Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

Par Christopher Lannes

À mille lieues de l’éducation pédagogiste actuelle, l’éducation à la romaine reposait, malgré quelques coups de bâton superflus, sur un socle solide. À l’époque, il était avant tout question d’apprendre la vertu par l’imitation du père, de reproduire le modèle familial et de légitimer l’Empire par l’étude des grands hommes. Aussi son but était-il de former les futures élites. Autant dire que nous nous trouvions alors aux antipodes de notre modèle éducatif actuel, où le professeur n’a plus d’autorité, où l’enfant doit apprendre par lui-même et surtout où la haine de soi et le nivellement par le bas, aussi appelé égalitarisme, font figure de fondamentaux.

 

 

 

À lire et comprendre, chez Kontre Kulture

 

Retrouvez La Petite Histoire sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • fernand nathan nous à lobotimisé ! abreuvé conscience à notre insu...


  • Comment a-t-on pu passer de ça à Belkacem...

     

    • enfin un représentant de la nouvelle éducation qui va enfin nous sortir de notre barbarie et notre ignorance.
      panpan culcul c’est traumatisant et l’autorité c’est caca
      allez , je prends !
      Des résultats concrets ?
      vous avez des enfants ?


  • Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce que dit le monsieur de la vidéo.

    - D’abord, on apprend rien avec des coups de fouet.
    - Ensuite, la prétendue supériorité du professeur sur l’élève ne se base sur rien : de quel droit se permettrait-il de mal lui parler, de le frapper, ou encore de l"humilier par la punition ? Les individus demeurent libres et égaux en droit, enfants comme adultes.
    - Pour finir, il me semble qu’il y a une incompréhension par rapport à l’apprentissage de l’élève par lui-même. Dans ce modèle, c’est l’enfant qui, naturellement curieux de son environnement, va se tourner vers des jeux, activités, sujets, etc. Le professeur est là pour le guider, l’accompagner, le stimuler.

    Bref, attention à ne pas confondre l’échec de l’éducation nationale d’aujourd’hui (car il y a bel et bien échec) avec les méthodes de CNV ou Montessori qui poussent l’élève vers le haut.

     

    • #1541101

      Réfléchissons :

      Les coups de fouets apprennent bel et bien quelque chose, chose que l’on oublie que trop aujourd’hui : l’ordre naturel. La loi de la jungle. Il y a toujours plus fort que soi et les coups nous le rappel. J’ai connu les coups et je ne m’en suis jamais plaind. Avec le recul je peux affirmer que ça m’a servi et que j’y pense par deux fois avant d’utiliser la violence.
      Il ne faut pas cocooner les enfants qui une fois l’adolescence venu se rendent compte de la violence du monde et se suicident car incapable de le supporter. Confère le taux de suicide chez les ados.
      Ensuite le professeur s’il veut se faire respecter doit être supérieur hiérarchiquement par rapport à l’élève. Sinon comme aujourd’hui les gosses agressent leurs profs. Bafouent leur autorité. En fait actuellement les profs ne gèrent plus rien du tout en classe. Et c’est faux de dire que le prof a l’époque ne faisait que punir l’élève, voir cherchait à l’humilier. Le prof est la au contraire pour l’élever(monter, se transcender) c’est le contraire de l’esclavage donc le fouet n’est pas systématique surtout pour un prof plein de pédagogie.
      Enfin un enfant curieux certes, nous l’avons tous été. Plus ou moins. Et l’enfant seul ne peut pas tout apprendre seul car il ignore tout ce qui existe. Il sort a peine du ventre de sa mère. Comment peut il vouloir apprendre la philo s’il ne sait pas que ça existe ? Ce que veux dire la vidéo c’est que pour apprendre la vrai culture l’enfant ne doit pas passer par le programme de l’éducation nationale actuel. Car c’est un formatage aux idéaux de l’empire.
      Je sais avoir sorti des banalités, des bases plutôt. Mais tout le monde ne les a pas. Faute a quoi ? Notre éducation scolaire biaisé.


