Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
            Contact | Forum | Boutique | Atelier
A A A
imprimer

La Vie d’Adèle : les actrices racontent un tournage "horrible"

Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos se lâchent dans une interview et racontent les conditions du tournage du film primé à Cannes. Entre brutalité et sadisme, les deux jeunes actrices dressent un portrait féroce du réalisateur Abdellatif Kechiche.

La Vie d’Adèle a eu beau gagner la Palme d’or au festival de Cannes en 2013, le film n’a pas été épargné par les polémiques. Après les critiques des techniciens sur les conditions du tournage, c’est au tour des actrices de passer aux aveux, dans une interview accordée à The Daily Beast (lien en anglais), mise en ligne dimanche 1er septembre, sur les méthodes du réalisateur Abdellatif Kechiche.

Un réalisateur indécis et colérique

Léa Seydoux donne le ton dès le début de l’interview. « En France, ce n’est pas comme aux États-Unis. Le réalisateur a tous les pouvoirs », déclare-t-elle, évoquant un piège pour les acteurs. Adèle Exarchopoulos, elle, parle de la « confiance aveugle », demandée par Abdellatif Kechiche. « Je ne connaissais pas Léa au début, et pendant la première scène de sexe, j’avais un peu honte de la toucher là où je voulais, parce qu’il ne nous avait pas dit quoi faire », poursuit Adèle Exarchopoulos.

Lire la suite de l’article sur francetvinfo.fr

 

Revoir le commentaire d’Alain Soral sur La Vie d’Adèle et le festival de Cannes (extrait de l’entretien de mai-juin 2013) :

Pour du cinéma de qualité, rendez-vous chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont maintenant désactivés



61 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Marrant qu’elles se lâchent comme ça maintenant, parce qu’elles avaient vraiment l’air d’y avoir pris goût. Lors de leur passage devant la "boite à questions" sur Canal +, elles avaient été particulièrement enjouées et vulgaires, faisant un doigt d’honneur à l’adresse de Christine Boutin, l’une disant à l’autre : "Mon nez dans ton c... !", etc. Bref, 2 petites pétasses bien dégoûtantes et imbues de leur personne. Les voici maintenant victimes de leur réalisateur... et toujours aussi stupides : Léa Seydoux qualifie Khechiche de "torturé" mais aussi de "génie"... Aïe ! La starlette a besoin d’une bonne formation en cinéma. Car si Khechiche est une génie, alors Pasolini et Cassavetes sont au-dessus du soleil, au stade juste avant la divinité...

     

    • Un peu de compassion :
      Même comportement turbulent que l’enfant violé, n’arrivant pas à exprimer sa douleur, il dévie ...
      Elles sont juste pas finies, ce qui est le pire c’est de les avoir mis au pinacle.


    • Excuse-les de grandir à leur rythme, Tu étais plus malin à leur age ? Pas moi. En plus elles sont pas vraiment aidées ; j’ai vu ici l’extrait TV dont tu parles, moi j’ai surtout eu pitié d’elles, maquillées et manipulées (question téléguidées, réponses induites, douloureuse PNL de prime-time) pas vraiment bien parties dans la vie, et certainement pas dans le cinéma, je peux me tromper hein :/
      Quant au Kechiche, son ITW où il... Prétend... Déceler... (les longues pauses et la voix doucereuse sont un marqueur efficace du bullshit) « l’être » (si si il dit ça, regarde c’est médusant) à coups de gros plans laborieux a suffit à me convaincre de sa suffisante inanité (j’ai même pas eu besoin du reste, pourtant affligeant, le coup du prix Ben Ali suivi - de près ! - de l’hommage tremblant et contrit à "la jeunesse" tunisienne, wow, Balzac lui-même aurait hésité à camper un personnage aussi évidemment vil).


    • LOL on sait comment ça se passe hein :

      pour n’importe quel film avec n’importe quel réalisateur et avec n’importe quel acteur on entendra toujours l’acteur dire du réalisateur qu’il est le meilleur et vice versa, le réalisateur dire qu’il était avec le meilleur des acteurs. tout le monde s’aime tout le monde se taille des pipes dans la joyeuse famille du cinéma, surtout en période promo.

      PROMO = BAISSAGE DE FROC INTEGRAL PENDANT UNE PERIODE DONNEE


    • Bonsoir xaccrocheur ! "La valeur n’attend point le nombre des années !" A leur âge, on sait déjà si on est intègre, porté par les valeurs de l’humanité, par sa culture et aussi son pays !
      La connerie n’est pas une maladie de jeunesse et ne se guérit pas avec l’âge !


