Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

"La crise syrienne n’est pas une guerre civile entre Syriens"

Intervention du colonel Alain Corvez au colloque sur la Syrie du 19 juin à l’Assemblée nationale

« La crise syrienne n’est pas une guerre civile entre Syriens mais une guerre entre grandes puissances au travers des Syriens. »

C’est ainsi que présentait la crise syrienne de façon magistralement synthétique un homme qui ne peut être accusé d’être un suppôt du régime de Damas, lui qui dénonça en son temps l’occupation militaire de son pays par Damas. Je veux parler du Patriarche maronite du Liban et de tout l’Orient, Béchara El Raï lors de la venue du pape Benoît XVI à Beyrouth en septembre 2012.

Cette affirmation est chaque jour vérifiée un peu plus. Le nombre de combattants « takfiristes » de nationalités étrangères, notamment européennes, soutenus et armés principalement par le Qatar et l’Arabie Séoudite avec le soutien de la Turquie, de la Jordanie et des services occidentaux ayant atteint des dizaines de milliers de non syriens, prouve que nous sommes en présence d’un complot international pour renverser le régime en place à Damas, jugé indésirable par les monarchies du Golfe dont la doctrine féodale wahhabite est à l’opposé de l’islam sunnite modéré qui a toujours caractérisé la Syrie, comme la cohabitation harmonieuse entre de nombreuses confessions religieuses différentes.

Bien sûr, une frange irréductible de Syriens sunnites proches ou membres des Frères musulmans, héritiers des insurgés de 1982 à Hama, ajoutés à ceux de la révolte commencée il y a deux ans, sont décidés à renverser le pouvoir par les armes, moins pour établir la démocratie, déjà proposée dans les nouveaux textes constitutionnels, mais par hostilité fondamentale à Bachar El-Assad.

Il faut en effet prendre un peu de recul pour porter un regard serein et objectif sur cette crise dramatique, qui continue à tuer de nombreux innocents en plus des combattants des deux bords, souvent de façon inhumaine et odieuse, et remonter aux origines.

Dès son arrivée au pouvoir en 2000 alors qu’il ne l’avait pas cherché, le jeune président Bachar El-Assad s’est attelé à la tâche énorme de moderniser son pays pour l’adapter au monde présent, gêné par la conjoncture internationale qui le confrontait à d’autres priorités, comme l’assassinat de Rafic Hariri en février 2005 puis la guerre entre Israël et le Liban à l’été 2006, et par une « vieille garde », lucide contrairement à ce qui a été dit, mais obnubilée par la crainte que les libertés accordées trop vite dans divers domaines ne débouchent sur une « perestroïka » qui entraînerait le même écroulement qu’en URSS.

Le « printemps arabe » qui éclata en Tunisie puis en Égypte fin 2010 ne devait pas se produire en Syrie, qui ne présentait pas le même immobilisme dictatorial que ces pays. Pourtant, en mars 2011, des manifestations pacifiques au nom de la démocratie se produisirent à Deraa, ville aux confins jordano-israéliens, rapidement instrumentées afin de tuer manifestants et forces de l’ordre et provoquer l’enchaînement de la violence.

Conscient de la gravité des évènements, le régime engagea alors un train de réformes accélérées pour déboucher sur une nouvelle Constitution totalement démocratique, avec la suppression du parti unique et l’attribution des libertés dans tous les domaines. Ces réformes furent noyées par ceux qui n’étaient pas intéressés par la démocratisation de la Syrie mais par le renversement d’un régime qui défend depuis longtemps la cause arabe face à Israël, accueillant des réfugiés palestiniens et iraquiens par millions.

Paradoxalement, ce sont les États les moins démocratiques au monde qui sont le fer de lance des attaques pour renverser le pouvoir de Damas, États qui se voient encouragés par un Occident semblant avoir perdu ses repères, armant ou facilitant l’armement de djihadistes qu’il combat partout ailleurs dans le monde, notamment au Mali.

