Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Petite Histoire – Saint Remi, l’évêque qui baptisa Clovis

Par Christopher Lannes

Saint fondateur de la France chrétienne, Saint Remi est surtout connu pour avoir baptisé Clovis, le roi païen, marquant ainsi la genèse de la conversion de tout un peuple. Nommé évêque à seulement 22 ans, il s’appuie sur sa forte personnalité et son caractère impétueux pour mener son combat, son grand combat : la survie de la Rome éternelle. Doté d’un sens civique aussi fort que son sens spirituel, Remi aura ainsi été toute sa vie un trait d’union entre l’Empire romain finissant et le nouveau royaume Franc à christianiser.

 

 

Sur l’histoire de France, lire chez Kontre Kulture :

Retrouvez La Petite Histoire sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Selon la tradition, Remi aurait déclaré : « Courbe humblement la tête, fier Sicambre ; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré »

     

    • Et alors ?


    • #1591942

      - "Veni, Vidi, Vinci !" (Jules César) Et alors ?
      - "Tu Quoque, mi fili ?" (Jules César) Et alors ?
      - "Les Gens d’Armes bataillent et Dieu donne la Victoire" (Jeanne d’Arc) Et alors
      - "Le roi de France ne venge pas les injures faites au Duc D’Orléans" (Louis XII) Et alors ?
      - "Français, Je vous ai compris (Charles de Gaulle)" Et alors ?
      - "Je serai un Président Normal" (Mimolette 1°) Et alors ?
      - Et alors ? Et alors ? Et alors ? (Henri Salvador) : Zorro est arrivé, cher Labrador !


    • A ce sujet, il s’agit d’une mauvaise traduction latine de "Mitis depone colla sicamber", le mot mitis signifiant la douceur a été oublié dans la traduction et ne se fait plus sentir, et au contraire rien ne rappelle la fierté évoquée sinon le mot sicambre (qu’on retrouve dans la ville de Cambrai).
      Il s’agit sans doute dans cette opération de montrer qu’on passe de la fierté à l’humilité qu’on renverse tout complétement, qu’on brule ce qu’on a adoré et qu’on adore ce qu’on a brulé, comme le dit justement la suite, mais hélas cela se fait au détrimant de la douceur évoquée par saint Remi, douceur qui va toujours avec l’humilité (apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur).


    • @el vago, pas si ’vago’ que ça ! Vous avez l’air de maîtrisez le latin, chapeau..


  • #1592013

    Ils ont envoyé un jeune pour accomplir une tache risquée. Les plus vieux étaient suffisamment conscient pour esquiver le danger.
    De plus, un jeune est, en apparence, moins dangereux, ce qui permet de passer la barrière de la méfiance afin d’enfumer l’interlocuteur. Idem avec les femmes.
    On reconnait la fourberie légendaire des gens d’église et leur caractère insaisissable, aussi visqueux qu’un poulpe de trois semaines sur une étale de chez Auchan.

     

  • il me semble aussi que Clovis s ’est converti au christianisme
    en parti suite a une victoire a une certaine bataille
    il aurait dit : "dieu des chrétien donne moi la victoire et je ferai de moi un chrétien"

    si une personne plus cultivée que moi pourrait m éclairer je lui en serait reconnaissant

     

    • Selon Grégoire de Tours, Clovis aurait promis de se convertir au christianisme qui était la religion de son épouse Clothilde et des élites gallo- romaines, si la bataille de Tolbiac tournait en sa faveur contre les alamands. Et ce fut le cas, donc il prit exemple et imita la conversion de l’ Empereur romain Constantin par Eusèbe de Nicomédie.


    • Il s’agit bel et bien de la bataille de Tolbiac, Clovis fait appel sur le champ de bataille, alors qu’il est en train de perdre face aux alamans au Dieu de Clotilde, sa femme, une sainte catholique, et sans doute saint Vaast, saint Remi, sainte Genevieve n’y sont pas pour rien dans cette subite supplique non plus....
      Sur l’instant le chef des alamans meurt sous le coup d’une hache, une dissension s’en suit chez les alamans, le cours de la bataille se renverse et Clovis triomphe, lui et 3000 de ses soldats se convertiront à la fête de Noël cette même année.

