Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"L’obsession d’Erdogan" – Thierry Meyssan sur les attentats en Europe

Thierry Meyssan revient sur l’historique récent des relations entre l’Union européenne et la Turquie, et rappelle la vision profonde de Recep Tayyip Erdogan, notamment en ce qui concerne la minorité kurde.

 

Retrouvez les analyses de Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Les Kurdes sont à la Turquie ce que les Palestiniens sont à Israël : un peuple opprimé et sans Etat .

     

    • D’accord pour les Kurdes et pour les Palestiniens, mais je ne crois pas que Erdogan est les épaules assez solides pour avoir perpétré les attentats de Paris ou de Bruxelles.


    • ’’D’accord pour les Kurdes et pour les Palestiniens, mais je ne crois pas que Erdogan est les épaules assez solides pour avoir perpétré les attentats de Paris ou de Bruxelles’’

      Qu’il ’’AIT’’ !!!!!!!!!!!!


    • La comparaison ne tient pas : le Kurdistan turc appartient à la Turquie depuis 1923, en vertu du traité de Lausanne. L’ONU et le droit international reconnaissent la légitimité de la Turquie sur ces terres, qui appartenaient auparavant à l’Empire Ottoman.

      Rien à voir, donc, avec Israël dont la création remonte à 1948 et sans accord des populations locales, et qui colonise des terres en violant le droit international et les règles de l’ONU.

      Ajoutons que des "peuples opprimés et sans Etats", il y en a des centaines dans le monde. Tibétains, Tchétchènes, Ossètes, etc. Si on commence à donner l’indépendance à chacun, c’est la fin des Etats de l’Ancien Monde. Seuls ceux du nouveau monde, construits sur l’éradications des minorités locales (USA notamment) en profiteront.


    • Aurélien 362 n’a semble-t-il jamais entendu parler du " Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ".


    • "La comparaison ne tient pas : le Kurdistan turc appartient à la Turquie depuis 1923, en vertu du traité de Lausanne. L’ONU et le droit international reconnaissent la légitimité de la Turquie sur ces terres, qui appartenaient auparavant à l’Empire Ottoman.

      Rien à voir, donc, avec Israël dont la création remonte à 1948 et sans accord des populations locales, et qui colonise des terres en violant le droit international et les règles de l’ONU."

      L’Indochine appartenait légalement à la France jusqu’en 1954 tout comme l’Algérie jusqu’en 1962.

      Ensuite, l’Etat d’Israël, contrairement à ce que vous racontez, est un état parfaitement reconnu par l’ONU depuis 1947.


    • Oui mais la différence est qu’Israël est composé de polonais et autres gens n’ayant rien à faire à des milliers de killomètres de chez eux, et arrivés dans les années 40 et qui ont chassés les Palestiniens, ...la Turquie elle est là depuis des centaines d’années, et vit sur ces terres avec les kurdes dont certains sont hommes d’affaires entrepreneurs,chanteurs, sportifs, bref des Kurdes qui vivent très bien enTurquie...pas comme en Israël où il y a un "apartheid"..voil la différence majeure, et voilà pourquoi comparer les kurdes et les basques et plus coorect que de comparer les kurdes ou les basques avec les Palestiniens.

      Bien à vous.


    • HLD, Israël a été reconnu dans des frontières initiales. Ni ses colonies actuelles, ni même les frontières de 1967 ne sont reconnues par l’ONU et le droit international. Donc non, la colonisation israélienne n’a aucune base juridique.

      Le "droit des peuples à disposer d’eux-mêmes", principe wilsonien importé en Europe, n’a jamais primé dans le droit international. Et pour une bonne raison : s’il était appliqué, il signifierait la fin et le démantèlement de la plupart des Etats de l’ancien monde (notamment l’Espagne, la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran, la Turquie, la Syrie, l’Irak, la Somalie, l’Indonésie, etc.), au profit d’ailleurs des USA.
      Ce principe signifierait d’ailleurs que l’annexion du Kosovo est légale et légitime, ce qu’elle n’est pas.


    • "Edouard",

      Un peuple qui prétend vouloir être souverain de lui même ne peut être que souverain de lui même si il arrive battre ses ennemis (iran, syrie, iraq, turquie) pour pouvoir récupérer les terres.

      Ce droit de "pouvoir disposer de soit même" n’est pas réaliste, n’est pas réalisable, et nécessiterai une action similaire à celle que l’on a pu voir en libye.

      Je vous invite à réfléchir de vous même en ce qui concerne le résultat final d’un scénario libyen appliqué pour d’autres pays souverains.


  • Les marranes de Turquie (Dönmeh) oppriment les Kurdes comme les Israéliens oppriment les Palestiniens : c’est pourquoi l’Europe sioniste ne bouge pas .

     

  • Hélas ! Les démago pro-Erdogan (pléonasme) rétorqueront que la France fait subir encore pire aux Corses...mais bien-sûr ! C’est bien connu que les français entretiennent une guerre civile en Italie afin d’y créer un foyer pour les Corses et les dégager du territoire qu’ils convoitent, bien-sûr !

