Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Grèce en grève générale contre la réforme des retraites

Les créanciers exigent, Tsipras obéit, le peuple souffre et le lui dit

La Grèce a entamé une grève générale jeudi matin. Il s’agit de la troisième depuis l’arrivée au pouvoir l’an dernier d’Alexis Tsipras. Les Grecs protestent ainsi contre une réforme des retraites exigée par les créanciers du pays.

Trains, ferries et de nombreux vols intérieurs sont paralysés. Les hôpitaux ne devaient s’occuper que des urgences, les stations-service sont restées fermées, et les taxis n’ont pas circulé dans les rues d’Athènes.

Les avocats et les agriculteurs se sont unis à ce mouvement. Les agriculteurs ont entamé des actions de blocages de route depuis plusieurs jours déjà, créant de longues files d’attente de camions aux frontières nord du pays.

Tous manifestent leur mécontentement face à une réforme qui fera passer notamment de 2700 à 2300 euros (3000 à 2550 francs) le montant maximum des retraites. Elle instaurera aussi une pension de base garantie de 384 euros (428 francs) par mois.

Le gouvernement projette aussi de fusionner les différents fonds de pension. Il veut aussi augmenter les cotisations sociales et des employés, et des employeurs.

Pratiquement toutes les catégories de salariés ont critiqué ce plan. Celui-ci vise notamment à économiser 1,8 milliard d’euros par an (2 milliards de francs), soit 1% du PIB environ, dans le cadre des exigences de réformes formulées par les créanciers du pays, FMI, UE et BCE, en échange du nouveau plan d’aide de 86 milliards d’euros qu’ils ont accordé au pays en juillet.

 

Satisfaire les créanciers

Le Premier ministre, élu sur un programme de gauche radicale, est déterminé à présent à faire avancer cette réforme le plus vite possible, afin de satisfaire les créanciers. Il espère ainsi le début de négociations sur un allègement de l’énorme dette publique grecque (près de 200% du PIB).

Le projet de loi doit être voté ce mois-ci au Parlement. M. Tsipras n’y dispose que d’une très faible majorité (153 sièges sur 300).

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

3 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • on a tout essayer pour se défaire de l’Europe :
    - droite ( magouille, suite au référendum rejeté en masse par les français ) ,
    - socialos ( mon ennemi , c’est la Finance ) et pour finir valls : j’aime l’entreprise ( devant toutes les personnes qui ont vôté pour eux )
    - gauche radicale en grèce ( le peuple , encore dans la rue pour défendre ses retraites )
    il ne reste plus que le Front National , dernier recours pour sauver le peuple -

     

    • Mais il y a trop de moutons, qui obéissent sans se poser de questions. Le FN est la seule solution politique c’est vrai ! Mais combien de temps faudra t-il pour que nos compatriotes comprennent ?

      J’ai entendu une prof d’économie, sans doute une gauchiste, dire à ses élèves "mais c’Est normal que l’état emprunte sur les marchés financiers pour se financer sinon ça serait trop facile"

      L’école est donc devenu le moyen d’enchaîner nos enfants, si on ne bouge pas maintenant on ne pourra plus JAMAIS.
      Mais le temps que la majorité comprenne...il sera déjà trop tard.


  • La solution ?

    Visionner le film "La Rançon" avec Mel Gibson. Tout y est.