Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – Pourquoi Napoléon a-t-il quitté l’île d’Elbe ?

Par Christopher Lannes

Après son abdication à Fontainebleau, Napoléon Ier est exilé sur l’île d’Elbe, au large des côtes italiennes. Sur place, il se révélera en souverain concerné, impliqué et heureux. Mais plus pour longtemps... Dans ce nouvel épisode de La petite Histoire, Christopher Lannes vous conte la vie sur l’île d’Elbe et tente de cerner les raisons qui ont poussé l’Empereur à mettre les voiles pour reprendre son trône.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ce qui est sur, c’est que ce n’est pas dans le même style que Marion Sigaut mais c’est bien agréable aussi !


  • Le commentateur a un nom prédestiné pour conter la saga napoléonnienne,comme le maréchal Lannes,imparable chef d’avant-garde,malheureusement tué à la bataille d’Essling,prélude à la victoire de Wagram.
    A la tête du 5ème se trouvait le maréchal Ney,qui,un temps avait rallié le nouveau pouvoir,avant de rejoindre Napoléon,ce que Louis XVIII ne lui pardonna jamais en le faisant exécuter par la suite,avec la complicité honteuse de quelques maréchaux de l’Empire...l’Histoire est cruelle,c’est connu...


  • Sur l’Ile d’Elbe, Napoléon avait trop peur que des Corses vinssent lui faire la peau.
    En effet, c’est lui qui pendant la terreur de la révolution dite française, a fait tirer au canon à Ajacciu contre les familles à la sortie de la messe.
    Napoléon à l’Ile d’Elbe, c’est un peu comme si Carrier, Turreau ou Fourcroy avaient été assignés en résidence à l’Ile d’Yeu à proximité de la Vendée qui avait été le théâtre de leurs crimes.
    Aucun doute donc : Napoléon a quitté l’Ile d’Elbe par PEUR.

     

    • ce ne serait plutôt une histoire de pognon ? si je m’en souviens bien, Henri Guillemin en a parlé dans une de ses conférences.
      c’est drôle le nombre d’ historiens qui passent systématiquement les questions financières sous silence quand ils expliquent l’histoire (la chute de l’ancien régime est exemplaire sur ce coup là et encore merci à Marion de nous lever certains voiles sur le sujet)


  • Très surpris de voir ce déballage de 8m41s d’histoire officielle sur un site qui à plutôt l’habitude de dénoncer les mensonges, les manigances et les lâchetés des puissants.

    Qui peut décemment croire aujourd’hui à l’image d’Epinal des événements de la prairie de la rencontre, si ce n’est les enfants auxquelles ont fait lire du Fernand Satan à l’école ?

    Napoléon, héros du peuple, s’avançant seul, ouvrant courageusement son dolman devant les soldats royalistes... Et la marmotte dans tout ça ?

    J’allais oublier la comparaison douteuse entre Charles X et François Hollande. Quitte à faire des comparaisons, allons jusqu’au bout. Napoléon est revenu pour son propre et unique intérêt, qu’il soit pécuniaire ou/et sentimental (un exemple flagrant de fuite en avant), tout comme Sarkozy est revenu pour tenter de rétablir sa petite situation précaire de justiciable "comme les autres".

     

  • Napoléon a sûrement quitté l’île d’Elbe pour retrouver la France qu’il aimait tant. Jouer les souverains d’opérette ne plaisait guère à l’empereur ; il avait même eu vent de tentative d’assassinat sur sa personne. De plus, Louis XVIII, ne payait pas la rente annuelle de l’empereur. Débarqué à Golf Juan, Napoléon commet une grande faute ; le congrès de Vienne n’est toujours pas dissous. Si celui-ci l’avait été, l’empereur aurait eu plus de temps pour réorganiser son armée et la France. Napoléon l’avouera à Saint-hélène.

     

  • @ Alfihar

    "Napoléon, héros du peuple, s’avançant seul, ouvrant courageusement .."

    Tu as bien fait de le remarquer ; c’est une historie complètement absurde et que pourtant on ne cesse de répéter à satiété.