    • @ Dankelmondviton

      Vous dites :
      "Les coups de fouets apprennent bel et bien quelque chose, chose que l’on oublie que trop aujourd’hui : l’ordre naturel. La loi de la jungle. Il y a toujours plus fort que soi et les coups nous le rappel."

      - Je suis peiné de lire ces propos..
      Ne serait-il pas préférable, au contraire, que le rapport parent / enfant soit basé sur autre chose que la violence du rapport fort / faible dite "Loi de la Jungle" ?
      Ne pensez-vous pas que les coups n’apprennent à l’enfant qu’à se conformer à un système dominant (système de contrainte avec punition / récompense) ?
      Ne serait-il pas préférable au contraire qu’il apprenne la chose pour elle-même et non pas faire plaisir au système ?

      Vous dites aussi :
      "Il ne faut pas cocoonner les enfants qui une fois l’adolescence venu se rendent compte de la violence du monde et se suicident car incapable de le supporter."

      - Une éducation bien faite a justement pour but de préparer l’enfant au monde. Cocooner l’enfant, ce n’est certainement pas la meilleure façon de le préparer au monde. Il est tout à fait possible de préparer l’enfant au monde sans pour autant le frapper.

      Autres questions :
      - Au nom de quel droit un professeur peut lever la main sur l’élève, ou l’humilier par une punition au coin ?
      - Si certains élèves bafouent l’autorité des professeurs, pensez-vous que le rétablissement du fouet serait une solution ?

      Vous dites :
      "Enfin un enfant curieux certes, nous l’avons tous été. Plus ou moins. Et l’enfant seul ne peut pas tout apprendre seul car il ignore tout ce qui existe."

      - La méthode Montessori ne prétend pas le contraire. Il s’agit de ne pas contraindre l’enfant et de l’accompagner dans son apprentissage. S’il s’intéresse à la philosophie, alors il lira naturellement les bouquins et en tirera + de choses que si on le fait lire sous la contrainte.

      En résumé, l’éducation nationale est en échec aujourd’hui parce qu’elle perpétue un système dominant fait de violence où l’élève n’a pas d’autres choix que se conformer à ce qu’une autorité autoproclamée supérieure lui a dit d’ingurgiter.
      Après la soumission à ces principes, l’élève n’est-il pas prêt pour être un consommateur servile et un petit employé obéissant ?


    • #1541474

      Ne soyez pas peiné, vous faites appel à de l’émotionnel et je vous répondrai avec raison.
      Dans mes propos, je ne suis pas catégorique, j’appelle à la réflexion. Je nuance juste vos dires.

      Selon moi dans l’éducation la tape apparait la ou les mots ne sont plus utile pour raisonner le jeune. Et ça reste un point de vu subjectif.

      A votre corps défendant, il faut être lucide, les jeunes apprennent la violence tout seul également, ils peuvent être de vrais teignes entre eux. Ainsi ils commencent à apprendre par expérience.

      La violence doit plutôt être une arme dissuasive. Le fait de savoir que le maître peut vous mettre une petite calotte c’est déjà réfléchir aux conséquences de ses actes. Et si le jeune continue dans la connerie, il aura eu ce qu’il méritait car prévenu.

      Vous dites : « En résumé, l’éducation nationale est en échec aujourd’hui parce qu’elle perpétue un système dominant fait de violence où l’élève n’a pas d’autres choix que se conformer à ce qu’une autorité autoproclamée supérieure lui a dit d’ingurgiter. »

      Ce qui est faux, il n’y a plus de violence à l’école de la part des profs qui subissent le bruit et le chahutage des élèves, les lancés d’objets et consort... Les profs ne réagissent pas car peu de marge de manoeuvre et parce qu’ils sont las. Et une autorité autoproclamée supérieur ? A définir ... Si on parle de l’éduc national et de ses programmes oui, si vous parlez du prof vous passez à coté de ce qu’est la hiérarchie et le respect de ses ainés. Le maître représente l’autorité en classe et c’est vrai, il faut faire parfois le flic en classe. Ne vous en peine ! On ne gère pas une masse à base de "s’il vous plait".