      Pour ce qui est de saint Remi :
      Saint Remi n’est pas natif de Reims mais du sud de Laon, son père était Comte de Laon, sa mère est une sainte catholique (Céline), ses frères, si je me souviens bien, ont tous embrassé la vocation, comme quoi, ça aide toujours d’avoir une mère très chrétienne.
      Ce sont les gens de Reims qui sont venus chercher Remi à un si jeune âge pour sa sainteté, saint Remi est un saint thaumaturge, il est le père de la France et c’est en cela qu’on ne pourra jamais séparer le catholicisme de la France, saint Remi est surtout l’évêque au plus long apostolat de France, beaucoup de ses prières ont été pour la France et pour la lignée royale, saint Remi comme le disait Bossuet est un autre Samuel, l’histoire de France et la geste johannique le prouvent (sainte Jeanne de "la maison de Remy", comme le dirait P. Hillard, c’est pas du hasard).

      Clovis et saint Remi, c’est du lourd donc, mais si vous avez fait un peu attention, on remarque qu’il y a derrière eux, toujours une femme qui compte, c’est une spécificité française. Il faut dire aussi que la patronne principale de France est la Vierge Marie, les patronnes secondaires sont sainte Jeanne d’Arc et sainte Thérèse de Lisieux, la patronne des rois de France est sainte Pétronille la fille adoptive de saint Pierre (la France fille aînée de l’église vient en partie de là), la patronne de la Bretagne est sainte Anne, la mère de la Vierge Marie, sans parler des saintes Marie qui ont débarqué en Provence, genre on a pas fait exprès, c’est le vent qui nous a amené là, mon œil ! Nous faisons face à un véritable complot catholique et féminin !
      Et dire, qu’une femme se croit plus forte quand elle se prétend féministe, alors qu’il lui suffirait seulement d’être catholique pour imposer naturellement beaucoup plus de respect, la révolte féministe et ses illusions s’estomperont un jour, cette vilaine farce ne pourra durer éternellement.


  • #1592311

    La règle des Trois tiers (1/3 à l’investissement, 1/3 à l’entretien, 1/3 au secours des pauvres) est le pendant de la règle chrétienne du travail comme seule source de création de richesse ("Que celui qui ne travaille pas, ne mange pas ! " St Paul).

    Cette règle des trois tiers a été inspirée de la pratique de Saint Anne, mère de Marie, qui consacrait le tiers de ses revenus aux pauvres, et nous dit les Saintes Ecritures a dû la prospérité de ses affaires de n’avoir jamais dérogé à cette règle.

    La civilisation chrétienne a fondé sa prospérité bi millénaire sur ces deux règles qui prises ensemble forment les quatre valeurs cardinales de tout économie politique (Quatre étant le nombre de Dieu soit la Trinité (3) qui ne fait qu’Un (4)) :

    - Réinvestir le 1/3 des revenus
    - Ne consommer que le 1/3 des revenus
    - Secourir les pauvres avec le 1/3 des revenus (règle de Sainte Anne)
    - Promouvoir le travail des six jours, et bannir ses inverses la spéculation et l"assistanat

    Incroyable : on fait exactement l’inverse !
    Et depuis qu’on fait l’inverse, on se ruine et on chute.....

    C’est cela qui est extraordinaire avec le Christianisme, c’est son éternelle modernité et son indépassable exactitude. : que l’on croit ou pas.

     

  • Marché aux esclaves, communément appelé de nos jours le « FMI ».


  • En lisant la biographie que l’historien catholique Michel Rouche a consacrée à Clovis, je me suis rendu compte que Francis Cousin est bel et bien un falsificateur de l’histoire. Les barbares germains qu’il met sur un piédestal étaient bel et bien des barbares dont la culture était infiniment inférieure à la civilisation gallo-romaine. L’Empire romain n’avait rien à voir avec l’actuel empire américano-sioniste, car c’était un empire civilisateur et non destructeur. Sachez que les barbares pratiquaient une forme de matriarcat qui générait des tueries incessantes parmi leurs élites.