Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Afrique du Sud entre corruption et violences

Scandales à répétition dans la nation "arc-en-ciel"

Tous les observateurs le reconnaissent, l’Afrique du Sud n’a jamais connu une crise aussi grave depuis la fin de l’apartheid en 1994 et l’arrivée au pouvoir de l’ANC de Nelson Mandela. Depuis des semaines, l’opposition veut pousser le président Jacob Zuma à la démission. Empêtré dans une affaire d’abus de bien sociaux, le chef de l’État a été très fragilisé en pleine crise économique.

 

JPEG - 39.6 ko
Les députés de l’opposition radicale vêtus de leurs combinaisons rouges quittent l’hémicyle du parlement sud-africain dans le vacarme, le 11 février 2016. Ils ont interrompu pendant une heure le discours de Jacob Zuma

 

Jacob Zuma a dû patienter pendant une heure, alors qu’il prenait la parole au parlement du Cap, le 11 février 2016. Son discours sur l’état de la nation a été interrompu par les députés de l’opposition radicale vêtus de leurs traditionnelles combinaisons rouges et de leurs casques d’ouvriers.

Ils ont chanté des slogans hostiles au chef de l’État avant de quitter l’hémicycle dans le vacarme.

« Zuma ne mérite le respect de personne. Il nous a volés, il a corrompu l’économie de l’Afrique du Sud, nous ne le reconnaissons pas comme président », a martelé Julius Malema, leader des Combattants de la liberté économique.

 

« Rends l’argent ! Rends l’argent ! »

Jacob Zuma voleur ? Ses détracteurs le traite de tous les noms depuis qu’il est au cœur du « scandale Nkandlla », du nom de sa luxueuse résidence provinciale privée, rénovée aux frais du contribuable pour l’équivalent de 20 millions d’euros. Même ses avocats ont fini par reconnaître que l’affaire a « traumatisé la nation ».

Le scandale de Nkandla est devenu un véritable boulet pour le président et un symbole des accusations de corruption qui planent sur son gouvernement et son parti, le Congrès national africain.

Sous couvert de travaux de sécurité, la maison avait notamment été enrichie d’un poulailler, d’un amphithéâtre ou encore d’une piscine, décrite comme « un réservoir d’eau en cas d’incendie ». Tout cela aux frais du contribuable.

En 2014, la médiatrice de la République chargée de veiller à l’utilisation des deniers de l’État s’empare du dossier et rend un rapport accusant Jacob Zuma d’avoir « indûment bénéficié » des travaux. Elle recommande que l’intéressé rembourse une partie des sommes.

Lire la suite de l’article sur geopolis.francetvinfo.fr

L’Afrique du Sud de 2016, loin des rêves de Mandela, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1396075

    Là où l’Africain a du prendre les choses en main et donc ainsi pu prouver aux yeux monde qu’il pouvait s’en sortir sans l’aide de l’homme Blanc, il s’est avéré être un échec retentissant. On le dira jamais assez, ce ne sont pas les Noirs qui construit ce pays mais les Blancs ; sans la présence des Blancs ce pays n’aurait jamais été aussi moderne. Heureusement que les afro-centristes nous ont laissés de quoi se consoler avec leurs thèses à la noix - dont Kemi Seba est partisan - comme quoi ce serait nous qui aurions construit les pyramides ; il paraît m^me que on aurait été les premiers à avoir marché sur la lune. Y a tout Blanc qui ose me contredire sur ce sujet, vous pouvez déjà deviner de quoi je vous taxerai...

     

    • #1396185
      le 13/02/2016 par Carlos Martelos
      L’Afrique du Sud entre corruption et violences

      Si les afrikaans ont été trop bêtes ou trop lâches devant la pression médiatique internationale pour abandonner leur destin aux mains des africains de souches ils n’ont que ce qu’ils méritent. Les américains et les israéliens sont criticables à bien des égards mais ont le mérite d’assumer leur projet de colonisation forcée jusqu’au bout.


    • #1397255

      Mieux vaut une Afrique du Sud comme ça qu’une Afrique du Sud dirigé par les blancs.