      A la limite vous diriez que parce qu’il y a eu des chatiments corporels par le passé, que ça s’est perdu et que maintenant faute de mieux c’est le bronx en classe. Et donc qu’il manque quelque chose pour remplacer l’ancienne doctrine, d’accord.


    • Attention, Christopher Lannes ne préconise pas les coups de fouet, on est à une autre époque quand même, mais l’autorité, ensuite, la supériorité du professeur est celle de la connaissance qu’il est censé transmettre, autorité et connaissances ou savoir vont de pair, le symbole de l’estrade était une bonne chose, en ce sens, car le maître était à sa place, et les élèves aussi,aujourd’hui plus personne n’enseigne rien, ne sait rien, bien que prétendant tout savoir, sous prétexte d’une égalité qui existe encore bien moins du fait que ceux qui sont privés d’un enseignement de base et qui ne sont pas aidés par leur famille, vont galérer à mort alors que les privilègiés auront droit aux écoles élitistes où l’on apprend vraiment quelque chose !


    • @ dankelmondviton

      Dès lors que "la tape apparaît là où les mots ne sont plus utiles pour raisonner le jeune", vous conviendrez que l’on passe de la raison à la violence : si l’enfant vous obéit, ça sera uniquement par peur de vos coups. Et dès que vous aurez le dos tourné, il recommencera. Dans ce schéma, il n’aura donc rien appris et ne fera que vous craindre.

      Si les élèves sont violents entre eux, c’est parce qu’ils reproduisent ce que leurs éducateurs (parents, profs, entourage autre) leur ont appris : la "loi de la jungle", "la loi de la terreur", "la loi de la dissuasion par la violence". Il y a un profond lien entre l’éducation de l’enfant et son comportement dans la société.

      Je pense au contraire que les écoles sont des lieux où la violence est très présente : l’environnement de compétition, la peur de l’erreur et de la mauvaise note, la méchanceté entre élèves, etc. Ces éléments devraient je pense suffire à vous convaincre :-)

      Je vous invite à lire les ouvrages de marshall rosenberg qui abondent dans ce sens, c’est très instructif.

      Bien à vous


    • @Lowik



      D’abord, on apprend rien avec des coups de fouet.



      Si, pour les plus rétifs, on apprend la discipline...
      Discipline : ensemble des règles de conduite qui régissent une collectivité, un groupe en vue d’assurer son bon fonctionnement
      Punition : peine infligée à quelqu’un pour une faute dont il est jugé responsable, dans le but de l’aider à s’amender, à améliorer sa conduite à venir.



      Ensuite, la prétendue supériorité du professeur sur l’élève ne se base sur rien : de quel droit se permettrait-il de mal lui parler, de le frapper, ou encore de l’humilier par la punition ?



      La supériorité du professeur se base sur la connaissance et l’expérience que l’élève est justement supposé ne pas avoir, et qu’il est d’ailleurs venu acquérir auprès de cette autorité.
      Le rôle accordé au Maître ou au Professeur est celui de la transmission d’un savoir. Voyez-vous, on ne naît pas savant, on le devient.
      L’autorité éducative se base, dans une société saine, sur la reconnaissance d’un savoir accepté (qu’il soit d’ordre intellectuel, moral ou physique), non inné et nécessitant une préparation préalablement à sa bonne pratique, sa juste compréhension ou sa correcte application. C’est le principe de l’éducation (étymologiquement "faire grandir", "faire se développer") et de l’enseignement (transmettre le savoir des signes). L’autorité chargée d’éduquer sont les parents. Celle chargée d’instruire, les professeurs ou les maîtres. C’est le fondement de toute civilisation. Considérer que tout est naturellement acquis ou confondre érudition et intuition relève d’une idiotie dangereuse.
      Être capable d’évaluer et de justement estimer sa propre ignorance, cela semble un prérequis nécessaire pour accepter d’apprendre.