Mais le régime a montré sa force et sa cohésion en résistant depuis plus de deux ans à ces attaques brutales. L’armée, constituée majoritairement de sunnites, est, dans son immense majorité, restée fidèle et disciplinée aux ordres de ses chefs et avec le soutien de la population, qui l’appelle souvent pour la protéger des exactions des rebelles ; quant au monde politique et diplomatique il est aussi globalement resté à son poste.

Les takfiristes, dominant depuis des mois les mouvements rebelles, et l’opposition politique extérieure, créée et soutenue par les Occidentaux, ne parvenant ni à s’entendre ni à s’organiser, de nombreux opposants déposent les armes depuis quelques semaines, conscients que l’islam prôné par les rebelles n’est pas celui qu’ils souhaitent pour leur pays et ne veulent plus être associés à ces extrémistes.

D’autant plus qu’il existe maintenant une quinzaine de partis politiques qui proposent des programmes inspirés par la démocratie et les libertés fondamentales, et qu’un ministère de la réconciliation nationale sous l’égide duquel un dialogue constructif s’est installé est à l’œuvre depuis plus d’un an.

Le caractère international de la crise syrienne est renforcé par les soutiens extérieurs de Damas, Russie et Chine, ayant clairement signifié qu’elles n’accepteraient pas un changement de régime provoqué en Syrie, jugeant que le nouvel ordre mondial multipolarisé imposait la fin de ces affrontements par une solution négociée entre les grandes puissances. Après avoir cru possible une chute rapide du régime, l’Amérique en a convenu depuis peu et nous nous dirigeons désormais vers cette issue pacifique.

Il faut enfin que cesse la désinformation propagée par les médias d’un tyran sanguinaire qui prendrait plaisir à tirer sur son peuple, et même à employer les armes chimiques, pour aller plus vite ou plus loin dans son œuvre. La vérité est que le régime se défend contre un complot international visant à le renverser et qu’il combat des forces militaires commettant des exactions souvent insoutenables, avec l’appui de la majorité de son peuple, toutes confessions et ethnies confondues.

La « paix des braves » a été déjà proposée aux rebelles syriens et, comme je viens de le dire, a été acceptée par certains ; mais reste à régler le sort des milliers de combattants islamistes étrangers qui pourraient transporter ailleurs dans le monde leur soif de sang et de massacres odieux, au nom d’un dévoiement pervers des principes de l’Islam, alimentant dramatiquement les haines pour la noble religion des fidèles du Coran.

Prolonger l’analyse avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Puisse-t-il être écouté !

    Preuve que "notre" pouvoir sait exactement ce qu’il se passe en Syrie, qu’il nous ment sciemment et que nos médias odieux ne sont que des instruments de propagande de guerre.

    Cette "crise Syrienne", espérons-le, va se terminer par un bide lamentable pour les impérialo-sionistes, qui ont initié le tsunami facho le 11 septembre 2001.
    Après avoir sapé nos économies par la politique des blocs, le pompage des financiers + celui du lobby de l’ armement devenu démentiel + "le libre échange" qui n’enrichit que des affairistes esclavagistes, ce système nous a bien montré qui il est : une machine de mort qui ne se souci pas un instant du bien être général.
    Il est à bout de souffle, tout le monde l’a compris.

    Bâti sur le mensonge et le coup de force, parfaitement antidémocratique, les peuples n’attendent qu’une chose : le voir disparaître.
    Le colosse aux pieds d’argile sait qu’il est prêt de s’écrouler. Il tenait par son élan, cet arrêt en Syrie et la remise en question à laquelle on assiste ici, sont les pichenettes qui vont l’ébranler, ce que tout le monde attend.

     

    • Ce système est a bout de souffle ? pas si sûr ...
      au contraire il risque de passer a la vitesse supérieure sous peu...

      C est vrai qu il y a quelques signes d apaisement, mais dans l ensemble le monde reste dans un etat lamentable...tout n est que domination et rapport de force..
      On le sent bien " va falloir que ca explose" pour pouvoir reconstruire quelquechose de positif et durable ..


