Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

A priori rien de comparable entre les assassins de Daech et les organisations d’extrême gauche. Les premiers tuent indistinctement pour imposer une tyrannie religieuse tandis que les seconds disent se battre pour libérer l’Humanité exploitée par les possédants et les religions. Néanmoins si ces deux courants politiques sont opposés au niveau idéologique (l’un se dit religieux, l’autre est athée…) leurs actes et leur trajectoire historique sont, sur plusieurs points, comparables…

 

Contre-discours

Premièrement l’islamisme armé (Daech ou Al Qaïda) produit un contre-discours radical justifiant les pires violences. Ces « arguments » sont rejet global de la majorité apparente, d’où la fascination exercée sur certains jeunes. Il en fut de même du gauchisme toutes tendances confondues ! Car si en Europe l’extrême-gauche resta peu armée d’autres groupes dans le monde furent de véritables forces militaires comme les Khmers Rouges, le Sentier Lumineux péruvien ou les Naxalistes indiens. Comme Daech ces groupes se présentaient comme des rédempteurs, des agents de l’Histoire en marche et surtout des révolutionnaires voulant faire du passé table rase. Daesh fait-il autre chose ?

Quelle différence réelle entre Daesh et les Khmers Rouges ? Réactions à l’impérialisme, aux injustices coloniales et aux pouvoirs locaux violents ils captent la sympathie de gens victime d’injustices réelles.

Il en va de même de groupes comme le Sentier Lumineux, des maoïstes péruviens qui réunirent des milliers d’hommes armés pour lutter contre un État corrompu et sans pitié pour les Indiens et autres mécontents… Or dès que ces militants prirent le contrôle de hameaux la réalité de leur pouvoir n’eut rien à envier aux excès du gouvernement : pour une victime civile de l’armée les guerilleros tuèrent deux personnes non armées. Aujourd’hui le Sentier Lumineux survit à l’échelle d’une simple bande armée comme les derniers Khmers Rouges dans les années 90.

Si l’idéologie motive les militants comme l’étincelle enflamme la plaine la réalité de la lutte armée forge un habitus où la violence devient la seule règle et surtout la seule culture. Cela explique aussi les désertions : quand l’idéal politique se dissipe au profit de crimes atroces les vocations déclinent dans bien des sectes !

Ces organisations sont donc avant tout des miroirs inversés de la réalité subie par la population : mais l’enfer n’est-il pas pavé de bonnes intentions ?

 

Jeunesse(s)

Généralement les militants armés sont des jeunes hommes. Les jeunes femmes aussi s’embrigadent mais bien moins. Guérillas gauchistes ou jihadistes, peu de différences de structures : les jeunes sont le fer de lance de ces groupes combattants et servent à la fois de chair à canons et, par le biais de la sélection naturelle, de petits chefs capables de mener des groupes au combat et à la mort spectaculaire.

Même si les « Tigres Tamouls » (LTTE) furent avant tout une guérilla ethno-nationale en lutte contre une majorité raciste la violence et les techniques des Tigres ont bien des ressemblances avec Daesh. Ainsi avant les islamistes ce groupe fut le premier à utiliser massivement les attentats suicide pour viser militaires et civils adverses. Une femme kamikaze fut même à l’origine de la mort du premier ministre indien Rajiv Gandhi en 1990. Daesh est sans doute tenté par le même genre d’actions contre les pays ennemis.

Dans des sociétés en crise ou la jeunesse est synonyme d’impasse et de souffrance le passage à la violence politique, religieuse ou individuelle est facilitée et plus encore avec les réseaux sociaux qui isolent l’individu dans sa bulle politique et/ou névrotique.

 

Ingérences

Mais le terrorisme est bien faible quand il n’est pas soutenu de l’extérieur. Les groupes violents d’extrême gauche européens firent long feu car leur soutien extérieur était faible ou inexistant. De même les cagoulés corses survivent comme bande maffieuse et clientèle politique.

Le prolétariat mondial que les « communistes armés » disaient vouloir libérer ne donna aucun signe de sympathie à leurs actions et les polices vidèrent vite ces groupes de leur substance.

Il en va autrement des mouvements armés islamistes généralement mercenaires de puissances manipulatrices ou opportunistes. Faut-il rappeler l’aide des USA aux islamistes contre l’URSS ? Ou encore actuellement le soutien massif des pétro-monarchies à certains groupes islamistes en Syrie ?

