Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Moldavie et la Bulgarie de retour dans le giron géopolitique russe ?

La presse occidentale sent le vent tourner et s’inquiète

D’abord le triomphe de Donald Trump, puis les victoires des candidats dits « prorusses » en Moldavie et en Bulgarie... Ces nouveaux pouvoirs élus font bien évidemment partie d’un plus grand complot russe !

 

Si auparavant on a parlé de la piste russe dans la campagne électorale américaine, des cyber-attaques menées « par des hackers russes » et de l’implication de la Russie dans le Brexit, désormais Moscou s’avère régner sur l’espace européen en « plaçant » ses protégés dans les bureaux présidentiels. Certes, il est dur d’accepter le sentiment « prorusse » dominant chez les peuples de certains pays européens et d’en comprendre les raisons mais heureusement il y a toujours un plan B : accuser la Russie.

Les médias sont restés perplexes suite à la victoire du candidat du Parti républicain à la présidentielle américaine, mais le vent « prorusse » semble déjà s’être envolé plus loin. Premièrement, le candidat du Parti des socialistes de Moldavie Igor Dodon, « largement soutenu par les Russes », accède au pouvoir, puis on observe le candidat bulgare également « russophile » Roumen Radev remporter le second tour de l’élection. Russophile, prorusse : c’est déjà des éléments de langage courant pour les médias européens. En quête de titres frappants, la presse ne réfléchit pas trop et place ces mots de la rhétorique antirusse en tête des articles : Bulgarie. Les Bulgares ont largement élu un président pro-russe, écrit Ouest France craignant que le président nouvellement élu plonge le pays dans une période d’incertitude.

Retour de la Bulgarie et de la Moldavie dans le giron de la Russie ? Deux candidats prorusses élus présidents, s’interroge RTL Info Belgique déclarant que la Russie avait probablement financé les mouvements anti-UE dans les ex-républiques soviétiques.

Le Figaro rappelle que M. Radev n’est que novice en politique, et Le Parisien de son côté ne fait qu’étonner dans son article Bulgarie : Roumen Radev, un socialiste russophile, élu président que ce « Roumen Radev, sans étiquette mais soutenu par les socialistes, s’est déclaré favorable à une levée des sanctions européennes contre la Russie et estime que "la Crimée est de fait russe" ». Et pour la presse anglo-saxonne ? La Russie décidée à profiter des votes en Bulgarie et en Moldovie, affirme The Irish Times suggérant que l’ire envers les gouvernements pro-UE aide les candidats pro-Kremlin… Et Euronews s’interroge déjà sur une éventuelle coopération entre Moscou et Sofia dans un article éloquemment intitulé Bulgarie : élection d’un président russophile, satisfaction à Moscou.

C’est ça alors ? On évalue tel ou tel président à partir de ce critère, son attitude envers Moscou ? Les médias se déversant sur les pays qui prétendument tournent le dos à la Russie, ce alors que la majorité de ces pays ont toujours été… comme ils le disent, « pro-russes » ?

Mais une fois qu’un candidat avec des idées NON hostiles à la Russie prend les commandes, l’Occident enrage. Enrage et nie la réalité parce que c’est la seule chose qu’il peut faire — sans parler de l’accepter, ce qui n’est bien évidemment même pas une option.

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

8 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article