    • Puisses-tu avoir raison !

      Je pense au contraire que c’est le plan A qui est à bout de souffle à tous les niveaux : économique, géopolitique mais surtout idéologique.

      Ils pourraient en prendre acte et passer au plan B auquel cas il faut s’attendre à une bifurcation de l’histoire à brève échéance, justifiée par un choc qui fera passer le 11/09 pour un simple fait divers.


  • #443572

    Nous les francais, on est anesthésié par les merdias !!! Les dé putés ne servent à RIEN !!!
    Le régime autoritaire de hollande est soumis à l’empire. Le gouvernement se fiche complètement de l’interet des chrétiens d’orient qui sont laminés (et les merdias viennent s’en plaindre).
    L’europe se débarasse de sa racaille de takfiristes et envoie des terroristes en syrie. J’espèr bien que ce jeu sera cher payé pour l’europe

     

  • Parions qu’il y a 1 "Territoire" au monde qui va hériter des cannibales-égorgeurs : l’Hexagon de la ptite frappe ! Une "chance pour la Vranze" que cette immigration dirait Jospin....Pôvres Gaulois !


  • #443624

    Merci Monsieur pour la Syrie et pour les syriens.

    Mais vous ne dites pas pour quelles raisons les grandes puissances s’y affrontent.

     

    • @le blanc et le noir

      LIRE : " Assad obstacle au gazoduc Qatar /Turquie " (connecté au gazoduc Nabucco).

      Par Mireille Delmarre - Vendredi, 21 juin 2013

      EXTRAITS : " La Syrie a des réserves pétrolières estimées en 2010 à 2 500 000 000 barils et des réserves gazières importantes. Mais surtout LE TERRITOIRE DE LA SYRIE EST LE PLUS APPROPRIE pour exporter le pétrole et le gaz du Golf Persique dont celui du Qatar mais aussi de l’Iran vers les pays d’Europe de l’Ouest gros consommateurs de ces ressources énergétiques via la Turquie.

      On ne le répètera jamais assez la guerre contre la Syrie du président Bahsar al Assad est une guerre pour la domination du marché des ressources énergétiques une guerre pour le gaz où chacun défend ses intérêts énergétiques soit en tant que producteur exportateur soit en tant que consommateur importateur. "

      Note : le gazoduc Nabucco anglo-américain pour transporter le gaz provenant de l’Asie Centrale et du Moyen Orient en Europe concurrençant directement le gaz russe.

      Source : IRIB Radio francophone. http://french.irib.ir/


  • Il s’agit pour les sionistes, soutenus par tous les Juifs de la planète, de détruire la Syrie qui est un ennemi d’Israel , et ils sont parvenus à faire se battre des Arabes contre d’autres Arabes, les 100 000 morts déjà comptés sont tous des Arabes ! Pas un seul Juif de tué depuis deux ans que dure cette guerre juive ! Un cas d’école en fait de manipulation . La Syrie va finir par faire implosion , elle va s’autodétruire sous le regard amusé et narquois des sionistes .

     

    • Au fond ces Arabes Musulmans qui s’entretuent en Syrie pour la plus grande gloire d’Israel ne sont pas plus stupides que les Français et les Allemands qui se sont entretués en 14-18, sans comprendre qu’ils le faisaient afin que puisse etre crée le " Foyer National Juif " en Palestine .


    • Ce genre de généralisations est d’autant plus ridicule qu’une bonne partie des chrétiens occidentalistes, des musulmans sunnites et des athées droit-de-l’hommistes soutiennent les terroristes syriens. Accuser "les juifs", c’est le réflexe facile et idiot de celui qui refuse de voir la complexité de la géopolitique, et surtout d’assumer les crimes et erreurs de sa propre communauté.


