Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

La démocratie est un mythe, une fois confrontée à la réalité

Le totalitarisme démocratique mis à nu

« Parce qu’il n’y a rien qui peut arrêter le pouvoir du peuple souverain. »

Ainsi Christophe Buffin de Chosal, historien et universitaire belge, définit-il le totalitarisme de la la démocratie. La démocratie est un mythe, une fois confrontée à la réalité.

 

Buffin de Chosal : Nous sommes tous les deux électeurs mais combien de secondes par vie est-ce que nous exerçons notre souveraineté ? Une fois qu’on a mis le bulletin dans l’urne c’est terminé. La souveraineté populaire passe à d’autres, des groupes, des partis, et derrière les partis il y a d’autres groupes plus puissants qu’eux, et donc en fait, nous sommes constamment dépouillés de notre souveraineté, nous ne l’exerçons jamais.

Le présentateur de TV Libertés  : Vous faites allusion à des puissances d’argent qui corrompent les hommes politiques et les médias, est-ce que vous pouvez nous dire qui sont ces puissances et qui sont ses dirigeants ?

Buffin de Chosal : Ces puissances sont en action depuis les origines de la démocratie. Donc le régime parlementaire, il faut bien le comprendre, a été mis en place pour donner accès au pouvoir aux puissances d’argent...

 

La Démocratie, le masque des Puissances à visage humain, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

58 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est pourtant là, en Démocratie, que l’on peut prendre la mesure de la soumission de la Presse et de la force de la pensée unique du biopouvoir distillée au quotidien. Quelque part le peuple a toujours les dirigeants qu’il mérite, sans que l’élection présidentielle en soit le facteur essentiel ; car, c’est au niveau de la conscience fine des choses que la chute s’amorce : nous avons en France des hommes ou femmes politiques qui savent parfaitement bien jouer avec la bêtise commune et les peurs, d’autant que le manichéisme facilite la normalisation ! Cet acharnement contre les complotistes sur Internet n’est donc pas le soucis de la santé mentale des citoyens, mais la panique de perdre le contrôle sur l’information.


  • Merci monsieur pour la clarté de votre analyse. Aucune chance de vous voir sur Bfm tv


  • Je me dis que j’ai tout de même raison d’espèrer ! ... Encore une voix dans le désert mais tellement empreinte de la vérité et tellement salvatrice ! .... Personnellement , j’adhère to -ta - le -ment à ces dires ! ...mais après ...on fait quoi M’sieur ?
    NB : un trio de choc serait de rassembler P. Hillard , A. Soral , et ce Monsieur ? ( et pour détendre l’atmosphère , des passages de notre humoriste national ! Évidemment , l’esprit " reconciliation nationale " , peut être à redéfinir , quoique ? ...mais l’essentiel n’est il pas " d’avancer " ?


  • La situation de dépendance des citoyens, par le biais des aides sociales, du salaire est vraiment la cause profonde de la perpétuation d’un système aussi coupé de la réalité du peuple.
    On est individualiste, matérialiste, et au fond on n’a pas tellement envie que le système change puisqu’il nous permet de subsister, aussi esclavagiste soit-il. Et puis on a bien intégré le fait que théoriquement, chacun peut avoir trouver sa place au soleil s’il est suffisamment égoïste, cupide et cynique.... donc c’est pas si mauvais d’être un c*n, on peut tous y gagner...
    Ah on râle quand même un peu juste pour avoir une part du gâteau, plus d’aides, plus d’argent, un plus gros salaires... mais c’est tout. Alors qu’on devrait se battre pour renverser complètement les fondements du système.

     

    • UNE analyse juste sur la democratie et encore il faut distinguer democratie franc-maconne de la democratie athénienne , mais completement faux sur la Monarchie.

      L histoire est remplie de monarchie , meme actuel en Belgique Grande bretagne et a priori le droit de cuissage existe encore sur les enfants , et a priori le peuple n a aussi rien a dire et pire le peuple paie des festivités et des rentes pour voir Y couché avec X au frais du contribuables

      La realité est de se baser sur un dictateur eclairé ou une demo athenienne a tirage au sort , souvent des militaires qui crée des contre pouvoir partout


    • Je peux vous dire qu’en Allemagne et en Grèce les gens travaillent dur pour le remplacement. Un système sans ARGENT, les gens travaillent et reçoivent des dons. Les gens riches mettent leur richesse pour la communauté. La seule manière de nous libérer de l’esclavage c’est de refuser l’argent imposé par le système. Comme ça il peut manger lui même son argent.


    • @truc
      Il va falloir cesser de dire n’importe quoi !!! Et s’instruire un minimum !!!
      Comme disait Confucius : " Lire ou entendre sans réfléchir est un occupation vaine, mais réfléchir sans livre ni maître est dangereux !
      .
      Les manuels scolaires, la TV et le cinéma sont malheureusement la seule instruction du peuple et on s’en rend compte tous les jours en lisant les commentaires sur ce site...et ailleurs bien entendu
      la démocratie Athénienne ??? Commencez par lire La République de Platon et vous verrez ce que pense cet Immense Grec de la Démocratie...gouvernement le moins fait pour l’homme et qui mène tout droit à la Dictature....
      Quant au Monarchie lisez Jean Hani ’ La royauté sacrée, du pharaon au roi très chrétien" vous en serez "un peu plus" sur le sujet...
      PS : Le droit de cuissage est un mensonge né pendant la Révolution Française !



    • la démocratie Athénienne ??? Commencez par lire La République de Platon et vous verrez ce que pense cet Immense Grec de la Démocratie...gouvernement le moins fait pour l’homme et qui mène tout droit à la Dictature....



      C’est bien la « république de Platon » qui est une dictature universelle, et le projet mondialiste des loges s’en inspire directement. La démocratie antique ne vient pas d’Athènes en réalité, elle pré-existe, c’est simplement l’assemblée des tribus, une institution toute naturelle. Platon était un subversif du point de vue de la tradition des civilisations.


    • @iskandaar
      Votre commentaire me renforce davantage dans ma conviction que la culture de la grande majorité du peuple est la TV et le cinéma ( pour certains je me rends compte qu’il n’y a même pas les manuels scolaires )
      Platon un subversif.....qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ?
      Vous confondez à n’en pas douter le discours de Platon, discours qui s’élève à une métaphysique cosmogonique avec ce même discours interprété par les philosophes de comptoir des temps modernes....



    • otre commentaire me renforce davantage dans ma conviction que la culture de la grande majorité du peuple est la TV et le cinéma



      Moi c’est plutôt votre suffisance et votre « académisme » que je constate : oui, que vous le vouliez ou non Platon était considéré comme un subversif par ses contemporains puisqu’il s’opposait à la "tradition homérique" tel que l’historiographie l’a nommée, "tradition homérique" qui n’était en fait que la tradition légale des peuples helléniques que Platon cherche à déstabiliser, d’où sa fameuse critique des poètes de la tradition homérique qu’il exclu de sa Cité idéale et qu’il fait passer pour des imitateurs/fraudeurs, se plaçant ainsi en dehors de la tradition de l’épopée qui caractérise les peuples indo-européens de l’antiquité (plusieurs milliers d’années d’histoire). Donc oui, sa posture est clairement subversive, sans aucun doute (sans parler des procédés spéculatifs des philosophes qui sont une véritable distorsion pour le monde antique, d’où la réputation et la fin d’un Socrate...).

      La chose est connue de ceux qui étudient l’histoire des peuples (philosophie contre tradition épique) et non pas seulement la philosophie, écueil très commun et très "occidental" que de considérer les philosophes grecs comme représentatifs de la civilisation hellénique, ce qu’ils n’ont jamais été (et je vous défie de faire dire le contraire à un authentique helléniste). Platon n’a jamais créé sa « cité idéale », quand le monde hellénique s’est construit autour de l’épopée Homérique : le premier cherche à réinventer ce qui existe déjà, quand le second avait déjà insufflé la véritable civilisation... (J’aurais aimé que la Télé et le Cinéma reprenne cette version, mais c’est l’exact opposé qui se passe, contrairement à vos dires non-étayés.). Donc concernant mes références supposés, je me désole de vous dire que vous êtes mal tombé.


    • @Iskandaar
      Platon jugé par ses contemporains subversif...ha ha ha..Jésus ne l’était il pas lui même.. ?.et sans parler des prophètes , les initiés ont tous été majoritairement considérés comme des "subversif" en regard d’un langage qu’ils tenaient et qui n’était bien sûr pas compréhensible à cette majorité..
      Le bouddhisme a aussi été considéré comme subversif par l’hindouisme alors que dans ce cas comme bien d’autre il y a une adaptation de la tradition à l’époque historique dans laquelle cette tradition éclot...( lire Ananda Coomaraswamy ).
      Les Idées dans le langage Platonicien comme l’expose clairement Guénon sont bien en rapport avec les archétypes divins sans aller au delà de l’Etre , mais qui sont bien légitimes du point de vue de la tradition ( Les Idées éternelles, René Guénon, études traditionnelles ).
      Mais peut être considérez vous Guénon comme un " subversif".....alors dans ce cas je vous laisserai à vos "idées"..


    • C’est Platoon et pas Platon vous avez vraiment aucune culture, c’est un film de 1986 qui n’a jamais critiqué les vielles civilisations du temps pré-dinosauresque. p’tain la honte sur vous les mecs.



    • Platon jugé par ses contemporains subversif...ha ha ha..Jésus ne l’était il pas lui même.. ?.et sans parler des prophètes , les initiés ont tous été majoritairement considérés comme des "subversif" en regard d’un langage qu’ils tenaient et qui n’était bien sûr pas compréhensible à cette majorité..



      Désolé Adile mais c’est bien une question rapport à laquelle je ne démordrais pas, parce qu’elle est trop fondamentale, considérer que Platon serait dans une continuité de la pensée traditionnelle c’est ne rien saisir à l’esprit de l’antiquité et de la civilisation : Platon n’était pas un prophète (ni même un poète inspiré), ni un patriarche, et ses enseignements sont en dehors de toute voie « prophétique », il affirme lui même que la poésie sacrée et sa mystique sont une "imitation", et il s’abaisse au niveau mentale spéculatif (comme il l’affirme le seul à même de rendre compte de la « réalité », par ce qui est quantifiable, comparable..etc), donc aux processus de la pensée dualiste pour prétendre le démontrer. Comment voulez-vous en faire un "continuateur" dans ces conditions ? C’est affolant... De plus vous évacuez la question de la tradition Homérique et de l’épopée qui est fondamentale...

      « les initiés ont tous été majoritairement considérés comme des "subversif" » Et c’est bien le cas dés lors qu’ils sont en dehors de toute voie prophétique, et c’est justement le cas des « frères de loges » des doctrines illuministes...

      Comme preuve finale : Vous ne pouvez pas suivre l’enseignement platonicien ou néo-platonicien et en même temps pratiquer l’exégèse ou l’herméneutique des textes authentiquement prophétiques ou sacrés selon leurs voies (car il ne font pas appel à la même méthodologie, ni à la même « intelligence »), c’est tout à fait incompatible, il faut donc choisir « son camp » de toutes façons...

      Guénon n’est peut être pas un subversif mais il peut simplement se tromper et faire des erreurs (là encore sur la question vous faites un raccourci et êtes dans la rhétorique en voulant me faire dire ce que je ne dis pas). Après c’est votre droit d’en avoir une lecture inconditionnelle...


    • @Iskandaar
      Je vous laisserai mordre rassurez vous !
      Si Guénon "peut faire des erreurs" comme vous dites, a fortiori le dénommé Iskandaar, à moins que son égo ne lui en empêche..
      Si vous lisez Guénon ( si toute fois vous l’avez lu ) comme on lit un philosophe qui n’expose que ses idées c’est que vous êtes attaché à la méthode discursive comme seul moyen de connaissance et n’avez aucune , mais vraiment aucune idée de qui était cet homme providentiel...Je vous souhaite de le saisir un jour pour votre plus grand bien...
      Quant à la voie prophétique à laquelle vous faîtes souvent référence, je citerai un passage d’un livre de Charles André Gilis : " « Il convient de rappeler ici la distinction fondamentale établie par les Maîtres du Tasawwuf entre la prophétie dite “légiférante”, qui comporte l’établissement de règles ou de statuts nouveaux, et la “prophétie générale” qui ne comporte pas cet aspect. On sait que la prophétie légiférante a pris fin avec l’achèvement de la révéla­tion muhammadienne et qu’elle a été “scellée” par le Sceau des Envoyés divins ; en revanche, la prophétie générale demeure tou­jours accessible à ceux qui possèdent et réalisent initiatiquement la qualification correspondante : c’est uniquement de cette dernière qu’il peut être question à propos de Guénon. D’autre part, seule la pro­phétie légiférante peut énoncer éventuellement des règles obligatoi­res pour l’ensemble de ceux auxquels s’adresse le Message divin, alors que la prophétie générale n’implique rien de semblable » . Mais peut être ce C.A.Gilis est un "subversif ?
      St Paul disait : "Aspirez ardemment aux dons spirituels…MAIS SURTOUT à celui de prophétie. Celui qui prophétise parle aux hommes, les édifie, les exhorte, les console…Celui qui prophétise édifie l’Église…Je désire encore plus que vous prophétisiez." Mais peut être encore St Paul es un subversif ?
      Le rêve même est un quarante-sixième de la prophétie comme le disait le Prophète de L’islam . Mais peut-être toujours un "subversif ?
      J’ai toujours observé la règle après bientôt 60 ans de vie, qui m’a dicté ma façon de rechercher la Vérité, à savoir : Mettre un peu d’humilité dans ma recherche et avant de dire du haut de ma grandeur qu’un Platon ou qu’un Guénon se sont trompés, je part du postulat que c’est peut-être moi qui n’est pas assez approfondi la question....
      SALUTATIONS


  • Il n’y a pas de démocratie indirecte valable sans Proportionnelle, c’est à dire sans élections équitables . Depuis la Révolution, presque toutes les "élections" ont été truquées par le mode de scrutin . L’élection à la Convention s’est bien faite au suffrage universel, mais comme elle eu lieu pendant les massacres de septembre, seuls 10% des électeurs se sont déplacés... Louis XVI a été condamné à mort par une Assemblée illégitime car ne représentant qu’un dixième du peuple Français . Depuis 1958 les élections sont une farce : le scrutin majoritaire à deux tours a été imposé aux Français pour chasser les patriotes de l’Assemblée qui ne représente plus que les intérêts du peuple d’Israël, mais le populaire ne comprend absolument pas le tour de passe passe .


  • Aller voter revient à remettre sa souveraineté à la classe élue pour qu’elle s’enrichissent sur le dos du contribuable. La démocratie existe dans un village ou les villageois se réunissent sous l’arbre à palabre et discutent du bien du village et trouvent les solutions qui profite à tout le monde. Aller voter c’est comme si les rats votent pour choisir le meilleur chat (noir/blanc) pour les exterminer un à un. Le Pérou est le seul pays démocratique dans le monde, là bas c’est un rat qui dirige pas un chat. Tout est dit, celui qui va voter n’a rien compris. Moi j’ai 50 piges et je n’ai JAMAIS voter de ma vie.

     

    • Tout à fait, il faut revenir à un système de démocratie organique, ce qui existait sous l’Ancien Régime. Les gens s’exprimaient à petite échelle, sur les sujets qu’ils connaissaient et qui les concernaient directement. Quand on voit le système actuel, où les gens sont sommés de glisser un bulletin simplement après avoir lu (quand ils le font !) les professions de foi de vingt candidats qui leur parlent de nucléaire, de géopolitique... nos ancêtres nous prendraient pour des fous.


  • Le livre de Maxence Hecquard "Les fondements philosophiques de la démocratie moderne" démonte en profondeur la démocratie.

    "Il est douloureux pour les républicains sincères que nous sommes, de reconnaître que le régime parlementaire est le système idéal pour enrichir une oligarchie de grands financiers sur le dos de la masse des citoyens."
    Le financier contre la cité - Jean Remy


  • JJ Rousseau : " A prendre le terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de véritable démocratie et il n’en existera jamais . Il est contre l’ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouverné " (Du contrat social, 1762) .


  • Un vrai "cerveau malade" ce monsieur...


  • On peut aussi considérer que le peuple exerce sa souveraineté constamment, si on sort du champ de la politique organisée.
    De par les comportements individuels, la morale de chacun, et par l’acte d’achat.(consommation choisie ou aveugle).

    Je ne m’oppose pas à ce qui est dit, seulement le peuple à plus d’outils à disposition que le vote ! Mais il ne s’en sert jamais,ou trop rarement.


  • Mouais ! C’est quand même de l’enfoncage de portes ouvertes.Toutes ses critiques sur la démocratie figurent déjà chez Carl Schmitt et bien d’autres intellectuels conservateurs. Par ailleurs je ne suis pas convaincu que le système monarchique qu’il défend soit par nature plus enclin à résister aux puissances d’argent. Il suffit de voir ce que sont devenues les monarchies anglaise et hollandaise pour être persuadé du contraire. La reine Béatrix des Pays-Bas (une ex habituée du bilderberg) et la reine Elisabeth 2 d’Angleterre sont complètement maquées avec la haute finance internationale.

     

  • Excellente analyse !!!
    J’ai tout compris à son discours, contrairement à la soupe médiatique qu’on nous sert quotidiennement.
    Merci E&R de nous faire connaitre ce Buffin de Chosal qui, à l’instar des Soral, Chouard, et autres Jovanovic, fait sans aucun doute partie des penseurs contemporains les plus éclairés.


  • Seul un bon Roy intègre et bien instruit peut gouverner un pays correctement ...

    Déjà rien que techniquement , la " Démoncrassie " permet à trop de cuistots de trifouiller avec la même soupe !!!


  • La démocratie est juste un habillage "sympa" du totalitarisme. Une forme sophistiquée de l’esclavage où les esclaves se croient libres. C’est le système de domestication et de domination de l’humain le plus abouti qu’il n’ait jamais été. Dans n’importe quel vulgaire dictature africaine, pour peu que la paix civile règne, les gens sont beaucoup plus libres et souverains quand dans une démocratie.


  • Il est regrettable que M. Buffin de Chosal utilise le terme "démocratie" alors qu’il devrait utiliser les termes "République" ou "gouvernement représentatif" puisque ce n’est pas la démocratie qu’il décrit dans son exposé.

     

    • @ Eric

      Désolé de te décevoir mais, il parle bien de la démocratie dans laquelle la "souveraineté appartient au peuple" ; selon la définition donnée dans le dictionnaire.


    • En effet, il s’agit bien de démocratie et non de république. Démocratie : pouvoir, peuple, République : chose publique. Ainsi, tandis que la démocratie désigne une dynamique politique véritable, la République, elle, désigne une chose... qui a la particularité d’être publique... donc, comme dit Proudhon quiconque veut la "chose publique" peut se dire républicain. Du client du bordel du coin au monarque. Ce mot république est un mot vide de définition qui sert seulement d’écrin aux projections mythifiées et mystifiées des élites qu’ils nous resservent ensuite à la louche : prenez un peu de laïcité, de lumières, avalez un peu de liberté, rajoutez de l’égalité avec un peu fraternité, etc. Même Henri IV et Louis XIV ont parfois utilisé l’expression de "république française".... Si vous voulez en savoir plus, je ne peux que vous conseillez l’excellent livre de Frédéric Rouvillois - être (ou ne pas être) républicain.


    • "Désolé de te décevoir mais, il parle bien de la démocratie dans laquelle la "souveraineté appartient au peuple" ; selon la définition donnée dans le dictionnaire."

      @ becalme Certes mais il parle bien de notre système actuel qui n’a rien de démocratique bien qu’il en ai volé le nom.
      Nous avons donc besoin de souveraineté, et peut-être faut il se passer de système représentatif...


  • "Dans n’importe quel vulgaire dictature africaine, pour peu que la paix civile règne, les gens sont beaucoup plus libres et souverains quand dans une démocratie."

    Ça c’est un pléonasme carabiné. Je suis Congolais et autant dire que je n’ai jamais connu de dictature africaine dans lequel régnait la paix. On voit que vous n’avez jamais connu ces ambiances pesantes, paranoïaques, schizophrènes dans lesquelles le moindre mot mal placé ou un soupçon pu vous coûter la vie. Je vous prie de me croire qu’ une fois que vous rentrerez en France, vous allez vous mettre à encenser le régime qui est en place - peu importe qu’avant cela il était de votre goût ou non - comme étant le plus beau régime du monde et en être le défenseur le plus ardent.

     

    • Mais ce que tu oublis c est que nous sombrons dans la dictature et que la France arrive à grand pas au niveau de "ton" Congo.... Bon dimanche.


    • Certes, je comprends et valide (malheureusement) ce que tu dis.

      C’est d’ailleurs la véritable clé de voûte du manque de courage des français.

      Comme je l’ai toujours dit à tous les rêveurs ici, au fond les choses ne vont pas si mal pour vous...

      Vous voulez du mieux, embrassez votre famille une dernière fois, regroupez-vous, armez-vous, mourrez.

      Et si vous êtes assez nombreux, mettez à bas la dictature 5e du nom... Mais quoi qu’il arrive ça vous coutera probablement dans les 50000 à 100000 morts immédiatement. Et faudra gérer les traumatismes qui en découleront...

      Dans l’immédiat le résultat serait un truc du genre :

      - Économie effondrée.
      - Fuite massive des capitaux et des personnes.
      - Attentats (risques nucléaire vu l’état des centrales, et le message à déjà été passé)
      - Embargo (Là encore l’oncle SAM et son pantin l’Europe ne vous oublieront pas)
      - Climat social mortifère (fréquents règlements de compte, voir tentative d’épuration ethnique( guerre pour guerre, certains vont tenter le coup))
      - Appauvrissement généralisé des citadins et de la majorité au sens large
      - Corruption (on aura autre chose à foutre que de la contrôler)
      - Risque de "re-putsch" ou d’attaque extérieures directes...Nos SNLE seront des cibles prioritaires...
      - Renouveau économique des paysans... Certes...
      - Liberté d’expression totale... Certes...
      - Retour à la terre pour bouffer... Certes...
      - Abolition des lois scélérates... Certes...
      - Quelques arrestations jouissives d’anciens clebs du système aux aboies... Certes...


  • Voilà pourquoi je suis royaliste. Le Roi est celui de tous les Français (vues sous l’angle non péjoratif : distinction entre ce qui est spirituel, guerrier, producteur de richesses, ou héritage des trois fonctions indo-européennes chez Dumézil), il n’en est pas de même avec la République où le pouvoir est celui d’un parti, sauf quand la France est alors considérée au-dessus des affaires partisanes, comme ce fut le cas avec le gaullisme. Mais a contrario, Manuel Valls aura été l’homme d’un parti qui stigmatise les forces sombres chez ses adversaires, qui privilégie une religion ou race en particulier, les Juifs, et ainsi fait considérer les autres communauté comme subalternes, encourageant la haine et l’antisémitisme quand il entend les combattre. D’une certaine façon, le Premier ministre aura mené une "politique du chaos" à petite échelle, inspirée de celle entretenue par la politique extérieure des États-Unis. Le gaullisme est une excellente chose, car le soucis exclusif de cet intérêt supérieur de la Nation passe aussi bien par l’indépendance stratégique que par une résistance constante aux multiples influences des lobbies, donc au pouvoir de l’argent. Mais les "valeurs de la Républiques" de Manuel Valls auront consisté à asservir et restreindre toutes libertés.

     

    • Merci pour ces explications claires.
      Voilà aussi pourquoi je suis monarchiste !


    • Je ne suis pas encore royaliste mais peu à peu je le deviens,moi un ex-laïcard convaincu,avec une moitié de famille complétement athée,éduqué enfant et adolescent par des profs soixante-huitard ou marxistes (le vrais,ceux de l’époque qui se préoccupaient encore un peu du sort des ouvriers et des petites gens).
      Je pense de plus en plus qu’il faudrait revenir à une monarchie semi-absolue avec un peu de parlementarisme quand-même et un roi qui pourrait être déchu pour haute trahison (au cas où....) avec une noblesse d’épée,de plume (ceux qui auront contribué comme ce brave homme à ré-informer les masses) et un clergé catholique relativement puissant (qu’il faudra surveiller un peu quand même^^).
      De toutes manières on va pour la majorité d’entre-nous vers des jours plutôt sombres,beaucoup d’entre-nous ne serons plus là d’ici 15 ans et je ne parle pas des personnes âgées de 70 ans ou plus...
      Empoisonement par l’air,l’eau,les pesticides,les ondes électriques nocives ou les nano-technologies,fin de l’état providence et des services sociaux,fin de la gratuité de la santé et de l’éducation,dictature à la Huxley,catastrophe nucléaire probable (voire voulue),criminalité à la salvadorienne ou brésilienne,voilà ce qui nous attend dans les années 2020 car c’est grosso-modo ce que l’oligarchie mondialiste luciférienne et ses valets nous réservent vu qu’ils n’ont besoin que de 20 à 30% de nous-autres les gueux pour faire "tourner la machine" en continuant à s’enrichir (bien que leur but soit de moins en moins purement capitaliste et de plus en plus transhumaniste),donc si guerre civile il doit y avoir,ce sera peut-être un mal pour un bien car cela voudra dire que quitte à être "effacés" par le système,les gens auront alors décidé de porter leurs couilles en le combattant,de plus si le peuple français se soulève,je pense que cela entrainerait presque tous les autres peuples d’Europe de l’Ouest (à part peut-être les scandinaves) à faire de même...


    • La monarchie est tout aussi inégalitaire que la démocratie bourgeoise des pays capitalistes. Le tiers état n’est que le ... tiers ! N’aimerais-tu pas faire partie du tout ?!!!


  • La démocratie, c’est le "vous serez comme des Dieux" institutionnalisé.

    Les arguments en faveur de la monarchie ne manquent pas mais je dirais simplement ceci. Les gens qui prônent le retour à une "démocratie authentique" ont un gros défaut : ils s’imaginent que la majorité de leurs concitoyens s’intéressent autant à la chose publique qu’eux. Et quand on leur demande s’ils ont vraiment envie de confier l’avenir d’un pays aux spectateurs de Secret Story (cf la phrase de Desproges), ils répondent que c’est parce que le bon peuple a été abruti et qu’il faut refaire son éducation. C’est passer trop vite sur le fait qu’au fond le peuple est demandeur de la situation actuelle, qu’il se satisfait de cette misère intellectuelle, morale, etc. Ils oublient les vrais fondements de la nature humaine qui est encline à la médiocrité et à l’égoïsme. Chaque discussion que j’ai avec un quidam me conforte dans mes convictions, je le déplore mais c’est ainsi.

    Sous l’Ancien Régime les gens avaient certainement cette nature, mais elle était régulée par les pouvoirs en place qui avaient pleinement conscience de ce qu’une masse abandonnée à ses pulsions serait capable de commettre (il n’y a qu’à voir le déchaînement d’horreurs pendant la période révolutionnaire). Or quand on rappelle cet état de fait, on crie à la dictature, même dans les rangs de la "dissidence". Peu importent les termes, toute institution naturelle fonctionne sur un rapport de dirigeant/dirigé, une saine hiérarchie qui s’impose par le respect dû à l’autorité.


  • Le pouvoir du peuple ne se résume pas au bulletin dans l’urne (encore faudrait-il y mettre le bon ou le moins mauvais) !
    Encore faudrait-il que ledit peuple ait conscience de lui-même et des ses intérêts propres !
    Encore faudrait-il que ses représentants en haut de la pyramide (qu’ils soient élus ou non) aient le soucis du bien commun !
    Vaste programme...


  • Dommage qu il n ai pas mentionné le rôle des syndicats asservis au pouvoir de l argent .Ces syndicats qui musellent les réactions du prolétariat par leur inaction bien réfléchie quand elle est nécessaire et qui reconnaissent uniquement les mouvements de grogne secondaires pour des durées très courtes qui ne risquent jamais de nuire au pouvoir dictatorial mis en place depuis 1973.
    baripedia.org/wiki/Système_de_Bretton_Woods_:_1944_–_1973


  • Comprendre L’empire !!!


  • Donnez moi un exemple dans l’histoire ou la démocratie à tirer un pays de la me----.
    Je cherche et je ne trouve pas.

     

    • #1397179
      le 14/02/2016 par Libre de penser ce que je veux
      “La démocratie est un mythe, une fois confrontée à la réalité”

      Pour cela il faudrait se mettre d’accord sur la notion de Démocratie. D’après ce qu’explique E. Chouard seule l’isogoria représenterait la démocratie au sens liberté d’expression. Selon M. Chouard " la vie démocratique d’Athènes était, si je me souviens bien, régie par trois grands principes, l’isonomia, égalité devant la loi, l’isokrateïa, l’égalité des pouvoirs et l’isègoria, l’égalité de la parole. Ce dernier mot a ressurgi dans une longue et passionnante conversation que je viens d’avoir avec Etienne Chouard (les conversations avec Etienne sont toujours passionnantes). L’isègoria était le droit à la parole pour tous : chaque citoyen pouvait intervenir à tout moment du débat, pour dire ce qui lui tenait à cœur, et ce droit était considéré comme sacré ".

      Eh bien, nous sommes à des années lumières de ce concept. M. Buffin de Chosal confirme ce que Madame Sigaut nous transmet dans ses conférences. Là, il y a convergence de vue. Concernant la Vendée dont Marion Sigaut nous parle, il faudrait qu’elle se rapproche des travaux de Ronald Secher qui travaille sur le populicide et le memoricide (= effacement de toute trace de mémoire) qui intervient sur radio courtoisie (ce dimanche) mais aussi sur TVLiberté. Elle devrait se mettre en relation avec ces deux messieurs (si ce n’est déjà fait). Mes respects pour votre travail Mme Sigaut.


    • @Libre de penser...
      Vous pensez si je suis en contact avec Reynald Secher !
      Il est incontournable.


    • #1397679
      le 15/02/2016 par Libre de penser ce que je veux
      “La démocratie est un mythe, une fois confrontée à la réalité”

      C’est exact Mme Sigaut, il s’agit de Reynald Secher. J’ai mal orthographié son prénom mais son intervention hier sur RC était des plus instructives ; il précisa la participation de Robespierre à l’instauration d’un gouvernement révolutionnaire par la Terreur et fut à la manœuvre de la décision de cette boucherie car il en ordonna le massacre.

      M. Secher souligna le plan machiavélique pour prendre les Vendéens en étau et les massacrer tous sans exception : bébé, H/F, vieillard ; en cela, ce funeste montagnard se revendiqua Catholique, Patriote puis déiste : cela pose réflexion sur ces qualificatifs mais ce génocidaire mangea à toutes les gamelles. Il n’avait rien à envier aux méthodes employées par un certain A H. dont une certaine communauté ne cesse de nous faire payer à prix fort ces tueries des années après.


  • Magnifique et merci pour vos paroles de Vérité cher Monsieur, vous avez raison sur toute la ligne, par exemple, si on essaie de porter-plainte pour des faits graves à notre encontre, par un fm, on peut toujours attendre que l’on nous rende justice ! Je le sais pour l’avoir vécu pleins de fois.
    J’adore votre phrase :"La démocratie est un mythe, une fois confrontée à la réalité”, elle sonne tellement vrai pour moi, d’ailleurs il y a une autre citation qui m’avait étonnée de la part de la femme d’un président c’est Danielle Miterrand qui l’a prononcé : "La démocratie n’existe ni en France ni aux Etats-Unis".


  • le paradoxe absolu est que, pour qu’une démocratie fonctionne correctement, elle implique un abrutissement complet des électeurs - en effet, chaque parti essayant de capter le plus d’électeurs possible, il est vital que la propagande " parle " d’abord au cerveau reptilien de ces derniers en assénant des arguments -massue du plus bas étage...en somme, anesthésier le populo, le domestiquer afin qu’il ne sorte pas des clous...en langage clair, il s’agit de prendre l’électeur pour un con !

     

    • Une vraie démocratie n’élit personne, vous parlez là de notre système actuel qui s’appelle précisément démocratie dite (sois-disant) "représentative", la démocratie directe (la vraie quoi) a besoin à contrario de citoyens éclairés.


    • à Isegoria...
      la démocratie directe n’est pas meilleure : elle implique elle aussi d’abrutir le citoyen afin de lui imposer une opinion extérieure..
      et in fine, le dernier mot revient au parlement ( comme en Suisse ), au conseil constitutionnel chez nous ou à la cour suprême aux USA...personne n’est assez fou pour laisser le pouvoir total au peuple !


  • Ok tous ces constats sont bons, mais après ça, qu’est ce qu’on fait ?

    Une résistance (dissidence) aussi nombreuse et bien informée soit elle n’a aucune chance de changer la donne si elle n’a pas d’implications dans le réel et n’est pas géographiquement implantée.

    C’est en cela que les zadistes (souvent des écolo altermondialistes/anarchistes) malgré tout ce qu’on peut leur reprocher ont une longueur d’avance sur la dissidence nationaliste.

    Attendre le retour du roi, je veux bien, mais j’ai du mal à y croire. Le système (de l’hyper-classe bancaire) a trouvé avec la démocratie son réceptacle le plus adapté. Je vois mal comment rétablir la monarchie sans passer par un conflit armé de moyen ampleur. Et là encore, il n’y a aucune base concrète pour supporter cet effort de guerre.
    De la fiction donc.

    Les partis populistes (populaire) n’ont comme le dit bien cet intervenant que peu de chance de se pérenniser au pouvoir, c’est la leçon de l’histoire (3ème Reich, Italie fasciste...).

    Conclusion il n’y a pas grand espoir, pour moi la seul fenêtre de tir se trouve dans l’effondrement du système, à ce moment là, l’anarchie ambiante permettra à un mouvement bien structuré idéologiquement et avec un appui extérieur de recréer du politique sain en proposant de l’ordre.

    En attendant, instruisons nous, préparons nous physiquement, matériellement...
    Et pour parer aux critiques habituelles, je précise que cela ne m’empêche pas de continuer à jouer la carte du FN ou à rêver au retour de l’homme providentiel (Roy ou dictateur).

     

    • Je pense que la meilleure solution serait le retour du Roy,une gouvernance FN de quelques années pourrait être une bonne étape intermédiaire mais on sera obligé d’aller ensuite se battre dans la rue car Bruxelles,Washington et la finance cosmopolite et apatride feraient alors tout pour mettre des bâtons dans les roues de MLP et de son gouvernement...
      De toute manière si on veut le retour de la royauté il faudra se battre,il y a aussi la tentation de faire une confédération française sur le style de la Suisse mais passé 10 M d’habitants je ne suis pas sûr que ce genre de régimes soit réalisables...


    • Bien sur que je souhaiterai le retour de la royauté, mais sincèrement, vu l’état actuel des choses, je ne vois pas comment cela pourrait arriver ! Croire en l’homme est une chimère bien cruelle, je préfère croire au retour du Seigneur et Sauveur JESUS-CHRIST. Bon courage à tous, soyez béni.


  • Critiquer le système actuel, oui ! Mais si pour le remplacer par un système encore plus mauvais, non merci !


  • Attention : ne pas confondre "démocratie bourgeoise" (système oligarchique actuel, que l’on devrait plus justement appeler "ploutocratie", digne héritier de la monarchie) et "démocratie populaire" ... que l’on rencontre dans les sociétés dites primitives, mais qui pourrait fort bien fonctionner dans nos sociétés "évoluées" si les gens étaient réellement politiques (il faudrait les éduquer à s’intéresser à la vie quotidienne de leur "polis" !).


  • pendant 10 minutes je me suis vue au café du commerce (quartier chic) après je lui ai fermé le clapet !


  • La démocratie est la moins mauvaise solution pour gouverner un pays selon Winston Churchill, question de bon sens finalement. Autrement, il est clair que l’élite riche et nantie de cette planète peut très bien décider de tous nous éliminer, de dégonfler le ballon de la civilisation mondiale mais que se passera-t’il ensuite ? Aucun problème philosophique et existentiel ne sera résolu et donc le même merdier que l’être humain a connu dans l’Histoire de l’humanité recommencera inévitablement. Pourquoi ? Parce que nous sommes des êtres égocentriques, avares et égoïstes, irréfléchis, irresponsables, etc. Tout le problème de l’humanité se résume à l’égo, à "moi je", à "je veux" et "je peux", à "je suis" et "j’ai". Rien d’autre à expliquer. Le tout est de savoir se remettre en question et de reconnaître que pour toute choses dans la vie, il y a des limites à ne pas dépasser. Par exemple, je ne suis pas un libre-penseur. Je pense de manière totalement libre mais je suis opposé à la libre pensée tout simplement parce que nous vivons dans une société et que chaque personne est différente d’une autre pour des tas de raisons. Sur le plan spirituel, je dirais que nous sommes tous pareils mais comme nous vivons dans un univers constitué de matières, il est évident que nous ne pouvons pas faire n’importe quoi. Vaste sujet dont il faut considérer chaque chose pour ce qu’elle est et non émettre des généralités ou des théories qui de toute manière seront réfutées ou contredites par un nouvel élément inattendu ou fortuit. La vie, c’est comme l’univers en expansion, tout évolue constamment, change et se transforme. Un jour, peut-être qu’une nouvelle bactérie apparaitra sur la Terre et modifiera soudainement toutes nos théories à propos de l’évolution et même peut-être que l’être humain disparaîtra du jour au lendemain pour des raisons inconnues ou stupides, parce que nous serons tous morts subitement ou parce que l’élite riche et nantie qui aura décidé d’éliminer l’excédent humain considéré comme inutile se rendra compte soudain que justement, le salut de l’humanité réside dans la différence et la multitude. Etc.


Commentaires suivants