Le 11 Septembre ou les atrocités de Daech montrent actuellement que le monstre manipulé s’est mué en abomination décolliérisée. C’est sans doute le point faible de Daesh qui a perdu son principal soutien régional : la Turquie. Pris entre plusieurs feux l’organisation va sans doute crever faute de soutien.

 

Survie

Historiquement l’extrême-gauche armée a survécu : éliminée comme force armée et politique importante la mouvance survit ici ou là. Ayant existé dans le continuum historique cette tendance politique a encore une existence culturelle parfois réactivée par une propagande habile ou la répétition d’injustices réelles. Parfois elle a même une existence légale qui poursuit la « lutte » (ETA, FARC, népalais maoïstes…). Il en ira sans doute de même pour l’islamisme armé. Ici ou là il a déjà cette destinée par exemple en Algérie ou les anciens des maquis du FIS ont pignon sur rue, s’expriment, fondent des entreprises, pactisent avec leur ancien ennemi étatique, ont des élus, etc. En Algérie le discours islamiste pur et dur n’a nullement disparu, seulement il est cantonné au seul discours apolitique. Les Barbus peuvent dire n’importe quoi et menacer de mort qui ils veulent du moment qu’ils épargnent les uniformes. On en est là.

D’autres sont plus modérés et ont évité l’écueil de la violence comme certains Frères Musulmans (Turquie, Algérie, Maroc…) qui ont accédé à un certain pouvoir par et pour les urnes. Un signe de modernité ? L’avenir le dira mais une géopolitique troublée et les problèmes de développement ne sont pas gages de stabilité. Daech voit dans les Frères Musulmans d’incorrigibles traîtres à abattre. Excusez du peu !

C’est là où l’État a disparu brutalement ou lentement que les groupes armés islamistes sont les plus à même de régner. Un certain Abou Bazr Nasri (vraisemblablement un pseudonyme) a théorisé dans un livre la prise du pouvoir dans les zones « barbares », c’est à dire effondrées ou déstabilisées. Le texte aurait été trouvé en Irak par l’armée us qui l’a rendu publique.

C’est le cas en Somalie ou ailleurs dans les zones grises et pauvres où la natalité a décuplé une jeunesse sans ressources : nord-Mali, Libye ou Afghanistan demeurent des zones où les « nomades » sont armés et assiègent les « sédentaires » désarmés. C’est l’analyse classique d’Ibn Khaldoun (mort à Tunis en 1406) qui voyait dans les empires islamiques du Moyen Âge des proies des tribus nomades armées.

Pourquoi le gauchisme a-t-il échoué politiquement partout ? Pour les mêmes raisons que le jihadisme échouera : ces mouvements réactifs aux souffrances structurelles font une révolution si totale et proposent des solutions si terribles qu’ils retournent la société contre eux.

Rappelons que l’islam de Mahomet fut, certes une révolution monothéiste, mais surtout un habille recyclage de réalités tribales et sociales populaires. Même commentaire pour le communisme, en URSS comme ailleurs en Europe il utilisa les valeurs et l’histoire d’un siècle de gauche socialiste… On sait avec quel succès.

Soutenez le bimestriel dissident Rébellion,
abonnez-vous sur Kontre Kulture :

Lire également chez Kontre Kulture :

Retrouvez la revue Rébellion sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1590055

    Interrogé par des magistrats le 29 juillet le chef de la DGSE, Bernard Bajolet, refuse de livrer le nom du commanditaire des massacres du 13/11... "pour protéger la source"... Touchante prévenance (Le Parisien) .

     

  • #1590133
    le 30/10/2016 par yéti déporté au Benêtland
    Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

    Oui, une idéologie s’adresse d’abord à un groupe révolté et se base sur l’histoire et les mœurs (comme une religion), en fonction de l’aliénation (ennemi) du temps présent. La baasiste se laisse pousser la barbe pour récupérer la force de l’Islam sunnite, Staline en a appelé à la Sainte Russie etc ...

    Même dans les révolution totales (les Lumières par ex) l’idéologie passée (religieuse) subsiste où se métamorphose pendant des siècles avant d’être éradiquée, incomplètement en général.