      Les individus demeurent libres et égaux en droit, enfants comme adultes.



      Qui dit droit dit également devoirs. Enfants comme adultes.
      Mais peut-être êtes-vous de ceux qui soutiennent le principe de l’enfant roi. Si vous manquez à l’éducation de l’enfant, la vie s’en chargera elle-même.


    • #1541772

      Il y a du vrai dans ce que vous dites.

      Les élèves reproduisent le schéma de leurs éducateurs surement car ils apprennent par mimétisme. Par contre la loi du plus fort est instinctive, nous sommes des animaux avec un gros cerveau (quoique nos égos nous en disent). Il ne faut pas nier que naturellement c’est une chose que l’on a en nous. Donc dire que les éducateurs apprennent la loi de la jungle est un peu exagéré.

      " Il y a un profond lien entre l’éducation de l’enfant et son comportement dans la société."
      Tout à fait d’accord

      "Je pense au contraire que les écoles sont des lieux où la violence est très présente : l’environnement de compétition, la peur de l’erreur et de la mauvaise note, la méchanceté entre élèves, etc. Ces éléments devraient je pense suffire à vous convaincre :-)"
      Si vous définissez les violences ainsi, nous sommes d’accord. Dans ma réflexion je restais sur les châtiments corporels dans le cadre de l’éducation.


  • #1541056

    A quand l’éducation dans le monde Celte ?

    Ceux qui s’extasient devant l’empire romain sont les mêmes qui s’extasient devant l’empire américain...

    Merde à Rome merde à l’empire ...

     

    • #1541070

      Dans cette vidéo, Christopher nous parle de l’éducation chez les romain, il ne s’extasie pas devant l’Empire.
      De plus, quel est le rapport entre Rome et les Etats-Unis ???


    • Comparer les Etats-Unis, ces gorilles qui ne savent même pas placer les pays d’Europe sur une carte, qui se sont développés à fond pendant 100 ans et dégénèrent déjà, à Rome, certes, un empire, je sais que l’on n’aime pas trop les empires en France mais bon, tout de même père de l’Europe, qui a posé les bases de notre civilisation Chrétienne, civilisation d’art, de de raffinement, de beauté maîtrisant la viticulture (je vous rappelle que si on a le vin en France, c’est quand même grâce à Rome) et l’écriture... non, ça n’a aucun sens.
      A part le pygargue à tête blanche, symbole des Etats-Unis qui rappelle vaguement l’aigle impérial romain et la décadence (oui, mais tous les empires connaissent cette période de décadence, ça ne veut rien dire), je ne vois pas de comparaison..
      Les inventions ?
      Les Etats-Unis ont une base anglo-saxonne, le seul talent de ces gens-là ? Le pouvoir militaire et bancaire. Culturellement, c’est très pauvre.
      Leurs apports culturels viennent des communautés louisianaises françaises, irlandaises, italiennes, africaines, et même le hamburger est allemand (il vient de la ville de Hambourg).
      Le Anglo-Saxons ont tout simplement développé à travers l’histoire les capacités qui leur permettaient de conquérir le monde et cela c’est, l’argent et le fusil.
      Rome, est une civilisation, une vraie de vraie.
      Je vous recommande l’ouvrage de Jacques Bainville "Histoire de France" pour savoir à quel point Rome est important pour dans le développement de ce qui sera plus tard l’embryon de la nation française.


  • Il me semblait que chez les romains c’etait l’oncle (frère de la mere) qui educait l’enfant et non le père ?

     

    • #1541441

      Il me semble que cela est tout à fait exact. Mais c’est une pratique de la plèbe et non pas de la caste des "patriciens".