    Aujourd’hui, Erdogan veut faire interdire une chanson allemande qui le brocarde, alors qu’en 2006 le même s’étonnait que l’Allemagne veuille faire censurer la vallée des loups - Irak. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

    S’offusquer à la moindre critique (pour ma part je ne connais que très peu de français qui ne jette pas la pierre à Hollande ou qui dise du bien de l’engagement français en Algérie) c’est quand-même plus proche de la mentalité pleurnicharde sioniste que de la grandeur ottomane là.


  • Erdogan est un fou dangereux qui pourrait entraîner les pays occidentaux vers une guerre mondial face aux russes et ses allier.

     

  • Thierry Meyssan se trompe sur ce point : la Turquie n’a pas les épaules assez larges pour frapper- seule- l’Europe ! Sans doute l’attentat de Bruxelles fait-il écho à celui d’Ankara, mais il manque les complices, sinon la cheville ouvrière de toute cette organisation, et qui n’est pas la Turquie, selon moi...

     

    • Y-a-t-il besoin d’avoir des « épaules très larges » pour organiser des attentats dans les villes d’Europe ouvertes aux quatre vents, ne contrôlant ni les flux de personnes, ni les flux de capitaux, ni les flux de matériels, et où les armes et les terroristes circulent librement ?


    • Sachant que les individus des attentats étaient tous sur des listes des services de renseignement belges, français et européens en général, il est évident que si la Turquie a fait sa, elle a eu préalablement le feu vert de la part des services occidentaux !


  • On peut être très hostile à la diplomatie (calamiteuse) d’Erdogan sans dire pour autant n’importe quoi. Or, ici, T. Meyssan montre une profonde méconnaissance de la Turquie et de ses dynamiques politiques.

    En premier lieu, c’est une erreur de croire qu’Erdogan veut une "purification ethnique". Contrairement aux nationalistes turcs, il ne croit absolument pas à la "race" turque (lui-même n’est pas d’origine purement turque) ; pour lui, la cohérence de la nation est religieuse. Il se veut porte-parole du peuple sunnite pratiquant. Que ce dernier soit turc ou kurde. D’ailleurs, les Kurdes les plus conservateurs (30 à 40% selons les zones) ont voté pour l’AKP en novembre.

    D’autre part, en 2011, les relations avec les Kurdes étaient plutôt bonnes, et ne se sont dégradées qu’à partir de l’automne 2013.

    Enfin, imaginer que RTE aurait annoncé quelques jours avant un attentat qui allait avoir lieu, est ridicule. Quelle aurait alors été la stratégie ? Du reste, aucune preuve tangible ne vient attester une responsabilité turque. Même les adversaires de la Turquie (Arménie, Syrie, Grèce) ne l’évoquent pas du tout.

     

    • L’implication du régime d’Erdogan auprès d’Al Qaeda en Syrie a été étayée par le travail de journalistes qui sont maintenant en prison : aucun gouvernement n’accuse ouvertement la Turquie de cette implication, même si elle est documentée aujourd’hui.

      Il est très rare que des gouvernements tiers accusent publiquement un état de soutenir des actions terroristes, même s’ils le savent.

      Il a fallu que la Turquie abatte un avion russe en novembre 2015 pour que la Russie "découvre" publiquement qu’Erdogan soutenait activement l’Etat Islamique et entreprenne de détruire les lignes logistiques entre la Turquie et l’EI.

      Erdogan est bien le tenant du pantouranisme mais pas seulement. Il est obligé d’intégrer plusieurs tendances : nationalisme "turcophone" - cf. Arménie, Xinjiang - restauration ottomane dans son ancienne zone, prétention au leadership du monde sunnite auquel, par ailleurs, le gouvernement turc ne connait rien.


    • Qu’il y ait eu des liens entre la Turquie et Al-Quaïda voire l’EI, c’est indéniable (au passage, les Etats d’Europe ont aussi eu ces liens incestueux). Mais entre un soutien à distance contre Assad, et la planification d’attentats, il y a un gouffre. Aucune source crédible ne peut accuser la Turquie dans ces attentats, et elle n’y gagne d’ailleurs rien. Au contraire, en rendant Assad plus crédibles, ces attentats afffaiblissent sa position régionale.

      Par ailleurs, le pantouranisme n’a jamais été très prisé par l’AKP. Erdogan n’y croit que très peu, il est avant tout un religieux. Ses envolés "turcistes" sont surtout destinées à pomper l’électorat nationaliste du MHP (comme Sarkozy avec le FN), mais ne débouchent sur rien de concret.


  • Très bonne analyse de Monsieur Meyssan comme d’habitude.Une bouffé d’air.Merci.
    Je suis d’accord avec lui.Il parle des Turcs mais il sait parfaitement qu’ils ne sont pas seuls derrière.
    L’accord dont il parle avec la Turquie concernant le Kurdistan concerne aussi israel et les états unis.
    La turquie est un toutou d’israel et des états unis ça ne fait pas de doute.Il agit en bouc émissaire.


  • L’Obsession de Meyssan !??