Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – François Ier et le Grand Turc, l’alliance "impie" ?

Par Christopher Lannes

Sous le règne de François Ier, la puissance et les visées expansionnistes de Charles Quint faisaient peser une menace imminente sur le royaume de France. Pour faire face à cette situation complexe et éviter que la France ne soit prise en étau, il aura fallu bouleverser totalement les règles géopolitiques et morales de l’époque en créant une alliance de revers avec Soliman le Magnifique, sultan de l’Empire ottoman.

Beaucoup critiquée à l’époque, et malgré ses effets limités, cette alliance « impie » aura eu le mérite de détourner, un temps, les forces de Charles Quint des frontières françaises. Sans aucun doute, l’aventure entreprise par François Ier avec le Grand Turc aura posé les bases de la géopolitique contemporaine alors que la Renaissance marquait déjà le début de la modernité.

 

 

Retrouvez La Petite Histoire sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Coïncidence, je lisais un livre de Philippe de Villiers (un des frères du chef d’état-major de Hollande quand même !), qui comparait Jacques Chirac à un grand mamamouchi.
    http://www.albin-michel.fr/ouvrages...
    « La petite pendule soprano vient d’alerter le Président. Jacques Chirac esquisse un rictus en signe d’épilogue. Les jambes se décroisent, les bras se lèvent comme deux soupirs, le geste est d’une politesse régalienne, mais la main s’ouvre et montre la porte. Très intéressant, le mystère Chirac, le mystère de cet homme qu’on décrit comme une feuille morte dans les vents dominants et que j’ai perçu comme un bloc compact d’opinions personnelles. Jacques Chirac change d’idées sur beaucoup de questions. Il y a un sujet sur lequel il ne bouge pas, sur lequel il n’a jamais varié, c’est son tropisme oriental. Pour la première fois dans son histoire, la France est conduite par un Mamamouchi. Il ne s’occupe plus de savoir ce que nous pensons ; il vit sous d’autres cieux, en Eurasie. »

    Cette alliance "impie" était une bonne chose du temps du Grand Turc, peut-être y aurait-il à creuser par là-bas autre chose que des cratères de bombes.

    Le plus patriote n’est pas forcément celui que l’on croit  !

    Bon, j’vais pas pousser le bouchon trop loin en vous citant un article de votre hétéro-vestimentaire préféré, Jacques Attali...


  • Non seulement cette alliance a effectivement eu des effets très limités mais elle a fait basculer un certain nombre de pays dans la domination étrangère. Pas sûr que les Hongrois, les Grecs ou les Roumains aient le même regard sur la chose...


  • Un peu comme notre bon Roi Hollande, François 1er, d’extraction nobiliaire comme d’intelligences somme toute assez communes, est poussé jusqu’au trône par la grâce des femmes, sa mère (Louise de Savoie) et sa soeur (future Marguerite de Navarre) qui surent aussi faire pousser les circonstances exploitables... Louis XII est résigné, il n’aura pas de fils...Claude de France sa fille est marié au Rouquin. Le voilà Roi un an plus tard. Mais comme il est con comme la lune et mytho de chez mytho, ce sont ses mères et soeurs qui gouverneront ou plus exactement qui s’efforceront son règne durant de rattraper le coup de chacune de ses entreprises foireuses : c’est François qui déclenche les guerres dans sa folie obsessionnelle de supplanter Charles Quint... C’est cette obsession aussi qui décide de l’alliance de revers avec le Turc... Avec cet homme de jouissances, incapable, assez limité en ses vues égotistes, effectivement arrive à la tête de la France le premier souverain qui fait les grandes divisions au sein du Royaume de France un siècle plus tard, et ce dans le seul but de se maintenir (ses mère et soeur ne poursuivaient elles aussi bien évidemment ... que ce but). Le Royaume de France en tant que tel était le cadet de ses soucis. Le dernier avatar de cette usurpation dynastique sera Louis XVI pur produit de la mésalliance bourgeoise et mollassone contractée par Louis XV du fait des inconséquences de la vie personnelle de son père dit le Grand Louis XIV. Car quand la vulgarité des pères prend le pas sur toutes choses en impactant les vues des fils, la couche devient la politique, toute la politique, en lieu et place de la politique intérieure ou extérieure. Il fut ainsi de la diplomatie de François 1er avec Soliman : totalement inconséquente et absolument pas nécessaire. A cet égard, tout le bassin méditerranéen civilisé depuis la plus haute antiquité peut lui dire merci. Conclusion : il faut se méfier des cons et des incapables au sommet de l’État car les conséquences de leurs actes et de leurs non-actes sont incalculables sur des décennies. Contrairement à ce qu’on pourrait, à ce qu’on voudrait croire... Après, des années après, pour l’Histoire et "la continuité du Service public", on enjolive et on tient ce qui est arrivé comme devant arriver (inéluctable) mais ce sont des mensonges pour rhabiller les réalités qui tachent ou déshonorent, et qu’on préfère oublier.


  • Duplicité ? Vous avez dit...
    Trahison à la chrétienneté, politique infantile et inconséquente d’un enfant capricieux commandé par des femmes.
    Ce roi, qui passe pour un des grands, est en fait un parvenu, profiteur des moments de faiblesse d’une monarchie en déclin. Il profite encore pour passer des alliances contre nature avec tous les tordus de l’époque dont Henry VIII d’Angleterre et serait presque tenté par le schisme protestant, en tous cas il ne le décourage pas sur ses propres terres.
    Je lui pardonne, comme beaucoup, sa légèreté, quand on lui doit Chambord et la Joconde.
    Pour le reste, c’est un monarque de plus qui abuse de son pouvoir. Quoi de neuf ?

     

  • L’exemple de François Ier, roi de France, est un sérieux coup porté aux thèses des identitaires européens.

    En effet, si il existait une civilisation européenne, où tous les Blancs chrétiens sont considérés comme frères, pourquoi y a-t-il eu tant de guerres entre eux ? Il y a eu davantage d’affrontements entre Blancs chrétiens, qu’entre Blancs chrétiens et Arabes musulmans dans l’Histoire...
    François Ier a vu son pays être menacé par d’autres monarques bien Blancs et bien chrétiens. L’alternative était simple : une France encerclée par Charles Quint ou bien prendre également en tenailles le Saint-Empire et compter sur la flotte ottomane pour garantir la paix par un équilibre des forces ...

    Maintenant, parler de civilisation européenne, c’est clairement faire fi de l’Histoire, n’en déplaise aux rageux qui parlent d’une trahison.. Si il n’avait pas fait cela, peut-être parlerions-nous aujourd’hui allemand ou espagnol, mais sûrement plus le français.


  • Très limité euhhhhh n’oublions pas que que c’est le Grand Turc qui avait libéré François Ier quand il fut emprisonné par les Allemands je crois si je m’en rappel bien.