Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Jean-Michel Vernochet : "La théorie des jeux est la stratégie américaine en Syrie"

Jean-Michel Vernochet et Jean-Maxime Corneille énoncent les tenants et les aboutissants de la géostratégie américaine en Syrie.

 

 

Retrouvez les ouvrages cités dans la vidéo chez Kontre Kulture :

Jean-Michel Vernochet, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Hollande est le président le plus dangereux que la France a connu depuis longtemps. Il n’a aucune considération pour le peuple français, de droite comme de gauche. La triste image qu’il a de lui-même peut le conduire à toutes les folies...


  • Intéressante interview, dommage que Jean-Maxime Corneille ne se limite pas à son rôle de journaliste interviewer et tienne absolument à donner son avis au risque d’interrompre trop souvent et trop longuement M. Vernochet...
    Je ne sais pas si M. Vernochet lit les commentaires des lecteurs d’e&r mais j’avais conseillé qu’il change son format d’interview... apparemment il a eu la même idée mais malheureusement, les erreurs qu’il commentait avec ses invités (couper la parole pour donner son avis) sont reproduits ici par M. Corneille... C’est d’autant plus embêtant que les informations qu’il donne sont très riches...
    Donc pour le fond je dis "super", mais pour la forme, il faudra trouver le bon format... l’interviewer interviewe et l’invité parle...
    En tout cas merci à chacun pour le travail apporté...

     

    • Il faut peut-être plus voir ça comme un échange que comme une interview au final. Et c’est d’ailleurs beaucoup mieux à mon sens car il serait plus que dommage de se priver des analyses de cet excellent Jean-Maxime Corneille.


    • @eric
      Je ne suis pas d’accord... je préfèrerais voir deux interviews séparées... l’une de M. Vernochet et une autre de M. Corneille... réalisées toutes deux par un journaliste au fait du sujet mais qui se contenterait de poser des questions courtes et directes... mais ça n’est que mon avis... je n’aime pas quand les gens ne peuvent pas aller au bout de leur phrase et surtout de leur réflexion... surtout que là, il y a vraiment matière à faire plusieurs émissions organisées par thèmes...


    • Mouais bof, vous pinaillez. Moi je trouve qu’ils disent ce qu’ils ont à dire. Certes l’entretien est animé car ils semblent s’apprécier et être en phase, et surtout très intéressés et au fait de leur sujet, mais ils développent tout de même leurs idées de manière parfaitement compréhensible. Mais en effet le sujet est tellement vaste qu’il paraît difficile voire impossible d’en faire le tour, et il y aura certainement d’autres occasions de l’aborder, en espérant d’ailleurs que ce soit pour donner de meilleurs nouvelles de la Syrie.


    • @Eric
      C’est vous qui pinaillez... j’ai donné mon sentiment et ai proposé une solution... ça vaut ce que ça vaut, pas la peine d’en faire une thèse...


    • Vous plaisantez ?! Je trouve ça très bien et je l’ai dit et répété. Si vous pouviez m’éviter ce genre de gaminerie orgueilleuse qui consiste à la faire à l’envers, merci. Sinon, nous sommes d’accord sur le fait qu’il n’y a pas de quoi en faire une thèse.


  • Zemmour n’aura jamais ce type de discours !


  • Cette France là je l’aime


  • Un échange très intéressant sur la Syrie qui semble être le point de départ d’une troisième guerre mondiale.
    Ni russe ni Usa même si sans les russes il est difficile pour al assad d’avancer. Au bout du compte, le peuple de syrie paie très cher les appétits impérialistes.