Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’un des fondateurs de la zone euro prévient : "Un jour ou l’autre, ce château de cartes va s’effondrer"

La Banque centrale européenne a vu son influence dangereusement renforcée, et l’ensemble du système monétaire axé sur l’euro devient insupportable dans sa forme actuelle, vient de prévenir un des fondateurs de l’union monétaire en personne, Otmar Issing, 80 ans, premier économiste en chef de la BCE et acteur central lors de l’élaboration de la monnaie unique.

 

« Un jour ou l’autre, ce château de cartes va s’effondrer », a tranché cet économiste allemand ancien membre du comité exécutif de la BCE et conseiller de Goldman Sachs. Pour lui, l’euro a été trahi par les dirigeants politiques. Il déplore que l’expérience ait été pervertie dès son origine et ait dégénéré dans un fiscalisme débridé qui, une fois de plus, provoque de graves pathologies, écrit Ambrose Evans-Pritchard dans le Daily Telegraph.

 

Le système de l’euro est chaotique, accumulant les crises

« D’un point de vue objectif, c’est un exemple de système chaotique, titubant d’une crise à une autre ; il est difficile de prévoir combien de temps cela va encore durer, mais cela ne peut pas être éternel », a déclaré Issing au journal Central Banking, dans une remarquable analyse critique du projet qu’il a lui-même contribué à mettre en place.

Ces propos rappellent que la zone euro n’a jamais résolu la question de son incohérence structurelle. Une combinaison trompeuse de pétrole bradé, d’assouplissement quantitatif et d’une moindre austérité fiscale a masqué cet état de fait, assure-t-il, mais les situations temporaires finissent rapidement par disparaître.

La monnaie unique va de nouveau être mise à l’épreuve lors du prochain ralentissement conjoncturel, sous-tendu cette fois par des dettes, un chômage élevé et une plus grande usure des régimes politiques. Le professeur Issing critique sévèrement la Commission européenne, estimant qu’elle est l’émanation de forces politiques qui ont renoncé à faire appliquer les règles. « La question morale est prépondérante », estime-t-il.

Lire la suite de l’article sur reinformation.tv

Sur l’instabilité de la zone euro et ses répercussions,
lire chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Tant que les peuples continueront à payer la dette, c’est à dire qu’ils seront asservis, ce système ne s’effondrera pas.

     

    • En soit non. C’est ce système de dette qui nous a permis de tenir aussi longtemps. Ca fait bien longtemps qu’on vit au dessus de nos moyens (plus d’argent ne rentre dans les caisses). Un jour il faudra passer à la caisse.


    • max, en fait, eh bien si... on n’arrête pas de passer à la caisse, on la rembourse chaque jour, la dette, mais on emprunte aussi chaque jour, de plus en plus. C’est comme un crédit revolvinl En fait ce qu’il faudrait c’est surtout diminuer l’usage qu’on en fait et qu’on la résorbe.


    • Les quantitatives easing sont des moyens de maintenir le système tout en augmentant
      la dette globale c’est un moyen d’hypothéquer le patrimoine et l’épargne privée au profit
      de certaines banques. Ca devient quand même plus compliqué quand on prend en compte les retraites qui sont elles même des dettes a recouvrir. Le paysage économique si on devait le dessiner ressemblerait à une multitude de pyramides de Ponzi alimentées par une multitude de QE à travers le monde. Il s’ensuit que le monde ne se sépare plus entre public et privé mais plutôt entre systémique et non systémique, entre ceux ayant la possibilité de se refinancer via des marchés sous perfusion et ceux qui n’ont plus cette possibilité.
      Pour l’instant la seule garantie contre l’hyperinflation c’est la misère
      donc n’attendez rien de social de la part de nos dirigeants , ils n’ont aucun compte a rendre aux peuple et beaucoup aux grand groupes internationaux et aux grandes banques.
      Tout progrès social tout renversement de conjoncture signifierait la ruine et la dévaluation
      du grand capital ce qui est inacceptable pour les dirigeants en place.
      La dette c’est le moyen de faire payer aux pauvres l’argent qu’ils n’ont pas encore touché et qu’il ne toucheront jamais et de récompenser l’accumulation de capital souvent déjà issu de l’exploitation des sans dents
      l’esclavage des temps modernes ... et ce n’est qu’un début
      tous grecs...


  • Pourquoi devrait-on croire sur parole un "premier économiste en chef de la BCE et acteur central lors de l’élaboration de la monnaie unique" ?
    Ses aveux ne sont-ils pas le masque d’intérêts inavouables ?
    Je n’en sais rien, mais je pose la question, si elle est permise.


  • Le système vit de l’usure et l’asservissement consumériste des peuples. Seul l’islam, qui lutte encore contre la "riba" pourrait le contrecarrer dans son avancée funeste, mais qui est réellement musulman aujourd’hui ? Les Chrétiens d’il y a encore 60 ans n’achetaient rien à crédit ...

     

  • C’est tout les allemands ça : discours parfaitement incompréhensible, l’abstraction pure, la méta économie financière.

    Goethe, Schiller et mon cul réunis.

    Comme nous sommes loin de la lumineuse clarté de l’Intelligence française de la Racine de la Bruyère qui Boileau de la Fontaine Molière.

    N’est-ce pas Bossuet ?

    Vous avez compris quelque chose à son jargon ? Moi, rien (à part la promesse du château de cartes qu’on connait très bien depuis le système Law (( une invention franco-écossaise))).

    Je vais vous dire un secret : l’État ne rembourse JAMAIS sa dette.

    Soit il brûle ses créanciers (Philippe le bel)
    Soit il les vole par l’inflation (Loi du 1/3 garanti de 1797, guerre de 14-18)
    Soit il les déporte et les fait mourir, les morts ayant l’avantage de ne jamais se plaindre (Lénine)
    Soit encore il les balade en leur promettant un remboursement prochain (Les mencheviks avec l’emprunt russe)

    Mais jamais il ne rembourse.

    Emprunt d’État = argent perdu.

    Puisque dans le meilleur des cas, lorsque l’État fait mine de rembourser, l’État ne rembourse Pierre que par l’argent qu’il a imposé à Paul.

    Soit par le vol puisque dans ce cas Paul n’a AUCUNE contrepartie à son impôt

    (l’État ne sait pas travailler et ne gagne son pain que par la guerre et l’impôt soit le meurtre et le vol)

    Ceci posé et pour conclure :

    Pourquoi pleurer la faillite de notre voleur ?
    Et ceux qui craignent ou pleurent la faillite du voleur ne sont-ils pas ses complices ?

    Que meure la B.C.E. !
    Pour que respire enfin le contribuable européen !


  • Tout le monde sait que l’euro est un malade en fin de vie , et qu’il ne respire que par perfusion .Depuis le temps qu’on le dit ,ils attendent que ça se casse la gueule pour de bon ,parce qu’ils veulent avoir raison jusqu’au bout . Tout est nase depuis le début ,l’euro,l’ UE et tout ce qui va avec. Si Trump venait à gagner les élections Américaines ,l’UE et l’euro s’effondre .


  • L’euro trahi (mais c’était fatal en l’absence de souveraineté nationale) par le clientélisme.
    Les dirigeants politiques peuvent le dépenser à leur gré pour leurs clients : migrants, lobbies... Le peuple national ne compte pas ; la responsabilité est rejetée sur une nébuleuse composée d’inconnus de la banque.
    Ils ne se gênent donc pas, les sous-fifres et autres satrapes.


  • "Vous voulez remplacer la dictature européenne par une dictature religieuse islamiste ?"

    Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ou plutôt lire !

    Awrassi à t’il dit cela ?

    Mon père, que Dieu fasse miséricorde à son âme, qui n’était pas très pieux, ne faisait jamais de crédit. Les anciens ne faisaient jamais de crédit pour la plupart d’entre eux, ils se prêtaient l’argent gratuitement bien sûr et se le rendaient plus tard ou petit à petit.

    Je comprends aujourd’hui pourquoi, mais le problème aujourd’hui (Pour l’immobilier en particulier), les prix sont tellement haut que sans crédit c’est même pas la peine d’espérer acheter quoi que ce soit !

    Les malfaisants faisant tout pour que la pression immobilière soit la plus forte possible.

    Alors se passer de l’usure, ou Riba en arabe, est tout aussi chrétien sinon plus !

    À bon entendeur.


  • C’est donc pour ça que le FN ,ne propose pas de sortir de l’UE , l"€ et l’OTAN ...