     

    • tu y étais ? tu connais Napoléon, sa personnalité ? il était quasi suicidaire lorsqu’il jouait son avenir en un instant ... il avait tenté de mettre fin à ses jour par le poison quelques mois plutôt comme il chercha la mort à Waterloo quelques mois après, il l’avait déjà fait à Lodi dans sa jeunesse ... bref ne salissez pas sans savoir la Gloire merci ! :)


    • Erreur,comme il y a la loi à la lettre,il y a l’esprit de la loi !Napoléon est entré dans la légende
      de son vivant même:on le représente toujours dans l’iconographie sur un cheval blanc,alors que dans la réalité il avait un pur sang arabe,qui n’était pas blanc,mais qu’il faisait toujours courir au triple galop pendant quelques centaines de mètres,etc,etc


    • On peut reprocher bien des choses à Napoléon, sur un plan politique ou moral. On ne peut cependant pas nier qu’il fut très populaire au sein des soldats.


  • Vive l’Empereur ! Et à mort la perfide Albion, l’ennemie éternelle !

     

    • Je souscris. Napoléon est plus un dieu qu’un homme. Mais il semble qu’en réalité, sa décision de quitter l’Ile d’Elbe (la plus belle et glorieuse chose qu’un homme ait jamais faite dans l’histoire) ait eut une raison bien humaine et assez terre à terre : ce connard podagre et impuissant de Louis XVIII avait décidé de concert avec ses "alliés" (toujours les anglo-saxons chassant en petite bande) de lui couper les vivres et de ne plus lui verser la pension prévue par l’accord européen de 1814.


  • Quelqu’un peut-il expliquer l’occurrence suivante, sur laquelle je doute un peu, énoncée vers 5:00 "Dans les campagnes, les paysans craignent le retour des droits seigneuriaux".
    N’étaient-ce pas plutôt les propriétaires bourgeois et spéculateurs qui avaient plus à craindre du retour du roi. Quid de la fin des corporations voulu par les révolutionnaires capitalistes, forcément que le chômage explosait mais au profit de qui, de la City peut-être.
    Cela part d’une bonne intention et l’initiative est respectable, seulement certains éléments manquent de remise en perspective, et de remise en question. Napoléon tire sa grandeur du chaos laissé par la Révolution. Je ne nie pas l’oeuvre du personnage, mais il n’aurait pu prétendre à la place de souverain si le souverain royal légitime n’avait pas laissé sa tête place de la Concorde.

     

    • Quand on s’intéresse à la campagne de France, on voit que ce sont les bourgeois qui ont rapidement lâché l’empereur. Pendant que les jeunes Marie-Louise, fils de paysans, mourraient sous la mitraille en criant "Vive l’Empereur", les bourgeois de Paris organisaient le retour du roi. Triste parallèle.


  • Christopher Lannes.A tout hasard il a des liens de parenté avec le Maréchal Lannes ?

    Merci pour le partage ER.

     

  • @ campagnes de france

    "tu y étais ? tu connais Napoléon, sa personnalité ?"

    Apparemment toi oui. Dis-moi, c’est vrai que c’était un type plutôt sanguinaire ? Tu pourrais pas nous en dire plus, toi qui sembles si bien l’avoir connu ?

     

    • Napoléon n’était pas plus sanguinaire que la perfide Albion notre adversaire de toujours, qui a envoyé le Continent entier combattre la France pendant 23 ans et 7 coalitions successives de la "Sainte Alliance" l’ancêtre de l’Otan sous service anglo-saxon. L’Angleterre a favorisé la destruction de la puissante Monarchie Française, a manipulé une part de la Révolution et s’est retourné contre elle pour mieux favoriser l’anarchie et l’affairisme.
      Sous Napoléon il n’y a jamais eu de "terreurs" en France comme ce fut le cas sous la Révolution puis sous le retour des Bourbons dans les bagages des armées étrangères envahissant la Patrie.
      Napoléon a eu après des dizaines de batailles victorieuses dont certaines splendides pour l’art militaire, des revers qui lui ont été fatal militairement car tactiquement il ne pouvait que gagner sinon la France allait subir l’Occupation en plus de la guerre sur les théâtres extérieurs (européens & coloniaux), car si lui a laissé sur les Trônes les autorités vaincues à chaque coalition, il savait pertinemment que les rois menés par Albion ne lui auraient fait aucun cadeau et que sans cesse l’argent de la City et des colonies anglaises permettait d’acheter indéfiniment des européens pour combattre la France.
      Il a bien fait d’essayer de trouver la mort jusque sur le champ de bataille, c’est un geste héroïque d’honneur & de gloire d’un chef d’Etat lucide qui savait qu’il avait faillit à son Serment au Peuple Français à savoir de garantir l’Intégrité & l’Inviolabilité du Territoire de la République Française.
      La tannée de Waterloo en terme d’Indépendance vis à vis du monde anglo-saxon, la France ne s’en est jamais remise, des frontières artificielles ont été tracé par les occupants pour nous départir de nos Frontières Naturelles toujours perdues à ce jour.
      Mais le combat qui l’opposait à Albion n’était que le match retour continental de la défaite ultra-marine de nos rois en Amérique surtout, il n’y a pas de "guerres napoléoniennes" c’est un mensonge du vainqueur.
      C’est en tant que patriotes que nous devons donc être modérés et en même temps soutenir la Mémoire de cette Dernière Grande Gloire Nationale après Louis XIV, un géni qui a porté la France au plus haut du firmament.
      A une époque où l’on combattait Albion en toute Indépendance Nationale où nous n’étions pas ses supplétifs pour partir en Crimée ou pour se faire casser la gueule 3 fois par leurs cousins-"germains" rivaux, pire encore y trouver refuge en prônant "l’Union" ...