    Les Moghols, sunnites, quand ils ont conquis l’Inde on adapté leurs mœurs et leur sunnisme en rusant avec le soufisme ; le mysticisme est commun a beaucoup de religions, pont donc.
    Mais l’exemple le plus emblématique est l’empire romain incorporant des dieux conquis (le polythéisme du romain était donc un avantage, plus tolérant qu’un monothéisme)

    L’Occident meurt de sa chrétienté (utilise la Terre sans vergogne et multiplie toi), combiné au rationalisme grecque (toute puissance de la science et du progrès) finissant synthétiquement dans la Loi du Marché et du Progrès, sorte d’impérium des temps modernes.

     

    • #1590426
      le 31/10/2016 par Peter Sellers
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      quand ils ont conquis l’Inde on adapté leurs mœurs et leur sunnisme en rusant avec le soufisme ; le mysticisme est commun a beaucoup de religions, pont donc.




      Oui, oui c’est ça : la Takyia voyons.. Qu’es-ce qu’on feraient sans elle ??! D’ailleurs comment a-t-on pu faire sans elle pendant si longtemps ?!!

      Des gentils soufies qui appliquaient le sunnisme en laissant les sujets hindous, sikhs, etc., le droit de maintenir leurs coutumes et d’obéir à leur propre système juridique et ils étaient même exemptés de service militaire... D’ailleurs que c’est balaud... l’apostasie selon le droit hindou, conduisait à la renonciation envers tout droit à l’héritage, ce qui handicapait lourdement les conversions à l’islam...

      En rusant que vous dites.. De la Takyia, vous avez demandé, gens heureux,gens malheureux, un kebab indigeste à la sauce Takyia.. ça sera ça pour tout le monde... Faut toujours s’attendre à ce que vous nous serviez vos spécialités du prêt à penser... Unequantité d’infos déjà digéré : faut vraiment faire confiance à la cuisine ?

      La chute du christianinisme va de paire avec la chute de l’Occident mais non..selon vous c’est la faute des chrétiens si tout va mal.. et bien sûr la religion païenne de « nos-ancêtres-les-romains » c’était si bien qu’il faudrait y revenir ?À moins que l’on doit faire appel au paganisme de nos ancêtres les gaulois pour conjurer le mauvais sort ?!..

      C’est vrai que sans Clovis roi des francs convertis au christianinisme trinitarien, sans cet élément très combatif qui change la donne, l’histoire aurait pu être tout autre ? À l’époque tous les peuples barbares en Europe qui se convertissaient au christianinisme étaient unitariens (monothéisme dure) ; puis Justinien l’empereur Byzantin se mets l’idée de combattre tous les peuples de la Méditerranée qui étaient tous unitariens.. sans Clovis et Justinien tout laissez croire que les unitariens (prêchant pacifiquement) allez sortir vainqueurs.. Des chrétiens qui combattent des chrétiens c’est particulier.
      Vous évoquiez une dualité : voilà une vision subtile entre polythéisme et monothéisme pure (celui qui ne recycle pas les idoles païennes).

      Les missionnaires chrétiens en Afrique quand ils découvraient des animistes priant l’esprit de l’arbre au centre du village.. ils leur disaient que cet arbre était le corps du christ ; ils sont fous ces romains ?

      À Rome et au-delà, c’est connus il faut toujours faire comme.. les polythéistes ?


    • #1590572
      le 31/10/2016 par Peter Sellers
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      « Qu’il y ait une tradition chrétienne très riche, qui en doute ? Mais je pense que l’actualisation de cette tradition est à faire. La question la plus fondamentale pour les chrétiens est de savoir comment, dans le monde actuel et la culture de notre temps, penser Dieu à travers ce que dit le Christ. Tout cela est à reformuler de façon très profonde. C’est ce que saint Thomas d’Aquin a fait à son époque. Il y a très longtemps qu’il n’y a pas eu de grand penseur chrétien. Certes, on rencontre des gens estimables, mais aucun n’a la stature pour opérer une grande mise en ordre de la foi et, surtout, pour lui donner un langage qui parle à nos contemporains. »

      Je suis frappé par l’attitude de chrétiens intellectuels que je connais qui préfèrent se réfugier dans l’expérience subjective indicible plutôt que de réfléchir de façon rigoureuse sur leur foi. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le courant charismatique a le vent en poupe, car le « ravissement de l’Esprit » évite de penser. Or c’est avant tout de penser qu’il s’agit.
      Marcel Gauchet




      Tant qu’à revenir en arrière pourquoi pas le christianinisme ?.. pour un peuple chrétien c’est plutôt logique.. Nietzsche disait que le premier chrétien était Paul de Tarse... Marcel Gauchet connu du grand public par la formule célèbre qui présente le christianisme comme « la religion de la sortie de la religion ». La laïcité est un christianinisme immanent...