    • c’est bizarre, car l’oncle ne s’occupe des enfants que dans les familles matrilinéaires (filiation et héritage par les femmes) donc pour Rome qui est une civilisation purement patriarcale cela semble impossible, .
      vous avez des sources sérieuses ? personnellement je n’en n’ai jamais entendu parler


  • Il faut comparer ce qui est comparable. Le monde romain est un monde esclavagiste. Le romain vit au milieu d’esclaves et est lui même divisé en patriciens et plébéiens.
    C’est mal connaître notre société de penser que nos patriciens n’éduquent pas "à l’ancienne" leur rejetons.
    Bourdieu a très bien étudié cette "reproduction". Le système scolaire français et occidental est éminemment sélectif et si les coups y sont absents c’est qu’il n’en est plus besoin pour les enfants et les adolescents intériorisent la volonté de reproduire le pouvoir de la classe supérieure. C’est une ruse de notre société que l’éducation soit basé sur le mensonge et la duplicité.
    C’est rendre hommage à notre société profondément inégalitaire que de la comparer à une société romaine largement idéalisée elle aussi largement inégalitaire. Notre système éducatif est bien plutôt organisé pour dégoutter les pauvres de la culture puisque qu’apparemment égalitaire notre système justifie ainsi une terrible sélection sociale implicite .
    L’on a assez dit que toutes les écoles ne se ressemble pas selon que le quartier est plus ou moins riche. Que l’instituteur peut être aussi invité si le quartier regroupe des gens de même statut social etc.....Tout cela est archiconnu et interiorisé et fait l’objet de gros tirage dans les journaux sans que les fils d’ouvriers n’accèdent aux bons réseaux.
    Car il faut tout de même l’avouer, il faut aussi beaucoup de connaissances pour fabriquer un monde tel celui dans lequel nous survivons. Avions, fusées, internet demande des armées de gens qui ont bossés durs à l’école. Il faut des millions d’ingénieurs pour encadrer l’industrie mondiale actuel et notre société est tout a fait adapté à cet usage. Bien évidemment nos ingénieurs n’ont pas le niveau culturel des anciens mais ceux-ci n’avaient pas aussi le souci d’aller dans la lune ni de coloniser les planètes. Des mathématiques ils ne retenaient que la Logique et négligeaient ses applications pratiques et peut-être on peut penser qu’il y a plus de poésie dans un million de dollars que dans Beethoven.


  • Pas de panique il sera toujours aussi difficile d’entrer à Polytechnique ou à Normale sup . Aujourd’hui c’est l’enseignement des sciences exactes qui est considéré comme sérieux, les Maths la Physique-chimie etc . Rocard, fils d’un scientifique réputé être un des pères de la Bombe A française, à été inscrit par celui-ci en Maths Sup : 15 heures de maths par semaine, pour commencer . Profitant d’une absence de son père, Michel s’inscrivit en catimni à Sciences-Po . Colère du père quand il l’apprit : "T’ es un con, tu vas devenir un baratineur", c’est Rocard lui-même qui l’a raconté . Ce n’était pas faux mais la carrière du fils a tout de même été brillante .


  • De toute façon, il n’y a pas à tortiller...si l’empire romain a pu atteindre une telle grandeur dans tous les domaines et si l’occident actuel atteint une telle déchéance à tous niveaux, c’est qu’il y a bien une raison derrière tout ça. Et c’est l’éducation donnée aux jeunes, qui en fera, selon le type reçu, des citoyens honnêtes, civilisés et productifs, ou bien des racailles décérébrées, narcissiques et égocentriques.


  • #1541238
    le 24/08/2016 par Patriote syndiqué
    La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

    Puis après les Romains, quelle religion a apporté le poison de l’égalitarisme...

     

    • La religion franc-maçonne.


    • #1541465
      le 25/08/2016 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

      @Titus

      La FM n’a fait que laïciser une idée chrétienne.


    • C’est une idée reçue. L’égalité n’est pas une valeur chrétienne. D’ailleurs, elle n’existait pas dans le régime chrétien par excellence qu’est la monarchie chrétienne, et qui a fait la France. Elle n’existe pas non plus dans l’Église catholique.


    • #1542422
      le 26/08/2016 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

      @ Titus

      "Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus ni homme ni femme car vous n’êtes tous qu’une personne dans le Christ Jésus " Épître de St Paul aux Galates.