    • #512470

      pas étonnant quand on sait ce qui se les attends dans la loge ....coke champagne et" bombons "......elle sont juste redescendus et bonjour le bad trip au "réveil" .mais ne vous y trompez pas un bon caché ...cachet ? et elles enculerons un panda avec un crucifix.....le tapis rouge n’a pas de limite


    • désolé mais elles ne sont pas si jeunes que ça non plus, arrêtez vos arguments à 2 balles,
      elles n’ont pas treize ans, quand même !
      conclusions : de vraies pétasses


  • Tournage horrible pour film abscons primé à des fins politiques.

     

  • Chacun est le maître dans son royaume
    Ben quoi,les filles,vous crachez dans la soupe maintenant ?
    Bonne chance pour la suite de votre carrière et consolez vous:en baver au début,ça vaccine pour la suite.


  • 2 poufiasses qui bossent pour un sadique, pas de quoi en faire tout un plat, elle n’ont eue que ce qu’elles méritaient. Pour ma part je pense que c’est un film de commande dans le simple but de faire la promotion de l’homosexualité, ça n’est pas un hasard s’il a été primé dans la foulée de la loi sur le mariage gay... Il s’agit d’un film de propagande mais pour en rajouter une louche et accentuer la confusion dans les esprits, il fallait une réalisateur d’origine Maghrébine histoire de briser encore plus les repères et faire passer les Musulmans comme d’affreux rétrogrades en comparaison de "l’ouverture d’esprit" du réalisateur. Un arabe qui fait un film sur deux lesbiennes primé au festival de Cannes, cette phrase à elle seule devrait relever de la science-fiction et pourtant c’est bien la réalité, du moins celle qu’on cherche à nous imposer.


  • Adéle c’est probable qu’on la voit plus trop. Elle a 20 ans, on a l’impression qu’elle en a 13 quand elle parle ; suffit pas de lécher pour être adulte.
    Par contre, Léa la petite fille Seydoux (président de Pathé cinéma) a surement de l’avenir. D’après wiki, elle à 28 ans, elle en fait 10 de moins en tous cas. C’est la plus vieille lolita de l’histoire du cinéma.
    Pour Kechiche, on attend avec impatience une collabeuration avec Djamel qui ne saurait tarder ; un film du genre "indigène" dans la ligne droite de la réconciliation nationale, évidemment.

     

    • Et la petite nièce du président de la Gaumont.
      Si comme moi vous vous égarés encore parfois devant des émissions télé vous remarquerez ceci :
      jamais une critique sur la nana, elle est fabuleuse, exceptionnelle, boulversifiante. C’est unanime.
      Je m’intéresse au ciné, un peu, et depuis ses débuts c’est encensoir et courbettes sous chacun de ses pas... De teknicart à voici, du figaro à libération, télérama ou télépoche tous sont éblouis. Je ne comprenais pas cette emphase débordante. Sa bio m’a vite éclairé...
      Quelle talent !!


    • Petite fille du président de Pathé, et aucun talent, ceci explique cela... mais vu que Léa Seydoux, a un ravissant petit corps, je ne serais pas étonné que quelques producteurs soit passé dessus ! (ben ouaips, posez vous la question : pourquoi les actrices ont toujours des corps parfaits contrairement aux filles normales qu’on croise tout les jours ?).


  • si dieudonné est n°1 sans conteste des humoristes
    soral est second... !
    la patrie ou la mort !


  • Alors que ces 2 pétasses n’avait rien à dire lors de la remise de l’étron doré ? Et maintenant elles sont prêtent à le lâcher ? hors de question, ce ne sont que deux putes et même si elles balancent sur le collabeur perfide je suis certain qu’elles ne le font que pour "elles" seule et non pas pour dénoncer quoi que ce soit.

    pas de pitié, ni pour la grosse ni pour la demie grosse ni pour le collabeur à lunette !


  • Bravo une fois de plus président, vous visez juste. Ne doutez pas un seul instant que nous sommes nombreux à ressentir un profond malaise devant ces absurdes et vulgaires personnages dont vous dénoncez les vices !
    Longue vie à E&R, association à laquelle je suis fier d’avoir adhéré il y a maintenant deux ans !
    Bravo !


  • Toujours la psychologie contradictoire des femmes ! :D

    Ce qu’elles décrivent, c’est limite de la prostitution. De luxe, peut-être, mais prostitution quand même... Mais derrière, y a la gloire, le showbiz, les paillettes...

     

  • Oui, très certainement un gros con ce Kechiche, mais "La Graine Et Le Mulet" était quand même un très bon film.


  • Deux connes qui se rendent compte de leur bêtise. C’est un bon début !


  • Ouais, ce sont juste deux gourdes égarées dans un monde qui les surpassent et duquel elles ne pipent pas grand chose. Quant au réalisateur inquisitorial, j’ai comme l’impression qu’il y en a toujours eu et pas des mauvais, du genre de Melville ou Hitchcock, ce dernier ne disait-il pas d’ailleurs que "Les acteurs devraient être traités comme du bétail". Vu la réaction de nombre d’entre eux je me dis qu’il n’avait pas tord le grand Alfred !


  • La Vie d’Adèle ??? ... Encore un film d’auteur creux et ennuyeux ...

    On est très loin du chef-oeuvre Old Boy ... Palme d’or de Cannes 2004 !


  • Ces actrices qui se plaignent aujourd’hui auraient dû réfléchir avant pas après.
    A bon entendeur...

     

  • Alain soral est vraiment excellent dans cet extrait...je le trouve 3 fois plus drôle que Dieudonné...
    Non seulement il est très drôle mais tout ce qu’il dit est juste...Imparable.


  • #512319
    le 03/09/2013 par [email protected]
    La Vie d’Adèle : les actrices racontent un tournage "horrible"

    Qu`elles aillent au diable, au propre comme au figure ! Un film de merde, realise par un ancien larbin de Ben Ali, des actrices vulgaires (merci Soral pour la video), une promo devoyee au service de la sodomie... Cocktail Molotov pour epoque sans froc !

     

  • Leur numéro d´actrice ne s´est pas limité au tournage du film... Y´a du relachement avec la presse étrangère. C´est bien !

    Poischiche (ça lui va bien mon petit surnom, je trouve) s´est fait sa réputation auprès du pubic... DE SON PUBLIC ! Magnifique. Merci les filles ! On n´en demandait pas autant !

    Ces actrices étaient déjà des idiotes utiles... ce sont maintenant des idiotes tout court !

    Elles ne sont de toute façon pas très populaires. Personne ne doit se bousculer pour leur autographe. Et comme elles étaient encore la caution morale de Poischiche, j´ai un doute pour un film honnête et salvateur pour qu´elles soient bankables...

    Les seuls à avoir été encore assez honnêtes sont les techniciens. Leur égo est moins exposé aux merdias.

    Tout est malsain là-dedans. Ce film doit vraiment foutre la gerbe !


  • Après tout Kéchiche se comporte avec deux actrices comme il se doit. Il les a utilisées comme du matériau et frappées l’une contre l’autre.
    Quand Kubrick "maltraite" son actrice dans The Shinning il en sort un grand film, certes, mais un film tout de même.
    Kéchiche on ne sait pas trop. Alain Soral a déjà beaucoup exposé le gonze.

     

  • C’est quand même des ingrates !! Elles ont bien du lire le scenario !! Les scènes "de sexe" c’est un point important, certains acteurs les refusent catégoriquement,donc elles savaient !
    Et puis le metier d’acteur est un metier difficile, mais le "sadique" Kechiche leur offre une palme d’or et des gros contrats (les tarifs ont du augmenter)pour les prochaines années... A un moment faut assumer ses choix !
    Quand on pense a De Niro dans Raging Bull ou Taxi Driver...C’est autre niveau que de se foutre a poil devant la camera ! Même Jodie Foster dans Taxi Driver !


  • Un film censé vanter une tolérance mais réalisé par un dictateur dépourvu de la moindre décence : rigolo...ou triste.

    2 petites actrices bourgeoises occidentales arrêtant de soutenir la noble cause lesbienne pour sombrer dans une polémique terre à terre traitant des conditions de travail : je trouve ça honteux. Qu’elles pensent un peu aux ouvrières chinoises qui n’ont pas le droit de se brouter le minou !


  • #512404

    Festival de Connes

    Après avoir fait un doigt à la "manif pour tous" (à Boutin) les deux "pouffes de la fouffe" m’ont l’air aussi frustrées que Christine Boutin, beaucoup de mal à "s’aimer librement" pendant le tournage à ce que je vois.. Et oui, quand on est conne et inculte c’est plus difficile d’avoir un cerveau et la tête sur les épaules qu’une bouche à chattes et "le nez dans le cul"..

    Les poubelles de l’histoire du cinéma ? Au fond à droite..


  • ces filles doivent savoir que leurs carrières s’envolent alors elles se permettent de cracher sur ce qui les a rendus célèbres. ça leur apprendra

     

    • Mouais enfin, des nenettes stars à 20 ans, et qui se retrouvent au mieux dans des séries TV merdiques à 35, y en a eu une pelletée !

      Bon, pour la Miss Saydoux, ça va, elle a du réseau... L’autre, elle risque bien de s’être foutue à poil pour par grand chose sur la durée...


  • Moi je ne vois qu’une chose, c’est fou comme les médias nous aiment quand on est petite fille de Gaumont et Pâtée, la fille de Henri Seydoux le richissime patron de Parrot, éternellement attaché à Sarkozy...
    http://www.purepeople.com/article/f...
    "fantastique actrice " " interprétation magnifique", "mon cul sur la commode, oui !"...


  • Le plus amusant c’est la speakerine vers 1:00 :

    Le film d’Abdellatif Kechiche a séduit Steven Spielberg et le jury de Cannes, pour la délicatesse avec laquelle il traite une passion amoureuse entre deux adolescentes.

    Pure inversion des valeurs.

    La réalité c’est qu’il n’y a aucune délicatesse, c’est froid et vulgaire. Et ce n’est pas une passion amoureuse, c’est juste deux petites pétasses qui promeuvent la bisexualité.

    Pour ce qui est de la délicatesse d’Abdellatif Kechiche, on imagine les échanges réalisateur/acteurs durant le tournage : "Mais vas-y putain, bouffe lui la chatte, sort ta langue on voit rien, met lui un doigt dans le der.... etc etc etc".

    Et pour ne rien arranger, il a franchement une gueule de dépravé ce Kaniche.

    Par contre Alain, toujours au top. Vivement la vidéo de la rentrée. J’espère que ça ne sera pas du conseil de lecture car franchement avec tout ce qui se passe en ce moment, Alain devrait trouver le moyen de s’exprimer plus souvent.

     

    • C’est clair que c’est l’inversion des valeurs, quand je pense délicatesse : c’est tendresse, fleurs, mots doux, coucher de soleil...

      La, les extrait c’est quoi ? Léa Seydoux qui nous fait son speech "moi je" (en principe une histoire d’amour c’est "nous" ou découvrir l’autre) cette histoire c’est clairement l’apologie de l’individualisme nombriliste malsain...

      Après c’est quoi ? "putain chui pas lesbienne" "putain mais calme toi" "putain ta meuf elle a la touffe bleu"... très délicat oui... enfin selon les critères des "élites" du cinéma français...

      Même l’Empire des Sens est plus romantique...


    • @MaxC : complètement d’accord.


  • Le fait de publier les pleurnicheries des deux actrices porte à confusion : quel est le message ?
    Qu’Alain a raison de dire que ce film est vulgaire ? On est d’accord mais il n’y a aucun rapport entre médiocrité du sujet et façon de travailler des réalisateurs. Est on censé avoir de la compassion pour ces comédiennes après qu’elles aient profité de tous les honneurs au festval de Cannes ? Ben merde alors. Attention , à vouloir en faire trop on se dévie de l’essentiel pour l’annecdotique et du coup tout se brouille en un amalgame hasardeux. Que ce film soit opportuniste et sans intérêt : oui. Les hésitations du réalisateur, les pudeurs offencées des actrices ou la migraine le l’éclairagiste on s’en tape.

     

    • Cela a au moins l’avantage de mettre sur le devant de la scène l’envers du décor... Où l’on voit que ceux qui passent pour des parangons de vertu dans les médias sont bien souvent (toujours ?) de purs salopards.


  • Finalement c’est une bonne allégorie de notre nouvelle culture socialo-maçonnique.
    Deux jeunes filles obligées par ce qu’il me semble être un pervers sadique, à avoir des rapports homosexuels pour satisfaire le voyeurisme bobo moderne de nos élites.
    Sade le retour et primé en plus.
    C’est pas beau tout ça ?

     

  • Elles crachent dans la soupe car ce film ne sera pas vu par les américains. Les scènes de sexes sont trop abruptes et d’une obscénité sans précédent . La sentence vient de tomber aux United snakes of America ...il ne sera vu que par 4 lesbiennes Butch au festival Sundance . Elle doivent mourir de dégoût puisque si Pois-chiche avait fait un film moins obscène, elles auraient pu aller aux Oscars. Et non ! Fallait, faire un film plus lyrique et moins pornographique. Elles se voyaient comme Marion Cotillard et Jean Dujardin recevoir un Oscar.. . Fait pas rêver :-)

    Il est interdit aux moins de 16 ans. Elles n’ont donc pas une chance de se pavaner aux Oscars. Elles pensaient être sélectionnés comme dans The Artist. Cela doit être la frustration qu’elles ressentent d’avoir été utilises .

    Il ne faut pas oublier que les actrices qui crachent après avoir tourné, ont beaucoup de mal à trouver du boulot.
    Elles pensaient sincèrement aller aux Oscars, Grammy avec un film où une ado majeur détourne une mineur. ce film est une apologie à la pédophilie .S i même une bonne actrice telle que Kirsten Dunst a fait une grave dépression après des dizaines de films, ce n’est pas à ces deux "actrices" que l’on retiendra. N’est pas Meryl Streep qui veut !

    Les actrices et acteurs souffrent de délire megalomanique, une fois retombée sur terre elle comprennent qu’elles ne sont que des poules de luxe, sans intérêt . Voilà pourquoi le taux de suicide est élevé chez ces poseuses. Les acteurs, rêvent de jouer la vie de personnes qui ont une vie 10 000 fois plus intéressante que leur piètre vie moribonde et plate. Une fois l’effervescence revenue elles se réveillent et cela fait mal.

    Le seul film qui a rendu les méandres de l’homosexualité intéressant est : Suddenly Last Summer,avec pour tête d’affiche Elizabeth Taylor, Montgomery Cliff et Katharine Hepburn. Les dialoguent sont genialissiment et tout est dans la subtilité . Rien a voir avec cette diarrhée visuelle dénouée de charme et d’élégance. Ces réalisateurs ne comprennent pas que le génie d’un film provient des dialogues, on se fiche des scènes de sexes, il suffit d’aller voir un film pour adulte pour assouvir les pulsions visuelles sadiques.


  • Haha ! Tout ça pour une merde pareille... Bien fait pour elles ! Qu’elle partent aux States, qu’elles ont tant l’air d’aduler. Elles y feront de la merde aussi, mais ne saliront plus l’image de ce qui reste de notre beau pays. Si toute la clique du cinéma français d’aujourd’hui pouvait faire de même, nous ne nous en porterions que mieux.


  • Cas cliniques, irrécupérables ?
    Ou comment passer de la libération sexuelle et de l’émancipation bourgeoise à la frustration et se rendre compte qu’on est aussi coincé que les autres.
    Effectivement la vie n’est pas un film.


  • jouer les putes dans un film putassier,et se plaindre d’être traitées comme des putes, il faudra qu’on m’explique la cohérence du discours (et cela n’a rien à voir avec les tenues légères de l’été)


  • "Sans jamais nier le talent de la mise en scène de Kechiche et la réussite de son film, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos insistent sur le manque d’égards du réalisateur, notamment lors des prises difficiles. En premier lieu, une scène de sexe de dix minutes, pour laquelle les actrices étaient prévenues, sans imaginer toutefois de telles conditions. « La plupart des gens n’oseraient même pas demander ce qu’il a demandé. Ils seraient plus respectueux »"

    « Après 100 prises, je marchais à côté d’Adèle et j’ai un peu ri, car nous avions marché de l’une à l’autre en jouant cette scène où l’on baisse les yeux toute la journée », se souvient Léa, qui explique : « Kechiche est devenu tellement fou qu’il a attrapé l’écran de contrôle sur lequel il regardait et l’a jeté au milieu de la rue, en criant : “Je ne peux pas travailler dans ces conditions !” »

    Autre souvenir terrible du tournage, une scène de bagarre entre les deux filles. « C’était horrible », affirme Adèle. « Elle m’a frappé tellement de fois, et Kechiche criait : “Frappe-la ! Frappe-la encore !” » D’après les actrices, les coups échangés n’avaient rien de fictif. « Aux États-Unis, on aurait tous été en prison », assure Léa. « Pendant la prise, je devais la pousser à travers une porte en verre et crier “Maintenant, va-t-en !” Adèle a percuté la porte, s’est coupée, et saignait de partout », relate-t-elle. « Non, on n’a pas fini. On la refait », aurait été la réponse de Kechiche à ce moment-là.

    "De ce tournage mouvementé et épuisant, les deux actrices gardent un souvenir plus que mitigé. « C’était horrible ! » répond simplement Léa. « Kechiche est un génie, mais il est torturé », analyse Adèle. « Nous voulions donner tout ce que nous avions, mais on sentait parfois une sorte de manipulation qu’il était difficile de supporter. Ce fut un bon apprentissage pour moi », tempère-t-elle. "
    http://www.lefigaro.fr/cinema/2013/...
    Gloire au génie ....


  • Traite des blanches. Rien n’à changé !

     

  • Pour ce qui est du lien entre le métier d’acteur et la prostitution je me permets de conseiller le film d’animation PERFECT BLUE de Satoshi Kon.
    La scène de viol dans la boite de nuit est un résumé saisissant de la condition d’acteur dans ce qu’elle peut avoir de plus dégueulasse. Le rapport entre réalité/fiction est y aussi magistralement developpé.

    Je ne dis pas qu’être acteur fait obligatoirement de vous une pute mais...


  • Notez la différence d’attitude des deux actrices lors des deux interviews ; une à l’étranger, une autre en France. Alors que face au journal britannique les choses sortes, la colère et l’indignation de la perversité du réalisateur s’exprime, mais dés qu’elles reviennent en France la langue de bois refait son retour.
    Très significatif de cette auto-censure et de cette trouille de plus en plus palpable au "pays des droits de l’Homme".

    Pour les longues journées de scène de sex éprouvante, c’est très révélateur de cette fameuse "liberté" que l’on nous vente tout le temps (liberté artistique, de ton, sexuelle, de moeurs, etc). On voit ici comment on peut faire vendre la pire saloperie sous le jolie emballage de "l’hymne à la liberté" et à l’"amour libéré".
    N’était-ce pas plutôt la liberté de Ké-chiche-ké-bab de se taper son petit fantasme sur deux jolie jeunes filles pendant 5 mois ? Aussi lorsqu’on parle de "liberté" de manière général, il faut toujours se demander "la liberté pour qui" et en général le corollaire est "une liberté de qui sur qui".

     

    • Notez la différence d’attitude des deux actrices lors des deux interviews ; une à l’étranger, une autre en France. Alors que face au journal britannique les choses sortes, la colère et l’indignation de la perversité du réalisateur s’exprime, mais dés qu’elles reviennent en France la langue de bois refait son retour.
      Très significatif de cette auto-censure et de cette trouille de plus en plus palpable au "pays des droits de l’Homme".

      Parfaitement vrai...


  • Moi ce que j’en retire, c’est que tout cet environnement ce monde du cinéma actuel pue !
    C’est très malsain...Après c’est juste mon avis,j’ai pas la science infuse mais ça sent pas bon...

    Ce cinéma n’a rien avoir avec le vrai et grand cinéma français avec les jean gabin fernandel louis de funés ! des génies des géants ! maintenant des lesbiennes et des debouzze...


  • Ça me confirme que les acteurs et actrices sont des prostituées, du matériel humain au services des sévices artistiques d’un réalisateur déjanté...

    Concrètement, ils se foutent à poil et b****t devant tout le monde entier, pour le plaisir d’un réalisateur pervers, et d’un producteur macro qui prend bien soin de "tester" leur talent (ben oui, pourquoi les actrices ont toujours des corps parfait, avec des seins toujours bien dessiné, qu’on ne trouve que rarement dans la réalité ? je trouve ça louche moi...)

    Que Belkacem aille jusqu’au bout de ses idées : qu’elle interdise aussi le métier d’acteur car c’est aussi l’exploitation d’un corps humain contre de l’argent....


  • Il a fait le boulot, ordre est desormais donné de le dezinguer. Classique.


  • vous m’arretez si je me trompe mais si je comprends bien ce film c’est l’histoire de 2 petasses pretes a tout pour etre devant une camera qui se lechent la chatte durant 3 h...

    le navet de l’année , pire que plus belle la vie !


  • nouvel épisode : kechiche ne voudrait pas voir le film en salle
    http://www.francetvinfo.fr/culture/...
    syndrome du kleenex


Afficher les commentaires suivants