Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

La Grande vadrouille : le film plébiscité par les Français a été démoli à sa sortie par la presse

Regardez bien cette coupure qui résume, 50 ans avant Allociné, les critiques des principaux titres de presse lors de la sortie en 1966 du film de Gérard Oury avec Bourvil et de Funès.

 

 

Aujourd’hui, cette même presse bien-pensante et faussement intellectuelle encense des films antifrançais. La différence, c’est qu’à l’époque les spectateurs s’en foutaient et remplissaient les salles obscures. Désormais, les films de propagande du Système font fuir les gens. Sans le CNC et les block-busters, toute cette industrie dévoyée serait déjà au cimetière.

Par exemple, Le Monde, le 1er novembre 1965, chronique ainsi la sortie conjointe du Gendarme à New York et Un Grand seigneur de Lautner & Grangier, dialogué par Audiard. Si le deuxième opus de la série du Gendarme est effectivement plus que léger, regardez comment l’autre film est traité :

Avec l’assurance satisfaite due à sa célébrité, le « gendarme de Saint-Tropez » est allé chercher à New-York un nouveau décor pour mettre en valeur ses vociférations et ses pitreries. Un succès en amenant un autre, on imagine que Louis de Funès fera le tour du monde et trouvera, chaque fois, l’occasion d’exprimer toutes les subtilités de l’esprit français.
Néanmoins, comme la sottise et la vulgarité désolent davantage qu’elles ne prêtent à rire, le film de Jean Girault donne envie d’arrêter ce pénible voyage et, si c’était possible, d’en empêcher de futurs...
Dans le même ordre d’inspiration, il y a encore bien pire. C’est le film de Georges Lautner et Gilles Grangier (et, pour les dialogues, de Michel Audiard), où, dans une histoire d’une grivoiserie complaisamment scabreuse, les excès de ces Bons Vivants ne peuvent susciter que des sentiments de tristesse.

Voici un long extrait du film à sketches Un Grand seigneur, la troisième partie intitulée Les Bons vivants :

 

Le lecteur armé d’une loupe appréciera les excellentes notes de Brigitte et Brigitte, le premier film de Luc Moullet, l’histoire de deux étudiantes qui se rencontrent et découvrent Paris et sa vie pas forcément facile.
Un scénar à la Godard ou à la Truffaut, les producteurs cherchant à l’époque à renouveler l’exploit (commercial) des 400 coups et d’À bout de souffle. Deux films à petit budget et à grand rapport. Brigitte, c’est très épuré, très simple (voire simplet), dans l’image et dans le texte, et tout le monde l’a oublié. Aucun intérêt. En revanche, c’est sympa pour les vues de Paris il y a 50 ans.

Prendre ça comme un petit documentaire photographique recelant en revanche un réel intérêt sociologique sur le basculement du cinéma de l’époque sous l’influence de la gauche française, déjà en voie de soumission à l’idéologie mondialiste US... Cela annonçait Mai 68 et tout le merdier.

 

Le roman national, c’est l’esprit français ! Rire sur Kontre Kulture

 

La dégénérescence programmée du grand cinéma français, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • La parisianisme n’est pas nouveau. En ce qui concerne les critiques, je me suis toujours amusé à les voir se planter dans un sens ou un autre. C’est pour ça qu’il adorent les cérémonies de remises de prix qui leur donnent des balises pour savoir quoi aimer ou pas, incapables qu’ils sont de se connecter avec les tendances de l’époque et de comprendre les bases du métier. Comme on dit des journalistes qu’ils sont des écrivains ratés, les cinéastes ratés deviennent critiques des films des autres.
    A voir ce sujet, le récent Birdman avec Mickael Keaton.

     

    Répondre à ce message

  • Ça me gêne de me retrouver du côté de la presse, mais je dois bien avouer que pour cette fois, je suis d’accord avec eux. Ayant découvert « La grande vadrouille » sur le tard, je ne suis pas sujet à une quelconque forme de nostalgie comme pourrait le ressentir d’autres spectateurs qui auraient vu ce film étant enfant.

    Je vais être péremptoire et catégorique, c’était chiant. Je n’ai pas ri une seule fois. Louis de Funès fait du de Funès et Bourvil du Bourvil. On a droit à des gags potaches qui, peut-être peuvent faire rire les enfants, mais qui ne m’ont pas arraché un sourire alors que je suis particulièrement bon public.
    Se contenter de montrer les notes de la presse ne suffit pas, peut-être faudrait-il retrouver les commentaires et lire si les critiques sont justifiées ou non.

    « La grande vadrouille » est un film aimé par les Français, soit. Aujourd’hui, l’un des films préférés des Français, c’est « Intouchables », ergo,« Intouchables » est un film incontournable car la « sagesse populaire » l’a encensé ?
    Il y a je pense un juste milieu entre le mépris adressé au peuple réel comme peut l’exercer la presse aujourd’hui et une démagogie de bas étage qui consiste à dire que le peuple a toujours raison. En dernière instance, ce brave peuple français a quand même porté à l’Élysée Chirac, Sarkozy et Hollande. Évitons de voir de la sagesse là où il n’y en a pas et sachons reconnaître le mauvais goût quand on l’observe.

