Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Russie se déploie militairement en Iran

La partie d’échecs continue avec l’OTAN

Les dirigeants et les médias occidentaux sont désarçonnés par l’installation d’une base militaire russe en Iran, comme ils l’avaient été lors de leur installation en Syrie, en septembre 2015. Pourtant, ces deux déploiements avaient été très longuement préparés, depuis novembre 2015 pour l’Iran, depuis juin 2012 pour la Syrie. Même si elle n’est pas destinée à être permanente, la base d’Hamadān atteste du changement de statut international de la Russie, désormais présente au-delà de sa zone d’influence traditionnelle.

 

Le 30 septembre 2015, la Russie a déployé un groupe de bombardiers de combat sur la base aérienne de Hmeymim pour débuter la campagne de bombardements contre les jihadistes en Syrie. Le 23 novembre 2015, le président Vladimir Poutine a effectué une visite en Iran. Il est supposé que, durant cette visite, il avait demandé l’autorisation d’utiliser la base aérienne de Hamadān pour au moins une escadrille de bombardiers lourds Tu-22M3 russes qui devait opérer en Syrie. Les conditions de livraison des missiles anti-aériens russe S-300 à l’Iran contenaient l’autorisation d’utilisation par les Russes de cette base aérienne. Poutine voulait que ces systèmes S-300 prennent sous leur protection les bombardiers lourds russes déployées en Iran. Par ailleurs, la version livrée de S-300 à l’Iran est la plus puissante (S-300 PMU2), étant proche de la performance du S-400.

Jusqu’à la Révolution islamique de 1979, les États-Unis avaient créé en Iran des infrastructures d’aérodromes ultra-modernes disposant de groupes techniques dans des bunkers capable de faire fonctionner, armer et maintenir des bombardiers lourds B-52 et des bombardiers supersoniques B-58 en cas de conflit avec l’URSS. Par conséquent, les bombardiers lourds Tu-22M3, à géométrie variable, avec une vitesse maximale de 2 300 km/h et un équipage composé de quatre membres, disposent en Iran de bien meilleures installations qu’en Syrie ainsi que pour les munitions. Et la Russie possède plus de 70 bombardiers de ce type. Deux bombes accrochées sur des bombardiers légers Su-24, Su-25 et Su-34, peuvent être assemblées et testées électroniquement sur la plate-forme de la base aérienne de Hmeymim. Mais quand il s’agit de 40 à 90 bombes à embarquer dans la soute d’un bombardier Tu-22M3, il faut projeter un groupe technique spécial, de nombreux armuriers et des outils spécialisés.

À la fin juillet 2016, l’armée arabe syrienne a réussi à couper la route d’accès de Castello qui relie Alep au gouvernorat d’Idlib au nord-ouest de la Syrie occupée par les jihadistes. La manœuvre de l’armée arabe syrienne a isolé un groupe de 10 000 combattants à l’est d’Alep. Les mercenaires ont réussi à transférer en une nuit à Idlib environ 10 000 autres combattants qui ont commencé deux contre-attaques dans le nord-ouest et au sud d’Alep, pour briser l’encerclement.

Lire l’intégralité de l’article sur voltairenet.org

 

L’Iran, la Russie et l’Empire, chez Kontre Kulture

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1538853

    sûrement que Erdogan a balancé des infos concernant ses anciens amis et leurs projets néfastes contre la Paix dans le monde -
    après l’échec de la Syrie , ces crapules feraient bien de faire attention à la puissance Iranienne soutenue par Poutine -
    depuis le temps qu’ils encaissent toutes les propagandes lancées contre eux par les médias occidentaux et leurs amis , ils ont décidé de mettre fin à tout çà et de commencer à leur botter le cul à tous ces criminels et vendeurs d’armes ...


  • #1538884
    le 21/08/2016 par Desguarde
    La Russie se déploie militairement en Iran

    En espérant que cela calme les ardeurs de Clinton, qui a déclaré que si elle été élu présidente, elle ferait la guerre à l’Iran.

    Voila la vidéo pour les anglophones : (passage à partir de 2:20)
    https://www.youtube.com/watch?v=R2C...

    Par contre, j’aimerai bien voir l’interview en integralité, histoire de voir le contexte avant qu’elle ne déclare cela ; tout comme la coupure où elle dit juste après, qu’ils (les USA) les effaceront (les Iraniens) "totaly abliterate them". Il y a peut être encore un contexte.

     

  • #1539123

    La sainte Russie de Vladimir le Grand est donc le katechon.... cette force entravant la marche irrésistible de l’Empire de la marchandise ... hmmm


  • #1539168

    La République Islamique d’Iran a toujours refusé des bases militaires étrangères sur sur territoire par nationalisme et par souci de préserver leurs indépendance,si ils ont fini par accepter la présence temporaire sur leurs territoire de quelques chasseurs bombardiers Russes,c’est parce que les Russes ont fini par livrer tous les S-300 tant promis et attendus par l’Iran.
    D’autre part,les Iraniens et les Russes ont compris que c’est une course contre la montre maintenant en Syrie,plus rapidement ils écraseront Daesh,Al-Nosra & Co,plus aisé il sera de conclure un accord de paix qui garantira l’avenir et la stabilité de la Syrie...


  • #1539214

    Et ca accélère.
    Selon deux articles chez Reuters :

    - le président (allié aux Houthis, eux mêmes soutenus par l’Iran) du Yémen vient d’offrir à Poutine l’accès à tous ses ports et aéroports

    - les US ont réduit à presque zéro le soutien logistique qu’ils fournissaient à l’intervention de l’Arabie Saoudite au Yémen