    • #1398437

      ton commentaire est un condensé des pseudos concepts africanistes, totalement démontés depuis belle lurette..C’est bien de pratiquer l’ironie méprisante..encore faut il maitriser le sujet traité !!, et à part de la psychologie de bazard basé sur des procés d’intention, y’a rien..

      Pyramide kemi seba afrique du sud, la lune ? faudrait savoir de quoi on parle, apparemment ce gloubi gloubi démontre simplement ton ignorance et une volonté de décrédibiliser des évidences..mélanger des mythes avec la réalité , c’est le procédé de vos amis sionistes normalement non ? sisi ils ont l’habitude d’englober la critique anti sioniste avec le nwo les reptiliens, haarp et autre compot mondiale pour asservir les peuples..Ca en dit long sur ton niveau...merci


  • #1396151

    si ce régime raciste peut s’effondrer, ce n’est pas une mauvaise chose
    Je ne préconise pas la politique du pire, mais ces Economic Freedom Fighters cassent la narration obligée d’une "démocratie antiraciste" sur la voie du "progrès".

     

    • Le parti de Julius Malema est surtout moins sujet à la corruption du pouvoir, l’ANC est forcément gangrénée par l’opportunisme et l’abus de bien sociaux. Il faudrait un grand coup de EFF à une élection pour que l’ANC se remette en cause.


  • #1408269

    Précision : je suis français pur jus, white, sans a priori politique genre : anti black ou droit de l’hommiste universaliste mondialiste.

    J’ai habité en Afri du Sud 4 ans : 2 ans avant la fin de l’apartheid et dans la foulée 2 ans après, suis allé PARTOUT en Afri du Sud, y compris township accompagné. Puis me suis marié avec une Afrikaner blanche et vis en Provence. Je parle anglais parfaitement (MBA américain +..)

    Voici mon opinion, sans théorie stratosphérique ni cérébralité :
    Durant l’apartheid, les noirs n’avaient certes pas le droit de vote (car 85% de la population) et les blancs avaient tous les postes de commande et étaient les plus riches. C’est vrai.
    Mais en bons organisateurs (mentalité : Hollandais, Allemands) ils savaient parfaitement que leurs employés (noirs) devaient être bien traités pour être productifs.
    Ces blancs faisaient tout faire EN DOUBLE : chiottes publiques dans la rue, universités techniques genre BTS (Technikon), hôpitaux etc.. Certes, il y avait 2 entrées séparées, mais les noirs avaient toujours leur hôpital et leur chiotte publique plus propres qu’en France, car personnel d’entretien et maintenance bien géré.
    Je venais juste avant l’Af du Sud, de travailler en Af de l’Ouest (noire) et je peux vous dire que pour les noirs, il valait 100 fois mieux vivre en Afr du Sud à ce moment là qu’en Guinée ou Côte d’Ivoire..
    Mais certes, ils ne pouvaient à ce moment là pas y venir. Maintenant en 2016 : si, mais au risque de ... machette par d’autres noirs.

    Je ne vais pas vous donner 5000 autres exemples vécus en Afr.
    Si vous vous en tenez à vos idées théoriques " tous les hommes sont les mêmes" et à vos principes au fond généreux, vous n’irez jamais NULLE PART dans votre analyse de pays comme l’Af du Sud d’hier & d’aujourd’hui.
    Mais si vous arriverez à comprendre qu’un noir Xhosa ou Ndebele ne pourra JAMAIS ACCEPTER Zuma car c’est un Zoulou (région nord de Durban) et que - théorème valable dans TOUS les pays d’Af noire - il n’y a pas plus raciste qu’un membre d’un groupe ethnique envers ceux des autres groupes, alors vous comprendrez qu’un jour un baoulé de Côte d’Ivoire, me parlant des peuls (nord) et des soussous (sud), m’a dit : "Patron, c’est pour ça que le seul groupe que nous reconnaissons c’est celui des toubabous" = des blancs
    Après l’arrivée de Mandela (un mec bien) les choses se sont ensuite dégradées de + en + vite, pour le + grand bonheur des mondialistes, c’était le but de leur manip antiapartheid