Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Afrique, théâtre ultime de la guerre entre les États-Unis et la Chine ?

La France géostratégiquement évincée

Le continent le plus colonisé et le plus exploité de l’histoire du monde est une fois de plus le centre de la concurrence mondiale, bien que cette fois la rivalité entre les grandes puissances ait pris une forme beaucoup plus nuancée, mais pas moins intense.

 

Les États-Unis, la France et leurs alliés unipolaires veulent conserver l’Afrique comme réserve exclusive de main-d’œuvre, de marché et de ressources dans un avenir prévisible, à la fois pour leur propre intérêt matériel et pour l’avantage stratégique supplémentaire de priver la Chine et d’autres de ses fruits économiques. À l’inverse, la Chine veut intégrer les économies et les populations qui connaissent la croissance la plus rapide dans l’évolution de l’ordre mondial multipolaire et leur donner une juste chance de réussir dans le système mondial.

Le contraste entre le néo-colonialisme de l’Occident et la souveraineté libératrice de la Chine ne peut être plus net et c’est cette opposition de stratégies mondiales et de modèles de développement diamétralement opposés qui ouvre la voie à la grande bataille par procuration entre les États-Unis et la Chine sur l’Afrique.

Tout autant que la Chine a besoin de l’Afrique pour maintenir ses taux de croissance réguliers dans un avenir prévisible et assurer sa stabilité intérieure, les États-Unis veulent casser ce lien entre l’Afrique et la Chine afin de compenser la durabilité structurelle de leur concurrent numéro un pour le leadership mondial. Le conflit par procuration à l’échelle de l’Afrique est dû au fait que la Chine travaille ardemment à financer, construire et relier entre eux divers projets d’infrastructure afin de créer une trame supra-régionale de corridors de transport intermodaux qui pourrait compléter parfaitement la partie maritime de la route de la soie One Belt One Road. Les États-Unis tentent avec une égale ferveur de prendre le contrôle des nœuds clés le long de ces routes transnationales et d’en perturber stratégiquement des portions cruciales afin d’accroître la dépendance de la Chine à l’égard des zones d’influence unipolaire. En dernier recours, cependant, les États-Unis – l’île monde – de toutes les manières stratégiquement possibles, vont provoquer des blocages et déclencher une politique de terre brûlée, via une guerre hybride, dans le sillage de leur retrait stratégique vers leur « Forteresse d’Amérique du Nord » autosuffisante, avec en guise de dernier coup de grâce, une guerre par procuration contre la Chine.

Il est plus que probable qu’on n’arrivera jamais à ce stade dramatique où les États-Unis se retirent complètement de l’Afrique ou détruisent totalement ce continent par une guerre hybride. De manière réaliste, il y aura sans doute, au cours des prochaines décennies, un développement mélangé de scénarios se développant sur ce théâtre, chauffé à blanc par la compétition, scénarios intégrant des éléments des deux extrêmes. Il se pourrait que la Chine réussisse à mettre en place plusieurs couloirs ultra-stratégiques de développement de la « Route de la Soie » en Afrique, alors que les États-Unis en saboteront probablement quelques autres en provoquant une poignée de guerres hybrides pour empêcher indéfiniment les voies existantes d’actualiser pleinement leur potentiel géo-économique. Il n’y a pas de moyen infaillible de savoir avec certitude ce que l’avenir apportera, mais il est possible d’acquérir une hypothèse bien réfléchie sur la structure et la manière systémique avec laquelle le groupe d’États identifié sera visé par les guerres hybrides provoquées par les États-Unis.

Même en tenant compte de la possibilité que certains des futurs scénarios examinés soient naturels, en ce sens qu’ils nécessitent peu ou pas de pressions extérieures pour démarrer, il est fort probable qu’au moins certaines des possibilités étudiées se produiront à des degrés divers et que les répercussions géopolitiques auront sans conteste un impact très négatif sur la Chine et la position du monde multipolaire dans cette nouvelle guerre froide.

Lire la suite de l’article sur mondialisation.ca

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il y a egalement un petit poucet maghrebin qu’est le Maroc certe a petite echelle mais qui se positionne bien en Afrique.

     

    • Le Maroc c’est qui derrière ? La France et c’est tout Momo 6 est tout gentil avec le fromage hollandais ou avec ses futurs maîtres français, américains ou israéliens


    • Le Maroc est l’allié historique des Etats Unis dans la région, à l’image de l’Arabie Saoudite, au côtés de laquelle le Maroc est militairement engagé au Yemen, le tout, avec la bénédiction, si ce n’est, l’orchestration des Etats Unis. Le Maroc est vraiment le dernier pays avec lequel il faut compter. Le premier partenaire économique de la Chine en Afrique c’est l’Algérie, cette même Algérie qui est l’allié militaire de la Russie (c’est l’Algérie qui à ravitailler le porte avion Russe quand tout les autres pays, y compris le Maroc, avaient suivis les recommandations de l’OTAN, à savoir de ne pas le ravitailler). L’Algérie, l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Soudan contribuerons et contribuent déjà à ce projet, mais certainement pas le Maroc. Le Maroc à une politique qui est très largement axée sur les Etats Unis. Cordialement.


    • Très très petit poucet... Toujours protectorat français, toutes les monarchies arabes sont le protectorat de quelqu’un (France et surtout Gb ou Usa). C’est pour cela qu’elles ont entrepri avec la benediction de la Cia de détruire tous les Etats Arabes Nationalistes qui étaient des Républiques... De ces nationalistes Arabes il ne reste que l’Algérie debout avec une diplomatie habille, expérimentée et un pouvoir rusé, la Syrie mais détruite à 80% et le Liban plus que jamais divisé et fragilisé...
      Nous autres français patriotes devrions recommander à nos amis marocains de faire les petits poucets chez eux (alphabétisme, lutte contre la drogue, pauvreté et chômage endémique).


    • @ Marat
      Nul doute que tu es un vrai Français... La tonalité de ton message ne peut que le laisser penser !!!


  • La chine partage ?
    En France, les chinois envestissent avec de l’argent chinois pour envoyer les gains en chine.
    Nous sommes les dindons de la farce comme d’habitude.


  • Le jour où le franc CFA sera évincé et les bases militaires françaises d’Afrique francophone démantelées j’y croirais...