Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’état de l’économie russe

Entretien avec Jacques Sapir

Le Courrier de la Russie : Selon Rosstat, en 2015, le PIB russe a baissé de 3,7 %. Que signifie cet indicateur pour les entreprises et pour les citoyens russes ? D’après vous, le retour de la croissance est-il possible en 2016 ?

Jacques Sapir : Le PIB est un instrument de mesure de la production marchande, et il n’est que cela. Il ne mesure QUE la production vendue (et achetée). Quand on a une partie de la production qui est auto-consommée, cette dernière n’apparaît pas dans le PIB. Le problème, mineur pour un pays développé, se pose dans le cas des pays en voie de développement, où une part substantielle de la production est auto-consommée. Mais on retrouve aussi ce problème sous une forme particulière dans les économies développées. Si vous déjeunez au restaurant, vous faites monter le PIB ; si vous apportez avec vous votre déjeuner au travail, le PIB reste inchangé. De même, si vous apportez vos chemises à la laverie du quartier, vous augmentez le PIB ; si vous les lavez chez vous, ce n’est plus le cas. Le PIB n’est donc pas un indicateur parfait pour mesurer le niveau de vie des citoyens, ni le niveau d’activité. Mais, c’est l’un des rares indicateurs synthétiques que nous ayons, et c’est pourquoi il est tellement utilisé.

La baisse du PIB de 3,7% que l’on a connu en 2015 en Russie a touché les ménages de manière très différente suivant le niveau de revenu et la structure de la consommation. Les coûts du logement, que ce soit les loyers ou les coûts des prêts hypothécaires, sont restés constants en 2015 ou n’ont augmenté que faiblement. La « consommation » des ménages en logements n’a donc pas été affectée par la baisse du PIB. Il semble donc que les ménages les plus riches aient été les plus touchés. Ainsi, la baisse de pouvoir d’achat semble avoir été de l’ordre de 10% pour la partie la plus riche de la population, mais nettement plus faible pour les couches populaires. Le problème avec une simple moyenne est que son utilisation suppose que les observations sont également réparties de chaque côté de la moyenne. On sait que ce n’est pas le cas. Les écarts de revenus sont importants en Russie, et cette inégalité a des effets importants quand on veut mesurer l’impact de la récession actuelle.

Un retour de la croissance est possible en 2016, mais il dépendra essentiellement de la politique économique de court terme du gouvernement. Au lieu de chercher à tout prix à restreindre les dépenses budgétaires, le gouvernement devrait user du déficit budgétaire de manière importante pour relancer l’activité. La très faible dette publique de la Russie aujourd’hui (moins de 10% du PNB) et l’ampleur de l’inflation (sans doute 11% en 2016), autorisent des niveaux de déficit pour 2016 de l’ordre de 7% à 9%, soit très au-dessus des 3% prévus par le budget. Les estimations faites par mes collègues russes montrent que la croissance de 2016 sera très sensible à la politique conjoncturelle du gouvernement. Si cette dernière s’avère restrictive (même avec un faible déficit) on peut s’attendre à une poursuite de la récession (de -0,5% à 1%). Si, au contraire, le gouvernement adopte une politique expansionniste (avec un fort déficit budgétaire) on pourrait avoir au contraire une croissance de 1% à 1,5%. Il faut ici savoir que le ratio Dette Publique / PIB, qui mesure l’endettement publique d’un pays, dépend de la croissance du PIB nominal (avec l’inflation) et du déficit budgétaire. Une règle de base est que le déficit ne doit pas excéder à long terme la croissance nominale du PIB sous peine de provoquer une hausse de la dette publique exprimée en pourcentage du PIB. Si l’on part de l’hypothèse que la Russie devrait connaître une récession de -1% du PIB réel (ou « à prix constants ») et une hausse de 11% de l’inflation, le PIB nominal devrait augmenter de 9,9% en 2016. C’est pourquoi le gouvernement pourrait réaliser un déficit budgétaire allant jusqu’à 9% afin de soutenir l’activité de l’économie et les revenus des ménages, et cela sans augmenter le poids de la dette dans le PIB.

Lire la suite de l’entretien sur russeurope.hypotheses.org

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1390245

    Il existe donc des économistes qui parlent d’économie réelle !

    Sapir est capable de faire le lien entre économie réelle
    et une économie virtuelle et spéculative,ce qui lui permet
    d’avoir une réflexion et des propositions globales
    pour l’économie russe .
    On a l’impression qu’il émet des réserves sur la politique
    de Medvedev,et appuie celle de Poutine .
    On aimerait avoir un discours économique de ce niveau en France .
    Encore faudrait-il qu’on s’intéressât à l’intérêt supérieur du pays !


  • #1390259
    le 06/02/2016 par Ba
    L’état de l’économie russe

    Très franchement les russes ont raison de ne pas abuser de la dette. On voit ou cela a conduit les pays occidentaux, pour qui son remboursement est devenu la première dépense.


  • #1391009
    le 07/02/2016 par expatrie
    L’état de l’économie russe

    Voilà un très scientifique avis !
    Quelque petites corrections, lorsque l’on lave sa chemise à la maison, on consomme plus et le PIB augmente. Ou alors vous faites ça avec l’eau du puits , à froid et sans machine. Pour les classes pauvres je doute qu’une inflation comme on voit en Russie puisse les épargner.
    Pour la dette, il se rappelle ce monsieur que la Russie subit une attaque sur les prix du pétrole ( pas de baisse de production de l’opep ) et un gel de nombreux avoirs en Europe. Du coup quelle bonne idée d’emprunter à ceux qui veulent te détruire. C’est un peu comme si durant la première guerre mondiale les français avaient acheté les munitions aux Allemands .