Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’hôpital malade de sa logique financière

Le libéralisme qui fait mal

Les conditions de travail ne cessent de se dégrader dans les établissements publics. Un mouvement social est prévu mardi.

 

C’est un vent lourd qui souffle sur l’hôpital. Et pour la première fois, on peut avoir le sentiment que l’on n’est pas loin d’une cassure. Ce mardi en tout cas, une journée de mobilisation avec grève aura lieu (à l’initiative de la Coordination nationale infirmière, rejointe par les fédérations FO, CGT et SUD des secteurs de la santé). Elle ne devrait certes pas bloquer les établissements, mais les autorités auraient tort de n’y voir qu’une classique poussée de fièvre, comme nous y a habitué le monde hospitalier depuis plus de quinze ans. De fait, le ton est grave, inquiétant même.

« La dégradation des conditions de travail et d’études entraîne un mal-être et une souffrance profonde de la profession dans son ensemble, associée dans les établissements à une gestion des ressources humaines déplorable, sans aucun respect des soignant(e)s, explique la Coordination infirmière. Ces conditions ont, hélas, poussé au suicide certain(e)s de nos consœurs-confrères, et cela dans le mépris et l’indifférence générale du gouvernement tandis qu’en libéral, le ministère restait silencieux sur les agressions subies par les infirmières-infirmiers. »

L’été dernier, cinq d’entre eux s’étaient suicidés, certains sur leur lieu de travail, d’autres à leur domicile, tous évoquant des tensions dans l’exercice de leur métier (Libération du 14 septembre). « Bien sûr, les suicides ont des causes multiples, mais on ne peut nier qu’il se passe quelque chose de nouveau », nous disait alors un ancien directeur d’hôpital.

 

Tarification à l’activité

Depuis le début des années 2000, les quelque 1 000 établissements de santé en France connaissent un changement continu. Il y a eu la mise en place délicate des 35 heures, puis la rigueur budgétaire s’est peu à peu installée. Et enfin, l’installation de la T2A (la tarification à l’activité, axe majeur du plan « hôpital 2007 ») qui, au-delà de son aspect comptable, a changé profondément la vie des hôpitaux, mais aussi les priorités de santé, et parfois même le sens du travail.

La T2A trace une limite entre des activités de soin rentables, qui rapportent à l’hôpital, et celles qui le sont moins. « Le gros changement, enfin, ce fut le niveau [particulièrement bas pour 2016] de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie [Ondam] », détaille l’ancien député PS Olivier Véran, neurologue et auteur d’un rapport sur la tarification à l’activité. Aujourd’hui, la progression des dépenses de l’hôpital est fixée par l’État et ce taux est volontairement bas pour réduire les coûts. « Se créent des situations très difficiles à vivre, avec le sentiment que, quoi que fassent les personnels de santé, cela ne sera jamais suffisant », remarque Olivier Veran. Et pour cet homme proche aujourd’hui d’Emmanuel Macron, « l’autre élément de tension, c’est le poids des tâches administratives ».

« C’est vraiment pénible, poursuit le professeur André Grimaldi, figure emblématique de la défense de l’hôpital public. Un jour, un établissement va être en équilibre, un autre jour, c’est le déficit. Le tout dépendant des variations de la T2A, qui va privilégier telle activité plutôt que telle autre. Les acteurs n’ont jamais le sentiment que cela marche. »

À cela s’ajoute une mauvaise gestion des métiers dans le domaine médical, aujourd’hui symbolisée par les cadres de santé, que l’on appelait hier les « surveillants ». Ils occupent une position centrale à l’hôpital, « mais en devenant la courroie de transmission de la direction, ils sont piégés. Soit ils défendent la direction, soit ils soutiennent leur équipe. Leur rôle est impossible », note Grimaldi.

 

Logique budgétaire

Symptôme de ce glissement généralisé, la Fédération hospitalière de France, qui regroupe tous les hôpitaux du pays, a rendu public le mois dernier un baromètre des perceptions et des attentes des professionnels des relations humaines à l’hôpital. Il en est ressorti des constats troublants. Non seulement 75 % des acteurs des ressources humaines interrogés déclarent « ne pas disposer des moyens adaptés », mais les préoccupations des DRH sont embolisées par la maîtrise de la « masse salariale » : il s’agit du premier sujet de mobilisation pour 80 % des sondés, taux bien supérieur à celui constaté dans le secteur privé. « Il y a un fort risque que l’impératif budgétaire ne laisse que peu de temps au déploiement des nécessaires démarches d’accompagnement, collectives ou individuelles », note la Fédération.

Ainsi va l’hôpital, même s’il n’y a pas un, mais des hôpitaux. Pour autant, alors qu’il reste souvent le lieu d’une prise en charge remarquable, il est désormais obnubilé dans son ensemble par une logique budgétaire qui a été un temps nécessaire, mais qui parasite aujourd’hui tout l’ensemble. Jusqu’au sens même du métier. Au ministère de la Santé, on se dit « vigilant », on insiste sur le fait que pendant ce quinquennat, Marisol Touraine s’est « battue » pour défendre l’hôpital public. Devant le « malaise » actuel, elle devrait annoncer fin novembre une « stratégie nationale pour améliorer la qualité de vie au travail à l’hôpital ». Certes… Mais est-ce une stratégie nationale qu’attendent les acteurs de ces établissements ? « À quoi bon rester dans le public si c’est pour faire comme dans le privé ? » lâche André Grimaldi.

L’hôpital « cru 2016 » apparaît blessé de l’intérieur comme de l’extérieur. On l’a vu récemment à Tourcoing, où une bagarre généralisée a éclaté aux urgences. On l’a vu aussi avec les suicides des infirmiers et infirmières. Orphelin d’une hospitalité perdue, le voilà, parfois, sans âme ni boussole.

Lire la suite de l’article sur liberation.fr

 

L’impact du libéralisme sur la santé chez Kontre Kulture

L’hôpital paye ses réformes, voir sur E&R :

 






Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1595162
    Le 7 novembre à 11:58 par magic
    L’hôpital malade de sa logique financière

    Comment peut-on parler du mal-être à l’hôpital dû au manque d’argent et ne pas parler du scandale Dexia ?

     

    Répondre à ce message

  • #1595193
    Le 7 novembre à 13:30 par Bromélia
    L’hôpital malade de sa logique financière

    Le mécanisme sous-jacent est le "New Public Management" qui veut faire passer le "Grade" c’est à dire les gens payés pour leur qualification à l’ « Emploi » où seule une tache (effectuée par une personne ou un robot) est payée en fonction sa rentabilité pour l’intérêt d’un investisseur privé.

    Les soins que nous recevrons à l’hôpital ne sont et seront ainsi plus décidés en fonction de l’état de l’art de la médecine mais en fonction de leur rentabilité pour un usurier. Leur souffrance du personnel hospitalier est avant tout dû au fait qu’ils deviennent des robots au service, non pas des malades, mais de tâches imposés par des gestionnaires.

    Cela nous concerne donc tous

     

    Répondre à ce message

  • #1595710
    Le 8 novembre à 13:27 par Juan
    L’hôpital malade de sa logique financière

    Étant malade depuis que je suis né j’ai un respect infini pour ces hommes et femmes qui font le travail le plus respectable du monde.

    Aussi parfois je rêve que tout ce qui touche à la santé sorte du modèle capitaliste et que la santé ne coûte rien et ne sois pas financé par le privé.

    En attendant les hôpitaux croulent sous les dettes, la recherche avance a pas de fourmis, le personnel est réduit dans tous les services au plus grand malheurs des soignés et des soignants...

     

    Répondre à ce message