    • #1590630

      l’apostasie selon le droit hindou, conduisait à la renonciation envers tout droit à l’héritage, ce qui handicapait lourdement les conversions à l’islam...



      vaste foutaise, une source sérieuse serait bien difficile à trouver pour la bonne raison qu’il n’y a pas de religion hindoue, l’hindouisme n’est qu’une tradition, et la notion d’apostasie n’existe même pas
      pas plus qu’ il n’y a de conversion pour devenir hindou, un hindou peut changer de religion sans aucun problème, devenir bouddhiste chrétien ou musulman, il doit juste quitter sa caste (sa communauté), s’il choisit une religion qui ne les accepte pas (ce qui est le cas de l’Islam)

      Mais ce qui handicapait surtout les conversions c’est que les différentes religions dites "hindoues" (Shaivas, Vaishnavas, bramanisme, jaïns shaktas, ganapatas, rama, nagas etc etc) étaient infiniment plus adaptées à cette civilisation multi-ethnique et multi-religieuse qu’un islam monolithique, rigide et intolérant.
      voila pourquoi ces "barbares" ultra violents se sont laisser contaminer par l’art de vivre et de penser Indiens et cela a donné un islam beaucoup plus compréhensible par les autochtones ;
      c’est par la musique que l’islam s’est ouvert les portes de l’Inde, le dhrupad et le Qawwali, le soufisme indien est une osmose entre l’islam et la tradition Indienne et cela passe par la musique et la poésie. quant aux conversions, comme partout ailleurs, puisque cela n’a pas pu être imposé par le glaive (malgré d’énormes massacres):cela s’est fait lentement, par intérêt politique (trouver du boulot comme fonctionnaire et avoir des droits pleins en sortant du droit coutumier des castes) et intérêt financier (ne pas payer la taxe sur les mécréants) mais c’est resté minime (20% de la population en comptant les deux Pakistans actuels


    • #1590672
      le 31/10/2016 par yéti déporté au Benêtland
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      Oui, l’expérience subjective indicible est dans le courant anti-dialectique, l’anti tailleur de pierres de cathédrale de Platon.

      Du "déconstructivsme de la raison", l’irrationalisme de la modernité libidineuse,

      Un petit livre excellent sur le sujet qui résume en moins de 100 pages la généalogie de l’irrationnel de Nietzsche à Foucault. (mais mon commentaire parle de l’impérialisme et des caractéristique de l’impérium)

      "Misère du nietzschéen de gauche" Aymeric Monville


    • #1590680
      le 31/10/2016 par yéti déporté au Benêtland
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      @Marcel Gauchet

      Car le christianisme, issu du judaïsme déjà adepte de l’herméneutique, est mâtiné du rationalisme grecque. Le mutazilisme musulman vénère Aristote et Platon, le libre arbitre, la rationalité, la dialectique donc, circonstances géographiques ... Assad n’est pas monté en grade dans l’alouisme car bègue ! Pas bon donc en rhétorique grecque !


    • #1590917
      le 31/10/2016 par Peter Sellers
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      @àvousdeux,
      vaste foutaise car le soufisme n’est en rien spécifiquement indien.. vous allez trouver difficile des aspects du soufisme indien qui n’existe pas dans d’autres parties du monde musulman.. vos théories tombent à l’eau..



      L’apostasie selon le droit hindou, conduisait à la renonciation envers tout droit à l’héritage, ce qui handicapait lourdement les conversions à l’islam...