  • Notre Histoire de France : belle et bien contée, .


  • Dommage que l’Empire Français ça sonne plus trop bien de nos jours, car le concept est pas mal.


  • Napoléon n’a jamais agit que pour son propre compte. La campagne d’Egypte fut une catastrophe, partis 30000 hommes retour 5 000, Russie 650 000 pour 33 000. Il s’est lancé dans ces opérations soit poussé par d’autres qui voulaient s’en débarrasser ? soit de lui-même contre l’avis de ses conseillers. Il aurait pu demander l’Amérique, il y avait investi beaucoup. Son orgueil démesuré fut la cause de sa perte. Son indéniable génie tactique (Italie, campagne de France) l’a aveuglé sur ses capacités réelles. La France ne pouvait que perdre à terme car c’est la Révolution quia enclenché le processus des conflits sans fin. Son retour d’Elbe fut catastrophique pour la France car elle fut amputée de territoires et son occupation fut plus longue.. Son auréole dans l’Armée ? les militaires survivants étaient nostalgiques de leur jeunesse et de la gloire d’en être sortis vivants. Demi-soldes ? mais c’est le régime de retraite du privé en France contemporaine. Ne pas oublier que400 000 Français se cachaient pour ne pas être enrôlés (comme sous l’Occupe pour le STO). La cavalerie était devenue impuissante car les éleveurs ne pouvaient plus fournir (à la fin c’étaient des poulains).
    quant à l’humanité de Napoléon, ne rions pas, exécutions de prisonniers de guerre (jaffa) "que me font 1million de morts ! réplique à Talleyrand).

     

    • Tout à fait d’accord. En Égypte, Bonaparte n’a pas suivi les ordres puis a déserté et s’est lui-même étonné de ne pas passer en jugement à son retour. Les vrais ennemis de la perfide Albion, c’était les Capétiens.
      Du reste, quand un vrai Capétien — Charles X — est enfin revenu au pouvoir, les britanniques ont monté une révolution contre lui en 1830. La prise d’Alger contrecarrait leurs intérêts beaucoup plus que les guerres de l’Empire. Jusqu’à ce jour, ils ont ensuite fait en sorte que l’Algérie ne devienne jamais vraiment part du Royaume.


  • @campagnes de france

    Le meilleur bouquin que j’ai pu trouvé en chinant dans une vieille librairie à propos de ton idole est celui de Jean Robiquet "La vie quotidienne au temps de Napoléon". Un véritable bijoux qui vous donne la sensation d’y être. En fait, durant tout son règne la France semble ne pas avoir connu un jour de répit. Les Français étaient fatigués de toutes ces campagnes qui leurs rapportaient que prestige et rien d’autre. On en fait pas une image d’Épinal comme toi tu sembles vouloir le faire.

     

    • "Les Français étaient fatigués de toutes ces campagnes qui leurs rapportaient que prestige et rien d’autre"
      Non pas les Français, mais la bourgeoisie qui comptait bien jouir enfin des dividendes que la révolution qu’elle avait organisé pour elle seule, devait lui rapporter.
      Chose qui arriva lors des régimes suivants :
      "J’élève des veaux gras" LOUIS-PHILIPPE
      Et aujourd’hui plus que jamais : car ce peuple jeune et avide de connaissance qui résista à l’empire anglais ancêtre du N.O.M. et inscrivit à la face du monde les plus hauts faits de gloire de son histoire, regarde aujourd’hui TF1 et fait ses courses à Carrefour.


  • « J’espère que le moment ne tardera pas où je pourrai […] établir un régime uniforme, fondé sur les principes de l’Alcoran, qui sont les seuls vrais et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes » (Napoléon Bonaparte)


Commentaires suivants