Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Italie : une base américaine pour l’Afrique

Pendant que les projecteurs politico-médiatiques sont braqués sur la Syrie, au centre d’une colossale « psyop » pour faire apparaître les agressés comme des agresseurs, reste cependant dans l’ombre ce qui arrive dans d’autres parties du Moyen-Orient et en Afrique.

 

États-Unis, Arabie saoudite, Qatar, Koweït et Émirats – qui depuis cinq ans mènent la guerre en Syrie avec des forces terroristes infiltrées et maintenant accusent le gouvernement syrien de crimes de guerre en sponsorisant l’exposition photographique « Caesar » présentée demain à Rome – continuent à massacrer des civils au Yémen. Participe également à la guerre le Commandement central américain avec des attaques « antiterrorisme », officiellement documentés, effectués au Yémen avec des drones et des chasseurs-bombardiers.

Restent plus encore dans l’ombre, dans les médias, les opérations militaires américaines en Afrique. Elles sont menées par le Commandement Africa (AFRICOM), qui a en Italie deux importants commandements subordonnés.

La U.S. Army Africa (Armée américaine pour l’Afrique), dont le quartier général est à la caserne Ederle de Vicence (Vénétie), « fournit le commandement de mission et emploie des forces pour le théâtre opératif », en fournissant en même temps de l’assistance militaire aux partenaires africains pour établir « sécurité et stabilité » dans le continent.

Les U.S. Naval Forces Europe-Africa (Forces navales USA pour l’Europe et l’Afrique), dont le quartier général est dans la base de Capodichino à Naples, sont constituées par six task force formées par les navires de guerre de la Sixième Flotte basée à Gaeta (Latium). Leur « aire de responsabilité » couvre la Russie, l’Europe et l’Afrique (sauf l’Égypte qui entre dans celle du Commandement central), y compris la moitié de l’Atlantique du Pôle Nord à l’Antarctique. Elles sont sous les ordres de l’amirale Michelle Howard, qui est en même temps à la tête du Commandement de la force conjointe alliée (JFC-Naples), quartier général à Lago Patria (Naples).

Avec ces forces, y compris les chasseurs des porte-avions et les drones armés basés à Sigonella (Sicile), les États-Unis sont en train d’intensifier les opérations militaires en Afrique. Les raids aériens, effectués depuis le mois d’août en Libye sous le prétexte d’arrêter l’avancée d’ISIS (dont la menace a été largement agrandie), servent en réalité le plan de reconquête et de recolonisation de la Libye, où opèrent depuis longtemps des forces spéciales étasuniennes et européennes.

Mais ce n’est là que la pointe émergée du « grand jeu » africain. Parmi ses nombreuses « missions », l’AFRICOM est en train de construire au Niger une base de drones armés, officiellement en fonction « antiterrorisme ». Elle sert aux opérations militaires que les USA conduisent depuis des années, avec la France, dans l’Afrique du Sahel, surtout au Mali, Niger et Tchad. Pays parmi les plus pauvres du monde (avec un taux d’analphabétisme qui au Niger est de 70 % chez les hommes et 90 % chez les femmes), mais très riches en matières premières – coltan et or au Mali, uranium au Niger, pétrole au Tchad – exploités par des multinationales étasuniennes et françaises qui redoutent la concurrence des sociétés chinoises, lesquelles offrent aux pays africains des conditions beaucoup plus favorables.

Une autre opération militaire étasunienne, avec drones et forces spéciales, est en cours en Somalie, pays de première importance géostratégique.

En même temps, la U.S. Army Africa pénètre dans le continent avec des programmes de « coopération à la sécurité » dont le véritable objectif est de former des élites militaires au service des États-Unis. Dans le même objectif les navires de guerre des U.S. Naval Forces Africa parcourent les côtes africaines pour fournir de « l’assistance à la sécurité maritime ».

On ne néglige pas non plus l’assistance spirituelle : l’aumônier du navire d’assaut amphibie Wasp a célébré en vidéoconférence depuis la Méditerranée la Sainte Messe pour les marins du navire de guerre San Antonio engagé dans une mission en Afrique.

Manlio Dinucci

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Manlio Dinucci, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1572716

    Oh vraiment ?
    Quelle charité pour l’Afrique. Mais bon sang pourquoi sont-ils si sous-développés ?
    Moi qui croyait que les Africains étaient tout simplement trop "bêtes", de ne pas avoir le courage de rassember des chair à canon contre des bombes, chars, drones.
    Et moi qui ne savait pas que les dictateurs étaient formés pour être dictateurs par leur anciens colonisateurs !!!!!


  • #1572743
    le 05/10/2016 par Sergent GARCIA
    L’Italie : une base américaine pour l’Afrique

    L’ancienne colonisation se faisait contre la volonté des chefs Africains.

    La nouvelle colonisation se fait avec leur collaboration.


  • #1572943
    le 05/10/2016 par jojo l’affreux
    L’Italie : une base américaine pour l’Afrique

    Manlio Dinucci est sans doute épris de justice... mais je ne l’ai jamais entendu avancé des idées pour améliorer la situation des italiens. Ce n’est tout simplement pas son sujet.