Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Otan finalise son nouvel ordre de bataille face à la Russie

Mais Lavrov remonte les bretelles de Stoltenberg

Les chefs de la diplomatie de l’Otan se retrouvent à Bruxelles, à six semaines d’un sommet crucial à Varsovie, pour finaliser le renforcement militaire de l’Alliance sur son flanc est, sans précédent depuis la fin de la Guerre froide, face à une Russie jugée « agressive ».

 

Lors d’un sommet à Varsovie début juillet, les dirigeants des 28 pays de l’Alliance atlantique doivent décider d’envoyer davantage de troupes dans les pays baltes et en Pologne afin de parachever « l’adaptation (militaire) la plus importante jamais entreprise depuis la fin de la Guerre froide », selon son secrétaire général Jens Stoltenberg.

Ce renforcement militaire de l’Otan, qui a multiplié depuis deux ans ses manoeuvres et patrouilles maritimes, terrestres et aériennes à l’Est, et entrepris une série de réformes pour augmenter la rapidité de déploiement et la flexibilité de ses forces, devrait culminer avec l’envoi – par rotations – de plusieurs bataillons avec leurs équipements de combat dans des pays partageant une frontière avec la Russie.

Sur le front politique, le Monténégro, petite république des Balkans, signe jeudi lors d’une cérémonie à Bruxelles son protocole d’adhésion à l’Otan, qui doit encore être ratifié par les parlements des 28. Moscou, qui y voit un empiétement sur sa sphère d’influence, s’est insurgé contre l’élargissement de l’Alliance dans cette zone stratégique à ses yeux.

« Notre approche face à la Russie allie une défense forte et la dissuasion au dialogue » avec Moscou, a souligné mercredi M. Stoltenberg, assurant que « l’Otan ne cherche pas la confrontation ». « Il est dans l’intérêt de tous d’éviter une nouvelle course aux armements », a-t-il insisté.

Les tensions se sont récemment ravivées à propos du bouclier antimissiles américain en cours de déploiement en Roumanie et en Pologne, dont l’Otan va prendre le commandement.

Des incidents militaires, plus ou moins graves, ont lieu à intervalles réguliers. En novembre 2015, la Turquie a abattu un avion de chasse russe qui avait, selon elle, pénétré dans son espace aérien depuis la Syrie. Plus récemment, des avions russes ont survolé un destroyer américain en mer Baltique.

Après une première rencontre en 20 mois au siège de l’Otan le 20 avril, une nouvelle réunion entre les ambassadeurs alliés et leur homologue russe pourrait être organisée avant le sommet de Varsovie (8 et 9 juillet). Son objectif : éviter que des incidents ne dégénèrent et augmenter la « transparence » ainsi que la « prévisibilité » militaires.

Lire la suite de l’article sur leparisien.fr

 


 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a tancé jeudi [19 mai 2016] le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, pour ses propos tenus vendredi à Bruxelles au sujet de la prochaine réunion du Conseil Russie-Otan.

 

 

Sergueï Lavrov a été indigné par le fait qu’au mépris des usages diplomatiques, Jens Stoltenberg avait annoncé que les ministres des Affaires étrangères de l’Alliance avaient décidé de tenir cette réunion avant le sommet de Varsovie prévu les 8 et 9 juillet.

« De quel droit l’a-t-il dit ? Le Conseil Russie-Otan fonctionne sur la base d’un consensus. S’ils veulent traiter cette question, il faut qu’ils le fassent avec nous », a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que le secrétaire général de l’Otan « ne devait pas s’emparer du micro pour annoncer sa décision ».

[...]

Le Conseil Russie-Otan a été créé en mai 2002 pour promouvoir les échanges de vues et la coopération entre la Russie et les Etats membres de l’Alliance.

Lire l’article complet sur fr.sputniknews.com

La remilitarisation d’un Otan agressif face à une Russie indépendante, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • L’ONU a besoin de conflits, la police et la justice de coupables, l’OMS d’épidémies, et l’OTAN d’ennemis. Ces entités vivent grassement sur des misères humaines qu’elles doivent entretenir et faire semblant de combattre pour perdurer. Quand elles sont à dimensions mondiales c’est à cette échelle qu’elles sévissent, en empêchant de solutionner spécifiquement.

     

    • Et le FMI qui a besoin, tel un vampire, de ruiner des pays entiers. D’ailleurs il me semble que sa présidente l’a avoué à demi-mot dernièrement.
      L’OTAN (ou les US et leurs larbins soumis) mettent la pression sur la Russie dans un contexte de BRICS et autre "émancipation" face à un dollar qui ne vaut plus rien.
      Ce que les américains, êtres de lumières « intergalactiques », n’accepteront jamais.
      Bah voui ce sont les "meilleurs" vous comprenez ?!


    • Très bon résumé !


  • Les élections présidentielles américaines sont bientôt terminées. Ou plutôt, les lobbies ont déjà choisi leur poulain et lui ont déjà assuré son succès. L’entreprise de domination peut reprendre son cours...


  • OTAN :" Organisation , Terroriste , d’ Amérique du Nord ".
    ONU : " Organisation , Nauséabonde , d’Usurpateurs ".


  • Pour que le système fonctionne, il faut une belle bande d’abrutis et d’assassins pour revêtir les uniformes et communiquer les ordres comme de simples marionnettes décervelées.. y en a et ceci n’est pas rassurant.


  • Comme d’habitude , ce sont bien les USA les provocateurs et les
    poussent à la Guerre et non l’inverse .

    Ils sont toujours dans la manipulation et le mensonge , comme
    toujours....


  • Jens Stoltenberg, antérieurement chef de gouvernement en Norvège, avant son intronisation dans l’entité OTANesque, était un politicien relativement falot, mais que ses concitoyens trouvaient sympathique.
    Avant d’arriver à ce poste de chef de gouvernement il avait dû d’abord le concéder à son rival du même camp, le parti travailliste norvégien. Son rival s’appellait Thorbjørn Jagland, ce pître qui avait sévi ensuite dans le comité du prix Nobel de la paix, avec la reponsabilité de faire attribuer le prix à un inconnu de tous, un certain Obama. L’originalité de ce choix étant que le prix était supposé anticiper et encourager l’ardeur pacificatrice, à venir, d’un séduisant afro-américain. Plus belliqueux que lui tu meurs. Donner une récompense avant le résultat attendu, c’est tordu.
    Bref, étant donné ce contexte, on peut dire que le dirlo de l’OTAN n’est pas une flèche. Or, promu chef OTAnesque, tout à coup il se révèle hargneux, et même vindicatif, plongeant délibérément dans l’inversion accusatoire. Pourquoi ces vociférations hallucinantes ?
    La Russie tout naturellement constate que l’OTAN survit encore longtemps après la guerre froide et surtout après le démantèlement programmé du pacte de Varsovie.
    La "sphère d’influence" de la Russie est une peau de chagrin, ce qui chagrine Poutine et Lavrov entre autres, et ils s’en "émeuvent" (= main de fer dans gant de velours).
    Ce que fait Jens Stoltenberg c’est de fragiliser la Norvège à un degré de dangerosité inconnu dans l’histoire de ces deux pays. Le pire étant que les voix qui s’élèvent, pour calmer cet énergumène, ne semblent toujours pas émouvoir la population.


  • "finaliser" appartient au vocabulaire des journaleux de 5ème catégorie, vous devriez nous l’épargner, merci.