Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Afrique du Sud annonce son retrait de la Cour pénale internationale

"Les Africains pensent que la CPI n’est qu’une arme contre les Africains"

Après le Burundi, l’Afrique du Sud a annoncé vendredi 21 octobre son retrait de la Cour pénale internationale. Une lettre a été envoyée mercredi 19 au secrétaire général des Nations unies pour notifier cette décision.

 

Le départ de l’Afrique du Sud de la CPI aura lieu dans un an à compter de la date de réception de cette missive. Le ministre sud-africain de la Justice a motivé cette décision en expliquant que l’adhésion à la CPI est en contradiction avec l’obligation faite à l’Afrique du Sud de respecter l’immunité diplomatique de certains dirigeants. Les réactions sont vives dans le pays.

 

[...]

Tour d’horizon : la CPI sous le feu des critiques en Afrique ?

Avec deux pays qui franchissent le pas en une semaine, certains craignent que le précédent n’inspire d’autres candidats au retrait du statut de Rome. Accusée de néocolonialisme et de s’acharner sur l’Afrique, la CPI est sous le feu des critiques mais cette volonté de quitter la Cour est-elle si largement partagée sur le continent ?

Que ce soit au nom de la solidarité entre chefs d’Etat ou de l’anticolonialisme, les partisans d’un retrait de la CPI sont certainement ceux qui se font le plus entendre. Mais lors du sommet de l’Union africaine à Kigali cet été, il y a pas eu consensus pour un retrait massif.

Selon Franics Kpatindé, journaliste et professeur à Sciences-Po Paris, les pays imprégnés de nationalisme sont les plus critiques. Le Cameroun, l’Éthiopie ou le Rwanda n’ont par exemple pas ratifié le statut de Rome. Certaines positions sont ambiguës : l’Ouganda est l’un des plus virulents pourfendeurs de la Cour, mais coopère dans les poursuites contre la LRA.

« Il y a une part de rhétorique politique et d’opportunisme », estime Netsanet Belay d’Amnesty International, mais la Cour a encore des soutiens. En tête de liste le Botswana, pays de tradition démocratique, mais aussi la Côte d’Ivoire dont l’ancien président est détenu à La Haye, le Sénégal ou le Nigeria.

D’autres coopèrent sans prendre position, comme la RDC, la Guinée ou le Mali. « Certains n’en pensent pas moins, confie un observateur, mais ils sont trop dépendants de l’aide internationale ».

Lire l’intégralité de l’article sur rfi.fr

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

La CPI et ses limites, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ben évidemment hein... la honte ce truc... tu parles d’une justice... la zone pour l’humanité...


  • La CPI a été instituée en coulisse par les occidentaux (qui eux ne l’a reconnaissent pas afin de ne pas être poursuivis à leur tour )pour faire juger les dirigeants africains qui d’abord ont été soutenus par les US,la GB ,Israel et la France et ensuite ne correspondaient plus à leurs intérêts (voir Bagbo et Ouatara) !


  • Bravo !

    Les précédents jugements montrent bien la partialité de cette cour pénale qui accable certains et fait preuve de mansuétude pour d’autres.

    Que tous les Africains quittent cette escroquerie, et le plus tôt serait le mieux !


  • LA CPI n’est qu’une justice de vainqueur. Elle a été créée suite aux jugements du tribunal de Nuremberg. En fait, c’est une continuité de la justice anti-nazi, anti-nationaliste, anti-traditionaliste.


  • Sans blague ? Et pas que les Africains : allez demander à Milosevic. Ah non, dommage, il est mort en prison. Avant d’avoir finalement été innocenté... Il doit être content.
    Une justice au service des intérêts de l’empire, ce n’est pas la justice : c’est une escroquerie institutionnalisée.


  • #1585457

    Qu’ils pensent à la réintégrer, le jour, où il s’agira de juger pour crime contre l’humanité les spéculateurs sur les matières premières alimentaires qui causent entre 30 et 50 millions de morts par an, tout ces pourris de Wall Strett, City, FMI, BRI et consorts !!!

    La Turquie s’éloigne de la coalition occidentale et là je viens d’apprendre que Rodrigo Duterte officialise son alliance avec la Russie et la Chine... L’empire perd un pivot stratégique dans le pacifique.

    Mesdames et Messieurs, l’empire est en train de commencer à s’écrouler, cela ressemble de plus en plus à la période qui a précédé l’effondrement de l’URSS...

    Champagne !!!

     

    • L’effondrement n’est hélas pas un bon signe immédiat.

      Il va falloir boire beaucoup de sang avant de pouvoir passer au champagne.

      Des temps de tristesse et de misère attendent, de vérité aussi c’est vrai, mais de vérité bien triste.

      La mission des gens de bien est d’amortir la chute partout où c’est possible afin d’éviter les morts en surnombre. Pas de s’extasier sur la fin d’un cycle et sur la chute de l’arbre mort qui ne trompe déjà plus personne depuis bien longtemps dans le fond...


  • Et une nation de plus qui prend son courage et qui assume… Bravo pour votre objectivité…