Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’arnaque du "négationnisme économique"

Les préjugés de l’économie dominante ont trouvé récemment deux hérauts, MM. Cahuc et Zylberberg. Dans un livre qui vient de sortir, ils assimilent toute pensée hétérodoxe à un « négationnisme économique » [1].

 

Passons sur l’usage odieux du terme « négationnisme », qui vise à assimiler tous ceux qui ne partagent pas ces dits préjugés à ceux qui nient les génocides. Cet usage discrédite largement ces deux auteurs et la thèse qu’ils prétendent défendre. Mais, on trouve chez eux surtout un profond mépris pour l’épistémologie et la méthodologie de l’économie. De nombreux économistes se sont d’ailleurs élevés contre la méthode et les arguments de ces deux énergumènes [2]. On retiendra le texte d’André Orléans à cet égard [3]. De fait, ce débat, si l’on peut parler de « débat » en l’occurrence, rejoue mais de manière bien plus violente celui de 2000, qui avait donné, suite à un véritable soulèvement des étudiants en sciences économiques, naissance à l’association Post-Autistic Economics qui s’est depuis transformée en une association mondiale (la World Economics Association) et qui publie une revue en ligne, la Real-World Economics Review [4]. J’ai publié de nombreux textes sur la méthodologie de l’économie, qu’il s’agisse de livre (comme Les trous noirs de la science économique [5]) ou d’articles [6]. Il y a donc largement une sensation de « déjà vu » dans ce débat, surtout en raison du niveau lamentable des arguments utilisés par Cahuc et Zylberberg.

Les « préjugés » ont donc une large place dans ce que l’on appelle la « science économique », et ne sont pas l’apanage des courants hétérodoxes, bien au contraire. Ils définissent une large part de la représentation traditionnelle des problèmes économiques, en en particulier son modèle de comportement de « l’hommo oeconomicus » [7]. Dans l’autodéfinition de cette discipline, telle qu’elle est pratiquée par les économistes du courant « orthodoxe » ou « standard », on peut en effet voir les effets d’un coup de force datant du XIXème siècle avec Léon Walras, qui prétend établir en « science » ce qui n’est que la transposition d’une vieille conception de la mécanique et de la physique [8]. En fait, il y a des démarches scientifiques, dont il faut définir les conditions, plus qu’il n’y a de science au sens normatif. Ceci implique une discussion sur les bases méthodologiques, terrain qu’évite soigneusement l’économie dite dominante et ses « théoriciens » [9]. Cette dernière développe alors des stratégies d’évitement et de contournement pour refuser de se confronter à la réalité, et ces stratégies ne sont ni neutres ni fortuites.

 

1. La très grande fragilité de la thèse de la « validation statistique » de modèles profondément idéologiques

La question de la validation d’une théorie par des vérifications statistiques soulève de nombreux problèmes, tant épistémologiques et méthodologiques, que techniques. Or, c’est bien cette validation dont se réclament Pierre Cahuc et André Zylberberg, sans savoir ce qu’ils manipulent en réalité comme notions et comme problèmes.

Lire la suite de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Notes

[1] Cahuc P. et Zylberberg A., Le Négationnisme économique, Paris, Flammarion, 2016.

[2] Voir : http://www.marianne.net/les-eco-att...

[3] Orléans A., « Quand Messieurs Cahuc et Zylberberg découvrent la science », sur le site de l’AFEP, http://www.alterecoplus.fr/quand-me...

[4] On peut consulter le n° 71 à https://rwer.wordpress.com/2015/06/...

[5] Sapir J., Les trous noirs de la science économique – Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Albin Michel, Paris, 2000, 2001. (Ce livre a reçu en 2001 le prix Turgot du livre d’économie financière). Edition en collection de poche « Points Seuil » avec une nouvelle préface, Le Seuil, Paris, 2003. Voir aussi « Realism vs Axiomatics » in Ed. Fullbrook (ed.), The Crisis in economics, Routledge, Londres et New York, 2003, pp. 58-61.

[6] Sapir J., « Calculer, comparer, discuter : apologie pour une méthodologie ouverte en économie », in Économies et Sociétés, série F, n°36, 1/1998, numéro spécial, Pour aborder le XXIème siècle avec le développement durable, édité par S. Passaris et K. Vinaver en l’honneur du professeur Ignacy Sachs, pp. 77-89, ou « A l’épreuve des faits…Bilan des politiques macroéconomiques mises en oeuvre en Russie », in Revue d’études comparatives est-ouest, vol.30, n°2-3, 1999, pp 153-213, et « Sept propositions pour une économie réaliste » in Alternatives Economiques, Hors-Série n°57, pp. 54-56.

[7] Voir Sapir J., Quelle économie pour le XXIè siècle ?, Odile Jacob, Paris, 2005, chapitres 1, 2 et 3.

[8] P. Mirowski, More heat than light- Economics as Social. Physics, Physics as Nature’s Economics, Cambridge : Cambridge. University Press, 1989.

[9] Voir ainsi E.R. Weintraub, « Methodology doesn’t matter, but history of thought might », in S. Honkapohja, (ed.), Wither Macroeconomics ?, Basil Blackwell, Oxford, 1989.

Quelques ouvrages à conseiller aux économistes de tout poil,
chez Kontre Kulture :

Jacques Sapir, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1581893

    Hayek avait déjà expliqué il y a longtemps que l’économie n’avait rien d’une science et que la pire chose est ’interventionisme qui à causé toutes les grosses crises économiques.


  • #1582156

    Désolé, mais honnêtement, est-ce que quelqu’un est allé au bout de ce pavé ? D’habitude j’aime bien les articles sur l’économie mais là c’est difficilement soutenable. Je prends rarement de plaisir avec les articles de Jacques Sapir. A quoi servent-ils s’il faut un doctorat en économie pour les comprendre.

    Je conseille le lire "L’imposture économique" de Steve Keen, qui arrive à très bien vulgariser et réfuter les théories dominantes de l’économie.


  • #1582382
    le 19/10/2016 par réGénération
    L’arnaque du "négationnisme économique"

    "Zylberberg" déjà d’entrée tu sais que les dés sont pipés, et vu la couverture avec la tronche des auteurs je ne le vois pas du tout dans ma bibliothèque.