     

    Répondre à ce message

    • La grande difference dans le cas present est que le public a ete voir en masse la Grande Vadrouille contre l’avis des medias dominants alors qu’aujourd’hui le public a ete voir en masse Intouchables en suivant les medias dominants.

       
    • "c’était chiant. Je n’ai pas ri une seule fois"

      C’est vrai que l’humour en Belgique est moins potache. Je hais les gens qui mettent de la pression aux autres quand on est en désaccord avec qqchose qui a été unanimement appréciée, ainsi que ce snobisme qui détermine si ou ou non on a de la culture sur base de bouquins qu’il faut avoir lu, mais de là à dire que vous n’avez "pas ri une seule fois" là je crois que le problème est plutôt à situer au niveau de votre personnalité. Avez-vous des problèmes de flatulence ? Si oui, cela ne peut être la seule raison de votre aigrissement sachant que la grande majorité des Belges en souffre. Sans doute que vous venez de perdre votre travail ? Ou peut-être avez-vous des problèmes d’ordre sentimentaux ? Enfin cela ne me regarde pas mais de là à utiliser ce site pour ventiler vos frustrations y a une marge. J’en suis sûr que si vous en ayez eu l’occasion que vous nous auriez fait subir, avec plaisir, vos problèmes de flatulence.

       
    • à sa majesté.

      De l’ad hominem d’entrée avec des histoires de flatulence. Vous m’excuserez de ne pas m’abaisser à votre niveau, je ne peux pas ramper aussi bas. Néanmoins je vais tenter de vous répondre sur le semblant de fond qui transparaît de votre commentaire.
      Navré, mais ce n’est pas du snobisme que de dire d’un film apprécié par la majorité qu’il est mauvais et que bien des comédies françaises - elles aussi populaires - le supplantent de très loin.

      Je ne sais d’ailleurs pas d’où vous sortez le fait que je sois Belge étant donné que je suis moi-même Français. Libre à vous de me fantasmer tel que vous souhaitez me voir.

      Des comédies françaises plébiscitées par les Français et de bonne qualité, il y en a. Je pense au premier film « Les visiteurs » ou encore « Astérix et Obélix mission Cléopatre ». « La grande vadrouille », de par son humour, s’adresse de fait à un public très jeune et se repose uniquement sur les gaudrioles coutumières de De Funès ou Bourvil. C’est bon enfant, mais ce n’est certainement pas grandiose. Que des critiques de cinéma y aient vu un film quelconque voire navrant, c’est tout à fait concevable sans être pour autant un signe de mépris adressé à l’encontre du peuple qui a été voir ce film.

       

    • sachons reconnaître le mauvais goût



      ......et l’aveuglement

       
  • Dans la liste des "navets", il y a aussi Rien ne sert de courir, le dernier Cary Grant. Rien que pour l’acteur, le film méritait mieux que ça. En 1966, Cannes préfère Lelouch à Orson Welles. Comme dit Godard, "le cinéma croule sous les fausses légendes". Et les critiques se trompent tout le temps.

     

    Répondre à ce message

  • Très bon film "Un Grand Seigneur", j’ai encore en tête la scène ou Mireille d’Arc introduit son amie comme nouvelle femme de chambre auprès de Louis de Funès :

    - Elle a déjà servi ?
    - Oh ça c’est rien de le dire monsieur ! ...

    Et Bernard Blier absolument impeccable en tenancier de bordel avec les dialogues de Audiard dans la bouche.

     

    Répondre à ce message

  • sans parler de degré zéro, la notation scientifique (10^x) est nécessaire pour évaluer ce film.
    inutile de pleurnicher sur le passé, aujourd’hui, rien a changer, nous avons anouna, entre autre et par exemple, tout comme de funès ces génies de l’abrutissement et de la vulgarité continuent à sévir.

     

    Répondre à ce message

  • De Funés, Mireille Darc et Castelli en voix off, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans.... Merci ER !

     

    Répondre à ce message

  • Merci de rappeler ce fait : sans les subventions (donc NOTRE pognon) le "cinéma" dit français aurait mis la clé sous la porte depuis longtemps !

    Quant aux films descendus par la critique.... Désolé mais j’ai quelquefois envie de me faire l’avocat du diable. Oui on peut rire des années voire des décennies plus tard de commentaires pas vraiment pertinents à la sortie du film : on évoque ici la Grande Vadrouille, mais on peut reparler des films des années 80 avec Bébel (JP Belmondo pour ceux qui ne connaissent pas).
    Mais il arrive aussi que la critique (donc il ne faut pas surestimer son role) soit pertinente. La Guerre des Etoiles épisode 1 a été jugé comme un film médiocre. Et c’est vrai : au delà des effets spéciaux, y a pas grand chose. Et je ne parlerais pas de l’épisode 7, je risque d’être vulgaire.
    Bref vous m’avez compris.