    • #445360

      @ Aurélien :
      amen


  • #443648

    N’importe quel citoyen lambda a bien compris que la Syrie est le pays qui "accueille" une des étapes de la guerre oligarchique visant la Russie et la Chine. Les 2 étapes fondamentales ayant déjà eu lieu en Europe (inclure le Japon) et instauré la domination et la prédation d’USraël. Pour l’Europe, la guerre de haute intensité s’est close en 1945, et "grâce" à l’immigration massive de pauvreté et de peuplement nous ne risquons plus que d’avoir la vie pourrie par le guerre de "basse intensité". Spaciba.


  • Ce n’est ni une guerre civile ni une guerre confessionnelle puisque la majorité du peuple et des soldats syriens sont sunnites. Pour résumer les propos du Colonel (surement un catholique doté d’une âme et d’une conscience), c’est une guerre d’agression orchestrée par le triangle sataniste judéo-protanstanto-wahhabite contre un régime souverain ( et donc antisioniste) qui échappe à la pieuvre globaliste.


  • Soral disait ça il y a deux ans. C’est très courageux de la part de ce colonel, mais aujourd’hui tout le monde a vu la véritable nature des terroristes qui foutent le bordel en Syrie. Bien sûr pour les merdias ce ne sont que des rebelles. Ils organisent des attentats qui tuent de vrais humains, mais ils ne sont toujours pas qualifiés de terroristes. Par contre quand des islamo racailles balancent une couscousière à Sarcelles et ne font aucune victime là c’est une shoah par couscousière, quand Soral critique certains juifs c’est un génocidaire nazi responsable du gazage de 6 millions de juifs, quand Dieudo chante shoahnanas, il devient responsable de la shoah...
    Personnellement si un journalope se retrouve capturé (ou tué) par les jihadistes, je n’aurais aucune compassion à son égard, et il aura mérité son sort.

     

    • Des journalistes capturés ? la bonne blague ! ils vont là bas pour faire des prélèvements et ramener des échantillons d’armes chimiques alors si ils se font capturer c’est parce qu’ils sont de mauvais espions....on savait déjà qu’ils étaient nuls comme journaleux......décidément ils n’ont rien pour eux.
      Pas de compassion pour les espions de l’empire !
      De plus, ne me dites pas qu’ils prennent l’avion retour avec des échantillons de leur gaz sarin ! non non ils doivent récupérer ça du côté de la rue de Verdun ........


  • Magistral !!! Enfin un peu d’honnêteté...


  • La seule cible de cette affaire est la russie, qu’on veut mettre en dehors de l’afrique
    et ensuite, s’occuper d’elle.


  • Voilà que la crise se régionalise et s’installe à Saïda (Sidon) au Liban sous l’impulsion d’un "microbe" takfiri qui en appelle aux sunnites de l’armée libanaise de faire défection pour le rejoindre dans sa guerre contre les chiites et l’armée libanaise qui serait sous influence chiite, faisant appel également aux réfugiés palestiniens pour qu’il le rejoigne. La principale ville libanaise du sud vit une situation de crise gravissime après l’arrestation de l’armée libanaise d’un chargement d’armes destiné aux takfiris libanais qui lui a valu d’être agressée !!! Jusqu’à présent l’armée libanaise annonce 4 morts dans ses rangs dont deux officiers et quelques blessés.


  • Merci mon colonel !
    Enfin un peu d’honnêteté dans ce cloaque de mensonges.

    Et merci aux commentaires forts intéressants.
    Surtout pas de désespoir !


  • Déjà la 1ère phrase met le ton !


  • A ce sujet :

    A la manifestation antiFa en l’honneur de Clément Méric les antifas défilent avec le drapeau de l’armée syrienne libre...

    Au cas ou les naïfs ne savaient pas dans quels camps ils se trouvent...

     

  • ""En Syrie, c’est une guerre impérialo-sioniste qui vise l’Islam et la Chrétienté""

    http://www.tunisie-secret.com/En-Sy...

    """Tuer l’Islam par le poison islamiste et éradiquer la Chrétienté du Proche-Orient, tel est l’objectif stratégique d’un Occident qui n’est plus ni laïc ni chrétien"""

    Nadia Khost


Afficher les commentaires suivants