Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Faim

La Faim creuse la nuit des hommes. L’automne au froid piquant des pays du Nord. Un jeune homme erre chaque jour à travers la ville de Christiania, à la recherche de l’inspiration qui lui permettra d’écrire un article. Notre jeune homme est dans la gêne, une gêne sévère car son allure porte les stigmates du manque persistant : mauvaise mise, mauvaise mine. Ce sidérant récit de La Faim qui, malgré son style tranchant, ménage au lecteur des moments de tendresse et de surprise amusée tant le héros est plus naïf que rusé et généreux qu’intéressé.

Il tourne dans la ville et fait tourner les cœurs. Main dans la main avec son double intérieur, il est fort d’une grande vérité sans nom et ne tombe jamais tout à fait. Il lui arrive même de fredonner et l’on pense à Rimbaud écrivant, soudainement inspiré : « Je est un autre »... Lui aussi devait avoir la faim au ventre.

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture

 
 






Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1681549
    Le 10 mars à 17:44 par réGénération
    La Faim

    Très bon livre ; quand on dépasse la faim on n’est pas à la fin, il se passe quelque chose, un regain d’énergie et de lucidité, l’économie du travail du corps (la digestion) dont va se servir l’esprit, pour prendre conscience de...
    Un bon exercice sur la connaissance de soi, et un pied de nez à la société du consommer à tout prix. Çà peut être une bonne intro au jeûne, un pas de plus vers la clairvoyance, la conscience, la liberté...
    Sobriété heureuse comme dirait Pierre Rabhi !

     

    Répondre à ce message