     

    Répondre à ce message


    • . La Guerre des Etoiles épisode 1 a été jugé comme un film médiocre. Et c’est vrai : au delà des effets spéciaux, y a pas grand chose. Et je ne parlerais pas de l’épisode 7, je risque d’être vulgaire.



      Blasphème !...J’ai vu ce film 20 fois (deux séances à chaque fois) en 77 avec un enthousiasme chaque fois renouvelé...Bien sûr,40 ans après,on a une autre vision mais c’était une merveille à l’époque car tout les mythes européens s’y étaient retrouvés et je ne vous parle pas des effets spéciaux inédits...C’est le film qui a sauvé la Fox du dépôt de bilan !!!

      Brigitte et Brigitte....vraiment de la daube....alors qu’un film d’Audiard (qu’importe le réalisateur) c’est éternel de majesté !

       
    • Moralité : Ne vous hasardez pas à vous improviser avocat du diable. D’autant qu’il se passe fort bien du service d’un quelconque avocat, surtout si mauvais.

       

    • Blasphème !...J’ai vu ce film 20 fois (deux séances à chaque fois) en 77

      Impossible l’épisode 1 n’est sorti qu’en 99, l’ordre chronologique ne coïncidant pas avec l’ordre de diffusion des épisodes.
      Enfin s’il ne vous a pas plus je comprends que vous en confondiez la numérotation. Peu importe il est vrai qu’il arrive que la critique soit clairvoyante comme elle le fut avec "the revenant". Un peu sanglant mais ô combien profondément humain au sens noble. A voir dans la mesure du possible.

       
    • Ne profitez pas d’une étourderie évidente pour raconter n’importe quoi. Tout le monde a bien compris qu’il parlait du premier film sorti et donc chronologiquement de l’épisode IV.

       
    • @ Ignare ris-tu

      oui en effet. L’épisode 1 est sorti en 1999, alors que l’épisode 4 en 1977. Quand j’étais enfant je ne comprenais pas pourquoi cette numérotation. Enfin bref, ce n’est qu’un détail.

      @Eric

      Ben développez, au lieu de baratiner !

       
    • Je ne vois pas la nécessité de développer dans la mesure où ce que je dis est très simple. Faudrait déjà savoir ce que vous n’avez-vous pas compris. Sans parler du fait que je ne m’adressais pas à vous (mais on n’est plus à ça près).

       
    • Mais Eric je ne m’adressais pas à vous non plus, je relevais une impossibilité factuelle et vous me faites comprendre que j’aurais du m’abstenir. Je ne sais pas quelle intention vous me prêtiez pour m’envoyer un post aussi sec.
      En plus j’ai pris soin d’étoffer ma réponse en évoquant un film de premier plan produit par un réalisateur aux films originaux (amours chiennes, Babel...) sans parler de l’étonnant 21 grammes sur la quantification de l’ âme.
      Mon pseudo parodiant maladroitement le brillant Inarritu est juste le signe de mon goût pour l’auto-dérision.

       
    • @Ignare ris-tu
      Ouh la ! Petite confusion de votre part. Mon premier post s’adressait à la fois à Paul82 mais aussi au début du votre sur Star Wars. Par contre mon second post s’adressait uniquement à@Paul82.

       
  • Regardez-moi la longueur de ces plans. Quel beauté ! - qui diffère tellement des films modernes avec des plans coupés toutes les 2 secondes de façon répétitivement dégelasse !

     

    Répondre à ce message

  • #1704776

    Ne pas oublier que le film "La Grande Vadrouille" avait été critiqué à sa sortie car il ne montrait pas la souffrance qu’une certaine communauté avait subie pendant la guerre.
    Je vous laisse deviner quelle communauté était a l’origine de cette pleurniche.

     

    Répondre à ce message

  • Un documentaire d’Arte intitulé "QUAND LA CIA INFILTRAIT LA CULTURE" montrant comment les services secrets américains ont manipulé les milieux artistiques et intellectuels européens après la guerre, me laisse imaginer que le cinéma ne leur a pas échappé non plus. Ces services avaient-ils des liens avec la presse cinéphile de l’époque, et en particulier Les Cahiers du cinéma, dont la ligne critique dominait toutes les autres ? Les Cahiers ont mené une croisade méthodique contre le cinéma populaire français, en même temps qu’ils exaltaient le cinéma populaire américain. Commercialement parlant, les films qu’ils saignaient à blanc marchaient très bien dans les salles, mais idéologiquement les valeurs des Cahiers ont fini par triompher. Ce sont les héritiers de la nouvelle vague qui se sont imposé dans le paysage, et en particulier la promotion Femis de la fin des années 80, avec Desplechin en étendard, qui a causé un tort terrible au cinéma français. Le cinéma populaire d’aujourd’hui qui remplit les salles est le fait de calamités comme Danny Boon, ou Luc Besson, dont vous aurez noté que le contenu de leurs films a autant de rapport avec une quelconque identité française que François Hollande n’en a avec la gauche

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents