias aux ordres à bout de souffle avancent des hypothèses abracadabrantesques pour continuer à justifier la folie meurtrière étasunienne. J’ai lu sur le site 7sur7 un article concernant l’avis d’un "expert géopolitique" qui prétend que l’armée syrienne aurait pu agir sans l’aval du président Bachar al-Assad. Objectif ? Pousser les États-Unis à intervenir dans le conflit pour "desserrer la main-mise russo-iranienne sur la Syrie" ! Une analyse débile qui relève de la psychiatrie et dont l’audace n’a d’égale que l’énormité de cette énième manipulation de masse pour justifier l’agression d’une nation souveraine.

     

    Répondre à ce message

  • Il a raison évidemment mais interrogez les gens autour de vous : ils répètent tous à satiété que Bachar est le bourreau de son peuple et qu’il est coupable . 24h sur 24 les gens sont abreuvés d’un Niagara de propagande sioniste qu’ils prennent pour la vérité... C’est pourquoi il n’y a pas grand chose à faire .

     

    Répondre à ce message

    • Ou alors s’ils n’en parlent plus c’est qu’ils se sont fait rouler par Trump et Poutine, qui se sont arrangés pour faire croire à une escalade avec une fausse représaille pour un false flag (et même si ce n’est pas un false flag, c’est à dire que c’est la destruction du dépot rebelle qui a fait des morts civiles, comme si les américains ne s’étaient jamais trompés et n’avaient jamais tiré un peu à côté de la cible...
      Trump va faire mine d’y aller, les exciter, les faire tenir parole sinon ils passeront pour des cons ou des hypocrites. Guider les forces impériales dans un virage à 180 degré, c’est à dire dégommer TOUS les terroristes d’Irak et de Syrie et seulement alors Assad sera d’accord de partir. Il ne reste que par amour de son peuple, pour s’assurer que même sans lui et son clan son pays sera à l’abri. C’est par honneur et noblesse qu’il reste, pas par avidité ou mégalomanie.
      Dans quelques semaines Assad autorisera une no-fly zone, ca fermera le bec des false flaggers alors que la coaltion visera vraiment daesh avec l’aide russe la plus volontaire du monde. Si j’ai raison c’est Israël qui va en chier une pendule :)

       
  • et croyez vous que les ricains convaincus de leurs droits puissent attaquer la syrie ? ce serait oublier que la russie leur ferait le prix du sang a tel point que le peuple americain se poserait les bonnes questions...donc le debat est clos en ce qui conçerne les dernieres tentatives d’entraver la marche victorieuse de l’armée syrienne et de ses alliés.

     

    Répondre à ce message

  • Attaque chimique en Syrie : Le médecin qui a annoncé l’attaque de Khan Sheikhoun s’appelle Shajul Islam. Il a été poursuivi pour terrorisme en Grande Bretagne :
    http://reseauinternational.net/scoo...

     

    Répondre à ce message

  • Je persiste à "penser" qu’il s’agit d’un acte fort de politique intérieure ; wait & see .

     

    Répondre à ce message

  • L’attaque au tomahawks contre une base abandonnee, dont les Russes et les Syriens ont ete avises a l’avance et contre laquelle ils n’ont exerce aucune mesure anti-antiaerienne, est un ecran de fumee a l’encontre des ennemis interieurs de Trump au sein du gouvernement US, a savoir l’etat profond....

     

    Répondre à ce message

  • Ce qui est intéressant de noter autour de l’intervention de Trump, c’est la réaction des nombreux leaders politiques et des médias dominants tout pays confondus. Si Trump voulait débusquer les traitres potentiels au sein de sa propre administration et identifier les alliances étrangères indésirables, c’est chose faite : ils ont tous mordus à l’hameçon. Tous ceux qui ont publiquement applaudi et encouragé cette politique d’agression et la poursuite des hostilités, viennent de dévoiler leurs véritables intentions au sujet du conflit syrien.
    Regardez comment cet abruti d’Erdogan vient de retourner sa veste, ce qui n’a certainement pas échappé aux président Russe. Examinez la réaction diamétralement opposé de Nigel Farage pour ne citer que lui par exemple, le contraste est plutôt saisissant. Lors de la réunion d’urgence du conseil de sécurité des Nations Unies, la république de Chine a condamné cet acte, le lendemain même Trump reçoit Xi Jinping et ils prennent tranquillement le thé ensemble ? Les batteries anti-missiles russes tombent en « panne », les soldats syriens et russes sont prévenus à l’avance ? Il se pourrait bien que les auteurs de cette mise en scène ne soient pas ceux qu’on pense pour une fois.

     

    Répondre à ce message