      Après on peut ratiociner à l’infini sur les survivances antiques et païennes du Moyen âge dans l’occident chrétien, n’empêche le ver est dans le fruit.


    • Tu confonds l’égalité devant Dieu et l’égalité dans la société. Ce n’est pas du tout la même chose ! d’ailleurs, les sociétés chrétiennes et en premier lieu l’Église sont toujours hiérarchisées et jamais, au grand jamais, égalitaires !


    • #1542536
      le 26/08/2016 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

      @Titus

      Je ne voie pas en quoi je serais dans l’erreur et toi dans le vrai. Je ne fais que citer les textes et en tire les conclusions qui s’imposent.

      Pour les sociétés chrétiennes, j’ai déjà répondu à cette affirmation dans mon message précèdent.


    • @titus& Patriote, vous avez tous les deux raison sur le fond : l’humanisme est chrétien et maçonnique et donc égalitaire,
      et d’un autre côté il y a autant de pouvoir hierarchique dans l’Eglise que dans la FM. 
      donc rien ne sert de se battre pour des contradictions qui sautent aux yeux :
      être tous égaux devant le pouvoir c’est cela la contradiction car en fin de compte c’est le pouvoir qui raffle la mise et surtout quand ce pouvoir se mondialise,
      l’égalité n’est qu’une normalisation politico/religieuse des différences humaines.


    • #1543573
      le 27/08/2016 par Patriote syndiqué
      La Petite Histoire – L’éducation dans le monde romain

      @Paramesh

      On pourrait même rajouter que le régime sous lequel on vit est aussi inégalitaire puisque d’après le premier ministre certaine communauté en est l’élite...
      Mais ce n’était pas vraiment ça mon propos. Quand je parle de survivances païennes dans l’Occident chrétien, je pensais plutôt à la Chevalerie ou à une certaine forme de piété populaire qui loin d’être des inventions chrétiennes sont des accommodements d’états existants antérieurs au christianisme (pour la Chevalerie par exemple, elle continue les sociétés viriles initiatiques antiques... et il y a fort à parier que c’est idem pour le corporatisme avec par exemple la forge ou autres travaux très anciens).


  • #1541313

    Même pas besoin de prendre l’école en exemple. Essayez donc d’éduquer votre enfant d’une manière un tant soi peu "romaine" au sein de votre foyer aujourd’hui... jusqu’a ce que la génitrice hystérique vienne ramener sa stupidité habituelle.
    Père d’un fils, séparé de la mère, je suis par avance effondré du résultat à venir.


  • C’est le langage de la Conscience pure que le civilisé va devoir se réapproprier afin d’espérer retrouver forme humaine...

     

    • Du langage à la lettre :

      Le premier langage de l’homme, le langage le plus universel, le plus énergique, et le seul dont il eut besoin AVANT QU’IL FALLUT PERSUADER des hommes assemblés... est le cri de la Nature.

      Jean-Jacques Rousseau


  • On imagine bien Marcus Ælius Aurelius Verus, fils de l’empereur Antonin, se faire fouetter par son proff.
    La plèbe était con comme nous, elle allait au cirque, pariait aux jeux, se coltinait sans broncher une espèce d’Empire non dit, gouverné par un dictateur divinisé. C’était une civilisation brillante, au début. De près, son déclin ne devait pas être très beau à voir, comme le notre.


  • Que de clichés. Et puis, on peut supposer qu’il parle de l’élite Romaine. La plèbe était vraisemblablement maintenue dans l’ignorance.

    C’est toujours pareil. Le passé, l’Histoire, vue du côté des grands Hommes, des élites. Normale, c’est eux qui ont écrit l’Histoire.

    J’ai envie d’apprendre l’Histoire vue du Peuple, du quotidien des vrais gens. La glorification des moeurs des nobles, des bourgeois, on voit ça chez Stéphane Bern, déjà.


Commentaires suivants