      Qu’il n’y ai pas de religion hindoue, et que l’hindouisme soit une tradition, n’y change rien à l’affaire... Quant à la notion d’apostasie qui n’existerait même pas... si c’est comme vous le comprenez pourquoi pas (?) cependant l’apostasie c’est renoncer publiquement à une doctrine ou une religion et je crois que même si vous n’êtes pas d’accord ça reste une bonne description de la réalité d’un hindoue devenu musulman et renonçant à ses privilèges.. à l’appartenance à sa communauté d’origine..



      il doit juste quitter sa caste (sa communauté), s’il choisit une religion qui ne les accepte pas (ce qui est le cas de l’Islam)



      Bref, pas d’héritage... Y a t il une raison de me contredire ?
      L’Islam au contraire accepte les communautés religieuses n’avez vous pas lu : le droit de maintenir leurs coutumes et d’obéir à leur propre système juridique...
      Paramesh je pense que les musulmans ne sont pas les barbares que vous décrivez.. vous êtes un hindoue avec vos opinions.. mais moi je lis et je m’informe... Vous disiez que les sources n’existaient (?) pas.. je vous donne les sources et même bien plus si vous maîtrisez l’anglais (je n’invente rien.. ça serais bien de disserter sur ce que j’avance pour une fois) :



      A curious light on the situation is thrown by the penalties and economic losses which a Hindu had to suffer on the adoption of Islam. Practically until the end of Muslim rule, a Hindu who became a Muslim automatically lost all claim to ancestral property./20/
      http://www.columbia.edu/itc/mealac/...




      Lost claim to ancestral property.. une chose assez compréhensible puisque l’Islam accorde les droits de maintenir leurs coutumes et d’obéir à leur propre système juridique... Ils sont vraiment rusés ces musulmans, barbares, vicieux, menteurs, experts en Takyia, vendeurs de tapis ? bla-bla-bla...
      C’est à vous de remballer votre marchandise je ne suis pas consommateur.. et puis je paie ma redevance et la télé sert à ça.. j’ai qu’à l’allumer pour entendre vos conneries ?..


    • #1590942
      le 31/10/2016 par Peter Sellers
      Jihadismes, gauchismes : trajectoires historiques

      @Yetidéporté,
      je n’ai peut être pas tout saisi (enfin je crois en cette éventualité). Pourtant j’avais bien compris votre message initial avec la pensée prêt à servir les idées toutes faites. J’ai noté les références je vais voir ce que je trouve merci.
      Pour ma part je vous conseil : La cité d’Isis, histoire vraie des Arabes. Livre paradigmatique très puissant, troublant, mettant à terre toutes les certitudes historiques des 8 derniers millénaires, voire plus. Vous verrez comment il peut être ridicule de me citer Assad pantin mis en place par l’occident comme référence de la pensée arabe.. Un bon conseil n’écoutez pas les gardiens de chameaux wahhabites sabataistes d’Arabie saoudiste, ou leurs semblables polythéistes (plusieurs dieux) occidentaux, ou modernistes si vous préférez : ils vous induiront en erreur..
      Sur les paroles de Jésus serais ce possible de passer par l’historiographie (Tout cela est à reformuler de façon très profonde) ?..


    • #1592520

      @ peter sellers, on ne va quand même pas se créper le chignon pour de mauvaises interprétations.
      je n’ai parlé que du soufisme indien, je connais trop bien l’Islam pour ignorer Ibn Arabi, Sohrawardi ou même les Gnawas,
      Et quand je parle de barbares, je ne parle pas de musulmans mais des hordes de Tamerlan et des Moghols, sur le coup Mahmoud de Gazni, musulman aussi et autre grand pilleur de l’Inde devant l’éternel, était un enfant de choeur à côté d’eux.
      Les croisés étaient des chrétiens et cela ne les a pas empêché de se comporter globalement comme des barbares.
      je ne réagissais qu’à cette histoire d’apostasie. il se trouve que je n’ai pas renié mon christianisme quand j’ai été initié aux rites Smartas, et surtout les brahmanes ne me l’ont pas demandé.
      Sachez d’ailleurs que pour un hindou, le Coran est traditionnellement considéré comme un cinquième Veda.
      Quant aux problèmes d’héritages, les conversions à l’Islam ou au Christianisme se font généralement par famille et non individuellement donc la question ne se pose même pas, par contre on les oblige à cracher sur leurs anciennes croyances ce qui les coupent de toute leur culture traditionnelle (danse, musique, litterature et tous les arts, cuisine, médecine, yoga, méditation etc etc) et ça c’est bien triste


  • #1590239

    Les 2 veulent faire table rase et déraciner les hommes.


  • #1590357

    D’après Bajolet-flageolet le "commanditaire" serait un "francophone" répondant au pseudo d’Abou Ahmed . Il serait intéressant de connaître son véritable pedigree mais cela doit faire partie du "secret défense", si pratique pour protéger la Communauté .