Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Société de consommation

La consommation est devenue la morale de notre monde. Elle est en train de détruire les bases de l’être humain, c’est-à-dire l’équilibre que la pensée européenne, depuis les Grecs, a maintenu entre les racines mythologiques et le monde du logos.

L’auteur précise : « Comme la société du Moyen Âge s’équilibre sur la consommation et sur le diable, ainsi la nôtre s’équilibre sur la consommation et sur sa dénonciation. »

Vous souhaitez éviter les grands réseaux de distribution ? Vous pouvez aisément vous procurer cet ouvrage auprès de votre libraire habituel en lui donnant le titre du livre et son ISBN (978-2070323494).

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1558963
    le 16/09/2016 par yéti déporté au Benêtland
    La Société de consommation

    Ce bouquin est très très bon.

    Avec "le système des objets" plus orienté sur la consommation et la "phénoménologie des objets", leur réseau d’appâts pour le filet Capitalisme, encore meilleure, va au fond de l’aliénation du consumérisme, en décortiquant tous ses messages subliminaux.

    Marx avait vu "le prolétaire n’est libre qu’en consommant" mais sans voir que cette liberté deviendrait chaîne (Sade si !)

    Même si "le système des objets" date de 50 ans par ex, les concepts liés à la publicité, à la hiérarchie de classe par la consommation etc ... sont d’autant plus visibles maintenant.
    "Simulacre et simulation" bien aussi mais plus commentaire d’événements
    Complète et introduit Clouscard (plus politique).

    « Pour pouvoir être produite et consommée, la relation - comme les biens matériels [le bébé gpa acheté], comme la force de travail [la traite négrière Soros-Krupp] et selon la même logique [libérale-libertaire] - doit être ‘libérée’, ‘émancipée’ [torch of freedom : nom donné aux cigarettes pour libérer la consommation féminine].
    C’est à dire qu’elle doit se dégager de toutes les conventions [par Purinement Sociétal des valeurs] et rituels sociaux traditionnels. C’est la fin de la politesse et de l’étiquette, lesquels sont incompatibles avec les relations fonctionnelles généralisées [du Marché, remplacées par la pornographie, la mode, et les rapports de force capitalistes, Sade l’avait prévu...]
    La tolérance dans ce contexte n’est plus un trait psychologique où une vertu : c’est une MODALITÉ du système lui-même [un lubrifiant hypocrite gôôôchiste de l’enculage capitaliste]. La tolérance morale n’est pas plus grande qu’avant, on a changé de système, et on est passé à la compatibilité fonctionnelle [burqa où ras la touffe, neutres pour ce qui concerne leurs valeurs d’échange. Et le Capital industrialise le relationnel, fesses-boucs, meetic, pour en faire son langage] »

    La société de consommation

    "Il ne s’agit plus d’imitation, ni de redoublement, ni même de parodie, mais d’une substitution au réel des signes du réel, c’est-à-dire d’une opération de dissuasion de tout processus réel par son double opératoire, machine signalétique métastable, programmatique, impeccable, qui offre tous les signes du réel et en court-circuite toutes les péripéties. "

    Simulacres et Simulation

    Mais ce monde bobo est déjà mort en lui même, même s’il se trémousse toujours devant les caméras, dirait Hegel ...