Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

Le revers des "printemps arabes" ?

Il a fallu 6 ans, 7 gouvernements et un pays en ruine, pour que les assassins économiques finissent par cracher le morceau : la Tunisie est dans la crise jusqu’au cou !

 

À défaut d’arguments, un tant soit peu rassurants pour des Tunisiens laminés et déprimés, Youssef Echahed (YE), le nouveau chef du gouvernement, a arboré son âge et s’est targué d’être franc ! Tout est dans le style !

Côté programme il a affirmé vouloir : soutenir les investissements et les exportations pour doper la croissance économique, maîtriser les équilibres macro-économiques et blablas… La même rengaine depuis trente ans ! Mais, cela n’a pas empêché YE d’affirmer que « les choix ont conduit au recul de tous les indicateurs économiques et sociaux » [1]. Cela en dit long sur la franchise du nouveau résident de La Casbah !

Membre du gouvernement précédent, YE passe donc aux aveux [2]. Il a insisté, notamment, sur l’état des finances publiques [3] : l’État serait en situation de quasi-cessation de paiement ! La situation serait pire qu’en 1986 !

Le bilan est lourd, voire très lourd :

Le déficit budgétaire serait de 7,1 % au lieu des 3,9 % prévus dans la loi de finance de 2016 ; soit 2 900 millions de dinars (MD) de déficit en plus ! Autrement dit, 5 semaines de caisses vides ! Les résultats enregistrés au cours des six premiers mois de l’année en cours [4], laissent apparaître un manque à gagner, par rapport aux résultats de la même période en 2015, au niveau de la collecte des impôts sur les bénéfices des sociétés, de 739 MD. L’impôt sur les sociétés qui a été récolté atteint à peine 910 MD, au 30 juin 2016 ; soit 26,8 % des ressources prévues pour l’année 2016 (3 380 MD), contre 52,8 % en 2015 !

La dette publique a explosé ! L’encours est passé de 25 600 MD en 2010 à 56 600 MD en 2016, et le taux d’endettement de 40,7 % à 62,1%, alors que loi de finance a prévu un taux de 53,4 % pour 2016 ! Au cours des six dernières années, les gouvernements successifs ont emprunté 34 000 MD, mais ont remboursé 28 000 MD ; soit un solde net, au titre de la dette publique à moyen et long terme, de 6 000 MD. Ce qui voudrait dire que le coût des nouveaux emprunts serait égal à la somme invraisemblable de 25 000 MD [5] ; soit l’équivalent de l’encours de 2010 ! Seul un audit de la dette publique peut nous renseigner sur les comptes de la dette et permettre de mettre fin au truandage actuel. Jusqu’ici, seul le recours intensif à l’endettement a rendu possible la poursuite criminelle de la même politique économique et sociale, qui a poussé le pays à la révolte, dont la seule réussite est d’avoir maintenu un système hautement toxique en place. Mais, comme toute chose a une fin, ce palliatif est à bout de souffle. L’une après l’autre, les portes de l’emprunt deviennent hors d’atteinte, voire se referment. L’État japonais a bien voulu, à deux reprises, garantir un emprunt obligataire. L’administration US en a fait de même, à trois reprises. La dictature du système de la dette se manifeste actuellement par l’emprise totale des Institutions financières internationales sur l’État tunisien.

YE évoque aussi la crise des finances des caisse sociales [6]. Rien qu’en 2016 leur déficit s’élèverait à près 1 650 MD et la CNAM a un déficit de l’ordre de 1 400 MD. Le système de la sécurité sociale est en faillite, et ne se maintient que grâce aux subsides de l’État.

YE a aussi mentionné la situation financière des entreprises publiques, qui n’est pas réjouissante non plus. Actuellement, parmi les 10 plus grandes entreprises opérant en Tunisie, 9 sont publiques et réalisent 10 % du PIB. Peu ou très peu de données statistiques sont publiées à ce sujet.

Les finances des collectivités locales, notamment les municipalités, sont là aussi en piteux état. Non seulement ces dernières manquent terriblement de moyens, mais en plus leurs finances sont gangrénées par la mauvaise gestion et la corruption.

Bref, le constat est accablant ; les finances publiques sont dans le rouge. L’État est plus que jamais menacé par un défaut de paiement généralisé ! Un signe qui ne trompe pas : le gouvernement a obtenu le report d’un remboursement d’une créance de l’ordre d’un milliard de dollars, au profit du Qatar, dont l’échéance arrive à terme en 2017.

YE est pareil à un tueur qui, après avoir avoué ses crimes, ne cherche point à se repentir, mais plutôt à justifier ses crimes à venir.

 

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture

 

Notes

[1] République tunisienne : ’Résumé du programme d’action du gouvernement d’unité nationale”, Tunis 26 août 2016. Page 3. Document distribué aux députés de l’ARP lors de la séance du vote de confiance.

[2] Nous n’aborderons pas ici les raisons de ce faux mea-culpa.

[3] C’est-à-dire : le budget de l’Etat, les entreprises publiques, les caisses sociales et les collectivités locales.

[4] Fayçal Derbel, président honoraire de l’ordre des experts comptables, lors des journées d’études parlementaires, organisées par l’ARP les 28 et 29 août 2016. Comparaison au 30 juin des résultats du budget 2016 et 2015.

[5] 25 600 MD (encours de 2010) + 6 000 MD (solde net) + 25 000 MD (coût des nouveaux emprunts) = 56 600 MD (encours 2016)

[6] CNSS et CNRPS

Sur la « libération » tunisienne, voir sur E&R :

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #1551025
    Le 7 septembre à 20:03 par lolo
    La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

    La Tunisie se retrouve exactement du moins sur le plan financier dans la même situation qu’avant le protectorat français de 1881 avec des finances plombées et une situation compliquée à l’intérieur du pays.

    En ayant croqué dans la pomme du FMI et des emprunts bizarres ça va être très dur de se remettre debout.
    Tout les ingrédients semblent présents pour que l’empire ou un de ses proxis puissent mettre la main dessus sans forcer et pourquoi pas y installer une base ou je ne sais quoi .
    J’espère pour eux que les choses iront mieux.

     

    Répondre à ce message

  • #1551194
    Le 7 septembre à 22:06 par VIVACHAVEZ
    La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

    Si Ben Ali a été dégagé par les américons, c’est qu’il ne correspondait plus à leurs critères. Certes, c’était un dictateur et un voleur mais aujourd’hui, le peuple le regrette et pourtant dieu sait s’il lui en a fait baver, à son peuple. Les nouveaux sont pire que lui, comme quoi tout est possible.........

     

    Répondre à ce message

    • #1551611
      Le 8 septembre à 10:27 par minnie
      La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

      Longtemps, lors de mon expatriation en Algérie, la Tunisie constituait pour nous une bouffée d’air frais. Une virée à Tunis pour un week-end et c’était l’assurance d’y trouver des yaourts frais, totalement absents d’Algérie. (années 80), et même la possibilité d’aller taper le carton dans un club de bridge !

       
  • #1551273
    Le 7 septembre à 22:51 par Abdu
    La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

    Carthage ruinée... Les printemps omeyyades, puis hilaliens, ensuite francs *, et finalement arabes. La honte. L’Histoire est sans pitié.

    * Ces braves gaulois pendant la Bataille de Cannes, ils venaient d’où ?

     

    Répondre à ce message

  • #1551509
    Le 8 septembre à 08:19 par cernunnos
    La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

    Ils ne sont pas prêt de payer les deux porte-moustiques à la France

     

    Répondre à ce message

    • #1551629
      Le 8 septembre à 10:43 par Il était un soir il était une fois et moi et moi
      La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

      C’est à l’Egypte si vous faites référence aux Mistral.
      Mais là aussi de toute façon, Sissi est pendue de chez pendue.
      Sinon, le déficit français qui va être consulté par l’UE en mai prochain il est à combien ?
      Parce que la dernière fois que j’en ai entendu parler on était pas loin des 2500 milliards de sabords !!!

       
  • #1551522
    Le 8 septembre à 08:44 par dixi
    La Tunisie est dans la crise jusqu’au cou

    Pourtant on nous avez expliqué qu’il voulaient un pays démocrate et voulant se libérer de leurs chaines ,c’était beau ,c’était "le printemps arabe" .Et maintenant c’est la crise grâce à la CIA qui leur a donné un petit coup de main ,ou plutôt un petit coup de pied .Ils sont bien maintenant les Tunisiens ,alors qu’on a bien foutu le bordel dans leur pays .Ou sont-ils ceux qui, devant les caméras étaient tout émoustillés en parlant du fameux "printemps arabe " .Ce serait un peut "l’hiver " en Tunisie ,et pour un bon moment.

     

    Répondre à ce message